Melaleuca

Melaleuca en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Melaleuca, Cajeputier, Arbre à thé, Niaouli

  • Nom(s) latin(s)

    Melaleuca

  • Famille

    Myrtacées

  • Type(s) de plante

    Arbuste ▶ Arbuste à fleurs

    Plante comestible ▶ Aromatiques et condiments | Plante à tisane

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Forme

    Étalé ou tapissant
    Buissonnant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,45 à 5 m
  • Largeur à maturité

    1 à 2 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Modéré
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Normale
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Bouturage
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Moyenne
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol calcaire Sol sableux Sol caillouteux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé Sol humide
  • Anti-insectes Certaines plantes ont des vertus répulsives contre des nuisibles ou, au contraire, protègent d'autres plantes en attirant les nuisibles.
    Anti-moustiques : À planter près de vos lieux de vie (terrasse, pergola, table ou jeux de jardin…) pour écarter les moustiques.
    Anti-pucerons : À planter près de vos fleurs fragiles pour les protéger.
    Anti-mouches, anti-limaces et anti-doryphores : À planter à proximité de votre potager pour le protéger. (Les plantes anti-mouches servent à lutter contre des mouches spécifiques qui attaquent les légumes.)

    Moustiques
  • Densité

    1 pied/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
    Mi-ombre
  • Utilisation intérieure

    Véranda Serre froide Serre tempérée
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Massif ou bordure Haie Plantation isolée Rocaille
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Les Melaleuca sont des arbustes persistants présents principalement en Australie mais aussi en Papouasie-Nouvelle-Guinée, en Indonésie et en Asie du Sud-Est. Leur surnom paperbark (écorce à papier) vient de l'épaisse écorce de certaines espèces arborées, constituée de la superposition de membranes blanchâtres. Fort de 230 espèces dont 220 sont endémiques d'Australie ou Tasmanie, le Melaleuca constitue le plus vaste genre de cette région après l'Eucalyptus même si, pour certains auteurs (Australian Native Plants Society), le nombre d'espèces oscille plutôt entre 170 et 200. Le Callistemon (rince-bouteille) est très proche du Melaleuca, aussi les deux genres sont souvent confondus dans l'historique des nomenclatures. Tous ces végétaux austraux font partie de la famille des Myrtacées.

Le Melaleuca est assez malléable et pousse aussi bien dans des sols bourbeux que dans des sols bien drainés, et généralement pauvres. On le trouve le long des cours d'eau ou au bord des marais dans des forêts clairsemées ou denses, dans des zones arbustives.

Les feuilles coriaces, alternes ou opposées décussées, glabres ou velues sont généralement aromatiques, de petites tailles et de forme plate ou enroulée sur elles-mêmes, rappelant les bruyères, le millepertuis, les feuilles écailleuses de certains thyms ou encore les feuilles lancéolées de l'olivier, etc.

Les fleurs filamenteuses sont hermaphrodites et groupées en écouvillons comme chez le rince-bouteille ou en petites sphères. Le calice à 5 sépales parfois caducs et la corolle à 5 pétales sont très réduits si bien que l'on visualise surtout les faisceaux formés par les étamines. Ces dernières sont fixées par paquets sur la partie médiane ou à la base de chacun des 5 pétales. Leurs couleurs rose, blanche, mauve ou rouge donnent un aspect très décoratif à l'arbuste. Les inflorescences paraissent en extrémité et le long des rameaux. Leur qualité nectarifère leur a valu le nom de honey myrtle (myrte à miel) appliqué surtout aux espèces buissonnantes. En Australie, le pic de floraison des Melaleuca se situe entre septembre et novembre ce qui correspond au printemps chez nous.

Les fruits rappellent les capsules ligneuses groupées le long des tiges du callistemon. Leur coque semi-globuleuse ou globuleuse laisse échapper de minuscules graines uniquement après un feu ou à la mort de la plante. Il est donc facile de les recueillir à tout moment en approchant une flamme.

L'utilisation de l'écorce parcheminée de certaines espèces comme le niaouli est très courante chez les Aborigènes. Ils emballent leur nourriture, en font de larges ceintures porte-bébés ou encore des nasses pour la pêche. Les écorces roulées puis assemblées servent même à fabriquer des embarcations légères.

Les feuilles contiennent des huiles essentielles exploitées pour certaines espèces dans l'aromathérapie comme l'arbre à thé (tea tree) et le niaouli, essences désignées sous le nom de « goménol » en Nouvelle-Calédonie. L'huile essentielle de niaouli (Melaleuca) mélangée à de l'huile végétale sert à masser les muscles douloureux. Elle est recommandée dans le traitement des affections respiratoires, pour stimuler les défenses naturelles, comme bactéricide, antiviral, antimycosique et pour équilibrer le système nerveux autonome. Elle sert aussi en diffusion à éloigner les insectes ou assainir l'air et s'incorpore aux savons, aux bonbons et liqueurs en Nouvelle-Calédonie. L'infusion des feuilles servait traditionnellement à laver les enfants et les malades ou leur décoction à lutter contre la grippe. L'huile essentielle de niaouli est aussi extraite de Mleucadendra.

Le tea tree, issu de M. alternifolia, est aussi un antibactérien à large spectre d'action (notamment pour les staphylocoques et streptocoques), un fongicide, un antiviral, un cicatrisant et stimulant des défenses immunitaires. Il est désormais introduit dans de nombreux produits cosmétiques pour son effet germicide et comme insectifuge (contre les poux). Même si peu d'essais cliniques appropriés ont à ce jour confirmé son efficacité, la production de l'huile essentielle d'arbre à thé est la plus importante parmi les Melaleuca depuis 10 ans. L'arbuste est cultivé naturellement dans une zone restreinte du nord de la Nouvelle-Galles du Sud mais aussi aux États-Unis, au Zimbabwe, en Nouvelle-Zélande et en Chine. Cette huile essentielle est exploitée depuis la colonisation de l'Australie vers 1800. Les Aborigènes l'utilisaient sous une forme non traitée contre les maux de tête, les rhumes et comme insectifuge. Le plan d'eau dans lequel tombaient les feuilles de cet arbre était ainsi considéré comme une eau miraculeuse.

Attention : le terme « tea tree » s'emploie pour l'espèce Melaleuca alternifolia mais aussi pour le genre Leptospermum.

Les bois de M. quinquenervia et leucadendra sont exploités dans de nombreuses régions tropicales comme bois d'œuvre (traverses de chemin de fer, poteaux), pâte à papier, bois énergie. Le niaouli est aussi apprécié pour son miel ou comme arbre d'ornement. Il s'est largement implanté sous les tropiques jusqu'à poser de sérieux problèmes d'invasion notamment dans les marais des Everglades en Floride.

Le feuillage et les tiges fleuries des Melaleuca se conservent bien en faisant tremper les tiges dans l'eau ou en les vaporisant.

Le nom Melaleuca vient du grec melas, noir et leucos, blanc. Cette combinaison de mots qui peut sembler contradictoire vient de ce que certaines espèces présentent une base de tronc sombre et des branches claires. Le passage des feux de brousse accentue évidemment cet effet.

Espèces et variétés de Melaleuca

Malheureusement, très peu de ces espèces australiennes sont diffusées en Europe comparées aux genres Callistemon et Grevillea et encore moins ses cultivars. Ces derniers sont d'ailleurs plutôt issus de sélections de plants sauvages car il existe une forte variabilité au sein des espèces.

Cajeputier (Melaleuca squamea, nommé à tort M. nesophylla)

Espèce type

Cajeputier (Melaleuca squamea, nommé à tort M. nesophylla) Espèce type
  • Végétation : Arbuste persistant dressé de 1,50 m de haut sur 1 m de large. Feuillage en écailles grises duveteuses.
  • Fleurs et fruits : Fleurs entre février et avril, en écouvillons mauves de 2 cm. Anthères jaune pâle donnant beaucoup d'éclat.
  • Qualités : Originaire de Tasmanie et du sud et sud-est de l'Australie. Résiste à -7 ou -8 °C. Demande à être arrosé en situation sèche. Pousse bien en Bretagne.

Cajeputier (Melaleuca gibbosa)

Espèce type

Cajeputier (Melaleuca gibbosa) Espèce type
  • Végétation : Arbuste étalé de 1 m de haut sur 1,20 m de large. Rameaux fins et souples. Feuillage fin rappelant la callune, grisâtre, au parfum épicé.
  • Fleurs et fruits : Fleurit en Bretagne en permanence sinon plutôt en été. Petits pompons mauves de 1,5 cm de long.
  • Qualités : Originaire de Tasmanie et du sud et sud-est de l'Australie. Résiste de -7 à -10 °C. Idéal en bord de mer ou en pot. À tailler légèrement en mai-juin.

Melaleuca nesophila (syn. M. nesophylla, Myrtoleucodendron nesophyllum)

Espèce type

Melaleuca nesophila (syn. M. nesophylla, Myrtoleucodendron nesophyllum) Espèce type
  • Végétation : Arbuste de 3 m de haut sur 2 m de large (4 sur 3 dans son habitat). Feuilles ovales, lisses, de 1 cm de long, gris vert, très décoratives.
  • Fleurs et fruits : Inflorescences sphériques mauves à anthères dorées virant au blanc.
  • Qualités : Originaire de l'Australie-Occidentale. Résiste à -7 °C. Bon écran à croissance rapide.

Melaleuca à feuilles de millepertuis (Melaleuca hypericifolia)

Espèce type

Melaleuca à feuilles de millepertuis (Melaleuca hypericifolia) Espèce type
  • Végétation : Arbuste arrondi, dense, souvent pleureur, de 4,50 m en tous sens, seulement 2 m en culture. Feuilles oblongues à elliptiques de 5 cm de long, opposées décussées, rappelant celles du millepertuis, vert moyen à vert clair. Il existe une forme prostrée.
  • Fleurs et fruits : Écouvillons de 6 cm de long sur 5 cm de diamètre, à étamines rouge profond à orange. Épis apparaissant sur le vieux bois si bien qu'ils sont souvent cachés.
  • Qualités : Originaire de la côte sud-est de Nouvelle-Galle du Sud. Fleurit mieux au soleil mais se développe à l'ombre, dans un sol léger à argileux, sec ou humide. Arrosez régulièrement. Très populaire en Australie. Invasif dans le sud de Victoria. Recépage possible. 'Ulladulla Beacon' est une forme tapissante.

Melaleuca à feuilles de bruyère (Melaleuca ericifolia)

Espèce type

Melaleuca à feuilles de bruyère (Melaleuca ericifolia) Espèce type
  • Végétation : Arbuste sur tronc très étalé de 2 jusqu'à 9 m de haut. Feuilles comme de courtes aiguilles vert sombre évoquant la callune, isolées ou par trois.
  • Fleurs et fruits : Fleurs blanches parfumées, de 0,7 à 1,7 cm de long en automne, plutôt estivales chez nous.
  • Qualités : Originaire de Nouvelle-Galle du Sud, Victoria et Tasmanie. Pousse le long des ruisseaux, dans les marais côtiers ou dans les forêts sclérophylles sèches. Soleil ou ombre. Tolère le sel.

Melaleuca à feuilles de diosma (Melaleuca diosmatifolia, syn. M. ericifolia var. erubescens)

Espèce type

Melaleuca Espèce type
  • Végétation : Port compact de 3 m de haut sur 2 m de large. Feuilles en aiguilles non piquantes de 12 mm de long.
  • Fleurs et fruits : Écouvillons de fleurs éclatantes violacées, de 5 cm de long, en été.
  • Qualités : Du sud-est de l'Australie en zone humide ou sèche. Très bel arbuste mais qui tolère assez mal le gel en climat méditerranéen d’après les essais menés par l'Astredhor* en 2012.

Melaleuca bracteata

Espèce type

Melaleuca bracteata Espèce type
  • Végétation : Arbre de 10 m à écorce fissurée gris foncé. Feuilles sans pétiole, étroites grises à vert sombre, pointues voire piquantes, de 1 à 3 cm de long sur 1,5 à 3 mm de large, glabres.
  • Fleurs et fruits : Épis de 1,5 à 3,5 cm de long. Fleurs blanches solitaires ou par 3. Étamines de 2 mm de long par paquets de 16 à 25. Capsules de 2-3 mm avec sépales persistants.
  • Qualités : Du nord-est de l'Australie. Plante intéressante pour la culture en pot d'après les études de l'Astredhor*.

Melaleuca decussata

Espèce type

Melaleuca decussata Espèce type
  • Végétation : Arbuste de 2 à 4 m de haut sur 2 de large. Feuilles lancéolées de 10 mm de long sur 3 mm de large, vert bleuté.
  • Fleurs et fruits : Écouvillons de 2-3 cm de long, mauve clair pâlissant rapidement.
  • Qualités : De la côte sud de l'Australie. Décrite en 1812 par Robert Brown. Plante intéressante pour la culture en pot d'après les études de l'Astredhor*.

Melaleuca à feuilles de thym (Melaleuca thymifolia)

Espèce type

Melaleuca Espèce type
  • Végétation : Arbuste de 1 m en tous sens. Petites feuilles dressées à odeur d'épice.
  • Fleurs et fruits : Capitules globuleux ébouriffés violet pâle à pourpre vif, de la fin du printemps jusqu'en automne.
  • Qualités : Un des plus rustiques. S'adapte à tous les sols et climats. Préfère les sols humides.

Desert honey-myrtle, white tea-tree (Melaleuca glomerata)

Espèce type

Desert honey-myrtle, white tea-tree (Melaleuca glomerata) Espèce type
  • Végétation : Arbuste étalé de 3 à 10 m. Écorce blanche feuilletée. Feuilles linéaires de 1 à 5 cm de long sur 1 à 2 cm de large, gris-vert, plus ou moins velues.
  • Fleurs et fruits : Profusion d'épis blanc crème. Fleurs contenant 5 groupes d'étamines par paquets de 4 à 9. Capsule de 2 mm de large.
  • Qualités : Plante désertique du centre de l'Australie. Vit dans les lits de ruisseau et dépressions dans les sables rouges, l'argile ou les sables humifères. S'utilise en arbre d'alignement à Port Augusta. Tolère tous les sols, légèrement salins, des climats secs à tempérés.

Melaleuca à feuilles de lin (Melaleuca linariifolia)

Espèce type

Melaleuca à feuilles de lin (Melaleuca linariifolia) Espèce type
  • Végétation : Arbuste de 6,50 m sur 3,50 m à écorce parcheminée blanche. Feuilles linéaires rappelant celles du lin, de 25 mm de long.
  • Fleurs et fruits : Épis terminaux d'étamines blanches qui recouvrent complètement le feuillage, à la fin du printemps-été.
  • Qualités : Milieux humides ou drainés de la côte est de la Nouvelle-Galle du Sud et sud du Queensland. Aime le soleil et les sols humides. Produit une huile essentielle. Résiste à -7 °C.

'Snowstorm'

Melaleuca 'Snowstorm'
  • Végétation : Port nain de 1,50 m.
  • Fleurs et fruits : Très florifère. Fleurs blanches.
  • Qualités : --

'Sea Foam'

Melaleuca 'Sea Foam'
  • Végétation : Petit arbre de 2,50 m.
  • Fleurs et fruits : Magnifique floraison blanche.
  • Qualités : --

Melaleuca armillaris

Espèce type

Melaleuca armillaris Espèce type
  • Végétation : Arbuste de 5 à 9 m de haut, à écorce fissurée grise se détachant en lanières. Feuilles alternes en aiguilles glabres de 12-25 mm à bout recourbé, vert sombre.
  • Fleurs et fruits : Écouvillons d'abord rose-rouge en boutons puis blancs, de 5 cm de long, au printemps et en été.
  • Qualités : De la côte est australienne. Croissance rapide. Résiste à -7 voire -10 °C.

Niaouli, arbre à peau (Melaleuca quinquenervia)

Espèce type

Niaouli, arbre à peau (Melaleuca quinquenervia) Espèce type
  • Végétation : Arbre de 4 à 20 m de haut à tronc tortueux. Écorce crème très épaisse et parcheminée. Feuilles larges comme celles de l'olivier à 5 nervures parallèles, velues, vert-gris nacré.
  • Fleurs et fruits : Écouvillons de 4-8 cm de long. Fleurs blanches au printemps et un peu toute l'année. Étamines groupées par 6-9 sur chaque pétale.
  • Qualités : Originaire de la côte est australienne, de Nouvelle-Calédonie et Nouvelle-Guinée. Arbre de parc et d'alignement, naturalisé en Floride et dans les Everglades, en sol sec à marécageux.

Tea tree, arbre à thé (Melaleuca alternifolia)

Espèce type

Tea tree, arbre à thé (Melaleuca alternifolia) Espèce type
  • Végétation : Petit arbre touffu de 4 à 8 m, à écorce parcheminée se détachant en fines lanières. Feuilles alternes, étroites, linéaires, de 35 mm de long sur 1 mm de large, vert brillant.
  • Fleurs et fruits : Épis blancs de 8 à 24 fleurs en octobre-novembre. Fleurs à 4 sépales et 4 pétales ovés et 5 faisceaux d'étamines.
  • Qualités : Originaire d'une petite région du nord de la Nouvelle-Galles du Sud et sud-est du Queensland, dans les marécages et sur les rives. Pluies abondantes, sols argileux à sablonneux. Résiste à -7 °C.

Grey Honey Myrtle (Melaleuca incana)

Espèce type

Grey Honey Myrtle (Melaleuca incana) Espèce type
  • Végétation : Arbuste à port retombant portant de minces rameaux arqués de 2 m en tous sens. Jeunes pousses rougeâtres virant au vert-gris bordé de rouge en été puis au violet-gris avec le froid. Feuilles très velues surtout avec le froid, mesurant 15 mm de long.
  • Fleurs et fruits : Petits pompons de 2,5 cm, jaunes à crème au printemps.
  • Qualités : Du sud-ouest de l'Australie. Tolère bien la sécheresse une fois établi. Préfère les sols légers. Fleurit moins s'il manque d'eau les mois précédents. Résiste à -7 °C.

Plantation du Melaleuca

Plantation du <em>Melaleuca</em>

mrpbps/CC BY 2.0/Flickr

Où le planter ?

Installez le Melaleuca en climat doux comme sur le littoral breton ou la Côte d'Azur car sa rusticité ne va pas au-delà de -7 °C. Même si dans son pays d'origine, il apprécie les sols humides, chez nous, il est préférable de le planter dans un sol bien drainé, quitte à arroser davantage durant l'été.

Le Melaleuca tolère bien la mi-ombre mais la floraison est plus importante au soleil.

Les espèces de l'Ouest australien réussissent mal en sol humide.

L'arbuste peut aussi se cultiver dans un grand pot ou bac que vous abritez des gelées fortes durant l'hiver dans une serre froide ou une véranda.

Quand planter le Melaleuca ?

Au printemps de préférence.

Comment le planter en pleine terre ?

Creusez une fosse assez large et placez du gravier ou du sable au fond du trou pour améliorer le drainage. Ajoutez un peu de terreau à la terre de remplissage.

Comment planter le Melaleuca en bac ?

Réalisez un mélange de terreau et de sable avec une couche de drainage au fond du conteneur.

Culture et entretien du Melaleuca

Culture et entretien du <em>Melaleuca</em>

John Tann/CC BY 2.0/Flickr

Maintenez le sol suffisamment humide au cours de l'été de façon à encourager la croissance.

Appliquez un engrais à libération lente après la floraison surtout dans le cas d'une culture en pot.

Note : les espèces natives du sud-ouest de l'Australie marqué par des étés secs et des hivers humides ne supportent pas trop les terrains humides, les zones tropicales et subtropicales aux étés pluvieux. Cependant, les espèces suivantes, Melaleuca fulgens, M. nesophila, M. lateritia, M. diosmifolia et M. huegelii du sud-ouest, se sont bien adaptées sur la côte est du Queensland et de la Nouvelle-Galles du Sud. Par ailleurs, M. viridiflora est une espèce tropicale qui pousse avec succès dans des zones fraîches à condition de protéger les jeunes plants du gel.

Taille du Melaleuca

Quand tailler ?

Après la floraison.

Comment tailler ?

Pour garder une forme compacte, taillez le Melaleuca à la fin de sa floraison en ôtant jusqu'à 50 % de la longueur des pousses. Les arbustes tolèrent même des tailles drastiques jusqu'au sol, notamment M. decussata et nodosa réagissent très vigoureusement.

Maladies, nuisibles et parasites

Peu de parasites s'en prennent au Melaleuca. En Australie, une chenille défoliatrice (Orthaga thyrsalis) formant une toile sur le rameau, à l'instar de nos chenilles processionnaires, commet cependant de gros dégâts, également sur Leptospermum et Callistemon.

Les racines sont peu sensibles à la pourriture.

En serre, les attaques d'acariens et de cochenilles peuvent se produire.

Multiplication du Melaleuca

Multiplication du <em>Melaleuca</em>

Ilena Gecan/CC BY-SA 2.0/Flickr

Les plants issus de semis résistent mieux au stress hydrique par rapport aux boutures mais demandent quelques années avant de fleurir.

Semis

En mars-avril, récoltez des rameaux comportant des capsules âgées au moins de 12 mois et placez-les au chaud dans un récipient ouvert. Les capsules s'ouvrent en 2-3 jours. Vous pouvez également passer une flamme près des capsules et recueillir les graines en plaçant un sac ou une feuille de papier en dessous.

Le semis direct (sur le sol directement) est pratiqué dans les pépinières australiennes. Aucun traitement spécial n'est recommandé mais la germination demande 2 à 4 semaines à 20-25 °C.

Une astuce consiste à placer un pot rempli de tourbe où les graines ont été semées en surface, au-dessus d'une soucoupe pleine d'eau de façon à s'assurer que les graines restent constamment humides. La pose d'une vitre sur le pot est une autre possibilité.

La lumière améliore la germination. Le succès du semis dépend aussi fortement de l'âge des graines, de la levée de dormance et du moment du semis.

Le Melaleuca peut mettre plus de 5 ans à fleurir sans que l'on soit sûr d'obtenir un plant conforme au pied-mère.

Bouturage

Procédez au printemps.

  • Prélevez des boutures de 5 à 10 cm de long sur des branches qui ont déjà fleuri.
  • Ôtez les feuilles sur la moitié ou les deux tiers inférieurs de la bouture. La bouture à talon (munie d'un bout d'écorce) et l'ajout d'hormone de croissance améliorent le taux de réussite.
  • Piquez les boutures dans un mélange sableux.
  • Repiquez séparément dans des pots de 10 cm dès qu'elles se touchent.
  • Conservez-les sous un châssis durant les deux premiers hivers jusqu'à leur plantation définitive.

Vos boutures fleuriront ainsi au bout de 2 ans.

Conseils écologiques

Le Melaleuca est un arbuste plus facile à réussir que les Callistemon ou certains Grevillea. En climat doux, ils sauront vous satisfaire amplement pour réaliser des haies, ensoleillées ou mi-ombragées, soumises aux embruns, plantées dans des sols pauvres plus ou moins bien drainés. Ils résistent au sel, au vent comme à la pollution.

Les fleurs très nectarifères attirent les insectes, les chauves-souris et les oiseaux, du moins dans leur habitat naturel.

Melaleuca quinquenervia est l'unique espèce à tendance invasive connue.

Un peu d'histoire…

Melaleuca alternifolia : son nom d'arbre à thé fut donné en 1770 par l'explorateur britannique James Cook et son équipage qui le buvaient en guise de thé. Par la suite, ils eurent l'idée de le mélanger à des feuilles d'épicéa pour obtenir une bière (note 1).

Les premières espèces de Melaleuca, M. leucadendra et cajuputi, furent recueillies au milieu du XVIIe siècle en Indonésie par George Runf, un marchand néerlandais. Elles vivent également au nord de l'Australie sous climat tropical.

Certains botanistes comme Lyn Craven (note 2) pensent que la séparation entre les genres Melaleuca et Callistemon basée sur l'arrangement des étamines n'est pas si évidente. Callistemon viminalis notamment est une espèce qui pose problème. Il serait d'avis de réunir tous ces végétaux sous le terme Melaleuca.

Le niaouli a été introduit en 1886 en Floride pour prévenir l'érosion des sols mais s'est malheureusement naturalisé jusqu'à mettre en péril la végétation indigène du fait de son attirance pour les marécages. On le trouve planté à la Réunion comme plante ornementale mais son cas n'est pas critique. En Nouvelle-Calédonie, son aire de répartition s'est étendue aux savanes suite à la destruction de la forêt primaire par les feux répétés et le défrichement. Son écorce ignifuge lui permet de résister au feu. Il couvrait 40 % de l'île en 1981 et se trouve entre 0 et 1 000 m d'altitude. Le niaouli est l'emblème de la Nouvelle-Calédonie. C'est d'ailleurs le surnom donné aux « Poilus » néo-calédoniens venus défendre la France en 1914-1918.

Note 1 : Longe J. L. 2005b, The Gale Encyclopedia of Alternative Medicine, Detroit, Thomson Gale.

Note 2 : Craven L. (2006), "New Combinations in Melaleuca for Australian Species of Callistemon (Myrtaceae) », The Australian National Herbarium (Novon 16), p. 468-475.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides