Chamaerops humilis

Chamaerops humilis en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Palmier nain, Faux doum

  • Nom(s) latin(s)

    Chamaerops humilis

  • Famille

    Arécacées

  • Type(s) de plante

    Arbre ▶ Palmier

    Plante ornementale ▶ Plante à feuillage décoratif

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Forme

    Buissonnant
    Élancé ou colonnaire
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    2 à 10 m et +
  • Largeur à maturité

    1 à 3 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Faible
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Normale
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol calcaire Sol sableux Sol caillouteux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé Sol sec
  • Densité

    1 pieds/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
  • Utilisation intérieure

    Véranda Serre froide
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Bosquet ou forêt Plantation isolée
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le genre Chamaerops ne comporte qu'une seule espèce depuis que le palmier chanvre Chamaerops fortunei est devenu Trachycarpus fortunei. Le Chamaerops humilis est l'un des rares palmiers originaire d'Europe avec le Phoenix theophrastii, endémique de l'île de Crête. Il pousse le long des côtes méditerranéennes (moitié sud de l'Espagne, Sardaigne, sud de l'Italie, Maghreb) et sur les pentes rocheuses marocaines de l'Atlas et du Rif parfois jusqu'à 1 200 m d'altitude, souvent sur sol calcaire. Sa présence en Europe témoigne d'un passé plus chaud et humide bien qu'il soit aujourd'hui bien acclimaté aux hivers neigeux. On l'appelle aussi « faux doum » en raison de sa ressemblance avec le palmier doum d'Égypte, Hyphaene thebaica, qui aussi pousse en touffe mais comporte des troncs ramifiés.

Sa particularité est de former des rejets obliques depuis la souche qui créent une touffe d'environ 3 m en tous sens. Les feuilles palmées adoptent des teintes très variables allant du vert foncé à l'argenté pruiné et sont pourvues d'épines à leur base. On trouve ainsi différentes variétés de Chamaerops humilis selon les régions possédant différents degrés de rusticité. Les stipes sont couverts de fibres brunes bien différentes de celles du palmier à chanvre Trachycarpus fortunei. L'absence d'épines sur le pétiole du Trachycarpus est un autre critère distinctif facile à repérer chez de jeunes sujets. À l'état sauvage, les Chamaerops sont presque acaules (dépourvus de stipe) du fait du broutage des troupeaux, tandis qu'en culture, les stipes mesurent 3-4 m jusqu'à 6-7 m de haut avec un diamètre de 25 cm. Ils présentent à la base des anciens pétioles mêlés à des fibres brunes puis deviennent annelés et gris marron avec le temps. Certains ouvrages distinguent la variété arborescens ou elata qui ne comporte qu'un seul stipe.

La couronne comporte 30 à 50 feuilles palmées. Les pétioles minces verts ou pourpres, longs de 30 cm à 1 m, sont couverts en partie d'un duvet blanchâtre et d'épines acérées jaunes à marrons, orientées vers le sommet. Les feuilles palmées raides et coriaces sont presque rondes, composées de segments étroits plus ou moins longs (30 à 45 cm), bifides aux extrémités. Le limbe est généralement vert clair sur le dessus et couvert d'une pruine blanche au revers mais certaines races sont gris bleuté sur les 2 faces.

Les Chamaerops sont surtout dioïques (sujet mâle et femelle distinct) mais on trouve des formes monoïques (2 sexes sur la même plante) ou hermaphrodites (2 sexes sur la même fleur). L'inflorescence courte et peu ramifiée est entourée d'une spathe de 30 cm. Les fleurs mâles dotées de 6 à 9 étamines qui surmontent un calice charnu sont odorantes et paraissent en fin de printemps. Les fleurs femelles possèdent 3 carpelles charnus. Les fruits ovoïdes orangés à rouge sombre mesurent 2 à 5 cm et dégagent une odeur nauséabonde. Ils ne se mangent pas sauf en période de disette ou pour un usage médical. Ils contiennent une pulpe très fibreuse, un peu sucrée et sont très astringents. Ces drupes renferment 1 à 2 graines ovoïdes ou en forme d'ellipse.

L'étymologie du nom Chamaerops vient du grec chamai (à terre) et de rhops (buisson) et son nom d'espèce humilis d'origine latine insiste sur le caractère « bas » du palmier.

Les feuilles servent occasionnellement de fourrage pour les chèvres et les moutons. En Sardaigne, les segments des palmes séchées servent à tisser des paniers et des chapeaux. On fabrique également des balais et brosses avec les fibres. Le cœur du palmier cru ou cuit est consommé dans les montagnes marocaines mais surtout la fabrication de crin végétal à partir des feuilles a constitué une véritable industrie au Maroc (voir Histoire). Ce crin sert aussi à confectionner des cordes, des paniers, des couffins dans les campagnes.

Espèces et variétés de Chamaerops

Palmier nain, faux doum (Chamaerops humilis )

 Palmier nain, faux doum (Chamaerops humilis )
  • Végétation : Forme une touffe de stipes de 3 m en tous sens. Stipe fibreux de 25 cm de diamètre. Feuilles palmées vert clair dessus ou gris bleuté sur les 2 faces, de taille variable (70 cm maxi de diamètre). Pétioles épineux.
  • Fleurs et fruits : Inflorescences très courtes et peu ramifiées jaune vif en fin de printemps, le plus souvent fleurs mâles et femelles sur des pieds distincts. Fruits ovoïdes rouge foncé non comestibles.
  • Qualités : Originaire de Méditerranée occidentale. Résiste à -10 /-12 °C. Très peu exigeant. S’utilise en pleine terre ou en bac.

Palmier de Goethe (Chamaerops humilis var. arborescens ou elata)

 Palmier de Goethe (Chamaerops humilis  var. arborescens ou elata)
  • Végétation : Stipe unique qui ne drageonne pas. Peut atteindre 6 m de hauteur.
  • Fleurs et fruits : Couronne de palmes très ample.

Chamaerops humilis var. argentea (syn. Chamaerops humilis var. cerifera)

 Chamaerops humilis  var. argentea (syn. Chamaerops humilis var. cerifera)
  • Végétation : Feuilles presque bleues de 40 cm de diamètre.
  • Qualités : Originaire des montagnes de l’Atlas. Le plus rustique (-15 °C). S’utilise en pleine terre ou en bac.

Chamaerops humilis 'Vulcano' (syn. Chamaerops humilis 'Etna')

 Chamaerops humilis 'Vulcano' (syn. Chamaerops humilis 'Etna')
  • Végétation : Port très touffu mais rejetant moins que le type. Hauteur maximale de 2,50 m. Pétioles avec très peu d’épines. Feuilles épaisses vert bleuté à segments plus larges et courts.
  • Qualités : Sélectionnée à partir d’un peuplement sur l’île de Vulcano en Sicile. S’utilise en pleine terre ou en bac.

Semis et plantation du Chamaerops

Semis et plantation du Chamaerops

Où le planter ?

Le palmier nain apprécie une situation chaude et ensoleillée entre 22 et 30 °C mais se montre relativement tolérant. Étant capable d'endurer des tempêtes de neige, il supporte par ailleurs la sécheresse, les courants d'air ainsi que les embruns. Un gel bref à -12 °C endommage les feuilles mais rarement le cœur si bien que le stipe émet une nouvelle couronne de feuilles ou bien des rejets paraissent visant à reconstituer la touffe.

On peut le cultiver de très longues années en pot.

Quand planter Chamaerops humilis ?

Plantez Chamaerops humilis au printemps ou en été.

Comment le planter ?

En pleine terre :

  • Creusez une large et profonde fosse et veillez à bien drainer le sol. Plantez sur butte si le sol est gorgé d'eau en hiver.
  • Évitez de déranger les racines et ajoutez du compost ou un engrais organique complet à la terre.

En pot :

  • Veillez à placer une couche de drainage au fond du pot.
  • Il se contente d'un substrat léger et pauvre, sableux ou caillouteux (¾ de sable et ¼ de terreau).

Culture et entretien du Chamaerops 

Culture et entretien du Chamaerops 

Arrosez copieusement les premières années et en été afin de favoriser sa reprise. Attendez cependant que le terreau sèche sur 2 cm avant d'arroser à nouveau.

Faites un apport de compost ou d'engrais organique à l'automne afin que les minéraux puissent être libérés au printemps. Chez les plantes en pot, un engrais de type N-P-K-Mg, pourvu d'une forte teneur en potassium et magnésium de formule 3-1-3-1 convient bien. Si vous utilisez de l'engrais minéral, poursuivez la fertilisation jusqu'à fin novembre puis cessez durant l'hiver.

Paillez le pied des jeunes sujets à l'automne comme protection contre le froid.

Au nord de la Loire, rentrez le palmier en serre ou dans la maison et n'oubliez pas de l'habituer progressivement au soleil lorsque vous le ressortirez au printemps.

Rempotez les palmiers nains en pot tous les 3 ans ou effectuez un surfaçage annuel.

Taille du Chamaerops humilis

Quand tailler ?

Tailler le palmier nain au printemps ou en été.

Comment tailler ?

Coupez les feuilles marron à quelques centimètres du stipe. Si vous laissez les feuilles sèches, elles finiront par se décomposer en préservant la base des pétioles durant quelques années.

Maladies, nuisibles et parasites

Si vous observez un dessèchement des palmes du Chamaerops humilis, plusieurs causes sont possibles :

  • Un vieillissement naturel de la palme, en particulier celles du pourtour de la couronne.
  • Si le limbe s'est couvert de taches vert foncé qui ont bruni ou jauni, il s'agit d'un dégât occasionné par le gel.
  • Si le dessèchement est précédé du rougissement des tissus, il s'agit d'un coup de soleil.
  • Si des taches noires persistantes apparaissent sur le limbe, il s'agit d'une pourriture des racines entraînée par un excès d'eau : améliorez le drainage du sol.

Note : le jaunissement des feuilles peut être dû à une carence en fer ou en minéraux (magnésium). Fertilisez avec un engrais complet pour palmiers.

Sinon, assez peu de nuisibles s'attaquent aux palmiers nains qui poussent en extérieur si ce n'est dans le sud de la France, où le papillon Paysandisia archon et le charançon rouge du palmier (Rhynchophorus ferrugineus), introduits par accident, commettent des dégâts majeurs : palmes découpées, trouées, desséchées ou jaunies. Ils s'attaquent à toutes sortes de palmiers et conduisent à leur mort rapide : une fois le cœur atteint par les larves, les palmes se dessèchent complètement.

Plusieurs solutions sont possibles afin de lutter contre ces ravageurs :

  • Un processus de lutte biologique et sans danger, à base de nématodes microscopiques (Steinernema carpocapsae) sous forme de poudre mélangés à de l'argile. À diluer dans l'eau avant d'être pulvérisés dans le haut du stipe et la couronne humides. Effectuez 3 passages à 3 semaines d'intervalles de mars à novembre.

Note : une boîte de 50 millions de nématodes permet de traiter 1 à 5 arbres mais elle ne se conserve que 2 semaines au réfrigérateur !

  • L'application de la glu Biopalm brevetée par l'INRA composée majoritairement de substances d'origines végétales (huiles végétales, latex et colophane). Elle a un effet préventif essentiellement contre le papillon et s'applique sur le sommet du palmier, une fois par an, à l'aide d'un appareil de projection. Elle forme ainsi une barrière physique qui empêche la ponte et affaiblit les insectes qui sortiraient du stipe. Elle s'applique aussi sur les plaies fraîches visant à limiter l'émission de substances attractives destinées au charançon rouge.
  • Autre traitement préventif : l'insecticide naturel Ostrinil®, composé de spores de champignons. À appliquer toutes les 3 semaines de début juin à septembre.

Bon à savoir : ces deux ravageurs progressent très rapidement. Une mobilisation générale dans les régions infectées est donc nécessaire pour contrôler cette progression. Afin de limiter leur expansion par le biais du pollen, sectionnez les hampes de fleurs mâles et posez un collier de glu à la base de la couronne.

Les pucerons, araignées rouges et cochenilles sont des parasites assez classiques, particulièrement en intérieur. Des traitements préventifs et curatifs naturels existent, comme le purin d'orties, utilisez-les avant d'employer des produits chimiques !

Multiplication du Chamaerops

Multiplication du Chamaerops

Chamaerops humilis se multiplie par semis en fin d'été-automne ou au printemps.

Les graines germent facilement sans traitement, au bout de 2 à 4 mois, même à l'extérieur en climat doux. Sinon utilisez une mini serre chauffée ou une caissette disposée sur un radiateur. Certains conseillent cependant de les faire tremper quelques jours dans de l'eau tiède avant de les semer.

Repiquez les plantules au printemps d'après dans des pots individuels et placez-les en pépinière abritée. Les plants croissent très lentement durant les 5 premières années. Attendez au moins 3 ans avant de les mettre en pleine terre.

Conseils écologiques

Chamaerops humilis permet de lutter efficacement contre l’érosion et la désertification car la touffe se régénère naturellement après un incendie en émettant de nouveaux drageons. Par ailleurs, c’est un des rares palmiers à tolérer des conditions aussi difficiles que la neige, la sécheresse, la pauvreté du sol.

Un peu d’histoire…

Le Chamaerops est un des palmiers les plus cultivés au monde pour l’ornement. Les Grecs le nommaient Phoenix chamaeriphes, traduction littérale de « palmier jeté à terre ».

La plante figurait sous son nom de Chamaerops dans le mois floréal du calendrier républicain qui correspondait au 3 mai.

Les palmes servaient au XXe siècle à produire le crin végétal utilisé pour rembourrer les matelas, les sièges pour automobiles, les fauteuils. Ainsi 120 000 tonnes de crin par an furent exportées du Maroc entre 1900 et 1995.

Chamaerops humilis est considéré comme un élément typique du faciès le plus thermophile du maquis méditerranéen, caractérisant une végétation méditerranéenne semi-aride. Sa limite naturelle extrême vers le nord se situe à Hyères (43°07'). En France, on le trouve dans l’Aude, localement sur la Côte d’Azur probablement échappé des jardins mais pas en Corse. Il existait probablement à l’état sauvage dans l’île de Malte et en Crête (d’après Théophraste IVe siècle avant J. C.) et occupa de grandes surfaces en Algérie avant la colonisation française.

Il existe un spécimen du Chamaerops humilis var arborescens, une forme non cespiteuse, planté en 1585 au Jardin botanique de Padoue où on le surnomme « palmier de Goethe » car celui-ci le décrivit lors de son voyage en Italie.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides