Phytolacca americana

Daniel Jolivet/CC BY 2.0/Flickr

Introduit en Europe au cours du XVIIe siècle pour l'ornement des jardins, sa culture fut ensuite dédiée à la teinture de différents produits tels que les encres, les tissus et le vin. Le phytolacca americana(ou raisin d'Amérique) est aujourd'hui devenu une peste végétale à combattre absolument.

Phytolacca americana : présentation

Le genre Phytolacca comprend environ trente-cinq espèces de plantes vivaces, d'arbustes et d'arbres poussant en zones tempérées ou tropicales. Phytolacca dioica, par exemple, est un arbre que l'on rencontre assez souvent dans les jardins de Corse. Dans le Sud, il est appelé belombra. Cet arbre n'est pas considéré comme une plante invasive, à la différence des espèces vivaces.

Le raisin d'Amérique est une plante vivace à feuillage caduc, haute de 3 à 4 m selon les endroits où elle pousse, au port dressé et vigoureux. Ses tiges très épaisses, mais creuses, présentent une teinte rouge framboise quand elles sont jeunes et lie de vin en fin de saison, qui contraste avec le feuillage vert clair. La plante disparaît en hiver, mais repart au printemps suivant.

De juin à septembre, des grappes de fleurs blanches érigées, légèrement odorantes, s'épanouissent. Elles donnent ensuite des baies vertes, puis noires, en longues grappes pendantes quand les baies grossissent.

Ces baies renferment des graines plates, noires également, qui ont une très longue durée de vie. Elles peuvent rester en dormance pendant de nombreuses années dans le sol.

À savoir : Phytolacca americana et Phytolacca decandra sont deux synonymes pour la même plante.

Phytolacca americana : une plante toxique aux multiples usages

Phytolacca americana, de son nom latin, a plusieurs noms vernaculaires : raisin d'Amérique, raisin des teinturiers, vigne de Judée, épinard doux de la Martinique, épinard des Indes, herbe à la laque…

Tous ces noms illustrent bien les différents usages que l'on en faisait autrefois, en teinture (avec les baies noires), dans l'alimentation (les jeunes feuilles étaient consommées cuites comme les épinards) et dans la pharmacopée ancienne.

Mais aujourd'hui, les études ont démontré que Phytolacca americana est toxique pour l'homme et pour bon nombre d'animaux, dont ceux d'élevage (moutons, cochons, vaches, chevaux, dindons…), qui peuvent en mourir.

Toute les parties de la plante sont en réalité toxiques. Cette toxicité est due, entre autres, à la saponine présente dans les baies et à l'acide oxalique présent dans les feuilles. Pour être consommées, les jeunes feuilles, doivent être cuites dans deux eaux successives afin d'éliminer le plus possible l'acide oxalique. Crues, elles sont hautement toxiques. Les baies autrefois utilisées pour la coloration du vin ou de différents produits alimentaires, sont purgatives.

La plante est encore employée en homéopathie et en phytothérapie aujourd'hui, mais l'automédication est très fortement déconseillée.

Par contre, les oiseaux, comme les grives et les pigeons, qui digèrent la pulpe, mais pas les graines, sont friands des baies et disséminent les graines partout.

Phytolacca americana : une plante envahissante

Phytolacca americana colonise les terrains frais et élimine progressivement les autres espèces végétales. Cette plante finit par détruire la biodiversité dans les milieux où elle pousse. Elle est encore vendue dans le commerce, mais plus pour longtemps car elle entre dans la liste des plantes exotiques envahissantes et dans celle des espèces invasives répertoriées par l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).

La meilleure solution est l'arrachage après fauchage, avant que les fleurs ne donnent des graines. La souche très forte est ligneuse et s'enracine profondément dans le sol, car elle est pivotante. Il vaut donc mieux effectuer l'arrachage des plantes encore jeunes et ne pas attendre qu'elles s'installent, particulièrement en arrachant tous les rejets qui poussent grâce aux semis spontanés de la plante.

Enfin, si vous avez un raisin d'Amérique dans votre jardin, ne laissez surtout pas la plante fructifier, afin de ne pas attirer les oiseaux qui s'en nourrissent, comme les grives, merles, pigeons, tourterelles. Ces oiseaux sont un des principaux facteurs de dissémination des graines dans les jardins alentour et dans la campagne. Coupez les tiges au ras du sol avant la fin de l'été.

Bon à savoir : comme les graines peuvent rester plusieurs années dans le sol avant de germer, il faut également surveiller de très près les repousses éventuelles et les arracher tout de suite.

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Ces pros peuvent vous aider


Produits


Pour aller plus loin


Quel est votre projet ?

Décrivez votre demande en quelques clics !

Des professionnels de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides