Polypode commun

Écrit par les experts Ooreka
Télécharger en .pdf

Polypode commun en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Polypode commun, Réglisse sauvage

  • Nom(s) latin(s)

    Polypodium vulgare

  • Famille

    Polypodiacées

  • Type(s) de plante

    Plante ornementale ▶ Plante à feuillage décoratif

    Plante comestible ▶ Aromatiques et condiments

Esthétique

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0 à 0,60 m
  • Largeur à maturité

    0.15 à 0.60 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Normale
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol sableux Sol caillouteux Terre de bruyère Humus Terreau
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    7 à 9 au m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Mi-ombre
    Ombre
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Couvre-sol Bosquet ou forêt Muret Talus
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Cette petite fougère très rustique mesure de 5 à 60 cm. Persistante, rhizomateuse, Polypodium vulgare, de la famille des Polypodiacées, possède des frondes à lobes profonds, vert mat foncé sur la face supérieure, plus clair au revers. Leur taille est généralement de 20 à 40 cm de long mais cela varie en fonction du milieu : elles ne dépassent pas 5 cm dans les creux des roches alors qu'elles peuvent atteindre 60 cm dans les pentes humides. Cette vivace glabre a un rhizome épais, un peu charnu et sucré, couvert d'écailles rousses. Ces frondes prennent naissance de façon isolée, le long du rhizome rampant. Les organes reproducteurs, les spores, sont renfermés dans des sporanges qui naissent sous les feuilles. Les sores, jaunes et de forme arrondie, sont très visibles et alignés sur deux rangées.

Ce polypode se propage lentement pour former de jolis tapis de verdure, conservant ses frondes solitaires, mais très rapprochées, légèrement inclinées, jusqu'à l'arrivée des suivantes au printemps.

On le trouve dans toute l'Europe, et dans des endroits parfois insolites, tellement il s'adapte à toutes les situations : le long des côtes, sur les dunes, les landes, sur les rochers recouverts d'une légère couche de terre, dans les tapis de mousse des forêts, jusque sur les arbres, car il peut être épiphyte. Si Polypodium vulgare est commun en France, jusqu'à 2 000 m d'altitude, il est plus rare en région méditerranéenne. On le trouve aussi en grande quantité en Scandinavie et dans les Carpates. Mais il ne vit pas qu'en Europe. En Amérique du Nord, elle se plaît dans certaines régions des États-Unis et du Canada.

Cette fougère n'est guère difficile. Elle aime aussi bien les lieux très ombragés que mi-ensoleillés. N'hésitez pas en garnir talus, bords d'escaliers, murets, souches d'arbres. Elle se plaît aussi bien en pot, associée à des bruyères ou des primevères et est parfaite pour habiller des endroits situés au nord ou à l'ouest, sur le balcon, une terrasse, une cour de ville, ou dans un coin du jardin un peu oublié. Elle n'a pas son pareil pour apporter du naturel aux scènes de vivaces ou animer la base d'arbres, surtout en hiver. Elle sert alors d'écrin aux hellébores et aux bulbes précoces. Elle craint le grand soleil ? Il suffit de la cacher sous des arbustes ou de grandes vivaces, comme des fuchsias, pour qu'elle puisse vivre partout. Cette espèce d'une étonnante rusticité est probablement la fougère résistant le mieux à la sécheresse. C'est une plante idéale pour les murs végétaux placés au nord ou à l'ouest.

Idées d'associations : Associez le polypode commun aux pervenches, aux brunneras, aux Meconopsis cambrica, aux bégonias vivaces… Utilisez-la en couvre-sol sous les camélias, les rhododendrons, les lauriers-tin

Cette fougère est parfois appelée réglisse des bois ou réglisse sauvage. En effet, son rhizome est parfois utilisé à des fins médicinales, mais aussi gastronomiques. Le rhizome, au goût amer et sucré, était autrefois utilisé pour aromatiser des confiseries, tel le nougat, car il contient une saponine, l'osladine, au pouvoir sucrant intense, correspondant à plus de 500 fois celui du sucre. Si vous voulez le grignoter, comme on grignote un bâton de réglisse, grattez-le jusqu'à voir apparaître une tige verte. Dans les pays de l'est de l'Europe, il est encore couramment employé en cuisine.

Le polypode a également des propriétés médicinales. On emploie le rhizome séché comme vermifuge, cholagogue, laxatif doux, diurétique et expectorant. Le polypode est utilisé assez souvent pour soigner la bronchite et la toux de même que la constipation et l'insuffisance hépatique.

Attention : ces traitements sont déconseillés aux femmes enceintes et qui allaitent.

Variétés de Polypodium vulgare

Polypode commun ou réglisse sauvage (Polypodium vulgare)

Espèce type

Polypode commun Espèce type
  • Végétation : Frondes jusqu'à 60 cm de long, selon son emplacement.
  • Qualités : Résiste à toutes les épreuves.

'Bifidomultifidum' syn. 'Bifidocristatum'

Polypode commun 'Bifidomultifidum' syn. 'Bifidocristatum'
  • Végétation : Longues frondes unipennées de 45 cm de long assez étroites. Apex de la penne multifurqué ce qui forme une houppe. Limbe coriace et parcheminé, vert tendre.
  • Qualités : Variété stérile.

'Ramosum'

Polypode commun 'Ramosum'
  • Végétation : Frondes divisées en deux, parfois dès le niveau du pétiole. Il est rare que le limbe soit segmenté, si bien que les frondes peuvent atteindre 20 cm de large.
  • Qualités : Variété stérile. Plus trapue que l'espèce type.

'Cornubiense'

Polypode commun 'Cornubiense'
  • Végétation : Frondes fortement divisées, aux pennes se chevauchant.
  • Qualités : Touffe à l'aspect plus dense.

'Bifido-multiceps'

Polypode commun 'Bifido-multiceps'
  • Végétation : Frondes divisées deux fois aux extrémités des lobes. Certaines frondes sont normales, d’autres sont bipennées, avec des crêtes aux extrémités, et d’autres sont à moitié modifiées.
  • Qualités : --

Plantation de Polypodium vulgare

Plantation de <em>Polypodium vulgare</em>

Où le planter ?

Plantez-le au soleil doux, à ombre et mi-ombre, en sol plutôt frais, sans trop de calcaire, même pauvre, voire pierreux.

En pot, plantez le polypode dans un mélange de 3/4 terreau de feuilles et 1/4 de sable.

Quand planter le polypode ?

Toute l'année, mais de préférence au printemps ou en automne

Comment le planter en pleine terre ?

Mettez le godet ou le conteneur à tremper dans un seau d'eau 15 min. Faites un trou de trois fois le volume de la motte. Ajoutez une poignée de compost. Positionnez la plante après l'avoir dépotée, rebouchez, arrosez, paillez.

Si vous voulez installer votre polypode dans la fissure d'un muret, faites un trou légèrement plus conséquent, à l'aide d'un tournevis par exemple, pour glisser les racines entourées d'un peu de terre.

Si vous souhaitez installez ce polypode sur une écorce d'arbre, puisque c'est une plante poussant éventuellement en épiphyte, enveloppez les rhizomes dans de la mousse et fixez-les dans la position souhaitée, à l'aide d'un fil, et conservez la fraîcheur jusqu'à établissement de la plante.

Comment planter le polypode en pot ?

En pot, positionnez la plante bien au milieu, rebouchez, arrosez, paillez. Si vous avez la possibilité de récolter un peu de mousse des bois, paillez avec cette mousse.

Note : le polypode commun adore particulièrement les murs végétaux, où l'eau ne stagne pas mais où l'humidité est constante.

Culture et entretien du polypode

Culture et entretien du polypode

En pleine terre, un arrosage bien suivi est indispensable pendant les premières semaines, afin que la plante s'acclimate. Ensuite, elle peut supporter des périodes de sécheresse, mais elle est toujours plus belle dans un sol frais. Taillez les feuilles abîmées et nettoyez la touffe, si besoin, en fin d'hiver.

Si vous l'avez installée dans une fissure de muret, vaporisez de l'eau régulièrement pendant les premiers mois.

En pot, arrosez dès que la terre sèche en surface, mais ne laissez jamais d'eau stagner dans la soucoupe.

Si vous êtes envahis de bébés polypode – ce qui arrive lorsque la plante se plaît particulièrement –, sachez que les fougères portent leurs spores reproductrices sous les feuilles. Ainsi, si vous souhaitez les supprimer, il faut couper les feuilles… Et alors, plus de fougères ! Pensez donc à surveiller régulièrement les bébés éventuels. S'ils ne sont pas à la bonne place, retirez-les rapidement, car les racines deviennent vite bien implantées.

Rempotez le polypode commun tous les 2-3 ans en mars-avril.

Rempoter une plante

Taille de Polypodium vulgare

On ne peut guère parler de taille, mais plutôt d'un nettoyage : à la fin de l'hiver, coupez à la base les frondes de l'année précédente qui brunissent quand apparaissent les nouvelles.

Maladies, nuisibles et parasites

Pas de maladie connue, pas d'attaque de parasites pour cette plante ultra résistante !

Récolte

Quand et comment récolter le polypode ?

Les racines se récoltent toute l'année, mais elles sont plus savoureuses, plus sucrées au printemps. Ôtez la partie brune, en grattant le rhizome, pour la cuisine. Pour ses propriétés médicinales, il suffit de faire sécher le rhizome et de le réduire en poudre.

La conservation du polypode

Vous pouvez conserver le rhizome, non gratté, pendant quelques jours, dans un lieu ventilé. Réduit en poudre, vous pouvez le conserver dans une boite hermétique pendant deux mois.

Multiplication de Polypodium vulgare

Le polypode commun se multiplie par division et semis.

Division

Divisez la touffeau printempsà l'aide d'une bêche, et séparez les éclats ayant des départs de fondes. Replantez-les aussitôt, en terre ou en godet.

Semis

Les semis spontanés sont nombreux, si la plante se plaît. Vous pouvez aussi en récupérer en forêt, en pleine terre, dans les murs, le plus souvent à l'ombre et à mi-ombre, mais parfois au soleil si elles trouvent la fraîcheur qu'elles affectionnent. Vous pouvez les trouver toute l'année, mais surtout au printemps. Jeunes, ce sont des plantes faciles à récupérer. Mettez-les en godet, dans du terreau de feuilles, puis rangez-les à l'ombre. Attendez six mois pour les mettre à leur place définitive.

Pour le semis, attendez la maturité des spores, en août en principe. Semez en caissette, dans un substrat composé à parts égales de sable et de terreau de feuilles. Installez cette caissette à mi-ombre, maintenez humide. À la levée, éclaircissez. Vous les repiquerez à la fin du printemps suivant, en godet, et attendrez l'automne pour les mettre en place.

Le saviez-vous ? On ne parle pas de graines pour les fougères, mais de spores. La différence ? Les spores – groupées dans des petits sacs appelés sporanges, regroupés eux-mêmes en sores – ne sont pas le résultat d'une fécondation comme celle des plantes à fleurs. La spore germe en un minuscule prothalle sur lequel, également grâce à une fécondation, se développe une nouvelle fougère. Pour les jardiniers, le résultat est le même. En tombant au sol, la spore se développe végétativement, fabriquant racines et frondes. Et ces fougères, lorsqu'elles se plaisent, ne lésinent pas sur le nombre de spores qui essaiment un peu partout, en pleine terre, dans les murs…

Conseils écologiques

Cette plante est si facile de culture que tous les jardins devraient l'accueillir, pour la biodiversité, surtout que sa végétation couvre-sol permet à la petite faune de s'y abriter.

Un peu d'histoire…

Ses petits noms : polypode commun, réglisse des bois, réglisse sauvage ; au Canada tripes-de-roches. Cette fougère est nommée, par les Anglophones : « common polypody », « rock polypody » ou « rock cap fern ».

Polypodium vient du grec « polys », nombreux, et « podos », pied, à cause de ses nombreux rhizomes. Quant à vulgare, cela veut dire commun.

Théophraste (philosophe, botaniste et alchimiste de la Grèce antique né vers -371) Dioscoride (médecin, pharmacologue et botaniste grec né entre les années 20 et 40 apr. J.-C) et Galien (médecin grec né en 129 apr. J.-C. ayant exercé à Rome) citaient déjà ses vertus comme vermifuge et laxatif doux.

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides