Mélèze

Mélèze en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Mélèze

  • Nom(s) latin(s)

    Larix

  • Famille

    Pinacées

  • Type(s) de plante

    Arbre ▶ Conifère ou résineux

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Forme

    Arrondi, en boule ou ovale
    Conique ou pyramidal
    Pleureur ou tombant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    1 à 10 m et +

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Bouturage
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol calcaire Terre de bruyère Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé Sol humide

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Haie Plantation isolée
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le genre Larix compte 14 espèces de mélèzes appartenant à la vaste famille des Pinacées. On peut y ajouter l’espèce très voisine Pseudolarix amabilis.

Le mélèze d’Europe, Larix decidua, commun dans nos forêts de montagne, entre 1 200 m et 2 400 m d’altitude, est le plus connu dans notre pays. Ce grand arbre à aiguilles caduques pousse assez rapidement les 20 premières années (environ 4 m en 5 ans et 18 à 20 m en 20 ans), plus lentement ensuite. Il peut atteindre 30 à 40 m une fois adulte et vivre plusieurs centaines d’années (jusqu’à 600 ans !).

Son port régulier est généralement conique, assez étroit, avec un long tronc droit et une cime conique ou légèrement aplatie lorsqu’il est âgé. Ses branches sont horizontales vers le bas et ascendantes vers la cime. Elles portent de fins rameaux retombants. L’écorce du tronc, brun rougeâtre, d’abord lisse se fend ensuite en plaques lorsqu’elle s’épaissit.

Son feuillage assez léger est formé de bouquets de 30 à 40 aiguilles insérés le long des rameaux et de couleur vert clair au printemps. Elles ne sont pas piquantes au toucher. En automne, elles prennent une jolie teinte jaune lumineux.

Il fleurit en avril-mai avec des fleurs femelles jaunes pendantes et des fleurs mâles rouge pourpre dressées et décoratives.

Les fruits sont de petits cônes ovoïdes de 3 à 4 cm, bruns munis d’écailles fines et pointues, et qui mûrissent la même année. Les graines luisantes et brunes qui s’en échappent à maturité sont pourvues d’une aile.

Note : le mélèze a un système racinaire profond et très développé qui le fixe solidement au sol. Il a donc besoin d’un sol profond pour pouvoir s’y installer complètement.

Outre son usage décoratif en culture libre ou sous forme de haie dans un jardin, les mélèzes ont toujours été utilisés, surtout en montagne, pour leur bois aux qualités particulières. Imputrescible et dur, il a de multiples usages dans les constructions (bardeaux, poutres, charpentes, planchers…) ainsi qu’en menuiserie-ébénisterie (meubles, portes, fenêtres…), la confection de divers ustensiles agricoles (abreuvoirs, fontaines, canalisations, poteaux, piquets…). Son bois est également exploité traditionnellement sur place comme bois de chauffage.

De ses aiguilles et de son écorce, on extrait sa résine appelée « térébenthine de Venise » ou « manne de Briançon » lorsqu’elle est solidifiée. Celles-ci ont un usage médicinal traditionnel pour combattre entre autres les infections pulmonaires ou urinaires. Un autre effet rubéfiant est employé en usage externe pour soulager les rhumatismes ou certaines névralgies.

Espèces et variétés de mélèze

Vous trouverez dans le commerce, jardineries ou pépinières, une dizaine de variétés et hybrides issus principalement de mélèze d’Europe et de mélèzes du Japon. Généralement présentées en mottes ou en conteneur, elles se distinguent essentiellement par leur taille adulte, leur port et la couleur de leurs aiguilles.

Variétés de petite taille

Mélèze d’Europe pleureur (Larix decidua 'Puli')

Variétés de petite taille Mélèze d’Europe pleureur (Larix decidua 'Puli')
  • Feuillage et floraison : Aiguilles vert tendre puis jaune en automne.
  • Port et taille : Variété à port pleureur avec branches le long du tronc très étroit. Environ 1 à 2 m sur 1 m.
  • Qualités et usage : Rustique jusqu’à -20 °C.

Mélèze du Japon 'Stiff Weeping' (Larix kaempferi 'Stiff Weeping')

Variétés de petite taille Mélèze du Japon 'Stiff Weeping' (Larix kaempferi 'Stiff Weeping')
  • Feuillage et floraison : Aiguilles vert-bleuté puis jaune en automne.
  • Port et taille : Port pleureur régulier. Environ 2 m sur 1 m.
  • Qualités et usage : Rustique jusqu’à -15 °C au moins. Résistante au chancre. Adaptée au bord de mer.

Larix laricina 'Little Blue Ball'

Variétés de petite taille Larix laricina 'Little Blue Ball'
  • Feuillage et floraison : Aiguilles bleu-vert
  • Port et taille : Port sphérique compact. Jusqu’à 1,20 m de haut et de large.
  • Qualités et usage : Très rustique, jusqu’à -30 °C. Peut se cultiver en tige, pour bac, pot.

Larix laricina 'Blue Sparkler'

Mélèze  Larix laricina  'Blue Sparkler'
  • Feuillage et floraison : Aiguilles bleu-vert
  • Port et taille : Port globulaire. Jusqu’à 3 m de haut.
  • Qualités et usage : Rustique jusqu’à -20 °C. Pour massif, haie.

Variétés de grande taille

Mélèze d’Europe (Larix decidua ou europea)

Variétés de grande taille Mélèze d’Europe (Larix decidua ou europea)
  • Feuillage et floraison : Aiguilles en bouquets, vert-clair puis jaune lumineux en automne. Floraison jaune et rouge attractive en avril
  • Port et taille : Port conique relativement étroit jusqu’à 35 m de haut. Branches étalées, jeunes rameaux retombants.
  • Qualités et usage : Rustique jusqu’à -20 °C. En isolé, en haie, alignement.

Mélèze du Japon (Larix kaempferi)

Variétés de grande taille Mélèze du Japon (Larix kaempferi)
  • Feuillage et floraison : Aiguilles vert-bleu sur les 2 faces. Jaune doré en automne. Jeunes rameaux rougeâtres. Cônes mûrs en rosette.
  • Port et taille : Couronne conique et branches horizontales. Croissance rapide lorsqu’il est jeune jusqu’à 30 m.
  • Qualités et usage : Très rustique jusqu’à -30 °C. Craint les sols à humidité stagnante ou trop secs. Adapté à climat de bord de mer. En isolé, en haie ou en bosquet. Pour bonsaï également.

Mélèze hybride (Larix eurolepis)

Mélèze hybride ( Larix eurolepis )
  • Feuillage et floraison : Aiguilles vert-bleu sur les 2 faces. Jaune doré en fin d’automne. Cônes à écailles en rosettes. Jeunes rameaux rougeâtres.
  • Port et taille : Port conique étalé. Jusqu’à 30 m de haut.
  • Qualités et usage : Très rustique jusqu’à -30 °C. Croissance plus rapide que l’espèce type. Résiste bien au chancre du mélèze. En isolé ou en bosquet.

Mélèze laricin (Larix laricina)

Variétés de grande taille Mélèze laricin (Larix laricina)
  • Feuillage et floraison : Aiguilles vert tendre puis plus foncé. Belles couleurs jaunes d’automne.
  • Port et taille : Port conique assez touffu. Jusqu’à 20 m sur 10 m. Branches dirigées vers le haut.
  • Qualités et usage : Très rustique jusqu’à -30 °C. À planter en isolé, en massif en haie.

Espèces de genre voisin

Mélèze de Chine ou faux mélèze (Pseudolarix amabilis)

Espèces de genre voisin Mélèze de Chine ou faux mélèze (Pseudolarix amabilis)
  • Feuillage et floraison : Aiguilles souples vert-clair en rosettes. Couleur dorée en automne. Les cônes s’ouvrent à maturité.
  • Port et taille : Port conique. Croissance lente jusqu’à 15 à 25 m maximum de haut.
  • Qualités et usage : Rustique jusqu’à -25 °C au moins. Arbre d’ornement en isolé, en allée… Pour bonsaï également.

Plantation du mélèze

Plantation du mélèze

Où le planter ?

Plantez le mélèze dans tout sol (acide, neutre ou légèrement calcaire) humifère, profond, frais mais bien drainé. Évitez absolument les terrains compacts et gorgés d'eau.

Choisissez également un emplacement ensoleillé pour sa lumière avec suffisamment d'espace autour. Toutefois, il existe des variétés de tailles plus modestes (voire même naines) qui n'ont pas besoin de beaucoup d'espace pour bien se développer. Son enracinement important fait qu'il résiste bien aux coups de vent.

Le mélèze d'Europe s'accommode bien d'un climat froid et sec, mais supporte mal la pollution des villes. Il craint les sécheresses prolongées tout autant que les brouillards fréquents.

Le mélèze du Japon s'adapte mieux aux climats du bord de mer car il se plaît en atmosphère humide même estivale. Par contre, ses bourgeons plus précoces sont plus sensibles aux gelées tardives.

Conseil : pour une variété de grande taille, pensez à l'implanter assez loin d'un bâtiment ainsi que de la limite de propriété pour ne pas gêner le voisinage.

Quand planter un mélèze ?

Le mélèze étant un conifère, qu'il soit en motte ou en conteneur, plantez-le de préférence au printemps lorsque la terre s'est réchauffée et qu'elle n'est pas trop humide.

Comment le planter ?

S'il s'agit d'une variété de grande taille adulte, prévoyez une place suffisante pour le développement futur de ses racines (autant que pour la future ramure).

Prévoyez également un trou de plantation d'environ 2 fois le volume de la motte et bien drainé au fond.

La première année, il est impératif d'arroser régulièrement votre plant de façon à éviter tout dessèchement des racines encore proches de la surface.

Enfin, haubanez bien votre plant pendant 3 à 4 ans jusqu'à ce qu'il atteigne 3 à 4 mètres de hauteur car il offrira une prise au vent importante (moindre en hiver).

Culture et entretien du mélèze

Culture et entretien du mélèze

Dans un sol profond frais et humifère, un mélèze de 4 à 5 ans ne demande plus de soins particuliers.

Tant qu’il est jeune, vous pouvez faire un apport d’eau en cas de chaleurs estivales fortes et prolongées. Et également quelques apports de fumier ou de terreau décomposé en automne ou au printemps.

Taille

Sauf pour réparer une branche cassée, vous n'aurez pas à tailler un mélèze adulte cultivé en isolé.

En revanche, le mélèze d'Europe comme celui du Japon accepte très bien une taille régulière pour former des haies brise-vent efficaces surtout en été.

Note : toutes les espèces de mélèzes sont intéressantes pour la culture en bonsaï.

Quand tailler un mélèze ?

Si vous devez intervenir, vous pouvez le faire durant l'hiver pendant la période de repos végétatif. Toutefois, un élagage de branches vertes, en dehors de forte montée de sève, favorise la cicatrisation.

Comment le tailler ?

Pour une culture en isolé, supprimez les branches cassées en mastiquant les plaies de coupe avec un baume cicatrisant. Évitez de laisser des moignons, mais aussi d'endommager l'écorce du tronc.

Pour l'entretien d'une haie, la taille pourra se faire une ou deux fois par an, dont une en vert.

Maladies, nuisibles et parasites du mélèze

Selon les espèces et leurs origines ainsi que la méthode de culture, les mélèzes peuvent être plus ou moins attaqués par des maladies ou ravageurs.

Maladies

Plusieurs maladies cryptogamiques pouvant se développer en milieu humide et froid affectent surtout les mélèzes poussant en forêt (armillaire couleur de miel, maladies des ronds, chancre...).

Le chancre du mélèze d'Europe affecte surtout les arbres ayant été blessés. C'est une maladie assez fréquente provoquée par un champignon microscopique (Lachnellula willkommii). Il se manifeste d'abord par des malformations suintantes du tronc et des branches. Pour combattre les chancres, le seul traitement vraiment efficace consiste à supprimer largement le bois atteint pour le brûler rapidement.

Les sujets jeunes sont sensibles à la maladie printanière du jaunissement des aiguilles qui les affaiblit.

Enfin, une maladie nouvelle, récente sur les mélèzes, le Phytophtora ramorum, encore rare en France, est apparue sur le mélèze en Angleterre où elle peut diffuser rapidement grâce à ses spores formant des taches par leur amas sur le feuillage. Les arbres colonisés montrent également des écoulements de résine sur le tronc.

Nuisibles et parasites

Divers insectes ravageurs piqueurs (pucerons), chenilles (tordeuse, tenthrède) ou scolytes peuvent également s'attaquer aux mélèzes entraînant leur affaiblissement puis leur dessèchement.

Les petites chenilles de la tordeuse du mélèze minent les aiguilles entraînant une coloration brune de la couronne de l'arbre qui semble avoir été brûlée. Contre la tordeuse, diverses mesures préventives associées à la pose de pièges peuvent vous aider.

Quant au grand scolyte du mélèze, il se manifeste d'abord par l'apparition d'amas de sciure brune sur l'écorce marquant les trous de forage. Puis, par des écoulements de résine avec des éclatements d'écorce. Enfin, le houppier se colore en jaune-brun ou rouge. Il faut combiner des mesures préventives et d'élimination par des méthodes physiques des larves.

Un autre ennemi surprenant : les écureuils gris qui peuvent pulluler et être responsables du dépérissement d'arbres plutôt jeunes en rongeant, pour lécher sa sève, le cambium qui est le tissu qui assure leur croissance. En cas de pullulation d'écureuils, renseignez-vous auprès des services compétents de la DDA ou de la Chambre d'Agriculture ou des Services techniques municipaux pour les villes importantes.

Récolte

Vous pouvez récolter les graines facilement lorsque les écailles des cônes s’ouvrent en fin d’automne. Si vous ne les semez pas immédiatement, vous pouvez les conserver au réfrigérateur entre 0 et 4 °C dans un récipient hermétiquement clos.

Récoltez les aiguilles dès la fin du printemps pour un usage médicinal. Elles peuvent s’utiliser fraîches (de préférence) ou être conservées séchées.

Note : la récolte de l’écorce du mélèze d’Europe pour en utiliser ses tanins et sa résine sous appellation de térébenthine de Venise ne se pratique habituellement qu’en forêt de façon industrielle ou semi-industrielle.

Multiplication d’un mélèze

Multiplication d’un mélèze

Le mélèze hybride ne peut se reproduire que par multiplication végétative (microbouturage de préférence, à pratiquer à partir de sujets jeunes). Les espèces peuvent se reproduire simplement par semis. Quant aux variétés, vous ne pourrez les multiplier que par bouturage ou greffe.

Bouturage

Pratiquez les boutures, fin août début septembre en prélevant des rameaux semi-aoûtés de l'année (qui sont en partie vert et en partie marron), avec un petit talon de bois de l'année précédente et débarrassés de leurs aiguilles jusqu'au 2/3.

Trempez ce talon dans de l'hormone de bouturage puis enfoncez la bouture aux 2/3 dans un pot ou un conteneur rempli d'un mélange de terreau, de tourbe et de sable de rivière. Maintenez l'ensemble humide et sous châssis ou à l'étouffée pour l'hiver.

Au printemps, si la reprise a eu lieu, conservez la bouture en place à l'abri du plein soleil au moins jusqu'à l'automne en gardant le substrat humide pendant l'été.

Semis

Opérez sous châssis froid en fin d'automne avec des graines venant d'être récoltées ou au printemps avec des graines ayant été vernalisées (soumises à l'action du froid) 3 mois environ.

Semez sous châssis froid soit en pleine terre soit en godets dans une caissette avec une seule graine par godet. Espacez vos graines de 10 cm environ pour pouvoir repiquer les plants sans les abîmer.

Greffe

Selon la méthode choisie, vous pouvez opérer en avril-mai pour une greffe à l'anglaise ou par incrustation, et d'avril à juin pour une greffe en fente. D'autres techniques et époques sont possibles.

Le greffage des mélèzes comme celui des conifères en général est une méthode de multiplication délicate pour un amateur. Il faut la pratiquer sur des porte-greffe jeunes de pieds francs de Larix decidua élevés en godets.

Conseils écologiques

En cultivant un mélèze dans votre jardin, vous y installerez une sentinelle témoin de pollution. D’autre part, sous sa frondaison, grâce à la chute répétée des aiguilles vous créerez une petite réserve très riche de biodiversité.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides