Dypsis lutescens

Dypsis lutescens en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Palmier multipliant

  • Nom(s) latin(s)

    Dypsis lutescens

  • Famille

    Arécacées

  • Type(s) de plante

    Arbre ▶ Palmier

    Plante ornementale ▶ Plante à feuillage décoratif

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Forme

    Ouvert ou divergeant
    Palme ou parasol
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    1 à 5 m
  • Largeur à maturité

    1,20 à 1,80 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen , à vaporiser
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol sableux Terre de bruyère Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    1 pied/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Mi-ombre
    Ombre
  • Utilisation intérieure

    Salon/Cuisine Véranda Serre chaude Serre tempérée
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Son nom commun « palmier multipliant » lui vient de son port cespiteux aux troncs annelés de couleur jaunâtre, semblables à des cannes. Ses palmes sont longues, arquées, souples et graciles. De couleur verte, paripennées et basales, les folioles sont à nervure parallèle, lancéolées avec un bord entier. La surface des feuilles est glabre.

La floraison du Dypsis lutescens (de la famille des Arécacées) a lieu en juillet et août ; les petites fleurs ont trois pétales de couleur jaune et sont organisées en panicules retombantes, denses et rigides. Les fruits suivent de près la floraison. Petits et verts au début, ils deviennent marron foncé lorsqu'ils sont mûrs et mesurent 1 à 1,5 cm.

Ne résistant pas à des températures inférieures à 10 °C, ce splendide palmier frileux est cultivable en intérieur où depuis quelques années il a su remplacer le kentia, ex-roi déchu des palmiers d'appartements.

Il agrémentera tous les intérieurs, du bureau au salon, en passant même par la salle de bains si celle-ci possède une fenêtre.

Espèces de Dypsis

Un petit aperçu des différentes espèces de Dypsis, parmi les plus fréquentes, sur les 150 existantes !

Une précision cependant : l'« engainement des palmes », soit l'endroit où les palmes sont jointes au tronc, a un nom précis en anglais, crownshaft, dont on ne trouve pas de vraie traduction en français. Ce mot est traduit faussement par « couronne foliaire ».

Palmier multipliant (Dypsis lutescens)

Palmier multipliant (Dypsis lutescens)
  • Feuillage : 5 m de hauteur et plus en milieu naturel, 2 m en intérieur. Palmes pennées et arquées.
  • Port : Cespiteux forcissant avec l'âge. Troncs vert jaunâtre très annelés.
  • Qualités : Fortement décoratif, très bon comportement en pot, peu d'entretien.

Palmier multipliant (Dypsis cabadae)

Palmier multipliant (Dypsis cabadae)
  • Feuillage : 6 m de hauteur en milieu naturel, 2 m en culture intérieure. Palmes pennées et arquées.
  • Port : Le même que lutescens, mais faiblement cespiteux, parfois pousse uniquement sur 2 troncs.
  • Qualités : Décoratif, mais moins que le lutescens, très bon comportement en pot, demande peu d'entretien.

Palmier triangle (Dypsis decaryi)

Palmier triangle (Dypsis decaryi)
  • Feuillage : 20 m de hauteur en milieu naturel, 1,80 à 2,20 m en intérieur. Palmes fortement arquées de couleur vert gris.
  • Port : Stipe unique, engainement des palmes en forme de triangle très marqué.
  • Qualités : Très décoratif par son coloris, ses palmes très arquées et surtout son engainement triangulaire. Un très beau sujet, n'aimant pas trop l'eau.

Palmier plume (Dypsis madagascariensis)

Palmier plume (Dypsis madagascariensis)
  • Feuillage : 20 m de hauteur naturellement, 2 m en culture intérieure. Palmes très touffues et graciles d'un vert luisant.
  • Port : Stipe unique, palmes particulièrement décoratives, engainement de couleur blanc cireux.
  • Qualités : Très décoratif, très beau, demande peu d'entretien, un des plus beaux Dypsis à tronc unique.

Poil de roussette (Dypsis leptocheilos)

Poil de roussette (Dypsis leptocheilos)
  • Feuillage : Naturellement 10 m de haut, 1,80 m environ en culture intérieure. Palmes vert mat, très larges et arquées.
  • Port : Stipe unique de petit diamètre, gris. Engainement duveteux roux, rappelant le pelage des roussettes qui sont de petites chauves-souris tropicales, d'où son nom commun.
  • Qualités : Attractif visuellement, mais plus délicat de culture.

Palmier sari (Dypsis rivularis)

Dypsis lutescens
  • Feuillage : 6 m de hauteur dans la nature, 1,80 m maximum en culture intérieure. Palmes arquées aux folioles pleureuses, vert clair.
  • Port : Stipe unique fin et annelé de couleur verte.
  • Qualités : Un beau Dypsis, fin et gracieux, à l'allure très tropicale.

Plantation du Dypsis lutescens

Plantation du <em>Dypsis lutescens</em>

Digigalos-commonswiki/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Où le planter ?

En intérieur, il se plaît un peu partout, même dans des pièces assez sombres, bien que son emplacement idéal soit très lumineux, tolérant même quelques heures de soleil journalier.

Plantez-le dans un joli pot décoratif de la forme qui vous plaît. Son système racinaire lui permet une large adaptation de volume, hauteur, largeur.

Partant d'un palmier issu de jardineries, vendu en petit pot, vous pouvez le planter directement en gros volume ou commencer par quelque chose de moyen, qu'il faudra changer après un an. En résumé, un premier choix de 10 l est correct, de 20 à 25 l ou plus, vous permettra de ne pas le rempoter avant au moins 2 ans.

Conseil : plus son univers sera lumineux plus il demandera d'eau, sans toutefois devoir le surarroser. De juin à septembre, vous pourrez le sortir sans l'exposer au soleil des heures chaudes et rayons ardents.

Quand planter le palmier multipliant ?

La plantation peut se faire toute l'année en intérieur chauffé l'hiver, bien que la meilleure période pour un début de croissance rapide soit de mars à mai.

Comment le planter ?

Une fois le choix du pot déterminé, préparez un mélange à peine acide, composé de 1/3 de terre de bruyère, 1/3 de terreau pour plantes vertes et 1/3 de perlite. Si vous disposez d'engrais en billes à libération lente, vous pouvez l'ajouter au mélange à raison de 3 g/l de terre.

Malaxez le tout de façon homogène, placez des graviers dans le fond de votre pot après avoir bien vérifié qu'il soit percé. Remplissez une partie du volume à l'aide du substrat, présentez votre palmier bien centré et refermez en tassant au fur et à mesure.

Le premier arrosage doit être copieux.

Culture et entretien du Dypsis lutescens

Culture et entretien du <em>Dypsis lutescens</em>

Alejandro Bayer Tamayo/CC BY-SA 2.0/Flickr

Les arrosages doivent être réguliers mais jamais excessifs, 2 à 3 petits apports par semaine feront l'affaire. L'hiver en fonction de la température de la pièce, 1 à 2 arrosages suffiront.

Si, lors du rempotage, vous avez utilisé un engrais à libération lente ou un terreau enrichi, vous n'aurez pas besoin de le fertiliser avant 9 mois. Sans cela, après une période de 6 mois, commencez la nutrition à l'aide d'un fertilisant liquide pour palmiers ou plantes vertes. Un passage tous les 15 jours au printemps et en été puis une fois par mois en automne, hiver.

Ce palmier comme bien d'autres, une fois rempoté, commence par grossir son volume racinaire, ce qui donne souvent une impression d'immobilité foliaire. Une fois les racines bien établies, il se met à pousser de manière rapide et spectaculaire, en hauteur et nombre de jeunes troncs.

Supprimez à l'aide d'un sécateur les palmes sèches ou jaunissantes.

Bon à savoir : contrairement à certaines croyances, les palmes de ce Dypsis ne sont pas toxiques.

Maladies, nuisibles et parasites

Sur les tiges et les faces inférieures des feuilles, des cochenilles peuvent faire leur apparition, également au niveau racinaire. Pulvérisez un insecticide spécifique très bien supporté par ce palmier. Si les racines sont attaquées ou par précaution si le feuillage l'est, arrosez votre palmier avec le même insecticide que pour la pulvérisation au même dosage.

Un flétrissement soudain ou une décoloration vert pâle à jaune clair indiquent une maladie fongique, bien souvent le phytophthora. Enlevez les plantes atteintes et détruisez-les. Évitez les sols hydromorphes, ainsi qu'une surfertilisation.

Multiplication du Dypsis lutescens

Multiplication du <em>Dypsis lutescens</em>

© Horticolor - Lyon

La seule façon de multiplier ce palmier est le semis. Beaucoup parlent de diviser la touffe, mais c'est une erreur. En effet, cette touffe est composée d'un cœur unique, par conséquent, la diviser revient à sectionner la partie vitale du palmier. Arracher des rejets, même jeunes donne un pourcentage de réussite inférieur à 10 % après 1 an…

Quand semer ?

Le palmier multipliant produit des fleurs suivies de graines après 8 à 10 ans. Elles sont mûres lorsqu'elles deviennent marron, soit un mois et demi après la floraison (octobre). L'idéal est de les laisser sécher tels quels pour les semer au printemps suivant.

Un semis immédiat est possible, mais compte tenu de la saison il vaut mieux attendre quelques mois. Ces graines se conservent très bien en atmosphère ambiante.

Semez-en mars, avril ou mai en fonction de votre équipement pour semis et de la région que vous habitez. Si vous disposez de terrines couvertes, commencez en mars, pour un semis sans protection, semez en mai.

Comment semer ?

Le taux de réussite pour ce palmier est de 90 % si les graines sont de qualité.

Semez en terrines ou directement en pots de 1 l. Il vous faut un mélange simple mais drainant. Prenez à parts égales, terreau à semis, terre de bruyère fine et perlite. Semez de manière traditionnelle en recouvrant les graines de 1 cm de substrat. Laissez les semis à la lumière et arrosez-les régulièrement. En aucun cas le mélange ne doit sécher.

La levée prend 30 jours environ à une température constante de 20 °C. Brumisez les jeunes pousses si votre air est sec.

Prenez garde à une chose essentielle si vous semez en caissette basse : lorsque vous voyez apparaître la première feuille, la pousse possède déjà une racine unique de 1 à 2 cm. N'attendez pas trop pour empoter les jeunes plants. Plus vous attendrez, plus il sera difficile de démêler les racines. Une racine cassée sur un plant signifie la mort de ce plant. De même, ne séparez jamais la graine de sa pousse et de ses racines. La graine se sépare naturellement au moment opportun. Le premier empotage peut se faire en pot de 1 ou 2 l.

Astuce : pour les semis en pots, plantez par 3 les graines, afin d'avoir dès le plus jeune âge des palmiers touffus. Il ne sera pas nécessaire de les séparer par la suite. Pour les semis en caissettes, empotez par 3 vos jeunes plants pour avoir très vite le même résultat.

Conseils écologiques

Brumisez régulièrement votre palmier multipliant, cela lui apporte un meilleur taux d'hygrométrie et nettoie les palmes de la poussière. Pour ce faire, utilisez une eau de pluie ou distillée. Vous pouvez également nettoyer doucement les palmes avec une éponge humide afin de favoriser la photosynthèse ralentie par un dépôt de poussières.

Un peu d'histoire…

Le Dypsis lutescens était déjà décrit et dénommé par Hermann Wendland (horticulteur et botaniste allemand, 1825-1903) comme Chrysalidocarpus lutescens, mais fut reclassé dans la classification valable aujourd'hui par Henk Jaap Beentje (botaniste néerlandais né en 1951) et John Dransfield (botaniste anglais né en 1945) en 1995.

Le Dypsis lutescens est originaire de Madagascar comme une grande partie des palmiers de cette espèce.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides