Caryota

Caryota en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Caryota, Palmier queue de poisson

  • Nom(s) latin(s)

    Caryota mitis

  • Famille

    Arécacées

  • Type(s) de plante

    Arbre ▶ Palmier

    Plante ornementale ▶ Plante à feuillage décoratif

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Forme

    Palme ou parasol
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    2 à 10 m et +
  • Largeur à maturité

    2 à 4 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen , à vaporiser
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Lente
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol neutre
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Mi-ombre
  • Utilisation intérieure

    Salon/Cuisine Véranda
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le caryota est un palmier des pays asiatiques chauds et humides, et se cultive sous nos climats en tant que plante d'intérieur. Il ne résiste en effet pas aux températures hivernales négatives. Son tronc s'appelle un stipe (tige non ligneuse) et le palmier peut atteindre de grandes hauteurs dans son milieu d'origine (15 à 20 m). En pot, il arrive entre 2 et 3 m de haut, en grande serre et bac de culture conséquent, il arrive à 10 m et davantage.

Le stipe du caryota est surmonté de palmes fines, très longues et retombantes. L'originalité des palmes du caryota l'ont fait surnommer « palmier queue de poisson » et elles font tout son intérêt. Ces palmes de couleur vert foncé sont bipennées, presque plates et divisées en pinnules au bord dentelé. L'ensemble fait penser à la forme de la queue des poissons et à leurs écailles.

Les fleurs du caryota apparaissent quand le palmier est adulte. Elles sont jaune verdâtre. Cette floraison se remarque tout le long du stipe, et elle va entraîner la mort du palmier. Mais comme des rejets ont en général poussé au pied du stipe principal, ils remplacent rapidement ce dernier. Le caryota pousse lentement, il est donc rare de le voir fleurir quand on achète un jeune sujet en pot pour une culture d'intérieur.

Le caryota adulte produit des fruits arrondis en grappes pendantes. Ils sont irritants et jugés toxiques pour les humains car ils contiennent des oxalates.

Ce palmier prend une belle ampleur en poussant quand on lui donne de bonnes conditions de culture, malgré sa croissance de quelques centimètres par an seulement. Il doit donc avoir la place de se développer. Les palmes retombantes sont fines mais bien touffues. Il est possible de l'associer avec toutes les autres plantes vertes ornementales, et particulièrement avec les grands ficus qui peuvent lui apporter un ombrage protecteur. Il sera aussi en bonne compagnie avec des plantes à fleurs supportant l'ombrage.

Note : l'espèce Caryota urens est aussi appelé « palmier à sucre » pour sa sève que l'on transforme en « sucre de palme » ou « vin de palme ».

Espèces et variétés de caryota

L'espèce la plus connue actuellement pour l'ornement des intérieurs est Caryota mitis. Les jardineries et fleuristes la proposent assez couramment depuis quelques années. L'espèce Caryota urens est plutôt cultivé en serre de jardin botanique.

Caryota mitis

 Caryota mitis
  • Floraison : Fleurs jaunes en grappes, qui arrivent quand le sujet est adulte.
  • Végétation : Hauteur de 15 à 20 m, 2 à 4 m en pot. Port souple et retombant. Stipe rigide surmonté de tiges fines portant des palmes vert foncé, bien touffues.
  • Qualités : La forme des palmes est très originale, elle s'inscrit bien dans un décor intérieur contemporain, ou à l'inverse dans un décor exotique.

Caryota urens

 Caryota urens
  • Floraison : Fleurs regroupées en longues inflorescences pendantes, suivies par des baies rougeâtres.
  • Végétation : Hauteur de 20 à 30 m dans son milieu naturel. Stipe assez haut et très fin, palmes souples et très touffues.
  • Qualités : Beau sujet quand on a la place de le cultiver, plutôt en serre.

Plantation du caryota

Plantation du caryota

Pinus/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Où le planter ?

Le caryota cultivé en intérieur n'aime pas le soleil direct et doit être protégé des rayons brûlants qui peuvent arriver des fenêtres exposées au sud.

En serre, il restera sous l'ombrage de plantes vertes plus grandes que lui, ou dans un coin ombragé.

En extérieur, il ne résiste pas aux températures négatives, mais si on le sort en été au jardin, il faut là aussi le placer sous l'ombrage de grands arbres.

Quand planter le caryota ?

Il est élevé en conteneur, et peut ainsi être acheté toute l'année. Aussitôt achetée, la plante doit bénéficier d'un rempotage de départ pour lui donner un pot plus grand, en rapport avec ses dimensions et un substrat nutritif. En effet, le mélange utilisé en production est en général très pauvre puisque les plantes sont arrosées avec une solution enrichie en nutriments.

Cependant, ne rempotez pas en automne ou en hiver, la meilleure période se situe en période de végétation au printemps et en été. Le rempotage suivant aura lieu au printemps ou en début d'été.

Comment le planter ?

Prévoyez un terreau riche et un pot de bonne taille (min 40 cm au départ) pour que les racines puissent avoir la place nécessaire à leur développement.

Culture et entretien du caryota

Culture et entretien du caryota

BotMultichillT/CC BY 3.0/Wikimedia

Arrosez très régulièrement quand il fait chaud, et vaporisez le feuillage. Ce palmier aime les atmosphères chaudes et humides, il ne résiste donc pas à la sécheresse du sol ni de l'air ambiant. Un arrosage copieux est recommandé, mais il ne faut jamais laisser d'eau résiduelle dans la soucoupe.

Apportez un engrais organique en cours d'été et un en automne pour aider la plante à attendre le rempotage printanier qui renouvellera les éléments nutritifs du substrat. Quand on ne peut plus rempoter, un premier apport doit se faire au printemps. Attention aux excès de phosphore, ils provoquent une carence en manganèse qui devient fatale à la plante. Optez pour un engrais faible en phosphore.

En hiver, veillez à garder ce palmier loin des sources de chaleur qui assèchent l'atmosphère. On peut le placer dans une pièce plus fraîche, entre 13 et 15 °C. Les arrosages et la vaporisation du feuillage seront alors moins fréquents.

Le rempotage a lieu tous les deux à trois ans car la plante pousse lentement.

Taille du caryota

Ce palmier queue de poisson n'a pas besoin d'être taillé, laissez-le se développer selon sa forme naturelle. La suppression des palmes desséchées est la seule coupe à effectuer si besoin. Elle se fait plutôt au printemps ou en été. De façon générale, évitez de tailler les palmiers car les plaies peuvent attirer les ravageurs.

Maladies, nuisibles et parasites

Les parasites et maladies des palmiers sont en particulier des papillons dont les larves occasionnent de gros dégâts, et des champignons pathogènes. Ils sont peu nombreux mais entraînent souvent la mort de la plante à plus ou moins brève échéance, et surtout peuvent se répandre sur les autres palmiers des environs et ainsi infester de larges zones. Un palmier qui se dessèche, dont le stipe ou les feuilles se déforment ou se cassent sans raison apparente doit être déclaré aux autorités sanitaires (Service de la protection des végétaux) pour un examen approfondi. La lutte contre le charançon rouge est par exemple réglementée, celle contre le phytophthora (champignon parasite) est absolument nécessaire et les plantes atteintes doivent être brûlées.

Le caryota cultivé en intérieur peut devenir la proie d'araignées rouges quand l'air est trop sec. Cette situation entraînera le dépérissement de la plante qui n'arrive pas longtemps à résister aux atmosphères trop sèches. Posez le pot sur un lit de graviers maintenus humides et vaporisez le feuillage régulièrement.

Multiplication du caryota

Multiplication du caryota

BotMultichillT/CC BY 3.0/Wikimedia

Le caryota produit des rejets à son pied, d'autres stipes qui vont se développer et remplacer le stipe principal quand celui-ci meurt. La multiplication se fait donc de façon naturelle.

Pour multiplier la plante en culture, on peut essayer de séparer un rejet pour le replanter ailleurs, ou bien semer des graines, mais ces opérations sont plutôt réservées aux professionnels.

Conseils écologiques

Ce palmier se cultive en intérieur dans des conditions hygrométriques favorables. Si l'on peut le placer en serre, les conditions seront bien meilleures, par exemple avec d'autres grandes plantes vertes qui créent un microclimat, ou quand on peut installer un système de brumisation. Quand on le garde en appartement ou dans une maison, il faut veiller à le placer dans un endroit éloigné des radiateurs qui assèchent particulièrement l'air à proximité.

Un peu d'histoire…

Caryota mitis est originaire d'Asie du Sud-Est, on le rencontre plus particulièrement en Birmanie, dans le sud de l'Inde et aux Philippines. Dans son milieu naturel, il est utilisé par les populations locales pour la fabrication d'une farine (le « sagou ») tirée de son stipe, et d'une boisson sucrée tirée de sa sève.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides