Cresson de Para

Cresson de Para en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Cresson de Para, Brède mafane

  • Nom(s) latin(s)

    Acmella oleracea, Spilanthes oleracea

  • Famille

    Asteracées

  • Type(s) de plante

    Plante ornementale ▶ Plante à feuillage décoratif

    Plante comestible ▶ Légume exotique | Aromatiques et condiments | Autres plantes médicinales

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Annuelle
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Forme

    Étalé ou tapissant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,15 à 0,30 m
  • Largeur à maturité

    0,20 à 0,30 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Normale
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol calcaire Sol sableux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    15 au m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Couvre-sol Massif ou bordure Rocaille Potager
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le cresson de Para (Acmella oleracea, syn. Spilanthes oleracea), de la famille des Astéracées, est une annuelle aromatique et condimentaire, de 10 cm de haut, à tiges étalées, couchées sur le sol, et à feuilles oblongues, légèrement dentelées. Les fleurs, en capitules terminaux coniques, forment un pompon très dense, jaune parfois teinté de rouge. Fleurs et feuilles crues ont un étonnant goût brûlant, piquant, poivré, rafraîchissant, procurant une sensation anesthésiante sur la langue.

Le cresson de Para est originaire d’Amérique du Sud, probablement du Brésil, peut-être du Pérou et du Chili. Il est cultivé depuis très longtemps dans les contrées méditerranéennes d’Europe et sa consommation est importante à Madagascar. En France, on peut le classer parmi les légumes oubliés car très peu de jardiniers le cultivent, et lorsqu’il est consommé, c’est comme plante aromatique.

Dans l’hexagone, actuellement, cette plante est juste commercialisée de façon confidentielle, dans quelques magasins de produits exotiques, coupée, prête à être consommée en légume frais. Ou encore en boîte de conserve, venant de Madagascar.

Pour la cultiver, on la trouve chez les pépiniéristes spécialisés en aromatiques, et, depuis peu, comme annuelle décorative estivale, en jardineries. Le cresson de Para intéresse les jardiniers et les cuisiniers curieux, mais aussi les consommateurs bio et les adeptes de médecines naturelles. En effet, le cresson de Para est réputé anesthésique, diurétique, digestif, sialagogue, antiasthmatique et antiscorbutique. Ses capitules sont réputés odontalgiques et antiscorbutiques.

Espèces et variétés de cresson de Para

Seule l’espèce type est cultivée.

Acmella oleracea, syn. Spilanthes oleracea

Acmella oleracea, syn. Spilanthes oleracea
  • Nom commun : Cresson de Para
  • Végétation : Plante annuelle aromatique et condimentaire. 10 cm de haut. Tiges étalées, couchées sur le sol, et feuilles oblongues, légèrement dentelées.
  • Floraison : Pompon très dense, jaune parfois teinté de rouge.
  • Qualité gustative : Goût brûlant, piquant, poivré.

Semis et plantation du cresson de Para

Semis et plantation du cresson de Para

Où le semer et planter ?

Plantez le cresson de Para au soleil, en sol frais, riche en humus, profond, drainé et meuble.

  • Si vous devez utiliser le cresson de Para en légume, plantez plusieurs pieds au potager, ou en grands bacs.
  • Si cette plante sert uniquement d'aromatique, dans les salades ou dans un carpaccio, trois pieds, installés en jardinières, suffisent pour la décoration et la consommation estivale.
  • C'est également une ravissante plante de bordure et de potée.

Quand et comment semer le cresson de Para ?

Semez à exposition chaude et ensoleillée, du 15 mai à mi-juillet, directement en place :

  • Semez quelques graines tous les 40 cm, en espaçant les rangs de la même distance.
  • Éclaircissez pour ne laisser qu'un plant à ces distances lorsqu'ils ont 3 ou 4 feuilles.
  • 15 jours plus tard, il est temps de les repiquer en pleine terre à leur endroit définitif dans le potager.

Vous pouvez aussi semer dans des godets, en serre ou sous châssis dès avril : repiquez avec la motte vers la mi-mai en ne conservant qu'un plant par pot.

Conseil : échelonnez vos semis pour profiter d'une récolte plus longue !

Quand et comment planter le cresson de Para ?

Plantez lorsque tout risque de gelée est passé, courant mai :

  • Après avoir fait tremper le godet pendant 2 à 3 min dans une cuvette d'eau.
  • Dépotez la plante et installez-la dans un trou de trois fois le volume de la motte.
  • N'oubliez pas d'enrichir la terre avec du compost.
  • Tassez, arrosez, paillez.

Conseil : pensez à laisser de l'espace, 40 cm en tout sens, tout autour car il a tendance à ramper.

Culture et entretien du cresson de Para

Culture et entretien du cresson de Para

S'il supporte plusieurs coupes, le cresson de Para ne tolère absolument pas ni la sécheresse ni le froid :

  • Arrosez les jeunes plants repiqués comme les plants achetés en godet. Le cresson de Para apprécie les terrains frais : arrosez régulièrement et renouvelez le paillage si nécessaire, surtout en période de sécheresse.
  • Pour en profiter un peu plus en fin d'automne, posez un voile de protection.

Pour obtenir une meilleure ramification, pincez l'extrémité des tiges.

Maladies, nuisibles et parasites

Très résistante aux maladies, le cresson de Para demande un arrosage régulier, mais déteste les sols détrempés.

Attention aux limaces pendant les premières semaines de semis et d'installation.

Récolte

Quand et comment récolter le cresson de Para ?

Le temps entre l’installation et la récolte est relativement court, parfois moins de 2 mois. Le cresson de Para est à maturité lorsque les fleurs, encore en bouton, commencent à s’ouvrir.

La récolte commence en général mi-juillet et se poursuit jusqu’aux gelées. Cueillez les tiges au-dessus du collet pour obtenir de nouvelles pousses, au fur et à mesure des besoins. Si vous cueillez feuille par feuille, la récolte peut s’étaler sur 5 mois.

La conservation du cresson de Para

Les feuilles se consomment dans la journée, éventuellement elles peuvent rester 3 jours au réfrigérateur, roulées dans un torchon humide.

Multiplication du cresson de Para

Multiplication du cresson de Para

Le cresson de Para se multiplie par semis. Vous pouvez récolter les graines quand les fleurs sont complètement sèches, pour les semis de l'année suivante, entre septembre et novembre.

  • Lorsque les capitules sont secs, récoltez les graines en les frottant sur la paume de la main.
  • Laissez sécher ces semences à l'air pendant une heure ou deux, puis mettez-les en sachet, à conserver au frais et au sec.

Conseils écologiques

Le cresson de Para, ou brède mafane s’entend avec toutes les plantes, vous pouvez donc l’installer dès qu’il y un espace ensoleillé libre.

Pour lutter écologiquement contre les limaces, gourmandes des jeunes pousses, surveillez, et si nécessaire, installez les pièges habituels : bols de bière dans lesquels elles iront se noyer, demi pamplemousse évidé face contre terre qu’elles investiront, barrières de sciure, de marc de café ou de cendres…

Un peu d’histoire…

Le cresson de Para porte d’innombrables noms :

  • En français : cresson de Madagascar, spilanthe des potagers, brède mafane.
  • En anglais : ress-of-Para, paracress, para cress.
  • En Thaï : Phak-Kratt-Huawaen.
  • En malgache : Bredy mafana, anamalaho, kimotodoha.

À Madagascar, le cresson de Para fait partie du plat national : le Romazava. Le nom de brède mafane relève du créole et du français régional de Madagascar et des Mascareignes. Si mafane vient effectivement du malgache, brède, lui, aurait des origines portugaises, bredo. En malgache, bredy veut dire « herbe » et mafana veut dire « chaud ». Cette plante fait littéralement « vibrer la bouche », elle excite les papilles gustatives. Selon une autre source, le mot brède viendrait du mot indien brette qui signifie « feuille bonne à manger ».

Dans la Région Sakalava du Menabé, Morondava ouest de Madagascar, elle est appelée kimalao, qui rappelle le piquant du piment, car malao signifie « ce qui pique et chauffe » à la fois. Elle s’utilise avec les viandes grasses.

Les vezos, « nomades de la mer », forment un peuple de Madagascar qui occupait autrefois toute la côte ouest de la grande île en vivant essentiellement de la pêche. Ils l’utilisent avec du poisson, lemba (merlan) séché.

Elle est aussi utilisée sous son nom portugais de « jambu » dans la cuisine typique de l’État du Pará, en Amazonie brésilienne. La brède mafane n’est pas seulement consommée par les Malgaches, les Mahorais, les Réunionnais et les Sud-Américains. Elle a été adoptée par toute l’Asie du Sud-Est. On la trouve couramment dans les épiceries chinoises.

Elle est cultivée en Côte d’Ivoire. Elle est vendue fraîche sur le marché du Plateau à Abidjan.

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides