Lutter contre le scarabée japonais

Lutter contre le scarabée japonais

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf :

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Le scarabée japonais, de couleur vert et marron-cuivré, et ses larves peuvent ravager de nombreuses cultures, notamment plus de 300 espèces de plantes, dont des graminées et des fruitiers. Heureusement, à ce jour, sa présence n’a jamais été signalée en France.

Comment peut-on reconnaître ses attaques, tenter de les prévenir ou les combattre ? Cette fiche vous explique comment lutter contre le scarabée japonais.

Zoom sur le scarabée japonais

Introduit depuis le Japon en Amérique du Nord où il est bien installé (principalement au nord-est des États-Unis et dans les provinces canadiennes limitrophes), ce coléoptère (Popillia japonica) ressemblant à un hanneton a été signalé pour la première fois en Europe, et plus précisément en Italie, en 2014. Il ne semble pas encore avoir migré vers la France.

Description du scarabée japonais

Le scarabée japonais adulte ressemble à un petit hanneton d’environ 1 cm de long, sur un peu plus de la moitié de large, avec 6 pattes et 2 antennes. Son corps est vert foncé sauf ses élytres, d'un brun-cuivre. Elles recouvrent ses ailes lorsqu’elles sont repliées. De plus, des touffes de poils blancs ornent les cotés de son abdomen. Son vol est souvent désordonné et il a tendance à former des groupes sur les plantes hôtes.

Ses œufs, de couleur blanche, mesurent environ 1,5 mm. Sa larve, arquée en C, de couleur blanc-crème avec la tête brun-cuivre, peut mesurer jusqu’à 2,5 cm de long en fin de développement. Enfin, sa pupe (stade post-larvaire) a une taille et des couleurs semblables à celles d’un adulte mais s’en distingue par la disposition de ses pattes et de ses antennes complètement collées au corps.

Cycle biologique du scarabée japonais

C’est en début juillet, dès que les températures dépassent les 20 °C, que l’on voit voler ce scarabée. Il s’attaque alors aux fleurs, arbres fruitiers ou cultures diverses pour se nourrir.

Note : une fois adulte, avant de s’envoler, le scarabée japonais passe environ une semaine à se nourrir sur des plantes basses à proximité.

Un adulte vit 30 à 45 jours et n’a qu’un cycle par an (un tous les 2 ans dans les régions au climat plus frais).

Après l'accouplement, la femelle pond par paquets de 3 ou 4 œufs, à environ 8 cm sous la surface du sol. Elle en peut pondre jusqu’à 60 au cours de sa brève vie. Ceux-ci éclosent une quinzaine de jours après la ponte. Les larves qui en sortent commencent aussitôt à se nourrir des racines de graminées proches de la surface.

Leur nourrissement et leur croissance dure à peu près 3 mois, avec deux mues successives. Au bout de cette étape, au troisième stade larvaire, elles vont, avec l’arrivée des premiers froids, se réfugier en profondeur, jusqu’à 30 cm environ, où elles entrent en hibernation.

Au printemps suivant, lorsque le sol se réchauffe (avril-mai), ces larves remontent en surface et recommencent à se nourrir. C’est durant cette période qu’elles se transforment en pupes, qui donnent, environ 2 semaines plus tard, des adultes qui s’envolent hors du sol (entre fin juin et début juillet).

Ensuite un nouveau cycle commence.

Facteurs favorisant l’expansion du scarabée japonais

Des régions possédant de grandes étendues de gazon vert favorisent le développement des larves.

L’activité des adultes, elle, est stimulée par des journées chaudes et ensoleillées, avec un taux d’humidité élevé (60 % et plus). En revanche, cette activité s’arrête en cas de pluie et diminue fortement par temps nuageux et venté.

Enfin, leur regroupement en amas sur certaines plantes hôtes est due, d’une part, à des phéromones sexuelles qui attirent les mâles et, d’autre part, à d’autres phéromones émises par les feuilles lorsqu’elles sont blessées par l’alimentation des coléoptères adultes.

Plantes attaquées par le scarabée japonais

Les larves se nourrissent habituellement de racines de graminées (gazon, blé, orge, avoine ou maïs). Elles apprécient aussi certaines légumineuses, telles que la luzerne ou le trèfle, et diverses plantes du potager comme la pomme de terre, la carotte ou le fraisier.

Les scarabées adultes, eux, se nourrissent de nombreuses variétés de plantes ou arbustes (plus de 300 espèces) pourvu qu’elles poussent en plein soleil. Ils commencent toujours par dévorer les feuilles du sommet puis se déplacent progressivement vers les feuilles du bas. On peut citer de nombreux fruitiers communs (pommiers, cerisiers, abricotiers, pruniers... ) ou arbres et arbustes d’ornement (tilleuls, érables, ormes, bouleaux...), ainsi que diverses cultures potagères (framboisiers, soja, maïs...).

1 Diagnostiquez une attaque du scarabée japonais

Pour identifier une attaque de scarabées japonais, vous pouvez observer deux choses :

  • Les dommages provoqués par leurs larves : une partie de la pelouse jaunit puis sèche en août-septembre. Vous pouvez confirmer le diagnostic en creusant légèrement sous la surface du gazon sec pour déterrer des larves.
  • La présence de nombreux adultes regroupés. Le dépouillement des feuilles qu’ils dévorent en ne laissant qu’un grillage de nervures ne laisse aucun doute, de même que le fait que ces attaquent se produisent uniquement sur des plantes en plein soleil et commencent par les feuilles situées à leurs sommets.

2 Prévenez une attaque du scarabée japonais

Pour les jardiniers des régions francophones où ce ravageur est courant, comme dans certains territoires du Québec, quelques mesures simples peuvent permettre de minorer ou d'éviter complètement les attaques.

  • Dans une région infestée, favorisez la culture d'espèces qui ne les attirent pas : arbustes comme les lilas, les cornouillers ou les houx, arbres à feuilles caduques tels que les érables rouges ou les caryers, résineux, genévriers...
  • Ensuite, lorsque les arbres ou arbustes sont de petite taille ou que la surface de culture est restreinte, si vous constatez que votre sol est infesté de larves, recouvrez les plantes menacées par des voiles protecteurs anti-insectes, un peu avant et pendant la période à risque.

Conseil : mieux vaut ne pas utiliser de pièges à scarabées japonais car ils diffusent diverses phéromones qui attirent plus de scarabées qu'ils n'en piègent. Ou disposez-les loin des plantes à protéger.

3 Luttez contre la présence du scarabée japonais en respectant l'environnement

Voici quelques exemples de méthodes appliquées dans certaines régions du Québec pour lutter contre le scarabée japonais. Il est difficile de l'éradiquer complètement mais on peut en diminuer fortement sa population.

Méthode mécanique

En cas de début d'attaque, vous pouvez tout simplement prélever les scarabées à la main (ou les faire tomber sur un tissu au sol en secouant les branches ou les plants attaqués) puis les noyer dans un récipient rempli d'eau savonneuse, sans les écraser pour ne pas libérer des phéromones qui pourraient en attirer d'autres.

Conseil : opérez tôt le matin, lorsqu'ils sont encore engourdis de la nuit. Plus tard, en plein soleil, ils risquent de s'envoler.

Traitements biologiques

  • Traitez avec des suspensions de minuscules larves vivantes de nématodes, telles que Heterorhabditis bacteriophora ou Steinernema feltiae, en vente sur internet ou en jardineries. Pour cela, il suffit d'incorporer les larves à la terre de votre potager, soit fin août-début septembre pour la nettoyer en détruisant les larves pour l'année suivante, soit dès l'apparition des premiers scarabées adultes sur vos plants. Votre sol doit être suffisamment humide pour que les larves de nématodes puissent s'y développer.

Note : les nématodes ne sont pas réservés au traitement contre les scarabées japonais. Ils éliminent aussi diverses larves de mouches, fourmis... et sont inoffensifs pour les plantes et les vers de terre.

Important : si vous décidez d'utiliser plutôt des insecticides bio à base d'huile de neem, sachez qu'ils diminuent la voracité des scarabées mais également l'activité des larves, et donc de celles de nématodes.

  • Pulvérisez une solution de savon noir liquide diluée : non polluant et se dégradant rapidement, il a un effet insecticide sur les scarabées adultes. Faites ce traitement 1 à 2 fois par semaine selon le degré d'infestation de vos plants.
  • Pulvérisez, le matin tôt et sur les scarabées uniquement, une solution à base de pyrèthrine, insecticide naturel extrait du pyrèthre, qui se dégrade rapidement sous l'effet du soleil. Évitez son usage à proximité de fleurs et d'insectes butineurs.

4 Méthodes chimiques de lutte contre le scarabée japonais

Certains pesticides peuvent aider à éradiquer le scarabée japonais, comme le carbaryl, pesticide sous forme de poudre parfois utilisé au Canada pour tuer les larves, ou l'acéphate, pesticide organophosphoré.

Note : l'usage de ces deux pesticides est interdit en France depuis 1996.

Quant aux autres insecticides chimiques, tels que les dérivés de perméthrine ou les neonicotinoïdes, tuant la plupart des insectes ainsi que d'autres animaux à sang froid, leur emploi est fortement déconseillé pour éradiquer le scarabée japonais. En effet, les dégâts qu'ils sont susceptibles de provoquer sur l'environnement sont largement supérieurs à ceux que le scarabée japonais et ses larves pourraient engendrer.

Bon à savoir : depuis le 1er septembre 2018, l'utilisation de produits phytopharmaceutiques contenant des substances actives de la famille des néonicotinoïdes ou des substances présentant des modes d'action identiques est interdite. De plus, à compter du 1er janvier 2020, l'utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité des zones habitées sera subordonnée à des mesures de protection des personnes habitant ces lieux (article L. 253-8 du Code rural et de la pêche maritime, issu de la loi n° 2018-938 du 30 octobre 2018).

Matériel nécessaire pour lutter contre le scarabée japonais

Imprimer

Cette fiche est maintenant terminée,
mais entre nous ce n'est pas fini...
Vous pouvez aussi :



Produits


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Quel est votre projet ?

Décrivez votre demande en quelques clics !

Des professionnels de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !