Jujubier

Jujubier en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Jujubier commun, Dattier chinois, Chichourlier, Guindanlier, Pomme surette

  • Nom(s) latin(s)

    Ziziphus jujuba

  • Famille

    Rhamnacées

  • Type(s) de plante

    Arbre ▶ Arbre fruitier

    Plante comestible ▶ Petits fruits | Arbre fruitier

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Forme

    Pleureur ou tombant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    5 à 10 m
  • Largeur à maturité

    3 à 4 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Faible
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Lente
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Division Bouturage Greffe
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol calcaire Sol sableux Sol caillouteux
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé Sol sec
  • Densité

    0,2 pieds/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
    Mi-ombre
  • Utilisation extérieure

    Verger Haie Plantation isolée
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le genre Ziziphus comprend 80 espèces d’arbustes ou de petits arbres, persistants ou caducs peuplant les zones tropicales ou subtropicales d’Asie ou d’Amérique ainsi que les régions tempérées des deux hémisphères. Il appartient à la famille des Rhamnacées. Les trois nervures du limbe sont bien marquées et le pétiole épineux présente une épine droite longue et l’autre courte et crochue. La ramure retombante ou sarmenteuse peut également porter des épines.

Le jujubier commun, Ziziphus jujuba, surnommé le « dattier chinois », « chichourlier » ou encore « guindanlier » en provençal est une espèce rustique qui tolère -15 °C, jusqu’à -30 °C selon d’autres sources. Il pousse sur les collines sèches, pierreuses et de préférence sur calcaire. Sa croissance est assez lente et son espérance de vie atteint 30 à 40 ans. Sa silhouette tortueuse, ses rameaux retombants au feuillage lustré en font un très bel arbre d’ornement qui peut atteindre 12 m de haut mais plus généralement de 6 à 8 m. L’écorce du tronc âgé, profondément crevassée est beige rosé. L’arbre a tendance à drageonner.

Les feuilles disposées sur deux rangs sont ovales ou en forme de lance, mesurant de 2,5 à 5 cm de long, avec des marges légèrement dentées crénelées. Leur coloris vert lustré très attractif est un peu plus clair au revers et vire au jaune à l’automne avant la chute des feuilles. Les petites fleurs parfumées de 3-4 mm, blanches à jaunâtres apparaissent à l’aisselle des feuilles, groupées par 2 à 5, en juin-juillet. Elles sont constituées de 5 sépales et de 5 pétales un peu plus courts.

Les fruits, munis d’un noyau, sont appelés « jujubes » ou « dattes chinoises ». Ils rappellent le goût de la pomme verte à l’état frais, et celui de la datte une fois séchés d’où leur surnom. Ils évoluent du vert au jaune puis au brun ou rouge foncé brillant. La forme et la taille des jujubes varient selon les cultivars : ronds, oblongues parfois en forme de poires ou de courges pèlerines. Riches en vitamines A et C, en fer et calcium et bien sûr en sucres (autant que la figue), ils peuvent se sécher, se confire, se préparer sous forme de confiture ou de pâte.

Ziziphus est dérivé de l’arabe « zizouf ». Jujuba fait référence au nom populaire employé en Inde pour désigner cet arbre. Il fut attribué par Johannes Burman (1707-1779), botaniste allemand contemporain de Linné.

Espèces et variétés de jujubier

On trouve seulement 2-3 formes de Ziziphus jujuba en Provence mais plus de 400 cultivars (moins épineux) ont vu le jour en Chine dont certains ont été diffusés par les États-Unis parfois sous un nouveau nom. Frank Nicolas Meyer par l’intermédiaire de la station agronomique de Chico en Californie, a ainsi introduit près de 80 cultivars de jujubiers chinois aux États-Unis, au début du XXe siècle.

Quelques cultivars aux formes étranges proviennent de pépinières de collection chinoises. D’autres espèces présentes autour de la Méditerranée et en Afrique semi-aride sont évoquées en raison de leur importance économique.

Variétés trouvées en Provence

Ziziphus jujuba 'Gros fruits jaunes de Provence' (syn. Ziziphus sativa, Z. vulgaris, Z. ziziphus, Rhamnus ziziphus)

Jujubier  Ziziphus jujuba  'Gros fruits jaunes de Provence' (syn.  Ziziphus sativa , Z.  vulgaris , Z.  ziziphus ,  Rhamnus ziziphus )
  • Fruits : Fruits oblongs de 1,5 à 2,5 cm, très sucrés et savoureux. Peuvent se consommer marron et fermes ou flétris (2 saveurs différentes) en septembre-octobre.
  • Végétation : Rameaux grêles peu épineux.
  • Qualités : Production abondante et régulière. Sensible à la mouche méditerranéenne.

Ziziphus jujuba 'Gros fruits rouges de Provence'

Jujubier  Ziziphus jujuba  'Gros fruits rouges de Provence'
  • Fruits : Gros fruits oblongs rouge vif, sucrés, de bonne qualité.
  • Qualités : Recherché pour la confiserie.

Ziziphus jujuba à fruits ronds

Jujubier  Ziziphus jujuba  à fruits ronds
  • Fruits : Gros fruits ronds légèrement acides.
  • Végétation : Rameaux épineux. Caduc.
  • Qualités : Forme moins connue car s’utilise plus comme porte-greffe.

Variétés chinoises

Ziziphus jujuba 'So'

Jujubier  Ziziphus jujuba  'So'
  • Fruits : Fruits ronds au goût similaire à ceux de Provence, mais plus tardifs.
  • Végétation : Port compact et rameaux tortueux sans épines. Caduc.
  • Qualités : Idéal pour les petits jardins. Sensible à la mouche méditerranéenne.

Ziziphus jujuba 'Lang'

Variétés chinoises Ziziphus jujuba 'Lang'
  • Fruits : Fruits précoces en forme de poire. Noyau fusiforme. À consommer bien mûrs au stade ferme ou flétri selon votre goût. Apte au séchage.
  • Végétation : Port semi-érigé de 3 m de haut. Très peu épineux.
  • Qualités : Bénéficie d’une mise à fruits rapide au bout de 1 ou 2 ans.

Ziziphus jujuba 'Li'

Variétés chinoises Ziziphus jujuba 'Li'
  • Fruits : Très gros fruits ronds ou ovoïdes, mûrs après 'Lang' mais avant le jujubier de Provence. Peuvent se consommer encore blancs jaunâtres. Très bonne qualité gustative. Noyaux très petits, voire absents.
  • Végétation : Arbre vigoureux assez étalé.
  • Qualités : Bénéficie d’une mise à fruits rapide au bout de 1 ou 2 ans. Sensible à la mouche méditerranéenne.

Cultivars diffusés par les États-Unis

Ziziphus jujuba 'Qiyue Xian' (syn. 'Autumn Beauty')

Jujubier  Ziziphus jujuba  'Qiyue Xian' (syn. 'Autumn Beauty')
  • Fruits : Gros fruits précoces, ronds ou ovales.
  • Qualités : Très populaire en Chine. Diffusée par pépiniériste américain Jim Gilbert.

Ziziphus jujuba 'Sherwood'

Jujubier  Ziziphus jujuba  'Sherwood'
  • Fruits : Gros fruits tardifs, à chair dense de bonne saveur. Apte au séchage.
  • Végétation : Port colonnaire, peu épineux, feuilles pendantes.
  • Qualités : Provient d’un semis sauvage trouvé en Louisiane, provenant de Chine.

Ziziphus jujuba 'Honey Jar'

Jujubier  Ziziphus jujuba  'Honey Jar'
  • Fruits : Petits fruits très précoces à peau fine et aptes au séchage. Chair ferme, assez juteuse et d’excellente saveur très sucrée.
  • Végétation : Faible développement.
  • Qualités : Origine chinoise, importée aux États-Unis et rebaptisée. Les jujubes peuvent se manger avant de se colorer de brun.

Cultivars rares à fruits de forme originale

Ziziphus jujuba 'Dragon Jujube', 'Cucurbit Jujube', 'Millstone Jujube'

Jujubier  Ziziphus jujuba  'Dragon Jujube', 'Cucurbit Jujube', 'Millstone Jujube'
  • Fruits : Formes renflées, biscornues.
  • Qualités : Diffusés par la pépinière chinoise Sweet Jujube Plants Nursery.

Autres espèces de Ziziphus

Jujubier de Berbérie, jujubier des Lotophages, jujubier de Tunis (Ziziphus lotus, syn. Z. sylvestris, Z. parcifolia)

Autres espèces de Ziziphus Jujubier de Berbérie, jujubier des Lotophages, jujubier de Tunis (Ziziphus lotus, syn. Z. sylvestris, Z. parcifolia)
  • Fruits : Petites fleurs bleutées. Fruits ronds, brun jaune de 1,5 cm comestibles mais fades, mûrs en octobre.
  • Végétation : Arbrisseau de 1 à 3 m de haut, très épineux. Rameaux gris clair en zigzag. Feuilles de 1-2 cm de long et 7 mm de large. Ses racines descendent jusqu’à 50 m de profondeur.
  • Qualités : Sert de porte-greffe en Sicile, dans le sud de l’Espagne et du Portugal au Ziziphus jujuba car très résistant à la sécheresse. Spontané en Afrique du Nord, Grèce et sud de l’Espagne. Sert à former des clôtures mortes.

Jujubier des iguanes (Ziziphus mauritiana)

Autres espèces de Ziziphus Jujubier des iguanes (Ziziphus mauritiana)
  • Fruits : Fruits ronds de 1,2 cm, rouge brun avec un noyau assez gros, jaune et une pulpe douce. Ce fruit appelé « ber » en Inde revêt une grande importance économique.
  • Végétation : Arbuste de 4-5 m de haut ou arbre de 12 à 20 m. Rameaux en zigzag très épineux. Les lézards aiment s’y percher. Feuilles rappelant le micocoulier, ovales, vert lustré, tomenteuses dessous.
  • Qualités : Pousse en Afrique semi-aride et Méditerranée mais aussi en régions tropicales de l’ouest de l’Asie jusqu’en Inde. Très résistant à la sécheresse, il peut aussi pousser sur sols temporairement inondés.

Semis et plantation du jujubier

Semis et plantation du jujubier

Où planter le jujubier ?

Plantez le jujubier en plein soleil ou dans un endroit lumineux, sur un sol bien drainé, assez léger, voire rocailleux et calcaire, même pauvre. Il peut être installé en bord de mer car il tolère les embruns et les sols salins.

Le jujubier commun supporte sans problème des gelées à -15 °C, voire plus, et tolère de pousser dans un sol moyennement humide à très sec. De longues périodes de sécheresse ne sont pas un problème mais les rendements sont alors plus faibles. Si les étés ne sont pas assez longs, les jujubes ont malgré tout du mal à se former et à atteindre leur complète maturité.

Note : en verger, la densité est de 150 à 200 pieds à l'hectare avec souvent une culture intercalaire de pêchers ou d'amandiers afin de rentabiliser la surface pendant les 15 premières années. La croissance du jujubier est en effet assez lente. Ensuite, les pêchers sont arrachés et les jujubiers produisent pendant encore 15 ans.

Quand planter le jujubier ?

Plantez-le au printemps de préférence.

Comment planter le jujubier ?

  • Creusez un trou profond de 40 cm.
  • Ajoutez du sable ou du compost pour alléger la terre si nécessaire.
  • Distancez les plants de 5 m en tous sens, 6 m si le sol est riche.
  • Pour planter une haie vive, espacez les pieds de 50 à 80 cm.

Culture et entretien du jujubier

Culture et entretien du jujubier

  • Arrosez au cours des premières années qui suivent la plantation de manière espacée mais copieuse pour obliger les racines à croître en profondeur.
  • Installez un paillage pour ne plus avoir besoin d'arroser par la suite et limiter le désherbage.
  • Le jujubier peut se contenter d'une légère fumure organique azotée de temps à autre.
  • En culture intensive, l'arbre est irrigué en été et reçoit une fumure organique azotée tous les ans. Le sol est biné régulièrement en été.

Taille du jujubier

Le jujubier est souvent conduit en buisson ou basse tige pour favoriser la récolte. Un élagage léger tous les 3 ans en mars permet alors d’éclaircir la ramure et d’ôter les branches mal placées. Cependant, on peut aussi le tailler tous les ans comme c’est pratiqué en Chine ou au Turkestan russe.

Pour une conduite en basse-tige, coupez la flèche, puis sélectionnez 3-4 charpentières.

Maladies, nuisibles et parasites

En zone méditerranéenne, la mouche méditerranéenne ou cératite (Ceratitis capitata) pond ses œufs sous la peau du jujube lorsqu’il devient mature. Surveillez l’apparition de traces de piqûres ou de galeries sous la peau. Cet insecte peut avoir plusieurs générations et s’attaquer à d’autres fruits comme les agrumes, les figuiers, les pommes, les pêches… Le réchauffement climatique risque d’accentuer son impact dans le sud de la France.

Une cochenille Coccus conchaeformis est assez commune et se traite à la pyréthrine ou roténone.

Récolte des jujubes

La fructification intervient dès la quatrième année qui suit le semis et atteint son plein rendement à l'âge de 15 ans. Pour la période de récolte, voir le tableau de variétés.

Pour les consommer sèches, étalez les jujubes sur claie pendant une dizaine de jours au soleil.

Multiplication du jujubier

Multiplication du jujubier

La multiplication peut se faire par semis, par bouturage, par division de drageons ou par greffage.

Semis

  • Conservez les graines pendant 3 mois au chaud puis 3 autres mois au froid dans du sable humide. Cette stratification permet de les semer au printemps.
  • Après la stratification, semez les graines sous châssis froid. Vous pouvez casser le noyau pour faciliter la germination.
  • La levée a lieu ce printemps-ci ou celui de l'année d'après. Repiquez les plants en pot puis mettez sous châssis durant le premier hiver. Plantez-les en début d'été.

Bouturage

Réalisez des boutures de tiges entre novembre et janvier, en coupant des portions de rameaux de 1 an à l'horizontale juste sous un bourgeon. Supprimez les feuilles du bas et plantez-les en terre sous châssis froid.

Vous pouvez également faire des boutures de racines durant l'hiver :

  • Dégagez simplement la base de la plante sur un côté pour avoir accès aux grosses racines charnues de la grosseur d'un crayon et munies de radicelles.
  • Séparez-les de la souche en effectuant une coupe nette et rincez-les sous l'eau claire.
  • Coupez des bâtonnets de 5 à 10 cm tout en réduisant les radicelles si elles forment un chevelu important.
  • Disposez vos tronçons en oblique de manière à laisser dépasser une extrémité de 1 cm hors de terre, dans une caissette préalablement humidifiée.
  • Placez le tout sous châssis hors gel. La température optimale est de 5-10 °C voire plus.
  • La caissette n'a pas besoin d'être éclairée du moins tant que les tiges ne pointent pas.
  • Maintenez le substrat humide mais sans excès ou vos racines ne tarderaient pas à pourrir.
  • Repiquez les plants dans un pot assez gros, vers mai lorsque les parties aériennes ont poussé de quelques centimètres et n'y touchez plus jusqu'à l'automne.

Division

En hiver, séparez les drageons et replantez-les directement à leur emplacement définitif.

Greffe

Prélevez vos greffons vers novembre et conservez-les au froid pour greffer au printemps. Réalisez une greffe à l'anglaise.

Conseils écologiques

Posez des pièges à phéromones ou des cartons jaunes englués dans le jujubier, pour éviter que la mouche méditerranéenne ne vienne pondre sur les fruits. Lorsque le ver est dans le fruit, les traitements sont inefficaces. Il est préférable de ne pas appliquer d’insecticides afin de préserver les auxiliaires (oiseaux, insectes prédateurs).

Un peu d’histoire…

Le jujubier commun est cultivé depuis plus de 4 000 ans en Chine et parvient dans le bassin méditerranéen 2 000 ans avant J.-C. Il est rapporté de Syrie à Rome sous l’empereur Auguste (63 avant J.-C.-14 après J.-C.) qui l’introduit en Gaule. Son aire de répartition comprend aujourd’hui le sud et sud-est de l’Europe, le Moyen et Proche-Orient, le Baloutchistan, le nord-ouest de l’Inde, l’Himalaya, le nord de la Chine, le Japon et le sud-ouest des États-Unis.

Homère (VIIIe siècle av. J.-C.) évoque dans l’Odyssée chant IX, le pays des Lotophages comme celui où l’on mange les lotos, c’est-à-dire les jujubes. Ces fruits avaient le pouvoir de rendre heureux car ils faisaient oublier jusqu’à l’amour de leur patrie aux marins d’Ulysse. Hérodote (Ve siècle avant J.C) localise cette région entre Gabès en Tunisie et Tripoli en Lybie. Il pourrait aussi s’agir de l’île de Djerba.

En Provence et Languedoc-Roussillon, le jujubier était planté près du puits des jardinets de village et très rarement près des maisons de vigne. Les Marseillais en raffolaient. À l’instar des châtaignes grillées vendues au coin des rues, les jujubes s’offraient dans des cornets de papier dans les années soixante. L’expression marseillaise « fan de chichourle » indique un étonnement intense. Aujourd’hui, le jujubier commun est menacé de disparition sur le pourtour méditerranéen car il est tombé dans l’oubli. Même en Provence, peu de gens connaissent cet arbre alors qu’il faisait partie du quotidien il y a un demi-siècle ! Ce fruit servait de transition entre les fruits d’été et ceux d’hiver.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides