Sasa

Sasa en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Bambou nain

  • Nom(s) latin(s)

    Sasa

  • Famille

    Poacées

  • Type(s) de plante

    Plante ornementale ▶ Plante à feuillage décoratif

Esthétique

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Forme

    Étalé ou tapissant
    Buissonnant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,30 à 5 m
  • Largeur à maturité

    1 à 4 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Normale
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol sableux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol neutre
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    1 pied/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
    Mi-ombre
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Couvre-sol Bosquet ou forêt Massif ou bordure Haie Plantation isolée
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Il n'y a rien qui ressemble plus à un bambou qu'un autre bambou ! Avec la vogue de ces plantes d'aspect exotique qui rassemblent de très nombreuses qualités, de nombreuses espèces ont été cultivées sous nos climats à partir des années 80 et souvent employées sans prendre réellement en compte leurs particularités. Les bambous sont aujourd'hui mieux connus et toujours autant appréciés pour la décoration des jardins. Les plus petits d'entre eux comme Sasa ont permis tout d'abord de couvrir des talus, puis leur aspect décoratif a retenu l'attention, ainsi que la possibilité de les conduire, par des tailles répétées, en haies régulières, vagues moutonnantes ou bordures épaisses.

Ces plantes dont le feuillage persiste mais se renouvelle presque entièrement chaque année entrent dans la famille des herbacées. Ce ne sont donc pas des ligneux, bien que leur port dressé puis la rigidité et la dureté de leurs tiges les fassent ressembler à des arbustes ou à des arbres pour les plus hauts.

Sasa et ses différentes espèces sont communément appelés des bambous nains ou petits bambous. Cette catégorie s'échelonne entre 40 cm (Sasa pygmaea) et 3 m de haut en passant par toutes les hauteurs comprises entre ces extrêmes.

Ces espèces se caractérisent par un feuillage lustré, très large sur certains (5 à 7 cm de large) et souvent très long également. Il pousse de façon dense sur de courtes tiges appelées aussi cannes ou encore chaumes. Certains Sasa ont les feuilles les plus longues parmi les bambous commercialisés en France, comme celles de Sasa tessellata atteignant 50 cm de long.

L'attrait particulier du Sasa tient également à son port couvre-sol, compact et régulier, retombant sur certains et bien dru sur d'autres. Sur ces derniers, le port dressé permet de tailler la plante à chaque fin d'hiver pour amplifier l'aspect de petite haie ou de tapis végétal.

Comme tous les bambous, la floraison du Sasa est soit sporadique, soit grégaire (tous les bambous d'une même espèce fleurissent en même temps, quel que soit leur âge). Dans tous les cas, elle met de longues années avant d'apparaître. La floraison grégaire peut signifier le dépérissement des touffes car chaque chaume ayant fleuri sèche ensuite. Si tous les chaumes d'une même touffe fleurissent, la touffe dépérit donc en entier. Cela se produit heureusement peu souvent, souvent à plusieurs dizaines d'années d'intervalle.

Les différentes espèces de Sasa font partie des bambous à rhizomes traçants, mais dont la croissance n'est en général pas très rapide par rapport à d'autres espèces de bambous. Ils se développent en touffes denses sur des cannes relativement fines.

Les jeunes pousses, appelées turions, sont comestibles et réputées pour leur saveur sur certaines espèces, en particulier sur Phyllostachys. Parmi les espèces de Sasa, seul Sasa palmata 'Nebulosa' est véritablement apprécié pour sa saveur. Comme ses turions poussent en grand nombre grâce à la vigueur de ses rhizomes, on peut donc les couper dès qu'ils sortent de terre pour les préparer en salade.

Espèces et variétés de sasa

La difficulté principale avec les bambous est de se repérer dans les espèces tant elles sont de synonymes. Il est ainsi très courant de différencier Chimanobambusa marmorea et Arundinartia marmorea alors qu'il s'agit d'une seule et même espèce, tout comme le sont Pseudosasa japonica et Bambusa metake, ou encore Phyllostachys nigra et Bambusa nigra. Les espèces de Sasa ne dérogent pas à la règle, bien au contraire ! Le sujet est vaste et les appellations anciennes ou nouvelles se rencontrent autant sur les étiquettes que dans les catalogues.

Sasa admirabilis (syn. Sasa elegantissima)

--

Sasa --
  • Végétation : Feuillage large de 5 cm environ et de longueur moyenne (20 cm). Port retombant sur environ 1 m de haut.
  • Qualités : Joli feuillage sur une touffe souple, décorative en isolé. Préfère les endroits ombragés et ne pousse pas bien en bac. Résiste à -18 °C.

Sasa latifolia (= Indocalamus latifolius = Arundinaria latifolia)

--

Sasa latifolia (= Indocalamus latifolius = Arundinaria latifolia) --
  • Végétation : Feuilles larges disposées de haut en bas sur des cannes dressées atteignant entre 2 et 3 m de haut.
  • Qualités : Touffe bien dressée à utiliser en bosquet ou en angle de palissade. Préfère les situations abritées des vents forts. Résiste à -18 °C.

Sasa masamuneana (ou Sasaella glabra)

'Albostriata'

Sasa masamuneana (ou Sasaella glabra) 'Albostriata'
  • Végétation : Feuilles striées de jaune clair, portées sur des tiges dressées, formant une touffe très dense et bien compacte sur 1 à 1,50 m de haut. Par la taille, on peut le conserver à 50 cm de haut.
  • Qualités : Très apprécié pour la couleur panachée du feuillage et son port dru. À réserver aux bordures, petits massifs en association avec d'autres arbustes ou plantes vivaces. Résiste à -18 °C.

'Aureostriata'

Sasa 'Aureostriata'
  • Végétation : Feuilles striées de jaune foncé, de façon variable. Port dressé et compact, touffe régulière sur 1,50 m de haut.
  • Qualités : Très apprécié pour la couleur panachée du feuillage et son port dru. À réserver aux bordures, petits massifs en association avec d'autres arbustes ou plantes vivaces. Résiste à -18 °C.

Sasa palmata 'Nebulosa'

--

Sasa --
  • Végétation : Feuilles décoratives de 7 cm de large sur 20 à 25 cm de long, disposées en palmes. La touffe atteint entre 2 et 3 m de haut avec un port arrondi. Rhizomes traçants vigoureux. Tiges noires qui se remarquent davantage quand le bambou arrive à maturité.
  • Qualités : Très belle espèce pour son feuillage original. Idéal en haie ou en massifs d'arrière plan très épais. Espèce comestible, les jeunes pousses peuvent se manger en salade. Résiste à -18 °C.

Sasa pumila

--

Sasa --
  • Végétation : Feuillage vert foncé, port dressé sur 80 cm de haut. Accepte très bien la taille pour couvrir de grandes surfaces car il pousse de façon vigoureuse.
  • Qualités : Excellent couvre-sol, en particulier pour couvrir les talus et fixer les sols sur les terrains en pente. Préfère une mi-ombre claire. Résiste à -20 °C.

Sasa pygmaea

--

Sasa pygmaea --
  • Végétation : Feuillage miniature rassemblé de façon dense de part et d'autre des tiges hautes de 40 cm au maximum et que l'on peut garder à 10 cm par la taille. Les feuilles jaunissent en hiver et finissent par tomber.
  • Qualités : Aujourd'hui classé dans les Pleioblastus. C'est le plus petit, offrant la possibilité de le tondre pour en faire de grands tapis verts. Il peut garnir des rocailles fraîches ou des petits jardins japonais. Résiste à -18 °C.

Sasa ruscifolia

--

Sasa --
  • Végétation : Port compact de 0,50 à 1,50 m selon la taille pratiquée. Feuilles courtes et larges très nombreuses sur des cannes très fines. Cela permet de le tailler en bordure, vague, table végétale, haie basse.
  • Qualités : C'est le plus utilisé pour les formes taillées de grande envergure ou les haies basses. Excellent couvre-sol. Il préfère une mi-ombre lumineuse dans les régions où le soleil est très fort. Se nomme aujourd'hui Shibatea kumasaca. Résiste à -22 °C.

Sasa tesselatta (= Indocalamus tesselatus = Arundinaria ragamowski)

--

Sasa tesselatta (= Indocalamus tesselatus = Arundinaria ragamowski) --
  • Végétation : Feuilles très longues, atteignant des records pour un bambou (50 cm de long). Port retombant sur 1,50 à 2 m de haut. Fines tiges peu serrées.
  • Qualités : Espèce très élégante qui se différencie beaucoup de l'aspect général des autres bambous. Elle peut former un sujet isolé de grande valeur décorative. Situations ensoleillées ou mi-ombragées. Résiste à -18 °C.

Sasa tsuboiana

--

Sasa tsuboiana --
  • Végétation : Feuillage compact assez long (20 à 30 cm) poussant sur des touffes régulières. Feuilles vert foncé, port dressé et arrondi sur 1,50 à 2 m de haut.
  • Qualités : Ce bambou accepte toutes les situations et forme des massifs bien fournis et réguliers en conservant un aspect ébouriffé assez original. Supporte -22 °C.

Sasa veitchii (syn. Sasa alb-marginata)

--

Sasa veitchii (syn. Sasa alb-marginata) --
  • Végétation : Touffe dense sur 1 à 1,50 m présentant des feuilles de 5 cm de large sur 20 à 25 cm de long. En fin d'automne, les feuilles se bordent de blanc crème et cette panachure s'intensifie pendant l'hiver, donnant un bambou vert et crème plusieurs mois d'affilée.
  • Qualités : Ce sasa a du succès depuis longtemps grâce à la beauté de son feuillage panaché en hiver. Résiste à -20 °C.

Plantation du sasa

Plantation du sasa

Où le planter ?

Le sasa pousse aussi bien au soleil qu'à mi-ombre mais en situation relativement lumineuse quand même. Il exige un sol assez frais pendant toute la saison de végétation et très bien drainé. En sol lourd, il est impératif d'apporter un amendement drainant.

Attention à ne pas le placer trop à l'ombre car la touffe risquerait alors de s'étioler. Certaines espèces n'aiment pas le soleil vif sous lequel leurs feuilles ont tendance à jaunir et sécher. Préférez dans ce cas une exposition mi-ombragée mais lumineuse, en particulier dans les régions du sud.

Quand planter le sasa ?

Le printemps et l'automne sont les périodes habituelles de plantation, avec toutefois une préférence pour la fin de l'été et le début de l'automne quand les cannes de l'année sont poussées. L'automne correspond aussi à la période de croissance des rhizomes souterrains, ce qui aide la plante à s'installer très vite dans son nouvel environnement.

Comment le planter ?

Une fosse large et profonde est recommandée, avec des parois légèrement inclinées. Cette fosse sera entourée d'une barrière anti-racinaire (ou barrière anti-rhizomes) de façon à éviter le développement de la touffe en dehors du périmètre souhaité. La barrière anti-racinaire est une bâche très résistante qui empêche les rhizomes de se propager plus loin et les incite à remonter à la surface en suivant les parois inclinées. Toutes les pousses non désirables pourront alors être coupées au ras du sol.

La bâche doit être plaquée sur les bords de la fosse, jusqu'au fond mais surtout ne pas recouvrir le fond de façon à laisser l'eau s'infiltrer et les échanges de matières se faire entre les différentes couches du sol par l'intermédiaire des micro-organismes. Elle doit aussi remonter de quelques centimètres au-dessus du niveau du sol. On peut ensuite la cacher avec un paillage ou une lame de métal, par exemple en bordure d'allée.

Les distances de plantation vont de 50 cm à 1 m selon les espèces de Sasa. Pour créer un tapis ou une bordure on peut planter à 50 cm, pour un massif mis en forme par la taille on espace de 80 cm environ, et pour un petit bosquet ou une animation le long d'un mur ou d'une palissade, une distance de 1 m permet aux espèces au port retombant de se développer plus harmonieusement.

Comment planter le sasa en bac ?

Pour les plantations en bac, prévoyez un contenant de grande largeur adapté aux espèces choisies. Un minimum de 50 cm est conseillé. Pour un Sasa de 2 m de haut, prenez un contenant d'1 m × 1 m. Choisissez un terreau de bonne qualité et placez des matériaux drainants au fond du bac. Ajoutez un engrais à libération lente.

Culture et entretien du sasa

Culture et entretien du sasa

L'arrosage est primordial pendant les deux premières années de plantation, ainsi que le désherbage entre les pieds. Ensuite, il faut veiller à ce que le sol ne s'assèche pas en période de végétation, ni en pleine terre, ni en bac. Un paillage permet de maintenir cette humidité avant que les pousses ne recouvrent totalement le sol. Ce paillage se compose facilement des feuilles mortes du bambou tombées à terre, ou des déchets de coupe (ou tonte).

En hiver, un arrosage tous les 15 jours quand il ne pleut pas est également conseillé car la plante a besoin d'eau pour conserver son feuillage. Si celui-ci s'enroule sur lui-même et sèche, c'est souvent le signe d'un stress hydrique.

Coupez au ras du sol les turions gênants. Apportez en fin d'hiver une couche de compost bien décomposé ou un engrais organique.

La période hivernale n'est pas un problème pour le sasa, toutes les espèces sont rustiques et supportent de -18 à -22 °C pour les plus résistantes.

Taille de Sasa

Quand tailler ?

La fin d'hiver est recommandée, bien avant que les jeunes pousses (appelées turions) ne sortent de terre. Ces dernières apparaissent entre avril et juin. On peut tailler une seconde fois dans la saison, quand les pousses se sont développées mais pas après la fin juillet pour laisser le temps au feuillage de repousser avant l'hiver.

Comment tailler ?

Sur les espèces moyennes de sasa, une taille à la cisaille permet d'homogénéiser l'aspect final et d'y passer moins de temps. On peut ainsi les former en bordure très compacte, en haie basse ou en vagues.

Pour les espèces naines, la tondeuse est le meilleur outil de taille afin de conserver un tapis ras et uni.

Sur les espèces à port retombant, il n'y a pas besoin de taille.

Maladies, nuisibles et parasites

Acariens et pucerons peuvent attaquer la plante quand les conditions de culture sont mauvaises, en particulier quand le sol est trop sec à une exposition trop ensoleillée. Arrosez davantage et améliorez le sol avec du compost pour que la matière organique contribue à rétablir le complexe argilo-humique du sol et retienne ainsi mieux l'eau. Arrosez en pluie pour éliminer les attaques.

Multiplication du sasa

Multiplication du sasa

En règle générale, il suffit de laisser pousser la plante pour qu'elle se multiplie seule grâce à ses rhizomes (racines qui donnent naissance à de nouvelles tiges qui sortent de terre en périphérie de la touffe). Mais il est aussi possible de diviser les touffes, ce qui est d'ailleurs recommandé pour les plantations en bacs qui n'ont plus assez de place au bout de quelques années et finissent alors par s'épuiser.

Quand diviser ?

Le tout début du printemps est une période propice, avant que les jeunes pousses n'apparaissent. On peut aussi diviser une fois les pousses sorties de terre, quand elles ont atteint déjà une bonne hauteur.

Comment diviser ?

Tranchez dans la touffe à l'aide d'une bêche aux bords coupants, ou d'un outil solide et coupant, bien affûté. Les rhizomes sont effectivement épais et durs. Chaque tronçon doit comporter un bourgeon, ou des cannes déjà poussées. Replantez aussitôt en terre ou en bac et arrosez copieusement.

Le bambou stressé par cette opération peut perdre des feuilles. Raccourcissez un peu les cannes pour aider la plante à reprendre plus vite.

Conseils écologiques

Planter un bambou dans son jardin ou sur sa terrasse implique que l'on sache comment la plante pousse et ses besoins en eau et en éléments nutritifs. Un minimum d'entretien est donc nécessaire, ainsi qu'une plantation adéquate pour éviter une colonisation non souhaitée des terrains ou massifs alentour par le bambou qui lui, s'étend tant qu'il trouve le terrain à son goût. Ces précautions permettent de conserver la plante dans un excellent état de santé et de ne jamais regretter d'avoir choisi ce type de plante pour le décor de son jardin ou de sa terrasse.

Un peu d'histoire…

Les bambous sont présents sur l'ensemble de la planète mais particulièrement sur le continent asiatique où, depuis des milliers d'années, ils sont cultivés pour les usages multiples que l'on peut en faire. Matériau de construction et de décoration, le bambou sert autant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Palissade, portail, mur ou charpente, il fournit aussi la matière des ustensiles de cuisine et de la plupart des objets usuels. Il se tisse ou s'assemble, se coupe ou se broie et se travaille ensuite comme un matériau très malléable dont la résistance est étonnante. Dans les pays asiatiques, il est aussi apprécié pour les qualités nutritives de ses jeunes pousses.

Selon les espèces, la rapidité de croissance est différente, mais la plupart des espèces aux rhizomes traçants se multiplient à grande vitesse et les bambous géants poussent également très vite. À maturité, ils atteignent de grandes hauteurs en une saison de végétation. Cela tient au mode de croissance particulier du bambou en paliers : les cannes arrivent toutes à la même hauteur en une année, et celles de l'année suivante les dépassent en hauteur, et ainsi de suite jusqu'au palier final de l'espèce. Les jeunes pousses grandissent alors plus vite pour arriver au dernier palier en une année.

Le bambou a été décrit en 1626 par un botaniste allemand, mais il a fallu attendre le XVIIIe siècle pour qu'ils soient baptisés par Linné, et le milieu du XIXe siècle pour qu'une culture spécifique de bambous soit acclimatée en France. Ce fut à Prafrance, dans le parc créé par Eugène Mazel et qui aujourd'hui est encore ouvert à la visite sous le nom de Bambouseraie de Prafrance ou Bambouseraie d'Anduze.

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides