Aspérule odorante

Aspérule odorante en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Aspérule odorante, Gaillet odorant, Petit muguet, Reine des bois, Muguet des dames

  • Nom(s) latin(s)

    Galium odoratum, Asperula odorata

  • Famille

    Rubiacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Plante comestible ▶ Plante à tisane

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Forme

    Étalé ou tapissant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,15 à 0,30 m
  • Largeur à maturité

    0,30 à 0,40 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol humide
  • Anti-insectes Certaines plantes ont des vertus répulsives contre des nuisibles ou, au contraire, protègent d'autres plantes en attirant les nuisibles.
    Anti-moustiques : À planter près de vos lieux de vie (terrasse, pergola, table ou jeux de jardin…) pour écarter les moustiques.
    Anti-pucerons : À planter près de vos fleurs fragiles pour les protéger.
    Anti-mouches, anti-limaces et anti-doryphores : À planter à proximité de votre potager pour le protéger. (Les plantes anti-mouches servent à lutter contre des mouches spécifiques qui attaquent les légumes.)

    Moustiques
  • Densité

    6 à 9 pieds/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Mi-ombre
    Ombre
  • Utilisation extérieure

    Couvre-sol Bosquet ou forêt Massif ou bordure Haie Rocaille Potager
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

L'aspérule odorante faisait autrefois partie du genre Asperula (Asperula odorata) avant que les botanistes ne la classent dans le genre Galium, la rebaptisant gaillet odorant (Galium odoratum). De la famille des Rubiacées, le genre Galium compte quelques centaines d'espèces vivaces et annuelles originaires des régions boisées des régions tempérées. La majorité des Galium sont des plantes envahissantes mais l'aspérule odorante est une vivace cultivée depuis très longtemps dans les jardins de simples.

L'aspérule odorante, parfois dénommée « petit muguet », « reine des bois » ou « muguet des dames », se trouve naturellement dans les forêts de feuillus (souvent des hêtraies), les lisières et les clairières d'Europe et de Russie. Elle constitue un excellent couvre-sol au feuillage persistant et au port tapissant. Elle pousse en petites colonies car elle s'étale rapidement grâce à ses rhizomes ramifiés et rampants. Il faut même surveiller son envahissement lorsque les conditions de culture lui plaisent.

Ses dimensions moyennes sont de 20 à 25 cm de hauteur pour 30 à 40 cm de largeur. Elle se plaît à toutes les expositions non brûlantes, dans un sol humifère, frais et drainé lui rappelant ses sous-bois originels. Sa rusticité est très bonne : elle supporte aisément jusqu'à -20 °C.

Les feuilles, d'un vert soutenu presque émeraude, sont portées par des tiges quadrangulaires (comme celles des Lamiacées) rêches et dressées. Lancéolées et elliptiques, faisant 3 à 5 cm de long, elles sont groupées en verticilles de six à neuf feuilles. Leurs bords sont hérissés de minuscules épines justifiant le nom initial de Asperula qui vient du latin Asper signifiant rugueux.

La floraison printanière intervient d'avril à juillet selon les régions. Elle signe le début de la récolte de l'aspérule dont toutes les parties végétales sont aromatiques et médicinales. Les nombreuses petites fleurs blanc pur et étoilées sont groupées en cymes ombelliformes de 2 à 5 cm de diamètre offrant un effet léger et gracieux. Chaque fleurette est composée d'une corolle en entonnoir de 4-5 mm de diamètre comportant quatre lobes et quatre étamines. La floraison est mellifère et légèrement parfumée. Les fleurs sont suivies de capsules collantes car munies de petits crochets.

L'aspérule odorante, ou gaillet odorant, est parfaite pour « végétaliser » le pied des arbres et des arbustes caducs. Elle offre une note champêtre et sauvage au décor en compagnie d'autres vivaces printanières appréciant les expositions tamisées comme les ancolies, les corydalis, les dicentras et les primevères japonaises. Elle peut aussi ourler un mur ombragé et border un coin du potager sous le couvert des petits fruits (groseilliers, cassissiers, casseilles).

En plus de ses qualités décoratives, l'aspérule odorante possède de nombreux atouts aromatiques et médicinaux. Peu odorante fraîche, elle libère, une fois récoltée, d'étonnantes senteurs de vanille et de foin coupé grâce à la formation d'une substance chimique appelée coumarine, qui représente plus de 1 % du poids sec de l'aspérule. La fève tonka à maturité, très appréciée en pâtisserie, en contient jusqu'à 3,5 %.

Grâce à la coumarine, une substance qui se forme lors de son séchage, l'aspérule odorante semblait presque une panacée avec ses multiples vertus en usage interne comme externe : adoucissante, antiseptique, cholagogue (facilite l'évacuation de la bile), dépurative, digestive, diurétique, sédative (lutte contre les insomnies et l'anxiété), tonique, vulnéraire (hâte la guérison des plaies, des enflures et des abcès). Par contre, on se méfiait de ne pas en consommer trop car, à forte dose, les propriétés hémorragiques (anti-vitamine K) et hépatotoxiques de la coumarine prennent le dessus. Encore une fois, comme le disait Paracelse, « c'est la dose qui fait le poison ».

L'infusion d'aspérule odorante semblait salutaire pour la santé. La recette est simple : une cuillère à soupe d'aspérule sèche infusée 10 min dans une tasse d'eau. Le roi de Pologne, Stanislas Leszczynski, connu sous le nom de Stanislas 1er, disait devoir sa santé robuste à une tisane quotidienne d'aspérule odorante. Il est mort en 1766, à 89 ans, un âge très avancé pour l'époque !

Galium odoratum : l'espèce type

Galium odoratum

Galium odoratum
  • Nom commun : Aspérule odorante
  • Qualités : Seule espèce qui soit cultivée dans nos jardins.

Galium aparine

Galium aparine
  • Nom commun : Gaillet gratteron
  • Qualités : Cousin annuel de l’aspérule odorante fréquemment rencontré au jardin ou dans la nature. Il porte bien son nom : il s’accroche aux vêtements ou aux poils des chiens avec ses longues tiges vertes collantes car hérissées de minuscules aiguillons, et ses fruits sphériques couverts de petits crochets.

Semis et plantation de l’aspérule odorante

Semis et plantation de l’aspérule odorante

Où la planter ?

Plantez l'aspérule odorante (ou gaillet odorant) dans un sol léger, très humifère, frais à humide mais bien drainé en hiver. L'exposition doit être mi-ombragée à ombragée, surtout en climat méditerranéen. Elle supporte le soleil non brûlant à condition que la terre reste fraîche.

Évitez la concurrence de vivaces trop invasives, le temps qu'elle s'installe.

Quand planter l'aspérule odorante ?

La meilleure période est le printemps, surtout en région froide, mais vous pouvez aussi la planter au début de l'automne.

Comment la planter ?

  • Prévoyez de 6 à 9 godets au m². Espacez-les de 20 cm.
  • Désherbez soigneusement le sol et enrichissez-le généreusement avec du compost maison bien mûr, du terreau de feuilles, du fumier bien décomposé, surtout si votre terre est de nature argileuse.
  • Humidifiez bien la plante en la trempant avec son godet dans un seau d'eau pendant une dizaine de minutes.
  • Plantez de manière à ce que le haut de la motte soit légèrement enfoncé par rapport au niveau du sol. Les racines ne doivent pas sécher.
  • Terminez par un arrosage copieux même s'il pleut.

Comment semer l'aspérule odorante ?

Le semis des graines mûres est possible en début d'automne mais il faut parfois attendre longtemps la germination. Pratiquez sous châssis froid en maintenant la fraîcheur du terreau.

Repiquez en godets individuels lorsque les plantules ont 2 vraies feuilles.

Culture et entretien de l’aspérule odorante

Culture et entretien de l’aspérule odorante

Maintenez le sol frais le temps de la reprise surtout si l’été suivant la plantation est chaud et sec.

Ensuite, l’entretien se limite à surveiller son expansion !

Maladies, nuisibles et parasites

Hormis la présence de quelques pucerons au printemps, contre lesquels il n'est pas nécessaire d'intervenir, l'aspérule odorante (ou gaillet odorant) est parfaitement résistante aux maladies et aux parasites.

Récolte

Quand et comment récolter ?

La période optimale pour récolter l'aspérule odorante (Galium odoratum) se situe au tout début de la floraison, d'avril à mai selon le climat, car c'est le moment où ses parfums sont à leur apogée.

Avec un couteau bien aiguisé, taillez les fleurs et les feuilles, non pas à ras mais à quelques centimètres du sol pour favoriser la repousse de l'aspérule après la taille.

La conservation et les utilisations de l'aspérule odorante

Une fois coupée, faites-la sécher en l'étalant bien sur du papier absorbant, dans un local sec et bien aéré. Elle ne doit surtout pas moisir, fermenter ou noircir car elle devient alors toxique. Après séchage, elle conserve ses propriétés aromatiques environ un an. Récoltez-la tous les printemps.

Mise en petits sachets de gaze ou de tissu, elle sert à parfumer le linge des armoires ou dressings. Comme la lavande, elle embaume tout en éloignant les insectes comme les redoutables mites.

L'aspérule odorante (ou gaillet odorant) est appréciée par les animaux mélangée au fourrage, et aurait même la propriété d'augmenter la sécrétion lactée des ruminants.

Côté cuisine, elle aromatise les viandes braisées, les saucisses, les saucissons mais aussi, pour les « becs sucrés », les crèmes anglaises ou brûlées, les liqueurs, les jus de fruits, les bières et les vins.

L'aspérule odorante s'utilise aussi comme plante tinctoriale. Ses racines permettent d'obtenir des teintes rouges et orangées évoquant celles obtenues avec la garance voyageuse.

Multiplication de l’aspérule odorante

Multiplication de l’aspérule odorante

Le plus simple est de diviser les souches âgées bien implantées et de replanter aussitôt les rhizomes dans un emplacement soigneusement préparé. Attendez la fin de l'été ou le début du printemps pour pratiquer cette division.

Conseils écologiques

L’aspérule odorante (Galium odoratum) peut être un substitut parfait à la pelouse dans les coins d’ombre du jardin. Elle reste verte toute l’année, ne souffre pas de l’humidité et du manque de soleil, et fleurit ! Cela évitera bien des traitements anti-mousse aux jardiniers qui désespèrent d’avoir un beau gazon à l’ombre !

Un peu d’histoire…

La légende dit que la Vierge Marie aurait glissé de l’aspérule odorante dans le matelas de la crèche pour parfumer le sommeil du divin enfant.

Jusqu’au début du Moyen-Âge, où cette pratique fut jugée païenne par les autorités chrétiennes, les femmes pendaient des bouquets secs d’aspérule odorante au-dessus du berceau pour protéger les nouveau-nés des esprits maléfiques et des sorcières. Plus pratiquement, les sols nus de l’époque médiévale étaient jonchés d’aspérule odorante pour les assainir.

La recette originelle du vin de mai, le fameux Maitrank, aurait vu le jour au IXe siècle grâce aux moines bénédictins de l’abbaye de Prüm en Allemagne. Cette boisson pétillante est connue de l’est de la Belgique jusqu’en Suisse, en passant par le Luxembourg et l’est de la France (Lorraine, Alsace). Elle était bue pour la fête du 1er mai et pour fêter le printemps. La recette est à base d’aspérule odorante macérée avec du vin blanc et du sucre, auxquels on ajoute d’autres ingrédients souvent tenus secrets. La recette se décline en de nombreuses variantes familiales.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides