Berce commune

Écrit par les experts Ooreka
Télécharger en .pdf

Berce commune en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Berce commune, Berce spondyle

  • Nom(s) latin(s)

    Heracleum sphondylium

  • Famille

    Apiacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Plante comestible ▶ Autres légumes | Aromatiques et condiments

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace Bisannuelle
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,60 à 2 m
  • Largeur à maturité

    0,60 à 1 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol calcaire Sol sableux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol humide Sol sec
  • Densité

    1 ou 2 au m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
    Mi-ombre
  • Utilisation extérieure

    Prairie Massif ou bordure Plantation isolée Potager
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

La berce commune ou berce spondyle (Heracleum sphondylium), de la famille des Apiacées (anciennement Ombellifères), est une grande bisannuelle, parfois vivace, qui peut atteindre 2 m de hauteur. Plus couramment, elle mesure entre 70 et 90 cm sur autant de large. Elle est velue, un peu piquante au toucher. Cette plante herbacée possède de grandes feuilles pennées, aux segments dentés. Les feuilles supérieures ont une base très large. Épanouies entre juin et septembre, les fleurs blanches, parfois teintées de rose pâle, sont réunies en superbes et larges ombelles de 12 à 40 rayons, les pétales du pourtour étant beaucoup plus grands que les autres, et très échancrés. Les fruits sont ovales, aplatis, ailés, et mesurent jusqu'à 1 cm de long. Ils sont composés de deux graines accolées, comprimées et striées verticalement. Les longues racines sont charnues et dégagent une odeur aromatique.

C'est une plante très commune : on la rencontre dans les bois clairs, le long des chemins, sur les bords de ruisseaux, dans les prés rocailleux jusqu'à 1 700 m, de préférence dans les sols riches en matières organiques.

Pourquoi ne pas adopter cette berce toute simple, celle qui jalonne nos bords de route, celle que l'on peut mâchouiller, suçoter, et dont les jeunes tiges agrémentent les salades de leur saveur mandarine et noix de coco ? La floraison est vraiment exceptionnelle, d'une rare beauté dès qu'elle est mise en valeur. Une merveille, qui n'a rien à envier aux belles cultivées voisines. L'ombelle est géante, fine, légère comme de la dentelle. De plus, c'est une excellente plante mellifère : les fleurs des berces, riches en nectar, sont visitées par de nombreux insectes, et en particulier les abeilles.

Si vous lui donnez officiellement droit de cité, il va falloir la surveiller et la maîtriser. Sachez que cette plante peut être une peste si vous ne prenez pas soin de supprimer systématiquement les fleurs fanées, et vous risquez de vous retrouver avec des bébés berces arborant des feuilles, sortes de mains géantes, un peu partout. Pas faciles à éradiquer, avec leurs solides racines, ces sauvageonnes ! Vous pouvez vous procurer des graines dans la nature, ou chez des semenciers qui commercialisent des graines de plantes sauvages.

Tout se mange dans la berce : les racines, les feuilles, les tiges, les fleurs, les graines… Il s'en dégage une saveur de mandarine mêlée à de l'angélique. De plus, la berce possède des vertus stimulantes, digestives. Et ses graines, au moyen-âge, étaient utilisées contre l'impuissance masculine.

Comme tous les Heracleum et beaucoup d'Apiacées tels le céleri, la berce spondyle contient une substance photosensibilisante, la furocoumarine, qui peut donner des allergies de contact, aggravées par le soleil. Ne cueillez pas la berce en plein après-midi ensoleillé, sauf si vous portez des manches longues et des gants.

Toutes les espèces de berce sont comestibles. Et tout risque de confusion avec des ombellifères toxiques est impossible, car la pilosité et les larges folioles anguleuses de la berce commune la différencient des ombellifères toxiques. Toute la plante est velue, les nouvelles pousses étant même blanches, presque laineuses. Ce qui lui vaut parfois le surnom de patte d'ours. Identifiez parfaitement la plante, afin de ne pas cueillir des plantes toxiques, telles la ciguë maculée (Conium maculatum) et la cicutaire maculée (Cicuta maculata). C'est avec la digue qu'a été préparée la potion qui aurait « tué » Socrate.

Espèces de berce

La berce commune renferme de nombreuses sous-espèces difficiles à différencier, entre autres H. sphondylium alpinum, pyrenaicum ou sibiricum. En Amérique du Nord, on retrouve la berce laineuse, H. maximum, d’aspect similaire à la berce commune, en plus grande.

Quant à la berce du Caucase (H. mantegazzianum), qui fut très plantée dans nos jardins pendant les trois dernières décennies pour sa beauté sculpturale (les tiges peuvent atteindre de 2 à 5 m de haut), il convient de s’en méfier. C’est une plante invasive, capable de coloniser des espaces à toute vitesse, au mépris de la flore locale. Seuls des jardiniers attentionnés peuvent la cultiver, en éradiquant les graines avant qu’elles ne mûrissent. De plus, la sève de cette espèce contient des toxines photosensibilisantes, bien plus fortes que dans la berce commune, qui peuvent provoquer des dermatites. Les lésions apparentées à des brûlures sont douloureuses et parfois très graves.

Pour distinguer les deux plantes : la face inférieure des feuilles de la berce commune est vêtue de poils blancs souples, lui donnant une texture feutrée ; la face inférieure des feuilles de la berce du Caucase porte peu ou pas de poils, et s’il y en a, ils sont plutôt raides.

Heracleum sphondylium

Heracleum sphondylium
  • Nom commun : Berce commune ou spondyle
  • Type : Bisannuelle ou vivace
  • Intérêt : Plante sauvage à nombreuses propriétés.
  • Qualités : Plante comestible et médicinale.

Semis de la berce commune

Semis de la berce commune

On la sème en sol frais, au soleil ou à mi-ombre, au printemps ou à l'automne.

Si vous récoltez des graines, semez-les aussitôt, après avoir nettoyé le terrain au croc. Recouvrez à peine les semences.

Culture et entretien de la berce commune

Culture et entretien de la berce commune

Ne conservez que peu de pieds à la levée, espacés de 80 cm. Laissez les plantes vivre seules.

Après la floraison, rabattez la plante, afin qu'elle ne graine pas partout. Si vous souhaitez récolter les graines, faites-le soigneusement et entièrement, la berce pouvant devenir invasive.

Maladies, nuisibles et parasites

Cette plante sauvage est parfois la cible de l'oïdium, mais qu'importe ! Laissez-la vivre ainsi.

Récolte

Quand et comment récolter ?

Aussi bien dans la campagne que dans votre jardin, récoltez les jeunes feuilles en avril. Les feuilles à cuire se récoltent jusqu’à la floraison.

Les jeunes tiges et les inflorescences gainées se cueillent en mai.

Récoltez fruits et graines de juillet à septembre.

La conservation de la berce commune

Les feuilles et les tiges de la berce commune s’utilisent de préférence le jour même. Vous pouvez les conserver, roulées dans un linge humide, pendant deux jours au réfrigérateur.

Les graines sèches, écrasées ou moulues, se conservent six mois dans un flacon fermé.

Cuisiner la berce

Lorsque la berce se développe, les inflorescences en bouton, lorsqu’elles sont encore enfermées dans la gaine du pétiole, formant une partie renflée avant de se déployer, se servent en légumes, après quelques minutes de cuisson à l’eau ou à la vapeur.

Les jeunes feuilles crues, ciselées grossièrement, s’ajoutent aux salades. Lorsqu’elles sont plus grandes, cuites, elles participent à l’élaboration de tartes, de quiches et autres gâteaux d’herbes, de soupes. En principe, c’est au printemps que se forment les nouvelles feuilles, mais si vous les prélevez, elles se reforment presque aussitôt.

Les jeunes tiges tendres, coupées en petits tronçons, agrémentent les salades vertes ou de fruits. Lorsqu’elles sont plus grosses, on les épluche comme de la rhubarbe. On peut les confire, comme l’angélique.

Les fruits, très forts, s’ajoutent parcimonieusement aux céréales, à une salade de fruits, dans des gâteaux. L’idéal est de les écraser ou de les moudre et de les utiliser comme les épices.

Une suggestion de recette, très simple : la tarte à la berce (pour 6 personnes)

  • 4 parties renflées de berce ou un saladier
  • de feuilles
  • Une pâte brisée
  • 4 œufs
  • 25 cl de crème fraîche épaisse
  • 1 cuillère d’huile d’olive
  • Sel, poivre

Préchauffez le four à 180 °C. Lavez soigneusement la berce, coupez les parties renflées en tronçons de 1 à 2 cm ou ciselez grossièrement les feuilles. Dans une sauteuse, faites chauffer l’huile, ajoutez la berce, remuez, baissez le feu, couvrez, laissez cuire 10 min, en remuant régulièrement.

Déroulez la pâte brisée dans un moule à tarte.

Dans un saladier, versez les œufs, la crème, le sel et le poivre. Battez ce mélange. Ajoutez la berce cuite, remuez soigneusement, versez sur la pâte. Laissez cuire entre 35 et 40 min.

Multiplication de la berce commune

Multiplication de la berce commune

La berce se multiplie par semis.

Récoltez les graines lorsqu’elles sont mûres, en fin d’été ou au début de l’automne, par temps sec. Glissez-les dans une enveloppe, puis semez-les le plus vite possible sur un sol propre et peu travaillé.

Conseils écologiques

Attention ! S'aventurer à la cueillette des plantes sauvages s'apparente à une chasse au trésor. On ne sait pas toujours ce que l'on va trouver, mais on est sûr de revenir avec un panier garni. Des précautions élémentaires et de bon sens s'imposent. Ne ramassez que ce dont vous êtes sûr, ce que vous reconnaissez sans aucun doute possible. Évitez de prélever des plantes qui ont séjourné dans l'eau stagnante, comme les mares ou les bords de ruisseau, car le parasite qui provoque la douve du foie s'y trouve parfois.

Il ne faut pas négliger une maladie que l'on peut contracter en ingérant des plantes sauvages… ou non ! Il s'agit de l'échinococcose, ver parasite qui s'attaque au foie. Le lent développement de la maladie la rend peu détectable. Seule la cuisson tue les œufs du ver.

L'homme peut être contaminé en ingérant des œufs du parasite. Ces œufs peuvent exister dans les excréments des carnivores. On les retrouve sur les végétaux et baies sauvages accessibles aux renards, mais aussi aux chats et aux chiens, entre autres, et souillés par leurs déjections. Mais beaucoup de potagers sont abordables par ces animaux. Doit-on arrêter de consommer les salades et les fraises, et de ramasser les pissenlits ? La contamination peut avoir lieu, aussi, en se faisant lécher par un chien ou par simple contact avec le pelage.

Les zones d'endémie connues en France métropolitaine sont le Massif central et la Franche-Comté. Cependant, on retrouve des cas sur tout le territoire. Pour se préserver, il faut porter des gants pour les travaux en plein air et se laver les mains après ces travaux, ou encore après avoir toiletté son animal de compagnie, cuire les aliments provenant des champs, des forêts ou des jardins potentiellement accessibles à ces animaux… donc à votre animal de compagnie aussi. Mais rassurez-vous, il n'y a que 10 cas par an… Chaque jour, nous sommes confrontés à cent mille fois plus de risques.

Ne cueillez jamais le long d'une route passante, à cause de la pollution. Assurez-vous que ni fumure ni engrais chimique, ni pesticide, ni herbicide n'aient été répandus.

Soyez respectueux de l'environnement, mais aussi des agriculteurs, des riverains. N'entrez jamais dans une propriété privée pour cueillir, même une fleur, sans demander la permission. Il est important de connaître les plantes protégées ou en voie de disparition afin de ne jamais les prélever dans la nature. Au moindre doute, consultez la liste éditée, dans chaque région, par des associations de nature. Pour la berce commune, pas d'inquiétude : elle est libre de cueillette sur tout le territoire.

Si la plante n'est pas protégée, ne ramassez qu'une petite quantité sur chaque station, pour qu'elle puisse continuer à se reproduire. Lorsque la racine n'est pas l'objet de la cueillette, ne prélevez que les feuilles, les tiges ou les fleurs nécessaires à la recette.

La glane de plantes sauvages peut se faire simplement dans votre jardin. Vous êtes un jardinier soucieux de la planète, aussi aucun produit chimique n'y pénètre ! Abandonnez un carré, même petit, à vos sauvageonnes, laissez les pâquerettes envahir la pelouse, et vous aurez des plantes à portée de main. Pissenlits, primevères, cardamines… N'hésitez pas à prélever dans la nature des graines – ou un pied si la plante pousse en énorme quantité sur les bords de chemin – pour les introduire chez vous. Par exemple, l'alliaire, l'achillée millefeuille ou la consoude, qui sont de bonnes plantes courantes, poussant en colonies dans la campagne.

Un peu d’histoire…

À la campagne, la berce est souvent appelée « herbe à lapins » : nos grands-parents allaient la ramasser pour en nourrir ces animaux d’élevage. Dans le sud de la France, la berce est communément appelée « charavie ». En Picardie, elle est très souvent nommée « chouelle ». On l’appelle parfois « panais de vache », copié de l’anglais cow parsnip, qui pourrait indiquer un usage de la berce comme plante fourragère, il y a bien longtemps. Par proximité de forme, on l’a appelée « patte d’ours » et « fausse acanthe ». Parfois aussi « herbe du diable », et « berce branc-ursine ». Pourquoi ? Est-ce une allusion aux pattes d’ours ?

« Berce » serait d’origine germanique et viendrait de bartsch, nom qui désigne la plante, ou de bartszez, une boisson aigre que l’on fabriquait dans les pays de l’Europe de l’Est. On recueillait, sur les tiges et les pétioles séchés au soleil, un suintement sucré que l’on employait pour cette boisson, mais aussi pour la confection de friandises. On en a également fait un alcool.

Est-ce à cause de sa grande taille, et par analogie au demi-dieu Héraclès, devenu Hercule chez les Romains, que ce genre s’appelle Heracleum ? À moins que ça ne vienne du nom d’une ancienne ville, Héraclée ? Une ville construite dans l’Antiquité, en Grèce, au Moyen-Orient, en Italie… Une ville légendaire, que l’histoire ne situe pas vraiment.

Cette plante a beaucoup inspiré les artistes Art nouveau de l’école de Nancy : Majorelle, Vallin, Grüber…



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
CN
claudie nolibois

indépendante

Expert

EB
eric bigot

expert bâtiment

Expert

philippe chevalier

d.g (moc,moe,economiste,bet,negoce technologies) | s.a.s. biostart.eu

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Quel est votre projet ?

Décrivez votre demande en quelques clics !

Des professionnels de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !


Produits



Autres sujets sur Ooreka


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides