Ceratostigma

Ceratostigma en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Ceratostigma, Plumbago, Dentelaire

  • Nom(s) latin(s)

    Ceratostigma

  • Famille

    Plumbaginacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Arbuste ▶ Arbuste à fleurs

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Semi-persistant Caduc
  • Forme

    Étalé ou tapissant
    Buissonnant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,30 à 1 m
  • Largeur à maturité

    > 1 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Normale Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Division Bouturage
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol calcaire Sol sableux Sol caillouteux
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    4 à 9 pieds/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
    Mi-ombre
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Couvre-sol Massif ou bordure Haie Plantation isolée Rocaille Muret Talus
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le genre Ceratostigma fait partie de la famille des Plumbaginacées, et comporte huit espèces de vivaces ou d'arbrisseaux principalement originaires de zones rocheuses du Sud-est asiatique. Trois espèces, une vivace et deux arbustives, sont couramment commercialisées et cultivées dans nos jardins ou en pot. Elles ont en commun une longue floraison s'étirant du début de l'été jusqu'aux gelées déclinant des teintes bleu intense plutôt rares au jardin. Une autre caractéristique les lie : un feuillage alterne, porté par des tiges quadrangulaires, qui rougit en automne adoptant des teintes cuivrées, pourpres, framboise offrant alors un contraste remarquable avec la couleur des fleurs. Les fleurettes rassemblées en petits corymbes évoquent le Plumbago capensis, un cousin sud-africain de la même famille. Riches en nectar, elles attirent les papillons et les abeilles.

L'espèce la plus rustique est sans conteste Ceratostigma plumbaginoides (syn. Plumbago larpentiae), couramment appelé Dentelaire ou Plumbago de Lady Larpent. Cette vivace caduque à souche ligneuse, originaire de l'ouest de la Chine, résiste facilement jusqu'à -20 °C en sol bien drainé. Elle forme un couvre-sol dense à rhizomes rougeâtres et traçants de 25 cm de hauteur pour 35 cm d'étalement. Sa croissance est rapide quand les conditions de culture lui conviennent. Les fines tiges dressées, rougeâtres elles aussi, portent des petites feuilles lisses et ovales d'environ 5 de longueur. Vert soutenu, elles « bronzent » en automne et se teintent de rouge violet avec le froid. Ce plumbago fleurit abondamment dès juillet ou août selon le climat, jusqu'en octobre, voire plus tard en climat doux. Les fleurettes (1 à 2 cm de diamètre) simples et réunies en bouquets axillaires sont formées de cinq pétales bleu gentiane brillant et d'un calice tubulaire brun rouge.

Le plumbago de Wilmott, Ceratostigma willmottianum, est un arbuste caduc qui pousse naturellement en Chine, dans la province du Sichuan. Il résiste jusqu'à -15 °C, voire plus bas en sol bien drainé. Il forme un buisson touffu et drageonnant au port lâche, étalé et arrondi, se hissant jusqu'à 90 cm pour un étalement de 1,30 m. Sa croissance est moyenne à rapide quand les conditions de culture lui conviennent. Ses tiges rougeâtres portent des petites feuilles de 4 à 5 cm de longueur, en forme de losange, légèrement pubescentes. Leur coloris vert soutenu plus ou moins teinté de bronze, passe au rouge orangé en automne. Ce plumbago fleurit dès juillet jusqu'aux gelées, produisant une multitude de petits bouquets terminaux formés de fleurettes bleu cobalt à gorge et à calice tubulaire pourpre.

Le plumbago de Griffith, Ceratostigma griffithii, est un arbuste originaire de l'Himalaya, plus ou moins persistant selon le climat. Il résiste jusqu'à -12 à -15 °C en conditions de drainage idéales. Avec son port très ramifié et étalé, il constitue un dôme de près de 1 m de hauteur pour un étalement facilement double. Sa croissance est moyenne à rapide quand les conditions de culture lui conviennent. Ses tiges rougeâtres portent des petites feuilles spatulées, épaisses et pubescentes. Vert foncé marginées de violet, elles rougissent en automne. Ce plumbago fleurit dès fin juillet jusqu'aux gelées produisant de nombreux petits bouquets terminaux et axillaires. Les corolles bleu vif forment un beau contraste avec leur calice tubulaire pourpre.

Les utilisations possibles de ces plumbagos sont nombreuses aussi bien en pleine terre qu'en pot. Leur effet couvre-sol est parfait pour garnir des bordures de massifs, des rocailles, des talus et des murets. Les espèces arbustives peuvent constituer des petites haies basses mariées avec des caryoptéris, des pérovskias, des potentilles, des spirées estivales… Au balcon ou sur la terrasse, garnissez-en des potées (C. plumbaginoides) ou des grands bacs (C. griffithii, willmottianum) pour rafraîchir le décor toute la belle saison de leur bleu flashy. Peaufinez la scène avec des graminées, des asters buissonnants, des phormiums, des sauges, des sédums… ou des arbustes à floraison ou à fructification automnale (callicarpa, lespedeza, Leycesteria, Nandina, skimmia, symphorine, gattilier).

Espèces et variétés de ceratostigma

Ceratostigma willmottianum

'Forest Blue'

Ceratostigma willmottianum 'Forest Blue'
  • Floraison : Fleurs plus grandes que le type.
  • Végétation : Comme le type.
  • Qualités : Amélioration de l’espèce.

'Palm Gold' syn. 'Desert Blue Sky'

Ceratostigma willmottianum 'Palm Gold' syn. 'Desert Blue Sky'
  • Floraison : Fleurs bleu profond.
  • Végétation : Un peu plus compact que le type. H : 60 cm. Feuillage jaune pâle au printemps puis doré de l’été jusqu’en automne.
  • Qualités : Feuillage très lumineux.

Plantation du ceratostigma

Plantation du ceratostigma

Où le planter ?

Plantez-le au soleil ou à mi-ombre, dans un sol bien drainé, voire caillouteux, même pauvre. Il préfère les sols neutres ou calcaires.

L'espèce plumbaginoides supporte bien la concurrence des racines, donc il peut être installé sans problème sous les arbustes ou arbres caducs.

Quand planter le ceratostigma ?

Plantez le ceratostigma au printemps ou en automne. Préférez la plantation printanière en région froide ou en sol lourd et argileux.

Comment le planter ?

Prévoyez 9 godets au m² pour Ceratostigma plumbaginoides et 3 à 4 au m² pour Ceratostigma willmottianum et C. griffithii.

Ameublissez le sol en profondeur (surtout pour les arbustes) et améliorez son drainage avec des petits cailloux ou des graviers. Immergez les mottes dans un seau d'eau une dizaine de minutes pour les réhydrater. Si besoin, démêlez le chignon des espèces arbustives.

Comment planter le cerostigma en pot ?

Choisissez un contenant en matériau poreux comme la terre cuite. Placez une couche de billes d'argile sur ¼ de la hauteur du pot. Utilisez un substrat léger, riche en matériau drainant (perlite, vermiculite) et mélangez-le à 1/3 de terre de jardin.

Culture et entretien du ceratostigma

Culture et entretien du ceratostigma

Le temps de la reprise, qui peut être lente, maintenez les racines au frais pendant la belle saison. Ensuite, le ceratostigma supporte bien la sécheresse. Dans l'ordre de résistance à la sécheresse (du moins résistant au plus résistant) : C. willmottianum, C. plumbaginoides, C. griffithii.

En pleine terre, inutile de fertiliser.

Culture en pot : maintenez un substrat frais sans excès pendant la période de végétation : laissez sécher le terreau sur 1 à 2 cm entre deux arrosages. Apportez un engrais pour plantes fleuries une fois tous les mois et demi pendant la période de végétation. En hiver, placez le Ceratostigma à l'abri des courants d'air froid en le rapprochant de l'habitation. Rentrez-le à l'abri des forts gels en région froide (pas dans la maison chauffée !) ou enveloppez-le avec plusieurs épaisseurs de voile en non-tissé. Surfacez chaque début de printemps et rempotez tous les 3-4 ans en fonction de la croissance de la plante.

Taille du ceratostigma

Taillez, seulement si besoin, en fin d’hiver pour supprimer les parties fanées, sèches ou abîmées par le froid.

Évitez de tailler en fin de floraison, cela augmente la sensibilité de la plante au froid.

Maladies, nuisibles et parasites

Le ceratostigma résiste parfaitement aux maladies et n’est pas attractif pour les parasites.

Multiplication du ceratostigma

Multiplication du ceratostigma

La multiplication peut s'effectue par division des touffes au printemps ou en début d'automne.

On peut aussi bouturer les extrémités de rameaux prélevés en mai-juin (boutures herbacées) et mises à raciner à l'étouffée dans un terreau de bouturage. L'enracinement met parfois moins d'un mois. Repiquez-les en godets individuels pour les faire grossir jusqu'à l'automne. Conservez-les à l'abri du gel tout l'hiver puis plantez-les en place définitive au printemps.

Observez autour des arbustes : certaines tiges basses se marcottent parfois naturellement. Prélevez-les avec précaution au printemps et replantez-les aussitôt en veillant à arroser régulièrement le temps de la reprise. Les espèces arbustives peuvent également se ressemer, récupérez les jeunes plantes. Vous pouvez ainsi récupérer de jeunes plants à replanter ailleurs ou à offrir.

Conseils écologiques

Surveillez l'aptitude à coloniser l'espace, parfois lentement mais sûrement, du ceratostigma. Il risque d'étouffer des plantes voisines moins robustes. Le mariage avec un rosier buisson peut s'avérer fatal pour ce dernier même si l'accord des floraisons semble heureux ! Lors du choix d'un couvre-sol vivace ou arbustif, informez-vous toujours sur l'étalement de la plante et sa vitesse de croissance. Ne vous focalisez pas seulement sur la hauteur.

Un peu d’histoire…

Le nom générique Ceratostigma vient de l’union de deux mots grecs : κέρατος (ceratos) qui signifie corne et στίγμα (stigma) qui signifie stigmate en référence à la forme cornue des stigmates des fleurs (extrémités du pistil).

Le nom spécifique plumbaginoides signifie « comme un Plumbago ».

L’espèce Ceratostigma plumbaginoides a été décrite et nommée ainsi en 1834 par le botaniste allemand Alexander von Bunge (1803-1890), qui fit de nombreuses expéditions botaniques en Asie. Beaucoup de plantes chinoises ont d’ailleurs été nommées en son honneur. Mais douze ans plus tard en 1846, un commerçant britannique ramena en Angleterre à Sir George Larpent, cette vivace trouvée à Shanghaï et qu’il pensait inconnue. Ce spécimen fleurit l’année suivante et fut décrit et nommer Plumbago larpentae par le botaniste anglais John Lindley (1799-1865) pour honorer Lady Charlotte Larpent. Le 'Plumbago' fut multiplié et diffusé dans tout le pays et bientôt dans toute l’Europe. Toutefois, la plante ne garda qu’une seule année ce nom. Le botaniste suisse Pierre Edmond Boissier, qui écrivait une monographie sur des plantes africaines et asiatiques de la famille des Plumbaginacées, a révélé que Plumbago larpentae et Ceratostigma plumbaginoides qualifiaient la même plante !

L’espèce willmottianum a été nommée en l’honneur de Miss Ellen Ann Willmott (1858-1934), une riche anglaise membre de la RHS, Royal Horticultural Society, qui dépensait sans compter pour financer des expéditions au Moyen-Orient et en Chine. Elle a notamment financé celles du botaniste Ernest Henry Wilson qui a nommé Ceratostigma willmottianum pour la remercier et lui rendre hommage.

L’espèce griffithii a été nommée en l’honneur de William Griffith (1810-1845), un médecin britannique, naturaliste et botaniste. Il a vécu l’essentiel de sa courte vie en Inde (Calcutta), herborisant notamment en Birmanie, dans l’Himalayan, au Bhoutan… Il mourut à 35 ans, emporté par une maladie parasitaire du foie.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides