Montia sibirica

Montia sibirica en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Montia sibirica

  • Nom(s) latin(s)

    Montia sibirica, Claytonia sibirica

  • Famille

    Portulacacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Plante comestible ▶ Autres légumes | Aromatiques et condiments

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace Annuelle Bisannuelle
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant Semi-persistant Caduc
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0 à 0,30 m
  • Largeur à maturité

    0,20 à 0,25 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol calcaire Sol sableux Terre de bruyère Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé Sol humide
  • Densité

    12 à 15 par m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Mi-ombre
    Ombre
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Couvre-sol Massif ou bordure
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

S'il se plaît, Montia sibirica – syn. Claytonia sibirica – s'installe vite, couvrant le sol de petites feuilles charnues, lancéolées, vert brillant, caduques ou semi-persistantes, voire persistantes. Cette vivace – parfois annuelle ou bisannuelle – de la famille des Portulacacées mesure 10 à 20 cm de haut, sur 20 à 25 cm de large.

D'avril à août, parfois jusqu'en octobre, les fleurs rose mauve pâle striées légèrement de violine, à cinq pétales et cœur vert et jaune, s'épanouissent. Elles ne mesurent pas plus de 15 à 20 mm, mais se rattrapent par leur abondance. Elles sont groupées en racèmes terminaux, sur de courtes hampes latérales.

Bien rustique – elle est originaire de Sibérie et de l'Alaska –, cette plante n'est guère difficile : mi-ombre ou ombre, sol ordinaire, voilà ce qu'elle demande. C'est un couvre-sol vigoureux à utiliser au pied des arbres et en bordure de massifs d'ombre. Si Montia sibirica préfère un sol frais, il supporte la concurrence des racines et les sols secs, sous des conifères par exemple. Il se multiplie naturellement, très vite, en se ressemant.

La floraison donne l'impression d'être remontante, car après un temps fort en mai-juin, de nouvelles fleurs apparaissent de manière sporadique, de la fin de l'été jusqu'aux gelées. Souvent, ce sont des plantes issues de semis de l'automne précédent qui s'épanouissent alors. Les pieds deviennent si nombreux qu'il est difficile de savoir s'ils étaient là quelques mois plus tôt !

Si vous souhaitez cultiver Montia sibirica en pot ou en jardinière, associez-le à des fougères persistantes.

Les petites feuilles sont comestibles, avec une saveur et une texture ressemblant à celles des pourpiers… ou de la claytone de Cuba, sa proche cousine. Elles peuvent se consommer en salade, ajoutées aux feuilles d'un mesclun. N'hésitez pas en décorer des plats : elles font beaucoup d'effet sur des œufs mimosas.

Espèce type

Montia sibirica

Montia sibirica
  • Synonyme : Claytonia sibirica
  • Caractéristiques : Bon couvre-sol de mi-ombre et d’ombre.
  • Qualités : Bien rustique, facile d’entretien.

Semis et plantation de Montia sibirica

Semis et plantation de Montia sibirica

Où le planter ?

Plantez Montia sibirica à l'ombre ou à mi-ombre, en tout sol humifère, plutôt frais.

La plante supporte bien la sécheresse lorsqu'elle est installée mais en sol sec, Montia sibirica a tendance à entrer en dormance en été, pour réapparaître en septembre, et même refleurir. C'est en sol frais, lourd et argileux qu'il se propage le mieux, jusqu'à devenir envahissant.

Vous pouvez aussi l'utiliser en couvre-sol au pied d'un arbuste, comme un hortensia.

Si vous cultivez Montia sibirica en pot, placez ce dernier à mi-ombre ou à l'ombre. Un pot de 20 cm de diamètre convient pour un pied, et un pot de 30 cm pour trois pieds.

Quand planter Montia sibirica ?

Au printemps, de février à mai ou à l'automne, de septembre à novembre.

Comment le planter ?

En pot, bien drainé, optez pour un terreau de feuilles. Après la plantation et l'arrosage, paillez.

En pleine terre :

  • Faites un trou de quatre fois le volume de la motte. Émiettez bien la terre, ajoutez une poignée de compost.
  • Faites tremper le godet trois minutes dans une cuvette d'eau, dépotez la plante, positionnez-la et rebouchez.
  • Arrosez copieusement pour chasser les poches d'air.

Conseil : installez au minimum 3 plants. Distancez chaque pied de Montia sibirica de 30 à 35 cm.

Culture et entretien de Montia sibirica

Ne lésinez pas sur l'arrosage pendant les semaines qui suivent la plantation de Montia sibirica. Ensuite, laissez les plantes vivre à leur guise.

Coupez les parties sèches après floraison… si vous n'avez que trois pieds ! Cela serait trop fastidieux sur une grande surface de couvre-sol.

Pour la culture en pot, ne laissez jamais d'eau stagner dans la soucoupe, mais arrosez avant que la terre ne sèche. Surfacez avec du compost au printemps et à l'automne, et paillez.

Maladies, nuisibles et parasites

Voici une plante sans soucis : ni maladies, ni nuisibles, ni parasites ne semblent s’y intéresser…

Récolte de Montia sibirica

Si vous souhaitez consommer quelques feuilles, cueillez-les dès qu’elles atteignent leur taille adulte, à partir de mai.

Consommez les feuilles de Montia sibirica le plus vite possible, dans la journée de cueillette.

Multiplication de Montia sibirica

En fin d’hiver apparaissent les premiers semis spontanés. D’autres se manifestent en avril.

Il est très facile de transplanter Montia sibirica car le système racinaire est très superficiel. Un outil n’est même pas nécessaire pour les sortir si la terre est légère.

Conseils écologiques

Montia sibirica sert d'écrin, tapis vert foncé, à tous les bulbes printaniers : crocus, perce-neige, narcisses, jacinthes sauvages… Il concurrence l'aspérule, le lierre, les bugles. Plus tard, il se marie aux hostas, aux tricyrtis, aux cyclamens

Un peu d’histoire…

Montia sibirica, originaire de Sibérie et de l'Alaska, a été introduit au Royaume-Uni au XVIIe siècle où il s'est vite répandu, et fait toujours partie de presque tous les jardins. En France, injustement méconnu, il n'est planté que par des jardiniers « pointus ». Pourtant beaucoup de pépiniéristes collectionneurs le proposent.

Montia sibirica s'appelle dorénavant Claytonia sibirica. C'est donc un proche cousin de Claytonia perfoliata, la claytone de Cuba, cette exquise salade grassouillette fort prisée des grands chefs et des amateurs de légumes rares ou oubliés.

Les claytones ont été nommées ainsi en l'honneur de John Clayton (1685 1773), un botaniste britannique émigré aux États-Unis. Il récoltait des plantes en Virginie, et les transmettait à Laurentius Theodorus Gronovius. Ce correspondant était un naturaliste néerlandais d'origine allemande, ami avec Carl von Linné. Ce dernier a dédié en 1753 le genre Claytonia à John Clayton.

Bon à savoir : Carl von Linné (1707-1778) est un naturaliste suédois à qui l'on doit les bases du système moderne de la nomenclature binominale. Il a répertorié, nommé et classé de manière systématique l'essentiel des espèces vivantes connues à son époque, en s'appuyant sur ses propres observations comme sur celles de son réseau de correspondants. La hiérarchisation des classifications en classe, genre, ordre, espèce et variété est toujours celle que nous utilisons.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides