Chamæcyparis

Chamæcyparis en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Faux-cyprès

  • Nom(s) latin(s)

    Chamaecyparis

  • Famille

    Cupressacées

  • Type(s) de plante

    Arbre ▶ Conifère ou résineux

Esthétique

  • Couleur des feuilles

  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Forme

    Arrondi, en boule ou ovale
    Conique ou pyramidal
    Élancé ou colonnaire
    Pleureur ou tombant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,60 à 10 m
  • Largeur à maturité

    0,60 à 7 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Faible
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Normale
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Bouturage
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol sableux Sol caillouteux
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
    Mi-ombre
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Bosquet ou forêt Plantation isolée Rocaille
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Les chamaecyparis (prononcer « kamaécipariss ») présentent tous un feuillage aplati, en forme d'écailles de 1 à 5 mm de long, comme chez le traditionnel thuya, feuillage qui dégage une odeur acre quand il est froissé. Le dessous des feuilles est souvent orné de bandes blanches formées par les stomates. Mais il est pourtant bien plus proche des conifères du genre Cupressus dont les rameaux sont de section arrondie.

Très rustiques (jusqu'à -20 °C), les chamaecyparis proviennent généralement d'habitats humides. Ce qui explique pourquoi ils sont moins à l'aise dans notre Midi où l'air associé au vent peut dessécher leur feuillage.

Leur bois est très solide et résistant à l'humidité, et ils sont d'ailleurs exploités pour ça dans leurs contrées d'origines pour la construction navale comme pour l'ébénisterie. Le bois du cyprès de Nootka est d'ailleurs appelé « cèdre jaune » à cause de sa couleur et de son grain fin. Mais chez nous, ce ne sont que des arbres d'ornement. Son écorce, souvent rose à rougeâtre, se desquame sur les vieux sujets.

Chaque arbre porte des cônes mâles et des cônes femelles à l'extrémité des rameaux. Les cônes, appelés strobiles, sont tout petits, avec des petites pointes. D'abord charnus, avec une inflorescence bleutée, ils deviennent ligneux et plissés au fil des mois. Les cônes mâles sont plutôt ovoïdes, et apparaissent au printemps, alors que les cônes femelles sont sphériques, et mûrissent en automne. Ces derniers restent longtemps sur l'arbre, bien après que la graine ait été éjectée.

Le chamaecyparis peut vivre très vieux. En Amérique du Nord, il n'est ainsi pas rare de trouver des cyprès de Nootka âgés de plusieurs milliers d'années !

Espèces et variétés de chamaecyparis

Le faux cyprès appartient à la famille des Cupressacées. On ne compte que 7 espèces, mais en revanche de très nombreux cultivars sélectionnés pour leur port, leur dimension, leur lenteur de croissance, la forme ou la couleur de leur feuillage, etc.

Note : Cupressocyparis leylandii, très utilisé en haie chez nous, est un hybride entre Cupressus macrocarpa et Chamaecyparis nootkatensis apparu au Pays de Galles en 1888.

Chamaecyparis de taille réduite

Cyprès de Lawson (Chamaecyparis lawsoniana 'Minima Aurea')

Chamaecyparis de taille réduite Cyprès de Lawson (Chamaecyparis lawsoniana 'Minima Aurea')
  • Hauteur : 0,60 à 0,80 m
  • Port : Ovale.
  • Qualités : Extrémité du feuillage très doré.

Cyprès Hinoki nain (Chamaecyparis obtusa 'Pygmaea')

Chamaecyparis de taille réduite Cyprès Hinoki nain (Chamaecyparis obtusa 'Pygmaea')
  • Hauteur : 0,60 à 1,50 m
  • Port : Port globuleux.
  • Qualités : Pousses rouges à brun. Feuillage vert vif, virant au brun en hiver.

Cyprès de Lawson (Chamaecyparis lawsoniana 'Gnome')

Chamaecyparis de taille réduite Cyprès de Lawson (Chamaecyparis lawsoniana 'Gnome')
  • Hauteur : 1 m
  • Port : Port globuleux étalé.
  • Qualités : Feuillage vert bleuté.

Chamaecyparis à feuillage doré ou bleuté

Cyprès blanc (Chamaecyparis thyoides 'Red Star')

Cyprès blanc ( Chamaecyparis thyoides  'Red Star')
  • Hauteur : 1 à 2 m
  • Port : Conique et compact.
  • Qualités : Rameaux verts bleutés, passant au pourpre en hiver.

Cyprès de Sawara (Chamaecyparis pisifera 'Boulevard')

Chamaecyparis à feuillage doré ou bleuté Cyprès de Sawara (Chamaecyparis pisifera 'Boulevard')
  • Hauteur : 3 m
  • Port : Conique.
  • Qualités : Feuillage vert bleuté à reflets argentés.

Cyprès de Lawson bleu (Chamaecyparis lawsoniana 'Pembury Blue')

Chamaecyparis à feuillage doré ou bleuté Cyprès de Lawson bleu (Chamaecyparis lawsoniana 'Pembury Blue')
  • Hauteur : 15 m
  • Port : Port conique.
  • Qualités : Ramilles gris bleu vif.

Cyprès de Lawson bleu (Chamaecyparis lawsoniana 'Elwoodii')

Chamaecyparis à feuillage doré ou bleuté Cyprès de Lawson bleu (Chamaecyparis lawsoniana 'Elwoodii')
  • Hauteur : 3 m
  • Port : Port conique avec rameaux dressés.
  • Qualités : Feuillage gris bleu.

Cyprès de Lawson bleu (Chamaecyparis lawsoniana 'Alumii')

Cyprès de Lawson bleu ( Chamaecyparis lawsoniana  'Alumii')
  • Hauteur : 6 à 15 m
  • Port : Conique, étroit.
  • Qualités : Feuillage gris bleuté, avec ondulation à la base des feuilles.

Cyprès de Lawson doré (Chamaecyparis lawsoniana 'Stardust')

Chamaecyparis à feuillage doré ou bleuté Cyprès de Lawson doré (Chamaecyparis lawsoniana 'Stardust')
  • Hauteur : 5 m
  • Port : Conique, étroit.
  • Qualités : Croissance lente. Fin feuillage jaune.

Cyprès de Nootka doré (Chamaecyparis nootkatensis 'Aurea')

Chamaecyparis à feuillage doré ou bleuté Cyprès de Nootka doré (Chamaecyparis nootkatensis 'Aurea')
  • Hauteur : 6 à 8 m
  • Port : Conique.
  • Qualités : Feuillage jaune, virant au jaune-vert.

Cyprès Hinoki nain (Chamaecyparis obtusa 'Tetragona Aurea')

Chamaecyparis à feuillage doré ou bleuté Cyprès Hinoki nain (Chamaecyparis obtusa 'Tetragona Aurea')
  • Hauteur : 3 à 5 m
  • Port : Sans flèche. Port tortueux.
  • Qualités : Feuillage jaune doré à bronze, d'autant plus au soleil.

Cyprès de Sawara (Chamaecyparis pisifera 'Gold Spangle')

Chamaecyparis à feuillage doré ou bleuté Cyprès de Sawara (Chamaecyparis pisifera 'Gold Spangle')
  • Hauteur : 2 m
  • Port : Arrondi
  • Qualités : Feuillage jaune lumineux.

Chamaecyparis à feuillage pendant ou pleureur

Cyprès de Nootka pleureur (Chamaecyparis nootkatensis 'Pendula')

Chamaecyparis à feuillage pendant ou pleureur Cyprès de Nootka pleureur (Chamaecyparis nootkatensis 'Pendula')
  • Hauteur : 4 à 6 m
  • Port : Port pleureur.
  • Qualités : Ramilles pendantes le long des rameaux horizontaux dont l'extrémité remonte gracieusement à leur extrémité.

Faux cyprès Sawara (Chamaecyparis pisifera 'Filifera')

Chamaecyparis à feuillage pendant ou pleureur Faux cyprès Sawara (Chamaecyparis pisifera 'Filifera')
  • Hauteur : 3 m
  • Port : Pleureur.
  • Qualités : Ramilles filiformes, pendantes. Feuillage vert sombre. Jaune d'or chez 'Filifera Aurea'.

Cyprès de Lawson pleureur (Chamaecyparis lawsoniana 'Intertexta')

Cyprès de Lawson pleureur ( Chamaecyparis lawsoniana  'Intertexta')
  • Hauteur : 10 m
  • Port : Couronne irrégulière.
  • Qualités : Branches étalées, avec ramilles souples et pendantes.

Plantation du chamaecyparis

Plantation du chamaecyparis

andreasbalzer/CC BY-NC-SA 2.0/Flickr

Où le planter ?

Cet arbre préfère les sols profonds, pour pouvoir y envoyer ses racines, si possible bien drainés en hiver. Le bac, même grand, n'est donc pas sa tasse de thé.

L'ensoleillement ne lui fait pas peur s'il est modéré, et une exposition mi-ombragée lui convient d'ailleurs tout à fait. Comme beaucoup de conifères, il redoute les excès de calcaire.

Au jardin, selon les ports et dimensions des variétés, on peut apprécier cet arbre en bosquet, en isolé sur la pelouse, en rocaille, en haies, etc. Mais compte tenu de la beauté de ces arbres, c'est en isolé qu'il est conseillé de les planter. En haie, on utilise plutôt le Chamaecyparis lawsoniana type pour créer de grands rideaux végétaux, car c'est un conifère qui n'aime pas être taillé, contrairement au thuya.

Quand planter le chamaecyparis ?

Comme toutes les plantes ligneuses à feuillage persistant, le chamaecyparis est toujours vendu en conteneur, et peut donc être planté toute l'année, hors période de gel et de sécheresse.

Mais comme tous les arbres, l'hiver reste la meilleure saison pour le planter avec le maximum de chance de bonne reprise. Dans les régions à hiver sec, la fin de l'automne est même préférable.

Comment le planter ?

Faites un trou au moins trois fois plus large et deux fois plus profond que le volume de la motte. L'arbre doit en effet pouvoir profiter beaucoup de terre ameublie après sa plantation pour lancer rapidement ses racines et bien s'ancrer au sol. Rebouchez partiellement pour pouvoir poser la motte. Le sommet de la motte doit affleurer le niveau du sol une fois l'arbre planté. Vérifiez avec un manche d'outil jeté en travers du trou. Compte tenu du fait que l'arbre va se tasser au fil des semaines suivant la plantation, laissez dépasser la motte de 3 ou 4 cm. Au besoin, retirez l'arbre et remettez un peu de la terre extraite. Rebouchez alors complètement tout autour, en tassant légèrement contre la motte.

Avec l'inévitable terre en excès, formez un boudin circulaire du diamètre du trou de plantation (et non pas simplement autour de la motte !). Il retiendra l'eau d'arrosage, et la forcera à s'infiltrer autour de la motte, là où les racines pourront aller la chercher.

Arrosez immédiatement après plantation, même s'il pleut. Comptez au moins deux gros arrosoirs d'eau pour un arbre. L'objectif n'est pas d'étancher la soif du chamaecyparis, mais de bien mettre la terre de rebouchage en contact avec les racines autour de la motte, pour favoriser une installation rapide. Mais dans les mois qui suivent la plantation, il ne faut pas pour autant laisser sécher la terre, et arroser copieusement les nouveaux sujets.

La motte empêche de poser un tuteur vertical le long du tronc, comme pour un arbre à feuillage caduc. Pour les sujets de plus de 1 m de hauteur, enfoncez donc un tuteur de bois en biais, dans la terre ferme en dehors du trou, de manière à ce qu'il croise le tronc du conifère. Posez alors un lien souple, sans serrer, entre le tronc et le tuteur. Juste pour le maintenir en cas de vent fort, mais sans le « suspendre » pour que l'arbre puisse se tasser doucement.

Comment planter le chamaecyparis en bac ?

Si vous tenez vraiment à planter un chamaecyparis en bac, sachez que le contenant doit impérativement avoir une largeur d'au moins 1 m sur 1 m, et une profondeur minimale de 0,50 m. Attention, cet arbre ne pousse pas dans du terreau pur, mais dans un mélange de terre de jardin, de pouzzolane et de compost, dans les proportions de ¾, ¼, ¼. Privilégiez alors les variétés de petite taille à l'âge adulte, les seules à « supporter » de pousser en bac. Il s'agit notamment de Chamaecyparis lawsoniana 'Minima Aurea', Chamaecyparis obtusa 'Pygmaea' ou Chamaecyparis pisifera 'Boulevard'.

Culture et entretien du chamaecyparis

Culture et entretien du chamaecyparis

Athantor/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Le chamaecyparis n'est pas exigeant si la plantation a été bien réalisée. Pensez simplement à pailler la terre sur un grand cercle autour de l'arbre afin de conserver une certaine humidité au niveau de ses racines. N'oubliez pas l'arrosage au cours de l'année qui suit la plantation, même s'il pleut, et pas uniquement en été !

À défaut de paillis, il vous faudra biner la terre au cours des mois les plus chauds. N'oubliez pas l'adage, « un binage vaut deux arrosages »…

Un an après la plantation, puis durant 4 à 5 ans, vous pouvez nourrir votre protégé avec un engrais spécial conifères au milieu du printemps. Par la suite, ses racines suffisamment longues permettront à l'arbre de se nourrir tout seul avec ce qu'il trouvera en terre.

En bac, même si encore une fois ce n'est pas l'endroit favori du faux cyprès, veillez à ce que le substrat reste frais sur l'ensemble de la motte. C'est en général difficile, car l'eau finit par couler autour de la motte… Un système d'arrosage automatique au goutte-à-goutte au milieu de la motte est donc conseillé. Même si ce n'est jamais parfait…

Taille du chamaecyparis

Comment le tailler ?

Le faux cyprès n'aime pas être taillé. Ses rameaux redémarrent difficilement après une coupe…

Il est donc très important de bien choisir l’emplacement au moment de la plantation, et bien connaître l’encombrement et l'ombre portée de l’arbre à l’âge adulte, afin de ne pas avoir à le tailler par la suite et donc le défigurer.

Si jamais vous devez quand même tailler le faux cyprès par nécessité, pensez à ne pas couper jusqu'au vieux bois pour favoriser un redémarrage plus facile de la végétation.

Quand le tailler ?

Les meilleures périodes pour tailler le chamaecyparis se situent en mai et en octobre.

Maladies, nuisibles et parasites

Certaines variétés de chamaecyparis, 'Elwoodii' et 'Allumii' notamment, sont particulièrement sensibles à une maladie causée par un champignon appelée phytophthora, maladie pouvant entraîner son dépérissement. À titre préventif, il est conseillé d'appliquer au pied de ces arbres sensibles, un produit appelé Aliette, qui est absorbé par les racines et véhiculé dans toute la plante. Une application tous les trois mois suffit en général à protéger les chamaecyparis.

Le pourridié est un champignon qui peut se développer sur les racines de ce conifère, et qui prolifère en terre trop humide. D'où l'importance de planter le chamaecyparis en terre bien drainée ! Quand le champignon apparaît sur le tronc, il est généralement trop tard pour sauver l'arbre.

Multiplication du chamaecyparis

Multiplication du chamaecyparis

Jean-Pol GRANDMONT/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Il se reproduit facilement par bouture semi-ligneuse. La meilleure période se situe à la fin de l'été, même septembre.

Sans outil, simplement avec la main, prélevez des rameaux secondaires à l'extrémité d'une branche, en les tirant vers le bas pour les arracher avec un morceau d'écorce de la branche qui les porte. On appelle « talon » ce morceau d'écorce. Il facilite l'émission de racines… Repiquez ces boutures telles quelles, dans un coffre sous châssis au jardin, dans un mélange pour moitiés de terre de jardin et de sable. Arrosez, et placez une toile sur le châssis pour l'abriter du soleil direct. Au printemps qui suit, vous pourrez soulever vos boutures enracinées avec un transplantoir pour les planter en conteneur ou bien à leur emplacement définitif…

Conseils écologiques

Si beaux soient ces arbres, n'en abusez pas au jardin ! Ils ne fournissent aucune nourriture aux oiseaux comme aux insectes butineurs !

Bon à savoir : le contact de la peau avec le feuillage des chamaecyparis peut entraîner des réactions allergiques cutanées chez certaines personnes.

Un peu d’histoire…

Les chamaecyparis sont surtout originaires d'Asie, mais certaines espèces, C. lawsoniana et nootkatensis notamment, viennent d'Amérique du Nord. Parmi eux, le cyprès de Lawson (Chamaecyparis lawsoniana) est une espèce en voie de disparition à l'état sauvage à cause de sa surexploitation pour son bois, mais aussi parce qu'il est souvent victime de maladies.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides