Droséra

Droséra en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Droséra

  • Nom(s) latin(s)

    Drosera spp

  • Famille

    Droseraceae

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Plante ornementale ▶ Plante carnivore

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant Semi-persistant Caduc
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0 à 0,45 m
  • Largeur à maturité

    0,05 à 0,40 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Modéré
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Important
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Lente
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante Moyenne Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol humide
  • Densité

    16 à 20 pieds/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
  • Utilisation intérieure

    Salon/Cuisine Serre froide Serre chaude
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le droséra est une plante vivace herbacée poussant dans les zones marécageuses et les tourbières du monde entier. Ces milieux particulièrement hostiles pour les végétaux, car quasiment dépourvus d'éléments nutritifs disponibles dans le sol, ont conduit au cours de l'évolution à l'apparition d'un mode de nutrition tout à fait original dans le monde végétal : ce sont des plantes carnivores capables de piéger et de digérer des insectes.

Il existe différents types de plantes carnivores, caractérisées par leurs pièges, sensitifs, à colle, à urne, à trappe… Les droséras ont transformé leurs feuilles en pièges à colle. Chaque feuille est recouverte de petits tentacules collants, généralement rougeâtres, d'autant plus colorés que l'emplacement est ensoleillé. Les insectes (moucherons et même mouches) attirés par ces tentacules qui ressemblent à de la rosée, viennent se poser sur la plante et se font piéger. Les feuilles s'enroulent alors doucement sur leur proie, les sucs digestifs contenus dans les tentacules sont libérés et leur permettent de digèrent progressivement la proie.

Selon leur climat d'origine, les droséras perdent ou non leur feuillage en hiver. Les plus rustiques sont caduques et produisent un « hivernacle », une sorte de gros bourgeon garni d'une bourre isolante pour l'hiver. Il s'ouvre au printemps pour laisser place à de nouvelles feuilles. L'aspect des feuilles est des plus variés : la rosette peut aller de 5 à 20 cm de diamètre, être compacte ou désordonnée ; les feuilles filiformes ou larges et terminées en spatules.

Les fleurs roses, mauves ou blanches selon les espèces, sont émises en été, au bout de grandes hampes florales de manière à bien se détacher du feuillage. Les droséra sont en effet des plantes qui se reproduisent avec l'aide des insectes. Cette grande hampe évite qu'ils se fassent piéger par les feuilles en venant butiner les fleurs. Celles-ci se présentent en grappe et s'épanouissent l'une après l'autre sur la grappe, en partant de la base.

Appréciées pour leur originalité plus que pour leurs qualités esthétiques, les droséras et les autres plantes carnivores sont longtemps restées cantonnées à un milieu d'amateurs éclairés. Elles sont devenues aujourd'hui banales en jardineries, proposées à tous les jardiniers au printemps. Certaines espèces sont en effet faciles à cultiver, en intérieur ou en extérieur selon leur rusticité, à condition d'éviter certaines erreurs rédhibitoires !

Espèces et variétés de droséra

La plupart des jardineries ne proposent que deux ou trois espèces de droséras, les plus faciles à cultiver. Ce genre est beaucoup plus vaste, comptant plus de 180 espèces originaires des quatre coins de la planète, ainsi que de nombreux hybrides naturels et issus de la sélection horticole. Ce foisonnement et cette répartition ubiquiste expliquent que les besoins culturaux varient beaucoup selon l'espèce concernée. Nous ne présentons ci-dessous que les variétés les plus accessibles à un jardinier amateur, classées en fonction de leur rusticité, qui détermine en grande partie leurs conditions de culture.

Vivace non rustique

Droséra d'Alice (Drosera aliciae)

Vivace non rustique Droséra d'Alice (Drosera aliciae)
  • Conditions de culture : Cette espèce originaire d'Afrique du Sud est sans doute la plus facile à cultiver, idéale pour des débutants. Ne supportant pas le gel, elle se cultive en serre ou véranda chauffée.
  • Feuillage : Les feuilles en forme de spatules forment une petite rosette aplatie de 5 cm de diamètre. Les rosettes se multiplient facilement et s'étendent rapidement en surface. Elle garde son feuillage en hiver.
  • Floraison : Les fleurs roses apparaissent entre juin et septembre. Elles sont portées par une grande hampe florale atteignant 40 cm de hauteur. La floraison est favorisée par une période de repos hivernal (températures fraîches : 10 à 15 °C).

Vivaces semi-rustiques

Droséra binata (Drosera binata)

Vivaces semi-rustiques Droséra binata (Drosera binata)
  • Conditions de culture : Originaire d'Australie, de Nouvelle-Zélande et de Tasmanie. Elle supporte de faibles gelées dans son milieu d'origine, mais il est préférable de la cultiver hors gel, en serre froide ou en véranda.
  • Feuillage : Les feuilles forment des fourches caractéristiques. Elles ne portent des gouttelettes gluantes qu'au-dessus de ces fourches. La touffe peut atteindre 30 cm de hauteur et de largeur. Le feuillage semi-persistant disparaît quand les températures descendent sous 15 °C. Il existe de nombreux cultivars issus de cette espèce, qui en diffèrent par le nombre de fourches.
  • Floraison : Les fleurs blanches se développent entre juin et septembre, portées par des hampes de 40 cm de hauteur. Certaines espèces ou variétés fleurissent en rose.

Vivaces semi-rustiques

Droséra du Cap (Drosera capensis)

Vivaces semi-rustiques Droséra du Cap (Drosera capensis)
  • Conditions de culture : Originaire d'Afrique du Sud. Parmi les plus couramment proposées à la vente et assez facile à cultiver. Elle résiste à de faibles gelées, mais mieux vaut la cultiver hors gel.
  • Feuillage : Les feuilles sont longues et fines. Elles forment une touffe de 15 cm de hauteur et de largeur. La rosette s'atrophie en hiver.
  • Floraison : De mai à septembre, la floraison est abondante. Les fleurs mauves de 1 à 2 cm de diamètre sont portées par des hampes de 20 cm de hauteur. Elles produisent des graines en abondance, faciles à faire germer. Il existe une variété 'Alba' à fleurs blanches et sans pigmentation rouge sur les feuilles.

Vivaces rustiques

Droséra à feuilles rondes, rossolis à feuilles rondes (Drosera rotundifolia)

Vivaces rustiques Droséra à feuilles rondes, rossolis à feuilles rondes (Drosera rotundifolia)
  • Conditions de culture : Originaire des tourbières européennes, mais présente aussi en Amérique du Nord et en Asie. Elle supporte des températures hivernales de -20 °C et se cultive en extérieur. Plus petite et plus délicate à cultiver que les précédentes, elle est protégée et totalement interdite de cueillette dans son milieu naturel.
  • Feuillage : Les petites feuilles de forme arrondie forment une rosette aplatie ne dépassant pas 5 cm de diamètre. Le feuillage disparaît pendant l'hiver.
  • Floraison : De juin à septembre, les hampes florales émergent au-dessus du feuillage, jusqu'à 20 cm de hauteur. Elles portent de petites fleurs blanches aux graines minuscules.

Droséra filiforme (Drosera filiformis)

Vivaces rustiques Droséra filiforme (Drosera filiformis)
  • Conditions de culture : Cette espèce est originaire d'Amérique du Nord. Elle résiste à des températures hivernales de -12 °C et peut être cultivée en extérieur dans des régions non continentales.
  • Feuillage : Les feuilles fines et bien érigées forment une touffe ne dépassant pas 20 cm de hauteur et 15 cm de largeur. Elles disparaissent en hiver.
  • Floraison : Les fleurs roses apparaissent entre juin et septembre, portées par de grandes hampes florales, de 40 à 50 cm de hauteur.

Droséra hybride (Drosera x beleziana)

Vivaces rustiques Droséra hybride (Drosera x beleziana)
  • Conditions de culture : Cet hybride naturel entre Drosera rotundifolia et D. intermedia est aussi rustique que ses géniteurs.
  • Feuillage : Les feuilles ont une forme une forme de spatule moins marquée que chez D. rotundifolia. Elles forment une rosette de 6 cm de diamètre. La plante est très vigoureuse du fait de son caractère hybride, ce qui permet de la cultiver plus facilement. La rosette disparaît en hiver.
  • Floraison : La floraison est blanche, portée par des hampes de 20 cm de hauteur. Elle donne parfois des graines bien qu'il s'agisse d'un hybride interspécifique.

Plantation du droséra

Plantation du droséra

Arnstein Ronning/CC BY 2.0/Flickr

Où le planter ?

Vous devez recréer le type de sol d'une tourbière, vous ne pouvez donc en aucun cas utiliser la terre de votre jardin ou un terreau ordinaire : le plus simple consiste à acheter un terreau spécial plantes carnivores, généralement composé de 2/3 de tourbe blonde et d'un tiers de sable non calcaire, de perlite ou de vermiculite. Vous pourrez l'utiliser pour faire un petit massif au jardin (au moins 30 cm de profondeur) pour les espèces les plus rustiques, ou bien garnir un pot large et profond (20 à 40 cm de hauteur et de profondeur pour une comme pour 2 ou 3 plantes) pour les espèces à protéger du gel.

Choisissez une situation ensoleillée, mais pas brûlante au jardin.

Les plantes cultivées en intérieur devront être placées en situation très bien éclairée, juste derrière une fenêtre exposée sud ou sud-ouest en hiver, sorties sur le rebord de la fenêtre en été.

Quand planter le droséra ?

Procédez au printemps ou en début d'été.

Comment le planter ?

Veillez à ce que la motte de terreau soit bien humide avant de dépoter. Si vous plantez plusieurs droséras, placez-les en quinconce et espacez-les de 10 à 20 cm selon l'envergure de l'espèce. Arrosez bien après la plantation de manière à détremper le substrat.

Culture et entretien du droséra

Culture et entretien du droséra

Deux gestes sont à proscrire absolument si vous voulez conserver vos droséras : ne vaporisez pas d'eau sur le feuillage, cela diluerait le contenu des tentacules et empêcherait la plante de se nourrir ; n'utilisez ni l'eau du robinet, ni de l'eau minérale, bien trop riches en sels minéraux, et n'apportez jamais d'engrais, elle mourrait de cet excès de nourriture !

Arrosez souvent : le substrat doit être maintenu humide en hiver, et même détrempé en été. Utilisez de l'eau de pluie à température ambiante ou de l'eau déminéralisée (celle qui est utilisée pour les fers à vapeur et les batteries). Si les droséras sont cultivés en pot, la soucoupe doit toujours être remplie d'eau pendant la saison chaude, mais vidée en hiver.

Rempotez tous les quatre ou cinq ans : il n'est pas nécessaire de changer de pot, mais tout le terreau doit être renouvelé.

Maladies, nuisibles et parasites

Les droséras peuvent être attaqués par les pucerons… Un comble pour ces plantes carnivores ! L'attaque peut devenir sérieuse et conduire à la formation de fumagine, ce champignon qui se nourrit des déjections des insectes parasites et forme une couche noire sur les feuilles, particulièrement inesthétique.

Si les pucerons sont peu nombreux, enlevez-les au pinceau que vous pourrez imbiber d'un peu de colle issue des pièges, vous les attraperez plus facilement.

Si l'attaque est plus importante, plongez toute la plante dans un bain d'eau chaude pendant plusieurs heures. Les pucerons devraient se noyer dans le bain !

En intérieur, les droséras peuvent aussi être envahis d'aleurodes (mouches blanches). Une solution d'eau et de savon de Marseille très dilué pulvérisée sur le feuillage donne de bons résultats.

Au jardin, les limaces visitent parfois les cultures de droséras. Capturez-les avec des pièges à bière placés à proximité et que vous renouvellerez souvent.

Multiplication du droséra

Multiplication du droséra

Anne SORBES/CC BY NC SA 2.0/Flickr

Division

Il est facile de multiplier le droséra en séparant de la plante mère les jeunes pousses apparues autour de la touffe. Procédez au printemps ou en été.

Commencez par dépoter la plante, puis, à l'aide d'une pince à épiler, tirez doucement sur chaque nouvelle pousse jusqu'à démêler et séparer ses racines de celles du reste de la plante. Procédez prudemment pour ne pas abîmer les racines fragiles. Rempotez dans un nouveau contenant : un godet de 8 cm de diamètre.

Semis

Certaines espèces de droséras, comme le droséra du Cap par exemple, émettent des graines en abondance et le semis est aisé. Il est d'ailleurs fréquent de voir des semis spontanés au jardin ou dans les larges pots. Les graines sont mûres en fin de floraison, quand elles commencent à tomber.

Semez les graines directement après la récolte, en terrine sur un substrat spécial plantes carnivores. Saupoudrez-les sur le substrat. Arrosez.

Placez la terrine à l'intérieur, en situation bien éclairée et chauffée (20 °C). Au bout de quelques semaines, les premières plantules apparaîtront. Repiquez les plantules en godets individuels dès qu'ils auront poussé de quelques centimètres. Vous les installerez dans leur pot définitif au printemps suivant.

Conseils écologiques

Les droséras à feuilles rondes sont des plantes typiques de nos tourbières, constituées d'énormes couches de végétaux accumulées au fil des siècles du fait des conditions particulières (marécageuses, acides et fraîches) qui empêchent la décomposition totale de ces végétaux. Ces écosystèmes sont très fragiles, car dès que l'une de ces conditions n'est plus réalisée, le mécanisme d'accumulation des végétaux partiellement décomposés s'interrompt… Et la tourbe ne se forme plus.

Du fait de l'exploitation de ces tourbières pour extraire la tourbe, mais aussi à cause des opérations de drainage pour rendre ces terres à l'agriculture ou à l'urbanisation, la surface totale des tourbières en France a diminué de moitié au cours des cinquante dernières années, et la tendance – identique dans le monde entier – est loin de s'inverser aujourd'hui. Cela constitue une grande perte pour la biodiversité car ces écosystèmes abritent une flore et une faune aussi variées qu'originales.

Si la culture des plantes carnivores se fait sur de la tourbe blonde, qui est leur milieu naturel, celle des autres plantes ne nécessite aucunement ce type de substrat. Faisons donc l'effort de rechercher des terreaux sans tourbe pour ne pas favoriser, même au petit niveau du jardinage amateur, cette disparition lente des tourbières.

Un peu d'histoire…

La découverte et l'étude des plantes carnivores ont permis aux scientifiques d'étayer leur compréhension des mécanismes de l'évolution dans le monde vivant. C'est en effet au cours de millions d'années d'évolution que ce système de nutrition a progressivement été perfectionné chez les espèces les plus différentes, aux quatre coins de la planète, qui avaient toutes pour caractéristique de survivre dans un milieu où leurs racines ne pouvaient pas puiser les sels minéraux et autres éléments nutritifs habituellement disponibles.

Les droséras, dont certains scientifiques font remonter l'apparition au crétacé, comptent parmi les plantes carnivores les plus élaborées, capables de capturer puis de digérer leurs proies directement sur les feuilles. Mais il existe dans la nature des espèces aux mécanismes moins sophistiqués, comme par exemple les roridulas de Madagascar et d'Afrique du Sud, elles aussi pourvus de poils collants sur les feuilles, mais qui ont besoin de l'aide d'une punaise pour se nourrir : les punaises présentes sur la plante consomment les moucherons que la plante a piégés, et ce sont leurs déjections que la plante assimile, incapable de digérer elle-même les insectes. C'est sans doute par ce genre d'étape que les ancêtres des droséras sont passés.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides