Prunier

Écrit par les experts Ooreka
Télécharger en .pdf

Prunier en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Prunier

  • Nom(s) latin(s)

    Prunus domestica

  • Famille

    Rosacées

  • Type(s) de plante

    Arbre ▶ Arbre fruitier

    Plante comestible ▶ Arbre fruitier

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Forme

    Ouvert ou divergeant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    2 à 10 m
  • Largeur à maturité

    3 à 4 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Normale
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Division Greffe
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    6 à 7 m entre chaque pied

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
  • Utilisation extérieure

    Verger Plantation isolée
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le prunier est un arbre fruitier de petite taille (3 à 8 m) qui pousse sous tous les climats tempérés et supporte des températures négatives jusqu'à -17 °C.

Sa floraison très décorative a lieu en mars ou avril. Les fleurs blanches apparaissent sur les rameaux de l'année précédente.

Selon les variétés, les prunes arrivent à maturité entre fin juin et septembre et se dégustent de mille et une façons.

Facile à cultiver, le prunier nécessite peu de soins.

Espèces et variétés du prunier

On estime à plus de 300 le nombre des variétés cultivées. On distingue arbitrairement les prunes de dessert et les prunes de séchage. Certaines sont autofertiles, mais la plupart produisent mieux en pollinisation croisée.

Toutes sont issues de Prunus domestica. Les principales familles sont :

  • Les quetsches ou prunes de Damas contenant peu de jus et très sucrées. Idéales pour la conservation séchée. (Aussi pour compotes, confitures, conserves…).
  • Les mirabelles, de la taille d'une grosse cerise, avec une chair ferme et sucrée, très parfumée (d'où son usage en pâtisserie).
  • Les reines-claudes, rondes, plus grosses que les mirabelles, avec un goût fin, souvent très sucrées, excellentes en fruit de table, mais aussi en confiture, conserve ou pâtisserie.
  • Les pruniers japonais surtout utilisés en production intensive.
  • Les prunelles, petits fruits astringents, poussant sur des arbustes épineux, le plus souvent sauvages. Traditionnellement utilisées pour produire des liqueurs ou eaux de vie.

Variétés précoces

'Reine-claude rouge hâtive'

Variétés précoces 'Reine-claude rouge hâtive'
  • Qualités du fruit et usages : Gros fruits ronds pourpres et savoureux.
  • Période de maturité : Maturité à partir de mi-juillet.
  • Qualités de l'arbre : Arbre de 3 à 5 m. Rustique jusqu'à -15 °C. Résistant à la moniliose, sensible à la rouille. Pollinisé par 'Reine-claude d'Oullins'.

Variétés semi-précoces

'Reine-claude d'Oullins'

Variétés semi-précoces 'Reine-claude d'Oullins'
  • Qualités du fruit et usages : Prune parfumée juteuse et sucrée.
  • Période de maturité : Récolte en août.
  • Qualités de l'arbre : Jusqu'à 8 m de haut. Arbre très rustique. Auto-fertile. Excellent pollinisateur.

'Reine-claude dorée'

Variétés semi-précoces 'Reine-claude dorée'
  • Qualités du fruit et usages : Fruit de taille moyenne, doré à maturité. Chair ferme et juteuse.
  • Période de maturité : Récolte fin juillet, début août.
  • Qualités de l'arbre : Jusqu'à 7 m de haut. Rustique. Pousse jusqu'à 1 000 m d'altitude bien ensoleillé.

'Mirabelle de Nancy'

Variétés semi-précoces 'Mirabelle de Nancy'
  • Qualités du fruit et usages : Petits fruits ronds jaunes au parfum exceptionnel. Usage pâtisserie, conserves.
  • Période de maturité : Maturité mi-août.
  • Qualités de l'arbre : Jusqu'à 8 m de haut. Très rustique. Auto-fertile, mais fructifie mieux en présence d'une reine-claude.

Variétés semi-tardives

Prune d'Ente

Variétés semi-tardives Prune d'Ente
  • Qualités du fruit et usages : Gros fruit violet et allongé. À consommer frais ou séché.
  • Période de maturité : Maturité d’août à septembre.
  • Qualités de l'arbre : Taille adulte 4 m environ. Assez rustique. Bon pollinisateur et auto-fertile

'Quetsche d'Alsace' ou prune de Namur

Variétés semi-tardives 'Quetsche d'Alsace' ou prune de Namur
  • Qualités du fruit et usages : Gros fruits allongés violets, fondants et parfumés.
  • Période de maturité : Maturité septembre.
  • Qualités de l'arbre : Arbre de 3 à 5 m de haut. Rustique. Auto-fertile.

Variétés tardives

'Sainte-Catherine'

Prunier 'Sainte-Catherine'
  • Qualités du fruit et usages : Chair ferme, jaune et douce. À cuire.
  • Période de maturité : Maturité fin septembre.
  • Qualités de l'arbre : Jusqu'à 8 m de haut. Rustique, jusqu'à -20 °C. Auto-fertile.

'Reine-Claude tardive de Chambourcy'

Variétés tardives 'Reine-Claude tardive de Chambourcy'
  • Qualités du fruit et usages : Fruit vert et doré à chair jaune fondante très parfumée et sucrée.
  • Période de maturité : Maturité fin septembre.
  • Qualités de l'arbre : Arbre de taille moyenne. Assez rustique. Nécessite une situation bien exposée. Auto-fertile.

Plantation du prunier

Plantation du prunier

Les pruniers font partie de ces arbres qui embellissent le paysage. Ses fleurs délicates sont blanches. Le prunier apporte aussi beaucoup de fraîcheur.

Pouvant faire, pour les plus grands, de 6 à 8 m de haut et de 3 à 4 m de large, il faut lui prévoir un emplacement suffisant pour le voir s'épanouir pleinement.

Même s'il s'agit d'un arbre plutôt facile à planter (surtout en formes libres), vous devez cependant respecter quelques conditions pour obtenir de bons résultats. Pour sa culture, il lui faut un environnement ensoleillé même s'il est réputé rustique.

Où planter le prunier

Le prunier aime le soleil direct et être à l'abri des vents forts. De plus, il ne craint pas le froid (jusqu'à -17 °C) et peut être cultivé en altitude (1 000 m).

Quand planter le prunier

Vous devez planter le prunier entre novembre et mars lors du repos de la végétation, qu'il produise des quetsches, des mirabelles ou des reines-claudes.

Vous pouvez le planter durant tout l'hiver, à condition que le sol ne soit pas gelé, ni détrempé ni encore recouvert de neige.

Comment planter le prunier

La première étape consiste à bien préparer le terrain pour assurer à votre prunier une reprise rapide. Vous devez l'installer en situation ensoleillée. La nature du terrain doit être légère, profonde, drainante, riche, un peu acide et surtout sans humidité stagnante.

  • Faites un trou de plantation de 80 cm de côté minimum sur autant de profondeur ou du double du volume de la motte ou des racines.
  • Pour décompacter le sol, binez le fond du trou. Changez la terre extraite si elle est de mauvaise qualité et remplacez-la par une bonne terre de jardin. Vous pouvez aussi ajouter du terreau, de la tourbe ou du sable, ainsi qu'un bon seau de fumier déshydraté, 2 ou 3 poignées d'engrais pour arbres fruitiers ou de corne torréfiée. Le mélange doit être homogène, il vous faut donc bien le brasser.
  • Légèrement décalé par rapport au centre du trou, plantez un piquet comme tuteur avant de commencer à remplir le trou de terre.
  • Au centre du trou, placez l'arbre en faisant en sorte que la base du tronc soit au niveau du sol sans être enterrée (le collet se repère grâce au bourrelet à la jonction du tronc et des racines). Retenez que si vous achetez un arbre à racines nues, vous devrez rafraîchir au sécateur l'extrémité de celles-ci et bien les répartir sur toute la surface du trou.
  • Lorsque vous rebouchez le trou, prenez soin de bien tasser la terre au fur et à mesure. Ceci pour éviter la formation de poches d'air néfastes pour la reprise.
  • Créez autour de l'arbre une cuvette de terre que vous remplirez entièrement d'eau (de 30 à 50 litres). L'arrosage abondant permet également d'améliorer le tassement de la terre.
  • Sans trop serrer les liens, attachez le tronc au tuteur.
  • Taillez les rameaux à environ 25-30 cm de longueur par rapport au tronc (de préférence au-dessus d'un bourgeon placé vers l'extérieur de la ramure). Ne conservez que les branches les mieux placées.

Note : si vous ne plantez qu'un seul prunier, choisissez une variété autofertile comme le prunier d'Ente, le 'Mirabelle de Nancy' ou le 'Quetsche d'Alsace'. Si vous en plantez plusieurs, n'hésitez par à mélanger les variétés afin de stimuler la pollinisation et donc la fructification. Dans ce cas, pour l'aspect esthétique, plantez les arbres distants de 6 à 7 m avec une disposition en carré, rectangle ou quinconce.

Culture et entretien du prunier

Culture et entretien du prunier

Besoins en eau

Le prunier est facile à cultiver mais demande quelque attention durant les deux premières années suivant la plantation, période où il a besoin d'apports d'eau très régulièrement (un seau par semaine). Après, il se contente généralement des précipitations naturelles.

Retenez cependant qu'il n'aime pas la terre trop sèche. Les signes de déshydratation se remarquent lorsque ses feuilles ou ses fruits tombent prématurément. Sachez que l'eau de pluie lui est très bénéfique.

Conseil : en cas de grande sécheresse, arrosez le soir ou le matin après avoir biné la terre au pied de l'arbre. Après l'arrosage, paillez le pied avec des végétaux secs (écorces, feuilles mortes, paille, etc.).

Besoins en engrais

Généralement, le prunier trouve seul sa nourriture dans le sol (terre ordinaire et profonde de jardin). Un apport de fumier en automne et d'engrais pour arbres fruitiers (contenant du potassium) au printemps lui est très bénéfique, vous assurerez ainsi sa fructification.

En cas de carence, ses feuilles jaunissent et ses fruits restent petits.

Conseil : rappelons qu'à la plantation, un apport en azote (corne broyée) à décomposition lente l'aidera à démarrer en douceur et à développer sa ramure.

Taille du prunier

Le prunier est un arbre capricieux, difficile à maîtriser. On distingue deux sortes de taille :

  • La taille de formation, avant l'entrée en production de l'arbre.
  • La taille de fructification, qui a lieu en automne.

La taille de formation

Vous effectuerez la taille de formation avant que l'arbre ne soit productif, soit durant les 3 années suivant la plantation du prunier.

L'objectif est de donner un port optimal à l'arbre : hauteur du tronc, nombre et orientation des branches charpentières… Soyez particulièrement attentif à vos interventions réalisées lors des deux premières années car elles sont déterminantes pour la structure définitive de l'arbre.

N'omettez pas, après la taille, de badigeonner le tronc et les plaies afin de favoriser la cicatrisation et de protéger l'arbre des maladies. Utilisez pour cela un mastic cicatrisant.

La taille de fructification

C'est ainsi qu'on appelle l'opération de taille d'automne. Elle a pour objectifs :

  • d'entretenir le port que vous aurez donné à votre prunier lors de sa taille de formation en supprimant le bois malade ou mort ;
  • d'entretenir et renouveler les branches fruitières qui vous permettront d'obtenir une production de qualité ;
  • d'éclaircir le centre de l'arbre pour que la lumière puisse y pénétrer suffisamment ;

Le prunier réagit vivement et de façon anarchique aux opérations de taille. Les premières années, laissez-le s'installer sans intervenir. Après quelques années de production, lorsque l'arbre commence à vieillir, supprimez, tous les 4 ou 5 ans, les vieux rameaux retombants.

Les années de forte production, éclaircissez les fruits.

Conseil : comme tout fruitier, le prunier est sensible aux maladies, réalisez donc des coupes bien lisses avec des lames bien aiguisées pour le sécateur. Pour les branches plus grosses, utilisez une scie.

Maladies, nuisibles et parasites

Comme tous les arbres fruitiers, le prunier a besoin de soins attentifs pour prévenir les attaques de ravageurs, pucerons, insectes et cochenilles. Parmi les maladies principales du prunier, nous retrouvons : la rouille, la sharka et le chancre du prunier.

Comme pour d'autres fruitiers, moniliose, capsocarpe du prunier, pucerons, araignées rouges et chancre bactérien peuvent également attaquer le prunier.

La rouille

Elle peut provoquer des dégâts importants notamment sur la production des fruits. Elle est favorisée par les périodes de pluies printanières.

Si vous observez sur les feuilles de petites pustules de couleur rouille à brun foncé sur la face inférieure des feuilles et de petites nécroses jaunes sur la face supérieure, il vous faut réagir très vite.

Les feuilles chutent prématurément et les fruits ne mûrissent pas normalement. L'aoûtement des bois peut en être également perturbé. La rouille intervient généralement de fin avril à mi-juillet et se rajoute au risque de moniliose (champignon) en juin.

En prévention, au gonflement des bourgeons et à la chute des pétales, traitez avec une solution cuprique. Recommencez 3 semaines après le dernier traitement.

Le chancre

Le chancre n'est pas une maladie propre au prunier. Nous la retrouvons notamment, pour d'autres fruitiers, chez le pommier et le cerisier.

Reconnaissable, cette maladie affecte l'écorce sous forme d'une tache brune et concave qui s'étend rapidement sur le tronc ou sur les branches. La maladie s'accompagne généralement de crevasses, de boursouflures, de bourrelets et autres déformations de l'écorce qui se nécrose, contaminant à son tour le bois sous-jacent. Vous pourrez aussi observer des écoulements de gommes dorées.

Attention : les chancres peuvent détruire un arbre entier, s'ils s'attaquent au tronc ou à plusieurs grosses branches.

  • En prévention, vous pouvez traiter l'ensemble de l'arbre à la bouillie bordelaise. L'opération est à réaliser en fin d'été et au début d'automne.
  • Si l'infestation est installée et qu'elle a pris trop d'ampleur, mieux vaut couper l'arbre afin d'éviter que la maladie se propage aux arbres avoisinants.
  • Si seule une grosse branche est atteinte, vous pouvez toujours essayer de cureter soigneusement le chancre en grattant bien l'écorce et le bois jusqu'à atteindre les parties saines de la branche. Appliquez sur la plaie un fongicide et du mastic cicatrisant et traitez l'ensemble de l'arbre à la bouillie bordelaise. Si la branche est trop atteinte, il vous faudra la couper et la brûler.

La sharka

Cette maladie (virus) trouve son origine en Bulgarie où son nom signifie « variole ». C'est en 1916, près de la frontière bulgaro-yougoslave, qu'elle a été découverte sur quelques pruniers pour se propager très vite vers les vergers des pays voisins. Elle peut atteindre également d'autres arbres fruitiers à noyau tels que pêcher, l'abricotier…

Bon à savoir : la sharka ne représente pas de danger pour la santé des humains ou des animaux.

La sharka affecte énormément le rendement de la récolte. Les fruits, impropres à la consommation, présentent des difformités, des marques colorées et un goût très acide. Feuilles, fruits, rameaux de bois et noyaux sont touchés. La maladie se transmet par le biais des pucerons ainsi que par le greffage, le surgreffage et par le transfert de plants infectés.

Note : son retentissement économique en Europe a entraîné la recherche de création de variétés résistante (OGM et autres).

Le seul traitement efficace consiste à arracher et brûler les arbres atteints car le risque de dissémination de la maladie est très important.

Il faut également créer autour de la zone contaminée un cordon sanitaire en arrachant les autres espèces végétales, véritables réservoirs viraux de la sharka.

Pour tenter de prévenir l'apparition et l'extension de la sharka dans un verger, prenez soin de :

  • repérer en hiver les arbres qui pourraient être atteints puis les arracher avant l'apparition des pucerons vecteurs ;
  • n'utiliser que des plans sains (qu'ils soient greffés ou directs) ;
  • traiter ces plans sains contre les pucerons dès les premières apparitions éventuelles.

Si malgré tout vous constatez l'apparition de cette maladie sur vos pruniers (ou aussi sur vos pêchers ou abricotiers), n'hésitez pas étant donné sa contagiosité, à la déclarer sans tarder auprès des techniciens concernés de la chambre d'agriculture de votre département.

Note : cette maladie dévastatrice peut être confondue avec diverses carences ou avec la fausse sharka, une autre maladie virale due au virus des taches foliaires chlorotiques du pommier, qui n'atteint aussi que certaines variétés de pruniers chez qui elle est moins répandue. Seuls un professionnel expérimenté, technicien agricole ou pépiniériste pourra vous aider à faire la différence.

Récolte des prunes

Quand et comment récolter les prunes

Il vous faudra attendre à 7 ans après la plantation d'un prunier pour profiter d'une récolte.

  • Selon les variétés, prunes précoces, semi-précoces, semi-tardives ou encore tardives, la récolte peut s'étendre de fin juin à mi-septembre.
  • Le fruit se récolte mûr car une fois cueillie la prune ne mûrit plus. C'est-à-dire que la récolte peut commencer lorsque le fruit se détache facilement.
  • Pour la cueillette, utilisez une gaule ou encore un escabeau ou une échelle double.
  • Il faut souvent procéder à plusieurs passages (cueillettes). Évitez de laisser toutes les prunes sur l'arbre sans étayer les branches les plus chargées car elles pourraient fendre sous le poids des fruits.

Attention : le temps de la récolte ne dure pas plus de 2 semaines environ. Le fruit évolue vite et attire les guêpes. Vous devez ramasser les fruits pourris tombés au sol afin d'éviter la propagation des champignons (moniliose) d'une année sur l'autre.

La conservation de la prune

La prune est certes un fruit de bouche mais elle se déguste et se conserve aussi en sirop, en confiture et en eau de vie.

  • La mirabelle, très énergétique et source de vitamines, ne se conserve pas plus de trois jours à température ambiante. Vous pouvez en revanche la congeler après l'avoir lavée, séchée et dénoyautée. On en fait d'excellentes confitures ou encore des compotes mais aussi de l'eau-de-vie. On la retrouve aussi en pâtisserie et même en coulis pour accompagner des gâteaux. Elle entre aussi volontiers dans la préparation de plats principaux pour faire caraméliser du gibier, de la volaille ou de la viande blanche.
  • La prune d'Ente est plus connue sous le nom de « pruneau d'Agen ». Sa chair verdâtre est juteuse et très sucrée. Cette variété est excellente pour les fruits séchés.
  • La quetsche, reconnaissable à sa forme oblongue, est la plus tardive des prunes mais aussi la plus volumineuse. Sous sa robe violette, elle cache une chair ferme, sucrée, juteuse, d'un jaune d'or foncé. Elle se consomme crue, en sirop, en compote, en confiture, en mendiant en sorbet et se marie très bien aux épices. Dans les recettes sucrées comme salées, elle fait toujours honneur.
  • La reine-claude, quant à elle, est une prune au goût de miel. Sa chair juteuse, sucrée, parfumée et sa peau fine en font un fruit délicieux à croquer. On la conserve seulement quelques jours dans un compotier mais vous pouvez aussi la congeler. Vous l'aimerez fraîche, cuite en compotes, coulis, en crumbles, clafoutis, charlottes, en sorbets, en confiture, en conserve et en eau-de-vie.

Multiplication du prunier

Multiplication du prunier

Le prunier se reproduit par semis, par greffage ou par séparation des rejets (drageons).

Cependant, le mirabellier est le seul prunier à pouvoir être reproduit fidèlement par semis.

Greffer le prunier

Pour reproduire à l'identique une variété de pruniers, la greffe reste le meilleur moyen. Pour débuter, choisissez la greffe en écusson qui se pratique dès la mi-août jusqu'à fin septembre aussitôt que l'écorce commence à se détacher de l'aubier.

Retenez aussi que la greffe en incrustation (incrustation d'un greffon dans une fente triangulaire) pratiquée en mars à la reprise de végétation ou en septembre en sève descendante donne aussi de bons résultats.

Le choix du porte-greffe est simple puisque le prunier se greffe sur prunier. Un noyau de prune peut aussi faire l'affaire et vous donnera un porte-greffe très vigoureux sur lequel vous effectuerez la greffe.

Après le greffage, ne touchez pas au porte-greffe pendant 2 à 3 semaines et protégez-le des lapins à l'aide d'un grillage.

Diviser le prunier

Si votre prunier a tendance à drageonner, récupérez les jeunes pousses au printemps en coupant un bout de racine et en évitant de blesser la plante mère.

Ce mode de multiplication vous donnera une espèce identique à celle du pied mère. Attention toutefois, ce nouvel arbre aura tendance à drageonner à son tour. En pratique :

  • Faites le tour du drageon avec une bêche. Dégagez la terre pour pouvoir accéder aux racines.
  • Avec un sécateur, coupez la racine qui relie le drageon au pied mère.
  • Récupérez le drageon et un bout de racines qui doit impérativement posséder suffisamment de radicelles pour se nourrir.
  • Une fois la division effectuée, placez le drageon en pot pour de meilleurs soins.
  • L'automne ou le printemps suivant, vous l'installerez en pleine terre protégé d'un petit grillage.

Planter un noyau de prune

Planter un noyau de prune est une méthode simple et économique.

  • En début ou fin d'été (au moment de la récolte), mettez un noyau de prune en pleine terre.
  • Vous obtiendrez ainsi l'année suivante un pied franc vigoureux sur lequel il vous suffira de greffer la variété de votre choix ou que vous pourrez laisser fructifier pour avoir la surprise d'une nouvelle variété.

Note : vous pouvez aussi procéder par stratification de noyaux mais la méthode est un peu plus compliquée que le semis qui est d'une simplicité enfantine.

Conseils écologiques

Pour protéger le prunier, n'hésitez pas en prévention à pratiquer des pulvérisations de purin prêle et d'ortie qui vont renforcer les défenses de l'arbre et l'aider à lutter préventivement contre les maladies fongiques.

Un paillage au pied de l'arbre évite la pousse des mauvaises herbes, protège les racines du froid l'hiver et de l'évaporation de l'eau l'été.

Un peu d'histoire…

Il est difficile d'établir avec certitude l'origine du prunier (famille des Rosacées). Il semblerait que le prunier sauvage abondant dans les haies ne soit pas l'ancêtre unique des pruniers actuels. D'autres types venus de Grèce et d'Asie Mineure sont intervenus.

La culture du prunier remonte à des lustres. Les Égyptiens puis les Étrusques, les Grecs et les Romains en étaient friands et connaissaient, déjà à l'époque, la technique de la prune séchée. On la retrouve d'ailleurs dans les tombeaux égyptiens comme provision pour l'au-delà. Les médecins grecs, romains et arabes conseillaient sa consommation. Hérodote, Pline l'Ancien, Hippocrate, Galien, Avicenne font partie des nombreux auteurs qui en faisaient état dans leurs ouvrages.

Sous l'impulsion des Grecs et des Romains, le prunier s'établit dès l'Antiquité sur tout le pourtour méditerranéen. Une douzaine de variétés de prunes était connue des Romains. Chez nous, la culture du prunier se développa dans la première province romaine de la « Narbonnaise ». Dès le Moyen-Âge, la prune devint le fruit de prédilection des Espagnols puis des Français.

Plus tard, les moines bénédictins de l'abbaye de Clairac (près d'Agen) hybrident des pruniers locaux avec des plans de pruniers de Damas ramenés de Syrie. C'est ainsi qu'est né le prunier d'Ente et que l'on obtint par séchage au soleil les premiers pruneaux d'Agen. Après le terrible hiver de 1709, la production de la prune d'Ente quitta peu à peu le Quercynois pour venir s’étendre à tout le Sud-Ouest.

À la Renaissance, la prune fait partie des fruits les plus appréciés. L'une des variétés prend le nom de « reine-claude », en l'honneur de l'épouse de François 1er qui s'en délectait.

Aujourd'hui, on retrouve dans le Nord-Est la mirabelle et la quetsche, et dans le Sud-Ouest la reine-claude, la prune d'Ente ainsi que des variétés américano-japonaises. Les plus grands producteurs de prunes demeurent l'Italie, la France et l'Allemagne.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
jean desroches

plombier chauffagiste rge toutes énergies | lyon | elyotherm.fr

Expert

mn
marc naboulet

spécialiste de la résine époxy | ambiance résine

Expert

daniel linhart

paysagiste

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Quel est votre projet ?

Décrivez votre demande en quelques clics !

Des professionnels de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !


Produits



Autres sujets sur Ooreka


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides