Rosier tige et pleureur

Rosier tige et pleureur en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Rosier tige, Rosier pleureur

  • Nom(s) latin(s)

    Rosa

  • Famille

    Rosacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Arbuste ▶ Arbuste à fleurs

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Semi-persistant Caduc
  • Forme

    Arrondi, en boule ou ovale
    Pleureur ou tombant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,60 à 2 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Modéré
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Normale
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Greffe
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Humus Terreau
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol neutre
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    1 pied/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Massif ou bordure Plantation isolée
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Les rosiers tiges sont donc de pures créations de l'homme, tout comme les glycines au tronc tressé, ou simplement les arbres fruitiers formés en palmettes pour être palissées. Ce ne sont pas des OGM, mais simplement des rosiers existants auxquels on donne une forme particulière.

Si la variété de rosier greffée au sommet du tronc est un buisson aux branches érigées, on parle de rosier tige ; si le rosier greffé est une variété à rameaux souples et retombants, on parle de rosier pleureur

Note : les rosiers tiges ou pleureurs ne sont pas destinés à la cueillette des roses…

Variétés de rosiers tiges et pleureurs

Rosier tige

Emera®

Rosier tige Emera®
  • Couleur : Fuchsia
  • Hauteur : 1,30 m
  • Qualités : Longue floraison. Jamais malade.

Opalia®

Rosier tige Opalia®
  • Couleur : Blanc
  • Hauteur : 1,30 m
  • Qualités : Longue floraison. Parfumé. Jamais malade.

Alain Souchon®

Rosier tige Alain Souchon®
  • Couleur : Rouge
  • Hauteur : 1,70 m
  • Qualités : Feuillage vert foncé. Très parfumé.

André Le Nôtre®

Rosier tige et pleureur  André Le Nôtre®
  • Couleur : Rose pâle
  • Hauteur : 1,60 m
  • Qualités : Parfumé intensément.

Black Baccara®

Rosier tige Black Baccara®
  • Couleur : Pourpre presque noire
  • Hauteur : 1,60 m
  • Qualités : Couleur originale.

Line Renaud®

Rosier tige et pleureur  Line Renaud®
  • Couleur : Rose foncé
  • Hauteur : 1,60 à 1,70 m
  • Qualités : Parfum profond.

Julio Iglesias®

Rosier tige Julio Iglesias®
  • Couleur : Rouge et blanc
  • Hauteur : 1,50 à 1,70 m
  • Qualités : Coloris panaché hors du commun.

Rosier pleureur

Scarlet Meillandécor®

Rosier tige et pleureur Scarlet Meillandécor®
  • Couleur : Rouge vif
  • Hauteur : 1,40 à 1,70 m
  • Qualités : Longue floraison.

Nadia Meillandécor®

Rosier tige et pleureur Nadia Meillandécor®
  • Couleur : Jaune
  • Hauteur : 1,40 à 1,70 m
  • Qualités : Longue floraison.

'Phyllis Bide'

Rosier tige et pleureur 'Phyllis Bide'
  • Couleur : Jaune abricot teinté de rose
  • Hauteur : 1,70 m
  • Qualités : Très remontant. Résistant aux maladies.

'Parc de la Belle'

Rosier tige et pleureur 'Parc de la Belle'
  • Couleur : Rose soutenu
  • Hauteur : 1,50 à 1,70 m
  • Qualités : Légèrement parfumé. Fleurs doubles en forme de roses anciennes.

'Veilchenblau'

Rosier pleureur 'Veilchenblau'
  • Couleur : Lilas
  • Hauteur : 1,50 à 1,70 m
  • Qualités : Presque sans aiguillons. Résistant aux maladies.

Xenia®

Rosier tige et pleureur Xenia®
  • Couleur : Rose soutenu
  • Hauteur : 1,70 m
  • Qualités : Abondante floraison. Remontant. Résistant aux maladies.

Plantation du rosier tige ou rosier pleureur

Plantation du rosier tige ou rosier pleureur

Où le planter ?

Les rosiers apprécient le soleil, les rosiers sur tiges ou pleureurs ne dérogent pas à cette règle. Installez-les donc un emplacement lumineux toute la journée. Dans le Midi, une exposition à mi-ombre pendant les heures les plus chaudes de l'été leur sera cependant bénéfique. Sous ces mêmes latitudes, mais aussi ailleurs, il faut enfin savoir les abriter du vent car leur tronc de faible diamètre peut casser.

Optez pour une terre bien drainée en hiver mais restant bien fraîche en été, car les rosiers tiges et pleureurs n'aiment pas celle qui reste trop humide, ni celle qui manque de corps pour pouvoir bien ancrer leurs racines.

Les rosiers tiges sont en effet greffés, c'est-à-dire que les racines, et le tronc, ne sont pas celles du rosier qui fleurit. Le producteur greffe en effet le rosier au sommet d'une tige bien droite pour former ce fameux tronc. Le rosier tige ou pleureur obtenu offrant une importante prise au vent, il doit être solidement accroché au sol.

Compte tenu de sa silhouette quelque peu rigide ou sophistiquée, le rosier sur tige ou pleureur trouve davantage sa place dans les jardins à la Française, ou en tous cas très architecturés, plutôt que dans les jardins paysagers, à l'Anglaise. Il ne faut pas en abuser au jardin, pour qu'il reste un centre d'intérêt qui attire le regard.

Il convient également parfaitement dans un grand bac, sur une terrasse par exemple.

Quand planter le rosier tige ou pleureur ?

À racines nues, il faut les planter en début d'hiver, afin qu'ils aient le temps de bien s'installer avant l'été suivant.

En conteneur, les rosiers pleureurs ou sur tige peuvent être plantés toute l'année, hors période de gel et de sécheresse. Cependant, comme toutes les plantes ligneuses à feuillage caduc, l'hiver reste la saison idéale pour planter le rosier tige ou pleureur avec le maximum de chance de bonne reprise.

Comment le planter en pleine terre ?

  • Pour que votre rosier tige bénéficie d'une terre ameublie pour bien s'ancrer au sol, préparez un trou carré au moins 3 fois plus large que le volume de la motte ou de la touffe de racines. Tablez sur une profondeur de 50 cm.
  • S'il s'agit d'un rosier à racines nues, enfoncez un solide tuteur métallique au centre du trou.
  • S'il s'agit d'un rosier en motte, enfoncez deux tuteurs dans le trou, dans deux angles opposés.
  • Rebouchez partiellement le trou avec la terre excavée.
  • Présentez le rosier : le sommet de la motte, ou bien, pour les sujets à racines nues, le collet doit affleurer le niveau du sol. Pour ces derniers, plaquez le tronc contre le tuteur central. Vérifiez la bonne profondeur de plantation avec un manche d'outil jeté en travers du trou. Si nécessaire, retirez le rosier tige et remettez ou retirez un peu de terre.
  • Une fois la bonne hauteur obtenue, rebouchez complètement, en tassant légèrement.
  • Avec l'inévitable terre en excès, formez une petite digue circulaire tout autour du trou. Cette cuvette retiendra l'eau d'arrosage, et la forcera à s'infiltrer autour du rosier, au niveau des racines.
  • Arrosez immédiatement après plantation, même par temps pluvieux, pour achever de bien mettre la terre en contact avec les racines. Comptez au moins un gros arrosoir d'eau non glacée par rosier.
  • Posez un lien sans serrer entre le tronc et le tuteur, pour les sujets à racines nues. Pour les rosiers tiges en motte, reliez les deux tuteurs avec une cordelette vrillée, enserrant le tronc au passage.

Conseil : praliner les rosiers pleureurs ou tiges assure une meilleure reprise. Cette opération ne s'effectue que sur les rosiers à racines nues.

Comment planter le rosier pleureur ou tige en pot ?

Dans le cas d'une plantation en pot ou bac :

  • Prévoyez un contenant offrant au moins 50 cm de diamètre, et autant de hauteur. Il doit être impérativement percé de plusieurs trous à sa base pour laisser l'eau en excès s'évacuer.
  • Le rosier pousse très mal dans du terreau pur. L'idéal est de lui offrir un mélange à parts égales de terre de jardin et de « terreau à rosier ».

Le principe de plantation est le même que pour la plantation en pleine terre.

Culture et entretien durosier tige ou pleureur

Culture et entretien durosier tige ou pleureur

Pour les rosiers tiges en pleine terre

Planté pendant l'hiver, un rosier tige ou pleureur n'est pas encore suffisamment armé pour résister au froid intense. Pour l'aider à passer l'hiver sans dommage :

  • Buttez le pied en remontant la terre le long du tronc sur une douzaine de centimètres de haut, de manière à recouvrir la greffe de base.
  • Encapuchonnez la tête du rosier sous un voile d'hivernage englobant la greffe du haut.

Si le rosier tige est planté au printemps ou en été, il faut veiller à lui apporter un arrosoir d'eau quotidien dans les 2 semaines qui suivent la plantation, pour être certain qu'il ne souffrira pas de la sécheresse faute de racines suffisantes pour s'abreuver. Ensuite, un arrosoir par semaine suffit.

Arrosez toujours au pied d'un rosier tiges ou pleureur, à l'arrosoir, au tuyau ou bien avec un goutte-à-goutte. En effet, l'arrosage par aspersion en mouillant le feuillage, engendre une humidité qui peut provoquer des brûlures avec le soleil, et favoriser le développement de maladies dues aux champignons.

Paillez le sol sur au moins 60 cm tout autour du rosier tige, afin d'entretenir la fraîcheur au niveau des racines, tout en évitant la prolifération des mauvaises herbes. Pour les rosiers tiges, les meilleurs paillis sont les coques de cacao, le compost, le produit Fibralgo… Mais vous pouvez aussi planter des plantes vivaces buissonnantes comme les nepetas ou les géraniums.

Pour les rosiers cultivés en pot

Le volume de terre étant par définition restreint, les racines ont vite fait le tour quand il s'agit d'aller puiser eau et nourriture. Le rosier tige ou pleureur développant une végétation importante, il faut absolument qu'il ne manque pas d'eau, ni d'éléments fertilisants. Il est évidemment impossible de donner une fréquence d'arrosage ni une quantité d'eau. Cela dépend de la grandeur du contenant, du matériau qui le compose, s'il est ou non exposé au vent et au soleil, puis cela dépend aussi de la capacité ou non du mélange terreux à retenir l'humidité, et enfin cela dépend du rosier et de son « appétit »…

En hiver, la terre peut rester sèche, mais de février à novembre, il faut veiller quotidiennement à ce que le mélange terreux soit toujours frais : dégagez la terre de surface sur 3 cm d'épaisseur pour pouvoir poser le dos de la main. Vous devez ressentir une impression de frais sur votre peau sinon, il faut arroser. Arrosez doucement, jusqu'à ce que l'eau en excès sorte par les orifices de la base.

Pour la nourriture, oubliez les engrais à apporter avec l'eau d'arrosage, avec d'improbables calculs à effectuer, et utilisez plutôt des billes d'engrais à libération lente. Vous les enterrez dans le mélange terreux à 5 cm de profondeur en automne (nombre défini en fonction de la dimension du pot, lire le mode d'emploi), et c'est tout. Les éléments fertilisants diffuseront tout seuls dès que vous reprendrez les arrosages, et ce durant toute l'année suivante.

Malgré tous vos soins concernant les arrosages et les apports d'engrais, le mélange terreux finira inéluctablement par s'user, la vie microbienne étant quasi absente, contrairement à la « pleine terre ». Tous les 3 ans, en hiver quand le rosier est au repos et qu'il a perdu toutes ses feuilles, dépotez-le, libérez ses racines, et replantez-le immédiatement dans un mélange terreux tout neuf, comme lors de sa plantation initiale.

Taille du rosier tige ou pleureur

Quand le tailler ?

La taille des rosiers tiges ou pleureurs s'effectue courant mars, après les dernières fortes gelées.

Taille du rosier tige

La taille des rosiers tiges est la même que celle des rosiers buissons, mais simplement à hauteur d'homme. Elle vise à discipliner la ramure de l'arbuste pour qu'il conserve une forme harmonieuse au sommet du tronc. Il ne faut pas laisser le rosier prendre trop d'envergure par rapport à son tronc.

L'objectif est donc d'abord d'aérer le centre de la plante, en supprimant les brindilles mortes et les tiges grêles, mais aussi celles qui se croisent et se gênent. On garde alors 3, 5 ou plus de branches selon la vigueur du rosier, en coupant au sécateur toujours 1 ou 2 cm au-dessus d'un bourgeon dirigé vers l'extérieur, le troisième ou le quatrième en partant de la base de la branche, de manière à former comme un gobelet évasé.

Taille du rosier pleureur

Pour les rosiers pleureurs, l'objectif étant d'obtenir de longues branches pendantes, il faut évidemment éviter de les couper ! La taille se limite donc à la suppression de rameaux morts, ou de ceux qui encombrent le centre de la ramure.

Maladies et parasites

Les pucerons sont les principaux parasites des rosiers tiges ou pleureurs. Ils se massent sur les tissus végétaux les plus tendres, en extrémités. La floraison est rarement affectée, car les variétés de rosiers montées en tiges fleurissent sur toute la longueur de leurs rameaux ! Les larves de coccinelles, syrphes et autres dévoreurs de pucerons ne tardent pas à éliminer les envahisseurs indésirables. Si l'invasion vous est insupportable, il vous suffit de couper les extrémités des rameaux atteints, puis de les écraser au sol…

Les larves de tenthrèdes peuvent aussi causer des dégâts très spectaculaires, car elles ne piquent pas les végétaux, mais elles broutent les feuilles ! Il est inutile de sortir l'artillerie lourde pour autant. Si vous repérez des larves jaune-vert avec des points noirs, et formant un S en relevant leur corps, ou bien encore des folioles dont il ne reste plus que la nervure centrale, cherchez les feuilles où se cachent les larves, et écrasez-les au sol.

La maladie des taches noires est due à un champignon qui se développe sur les feuilles en été. Les étés pourris, mais aussi, et surtout les arrosages avec arroseurs par aspersion sont très favorables à son apparition. Les fameuses taches noires presque rondes se forment sur les folioles qui finissent par jaunir puis tomber. Le truc, c'est donc d'abord de bien aérer la ramure lors de la taille pour que les feuilles puissent sécher rapidement, puis de toujours arroser vos rosiers directement au pied sans toucher aux feuilles.

Multiplication des rosiers tiges ou pleureurs

Multiplication des rosiers tiges ou pleureurs

Le rosier pleureur ou tige se multiplie par bouturage, marcottage ou greffage. Il est cependant difficile, voire parfois impossible, de reproduire ce genre de rosiers qui sont à la base des créations obtenues par greffage.

Greffage

Les rosiers tiges ou pleureurs se greffent au mois d’août.

Pour un jardinier amateur, il est difficile, mais pas impossible, d’obtenir un rosier tige par greffage. Le plus dur étant d’obtenir un tronc suffisamment haut, droit et solide pour réaliser cette greffe… Certains y arrivent avec des boutures de branches d’églantier (Rosa canina) prélevées dans la nature. Les professionnels utilisent eux une variété d’églantier qui pousse mieux en sols calcaires, et avec laquelle les chances de reprise de la greffe sont bien plus supérieures (Rosa canina 'Pfänders'). Pas facile à trouver pour le particulier…

  • Prélevez un greffon sur le rosier à multiplier. Ce greffon est un morceau d’écorce d’environ 2 cm de long, au niveau d’un bourgeon et du morceau de pétiole de la feuille à l’aisselle de laquelle il se trouve. Il se décolle délicatement avec un greffoir bien affûté, sans entamer le bois sous-jacent.
  • Le porte-greffe est donc un autre rosier vigoureux à longues tiges droites, ou bien un églantier, dont le diamètre de la tige fait environ 1 à 2 cm.
  • Avec le greffoir, incisez verticalement l’écorce en T sur environ 3 cm de longueur.
  • Décollez alors l’écorce avec la spatule du greffoir, pour pouvoir y insérer le greffon (bourgeon dirigé vers le haut !).
  • Plaquez enfin l’écorce du porte-greffe sur le greffon, puis ligaturez avec du raphia humide, sans trop serrer.

La greffe sera réussie si le pétiole tombe tout seul à l’automne, signe que le greffon a retrouvé son rythme saisonnier, avec la chute des feuilles en fin d’année…

Bouturage et marcottage

Le rosier tige ou pleureur étant une création artificielle de l’homme, on ne peut obtenir un rosier similaire par simple bouturage. Le bouturage est donc possible mais comme on bouture les rameaux de tête, ceux qui fleurissent, on obtient un autre rosier, mais sans aucun tronc. Aucun intérêt donc pour reproduire un rosier sur tige.

Il en va de même pour le marcottage. Même si vous laissez courir au sol une des branches pleureuses, et qu’elle s’enracine, vous obtiendrez en effet le rosier initial qui a servi à former le rosier pleureur, mais là encore sans aucun tronc.

Conseils écologiques

Pour être certain d'acquérir des rosiers résistants aux maladies ou aux attaques parasitaires, privilégiez ceux qui portent le label ADR (Allgemeine Deutsche Rosenneuheitenprüfung), une distinction décernée en Allemagne depuis plus d'un demi-siècle. Pour l'obtenir, les rosiers sont testés durant 3 années sans aucun traitement dans 11 roseraies réparties sur le territoire allemand.

Bon à savoir : pour dissuader bon nombre d'insectes suceurs de venir ripailler sur vos rosiers sur tiges, plantez des végétaux aromatiques à leur pied ! Lavandes, menthes, et autres mélisses suffisent parfois à mettre les rosiers à l'abri !

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides