Nérine

Nérine en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Nérine, Lis de Guernesey, Lys de Guernesey

  • Nom(s) latin(s)

    Nerine

  • Famille

    Amaryllidacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Semi-persistant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,45 à 5 m
  • Largeur à maturité

    0,10 à 0,20 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Modéré
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Moyenne
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol sableux Sol caillouteux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    20/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Massif ou bordure Plantation isolée Rocaille
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le genre Nerine, couramment nommé lis de Guernesey, comprend près d'une trentaine d'espèces vivaces herbacées à gros bulbes à tunique et à racines charnues, de la famille des Amaryllidacées. Originaires principalement d'Afrique du Sud, elles sont cultivées pour la beauté de leurs fleurs délicatement ciselées, très prisées au jardin comme dans les bouquets. Elles s'épanouissent en automne sous nos latitudes, ce qui correspond au printemps austral de leur patrie d'origine. Regroupées en ombelles, les fleurs étoilées déclinent une palette chromatique allant du blanc au rouge en passant par une large gamme de roses. Certaines offrent un surprenant aspect scintillant comme si elles contenaient des cristaux miniatures qui jouent avec les lumières douces de l'automne.

Leur feuillage rubané est plus ou moins persistant selon l'espèce. Les espèces persistantes proviennent des régions est de l'Afrique du Sud (est du Cap, Natal, Transvaal). Présentent une période de dormance estivale, les espèces dites caduques, sont natives de l'Ouest de la province du Cap. Le petit bémol de ces belles subtropicales : leur faible rusticité qui les cantonne à être cultivées en pot en dehors des régions à climat doux, méditerranéen ou à influence océanique.

L'espèce Nerine bowdenii, ou nérine de Bowden, est la plus couramment commercialisée et cultivée dans nos jardins, sans doute parce qu'elle est la plus rustique du genre, tolérant jusqu'à -10 °C en sol parfaitement drainé. Une dizaine d'ombelles rose vif s'épanouissent en fin d'été, de septembre à novembre selon le climat, au sommet d'une robuste tige cylindrique. La floraison dure plus de trois semaines et apparaît souvent avant le feuillage. La plante culmine alors à 50-60 cm de hauteur pour un étalement d'une vingtaine de centimètres. Les ombelles regroupent 5 à 10 fleurs en forme d'entonnoir de 6 à 7 cm de diamètre. Les fleurs sont formées de six tépales récurvés et ondulés, centrés par un long style et six longues étamines, justifiant l'appellation de « lis araignée ». Elles sont suivies de fruits capsuleux dont les graines sont projetées à maturité. Le feuillage vert luisant forme une touffe dressée et évasée. Il est quasiment persistant, marquant parfois de courtes périodes de repos en fin d'hiver et en début d'été notamment. Les larges feuilles mesurent plus de 20 cm de longueur. Il existe une forme naturelle à floraison blanche, parfois lavée de rose, nommée Nerine bowdenii 'Alba'.

Toutes les parties de la plante sont toxiques à l'ingestion, provoquant des troubles digestifs plus ou moins graves. Par contact, elles peuvent aussi provoquer des problèmes cutanés chez certaines personnes.

Les nérines se plaisent en pot comme en pleine terre où elles forment rapidement de grosses touffes quand les conditions leur plaisent. Dans les régions froides, préférez le premier type de plantation. Elles peuvent garnir les rocailles, les bordures et les massifs ensoleillés et accompagner d'autres vedettes d'arrière-saison comme les asters, les anémones du Japon, les graminées, les sédums ou des feuillages exotiques comme celui des phormiums et des cordylines. Pensez à compenser la disparition du feuillage en été par le semis au printemps d'annuelles peu encombrantes comme les nigelles de Damas et les pieds d'alouette.

Les fleurs coupées apportent de la légèreté et de l'élégance aux bouquets de saison. Conservées dans de bonnes conditions (bas de tige recoupée et eau renouvelée régulièrement), elles restent belles pendant plus d'une dizaine de jours.

Espèces et variétés de nérine

De nombreuses variétés hybrides ont vu le jour par croisements intra ou interspécifiques. La parenté de certaines n’est pas forcément connue. En combinant les espèces, il est possible d’avoir toujours une nérine en fleurs de septembre jusqu’à décembre !

Nerine bowdenii

'Pink Triumph'

Nerine bowdenii 'Pink Triumph'
  • Floraison : Rose argenté. Fleurs plus grandes que l’espèce type.
  • Végétation : Idem au type.
  • Qualités : Très florifère. La plus répandue. Tolère jusqu’à -10 °C en sol parfaitement drainé.

Nerine sarniensis

var. corusca 'Major'

Nerine sarniensis var. corusca 'Major'
  • Floraison : Ombelles compactes à fleurs rouge-orangé. Étamines très proéminentes. Octobre-novembre.
  • Végétation : Hauteur : 45 cm et Étalement : 10 cm. Végétation caduque en été.
  • Qualités : Le véritable Lis de Guernesey !

'King of the Belgiums'

Nérine 'King of the Belgiums'
  • Floraison : Hybride à fleurs rose pâle nacré.
  • Végétation : H : 45 cm et E : 10 cm. Végétation caduque en été.
  • Qualités : --

Nerine filifolia

--

Nerine filifolia --
  • Floraison : Petites ombelles rose vif ou blanc pur. Septembre-octobre.
  • Végétation : H : 30 cm et E : 10 cm. Feuillage persistant, graminiforme.
  • Qualités : Espèce naine pour petites potées. Rare. Souffre dès -5 °C.

Nerine flexuosa

--

Nerine flexuosa --
  • Floraison : Ombelles compactes composées de 10 à 20 petites fleurs roses veinées de rose foncé. Novembre-décembre.
  • Végétation : H : 60 cm et E : 20 cm. Feuilles arquées et étroites.
  • Qualités : Pour collectionneurs. Pour potées car peu rustique (souffre dès -5 °C).

'Alba'

Nerine flexuosa 'Alba'
  • Floraison : Forme blanche.
  • Végétation : Idem Nerine flexuosa
  • Qualités : Idem Nerine flexuosa

Nerine undulata (Nérine ondulée)

--

Nerine undulata (Nérine ondulée) --
  • Floraison : Petites fleurs pendantes et campanulées de 2 à 3 cm de diamètre rose mauve, tépales étroits et très ondulés. Octobre-novembre.
  • Végétation : H : 30 à 50 cm. Repos végétatif du feuillage en été si celui-ci est sec.
  • Qualités : Espèce courante. Pour potées car peu rustique (souffre dès -5 °C).

Plantation de la nérine

Plantation de la nérine

dogtooth77/CC BY NC SA 2.0/Flickr

Où la planter ?

Installez-la en pleine terre (hors climat continental et montagnard) si vous avez choisi Nerine bowdenii ou des hybrides ayant une assez bonne rusticité. Plantez les bulbes dans un emplacement ensoleillé, chaud et abrité des courants d'air. Le pied d'un mur exposé au sud est souvent conseillé car il restitue de la chaleur à la terre la nuit. Une situation mi-ombragée est possible dans le Midi de la France. Le sol doit être meuble, léger, voire sablonneux et surtout bien drainé, sous peine de ne plus voir de fleurs après le premier hiver.

Installez-la en pot si vous jardinez en région froide ou que vous avez choisi des espèces peu rustiques, voire gélives. Placez-le au soleil toute la belle saison et hivernez-le dans la véranda, la serre froide hors gel ou une pièce non chauffée le reste de l'année.

Quand planter la nérine ?

Les bulbes se vendent principalement de la fin d'hiver jusqu'en été. Attendez que les fortes gelées soient terminées pour les mettre en pleine terre.

Si vous les cultivez en pot, ne sortez celui-ci qu'après les Saints de Glace.

Comment la planter en pleine terre ?

Pour un bel effet visuel, constituez des groupes d'au moins 5 ou 6 bulbes.

Désherbez et ameublissez soigneusement le sol sur une quarantaine de centimètres de profondeur. Améliorez impérativement le drainage si la terre est de nature argilo-compacte. Incorporez un compost bien mûr ou un engrais « spécial bulbes », plus riche en phosphate qu'en azote. N'enterrez pas trop le bulbe, son sommet doit affleurer la surface du sol. Espacez les bulbes d'une dizaine de centimètres.

Comment planter la nérine en pot ?

Choisissez un contenant poreux, type terre cuite pour un meilleur drainage. Vérifiez la présence de trous d'évacuation de l'eau. Placez une couche de billes d'argile au fond du pot, d'au moins ¼ de sa hauteur. Remplissez avec un substrat léger et drainant « spécial bulbes » ou un mélange « maison » composé à parts égales de terreau géranium, de sable grossier ou de perlite et de compost bien mûr.

Installez les bulbes en respectant un espace vital de 5-6 cm autour de chacun. Pas plus, car elles fleurissent mieux à l'étroit. Couvrez à peine avec le substrat : 2 ou 3 cm suffisent.

Selon la taille du bulbe, la floraison peut ne pas être au rendez-vous le premier automne. Soyez patient !

Culture et entretien de la nérine

Culture et entretien de la nérine

Rachel James/CC BY NC SA 2.0/Flickr

En pleine terre

L'entretien est facile et limité.

Arrosez régulièrement mais sans excès pendant la période de végétation du feuillage. Réduisez les arrosages pendant la floraison et intensifiez-les dès l'apparition du feuillage afin de reconstituer par la photosynthèse les réserves du bulbe.

Inutile de fertiliser, cela risque de favoriser le développement du feuillage au détriment de la floraison.

Hors climat doux (avec des températures descendant rarement sous les 5 °C), paillez les nérines avant l'hiver avec une couche de feuilles mortes, de paillettes de lin ou des ardoises concassées si vous préférez un paillis minéral.

Les nérines détestent être dérangées. Évitez les divisions sauf si les floraisons faiblissent. Pour cette raison, évitez l'arrachage des bulbes après floraison, comme on le voit souvent conseillé pour les régions froides. Préférez la culture en pot ou en conteneur que vous pouvez dissimuler en l'enterrant dans les massifs à la belle saison.

Culture en pot

Arrosez de façon à garder un substrat frais pendant toute la période de végétation. En hiver, modérez les arrosages mais poursuivez-les si la nérine est en feuilles.

Ajoutez de l'engrais mensuellement pendant toute la période végétative. Surfacez au début du printemps en ajoutant quelques centimètres du substrat initial.

Rempotez avec précaution seulement quand les nérines ont envahi le pot et semblent moins fleurir.

Maladies, nuisibles et parasites

Les nérines montrent une sensibilité à la cochenille, surtout quand elles sont cultivées en pot à l'intérieur une partie de l'année. Intervenez, le plus écologiquement possible, mais sans attendre car ces insectes piqueurs-suceurs favorisent la survenue de viroses qui finissent par affaiblir la plante.

Le jeune feuillage attire les limaces et les escargots.

Multiplication de la nérine

Multiplication de la nérine

Il y a deux façons de multiplier les nérines. La plus pratiquée par le jardinier amateur est la division des bulbes au printemps ou pendant le repos végétatif estival, l'autre méthode est le semis.

Division des bulbes

Récupérez les caïeux qui se sont formés autour du bulbe mère. Il faut cependant savoir que les nérines mettent souvent plusieurs saisons à se remettre de ce bouleversement et à refleurir.

Semis

Il faut être patient car il faut 4 à 6 ans selon l'espèce pour voir les premières fleurs. Le mieux est de récupérer des graines fraîches et de les semer sans attendre dans un substrat bien drainé et exempt de germes pathogènes, type terreau pour semis. Placez les graines à la surface du substrat sans les couvrir. La température idéale de germination se situe entre 12 et 15 °C. Humidifiez le substrat par capillarité en immergeant la terrine dans une soucoupe.

Conservez les jeunes nérines à l'abri du gel jusqu'à ce que le bulbe soit assez gros pour que la nérine puisse supporter des températures négatives (autour de -5 °C).

Conseils écologiques

Les plantes bulbeuses d'origine exotique comme la nérine ont besoin d'un bon drainage du substrat pour que le bulbe ne pourrisse pas. Plutôt que l'achat de billes d'argile ou d'un autre matériau de drainage au bilan carbone forcément positif, remplacez-les par des coquilles de noix et de noisettes. En plus d'être gratuits, ils offrent l'avantage lors d'un rempotage de pouvoir être jetés dans les massifs ou dans le compost pour lequel il augmente la part carbonée (les tontes de gazon et les épluchures constituant la part azotée).

Un peu d’histoire…

Le nom générique Nerine vient de Néreis, une divinité marine faisant partie des Néréides, qui au nombre de cinquante formaient le cortège de Poséidon dans la mythologie grecque. Ces nymphes mi-femmes mi poissons portaient assistance aux naufragés. Ce nom fut attribué au début du XIXe siècle par le pasteur botaniste William Herbert, hybrideur passionné d’Amaryllidacées. Il faisait référence à la légende de l’arrivée accidentelle des Nerines au XVIIe siècle sur l’Île de Guernesey, lors du naufrage d’un navire hollandais (de la compagnie des Indes Orientales), en provenance du Japon qui avait fait escale au Cap de Bonne Espérance. Des bulbes contenus dans les cales du bateau seraient parvenus jusqu’aux côtes, où ils s’enracinèrent et trouvèrent des conditions de culture propices à leur développement. On leur attribua comme nom d’espèce, sarniensis, le nom latin des îles anglo-normandes. Chaque année en octobre, l’île de Guernesey fête la nérine offrant au public le spectacle de la floraison d’une multitude d’hybrides aux couleurs souvent étonnantes.

Le nom spécifique bowdenii a été donné en 1904 en l’honneur du botaniste britannique, né en Afrique du Sud, A. H. Cornish-Bowden qui introduisit cette espèce en Europe à son retour en Angleterre en 1899.

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides