Néflier commun

Néflier commun en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Néflier commun, Néflier d'Allemagne

  • Nom(s) latin(s)

    Mespilus germanicus

  • Famille

    Rosacées

  • Type(s) de plante

    Arbre ▶ Arbre fruitier

    Plante ornementale ▶ Plante à fruits décoratifs

    Plante comestible ▶ Arbre fruitier

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    5 à 10 m
  • Largeur à maturité

    4 à 8 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Lente
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Division Greffe
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol calcaire Sol sableux Sol caillouteux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
    Mi-ombre
  • Utilisation extérieure

    Verger Plantation isolée
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le Mespilus germanica est un arbre fruitier caduc apparenté au poirier par la forme de ses fruits et qui ne comporte qu'une seule espèce (voir note). Il fait aussi partie de la vaste famille des Rosacées comme beaucoup de fruitiers de nos régions tempérées. Originaire d'Asie Mineure et d'Europe du Sud-est sur une bande partant de l'Italie du Nord jusqu'au Turkménistan, il s'est largement naturalisé dans les haies et les bois du nord de l'Europe où il est cultivé depuis que les Romains l'ont rapporté. Il ne faut pas le confondre avec le néflier du Japon (Eriobotrya japonica) qui produit des fruits juteux orange et possède un large feuillage persistant.

Avec son port trapu, le néflier commun forme un arbre vénérable de 6 m de haut, émettant des branches tortueuses s'étalant jusqu'à 8 m tout autour du tronc. Chez les sujets âgés, les rameaux portent parfois des épines de 1 à 2 cm de long. L'écore gris brun se fissure en plaques avec l'âge.

Les feuilles alternes en fer de lance, légèrement dentelées, sont duveteuses et blanches sur la face inférieure. Elles mesurent 5 à 8 cm. Leur couleur mate, vert sombre vire au jaune voire au brun roux si elles sont grillées par le soleil avant de chuter.

De grandes fleurs solitaires blanches ou rosées d'environ 3 cm de diamètre constellent l'extrémité des rameaux feuillés en mai-juin. Leur aspect rappelle assez les fleurs de l'aubépine mais en plus grand, munies de leurs cinq pétales encadrant un bouquet d'étamines jaunes. L'aubépine (Crataegus sp.) est d'ailleurs capable de se croiser avec le Mespilus donnant naissance à des hybrides inter-génériques comme x Crataemespilus grandiflora par exemple (voir note 2).

L'arbre est autofertile et n'a donc pas besoin de la proximité d'un autre sujet pour fructifier.

La fructification est très ornementale en hiver lorsque la ramure dénudée exhibe ces petites boules dorées tel un arbre de Noël. Les fruits à la peau cuivrée sont de forme ovoïde et mesurent autour de 2,5 cm de diamètre. La chair très dure et âpre se ramollit après le passage du gel indispensable à leur consommation. Les sépales persistants forment une sorte de large couronne à leur extrémité puisqu'il s'agit d'un faux fruit à pépins (piridion en terme botanique) tout comme chez la pomme. Le fruit résulte en effet de l'épaississement du réceptacle qui enveloppe les cinq carpelles et positionne les sépales à son sommet. Hormis chez quelques variétés sans pépins, les fruits possèdent cinq gros noyaux beiges qui contiennent de l'acide cyanhydrique (cyanure).

Note 1 : une nouvelle espèce de Mespilus a été décrite en 1990 endémique de l'Arkansas : Mespilus canescens. Mais sa fructification rouge observée dans le passé tarde à se reproduire malgré une floraison abondante. Son habitat souffre de l'invasion par le chèvrefeuille Lonicera japonica.

Note 2 : Carl von Linné s'était basé pour distinguer les genres Mespilus et Crataegus sur le nombre de styles or il se trouve que celui-ci varie chez une même espèce. En revanche, la substance qui constitue les semences est dure et osseuse chez le Mespilus, cartilagineuse chez le Crataegus.

Espèces et variétés de néflier commun

Malgré le peu d’intérêt que suscite aujourd’hui le néflier face aux autres fruitiers, vous pouvez dénicher de très bonnes variétés dans les conservatoires de fruitiers anciens et des pépinières spécialisées. Dans son bassin d’origine l’Asie mineure, il n’est pas rare de tomber sur d’excellentes nèfles sucrées et de gros calibre poussant à l’état sauvage et qui se reproduisent fidèlement par semis.

Néflier commun (Mespilus germanica) Espèce type

 Néflier commun (Mespilus germanica) Espèce type
  • Fruits : Abondants fruits bronzés à cueillir en octobre-novembre.
  • Végétation : Arbre jusqu’à 6 m de haut.
  • Qualités : Silhouette et floraison très ornementales.

'Sans pépins et à gros fruits' (syn. 'Apyrena à gros fruits')

'Sans pépins et à gros fruits' (syn. 'Apyrena à gros fruits')
  • Fruits : Gros fruits de 5 cm de diamètre.

'Allemagne'

'Allemagne'
  • Fruits : Très gros fruits
  • Végétation : Arbre très vigoureux.
  • Qualités : Variété la plus courante.

'Nèfle tardive'

'Nèfle tardive'
  • Fruits : Petit calibre. Maturité novembre.
  • Végétation : Vigoureux et érigé.
  • Qualités : Originaire des Landes.

'Nèfle précoce'

'Nèfle précoce'
  • Fruits : Fruits moyens de bonne qualité.
  • Qualités : Originaire des Landes.

'Dutch'

'Dutch'
  • Fruits : Gros fruits arrondis aux sépales courts. Vert-gris avant maturité (octobre) puis marron-roux.
  • Végétation : Peu vigoureux, au port retombant.
  • Qualités : Très vieux cultivar d’Europe de l’Ouest.

'Monstrueuse d’Evreinoff'

 'Monstrueuse d’Evreinoff'
  • Fruits : Gros à très gros fruits de 7-8 cm de diamètre, jaune gris clair. Pulpe brune à rosée. Variété tardive.
  • Végétation : Port faible et abondamment ramifié. Considéré comme peu fertile.
  • Qualités : Obtenue par Evreinoff en 1941 à Mirabel, près de Montauban.

'Délice des Vannes'

Néflier commun 'Délice des Vannes'
  • Fruits : Fruits ronds de taille moyenne, marron-rouge. Valeur gustative exceptionnelle.
  • Qualités : Très bonne aptitude au blettissement sur l’arbre et hors de l’arbre.

'Reus van Uitbergen'

Néflier commun 'Reus van Uitbergen'
  • Fruits : Gros à très gros fruits Goût aromatique, agréablement acidulé. Pulpe jaune-brun.
  • Végétation : Moyennement vigoureux. Grandes fleurs.
  • Qualités : Origine Belgique.

'Royal'

Néflier commun 'Royal'
  • Fruits : Fruits moyens allongés jusqu’à 45 mm de diamètre, gris-brun. Goût agréable, légèrement acide.
  • Végétation : Vigueur moyenne. Fertile.
  • Qualités : Très ancienne variété d’origine anglaise.

'Nottingham'

Néflier commun 'Nottingham'
  • Fruits : Petits fruits ronds de 2-3 cm de diamètre, de teinte jaunâtre. La pulpe brun foncé est très aromatique.
  • Végétation : De faible vigueur. Très fertile. Variété fidèle de semis.
  • Qualités : Originaire d’Angleterre. Variété courante d’Europe de l’Ouest, mentionnée depuis 1803.

'Large Russian'

Néflier commun 'Large Russian'
  • Fruits : Parmi les plus gros fruits. Bonne saveur.
  • Végétation : Petit arbre plus ou moins pleureur, à feuillage fin.
  • Qualités : Originaire de Russie, ce cultivar a reçu le Royal Horticultural Society Award of Merit.

'Puciu Super Mol'

Néflier commun 'Puciu Super Mol'
  • Fruits : Gros fruits.
  • Qualités : Très cultivé dans le Piémont en Italie, où cette variété est souvent préférée à d’autres.

'Néflier de Correa'

Néflier commun 'Néflier de Correa'
  • Fruits : Fruits « monstrueux » issus de la soudure anormale de deux fruits.
  • Qualités : Illustré par Poiteau en 1847.

Semis et plantation du néflier commun

Semis et plantation du néflier commun

Où le planter ?

Le néflier est assez peu exigeant quant au sol, du moment qu'il est bien drainé et pas trop sec. Cependant, il tolère mal les transplantations et se trouve souvent greffé sur aubépine Crataegus oxyantha mais aussi sur poirier franc, cognassier ou sorbier.

L'espèce tolère de fortes gelées de l'ordre de -20 °C mais les fruits ont aussi besoin de suffisamment de chaleur pour mûrir. On le trouve en Belgique ou en Allemagne sans problème.

Plantez-le au soleil ou à mi-ombre à l'abri des vents forts.

Quand planter le néflier commun ?

À l'automne de préférence.

Comment le planter ?

Le néflier est le plus souvent conduit en demi-tige, il est donc planté en isolé.

  • Creusez un trou de 40 cm en tous sens.
  • Enrichissez la terre avec du compost et du terreau.
  • Prenez garde à bien positionner le collet au niveau du sol.
  • Placez un tuteur afin de faciliter sa reprise.

Culture et entretien du néflier commun

Culture et entretien du néflier commun

Maintenez le sol assez frais bien que le néflier pousse aussi très bien en région méditerranéenne.

Taille du néflier commun

Il n’est pas obligatoire de tailler le néflier car il se régule tout seul. Un élagage peut toutefois être réalisé tous les 10 ans afin d’aérer la ramure et supprimer les bois morts. Attendez l’hiver pour tailler.

Maladies, nuisibles et parasites

Le néflier comme certaines variétés de poirier (Passe Crassane) et pommier est sensible au feu bactérien qui se caractérise par l'aspect brûlé de l'extrémité des branches. Cette maladie assez rare aujourd'hui, mais très sérieuse doit être signalée à la Protection des Végétaux avec l'envoi d'un rameau encore vivant pour identification. Aucun remède n'existe, aussi, il est impératif de brûler l'arbre. La bactérie survit dans les chancres du tronc et se diffuse à d'autres arbres par les gouttelettes visqueuses laiteuses puis brunâtres qui se forment par temps humide.

Le néflier est sujet à des attaques plus courantes comme la moniliose qui entraîne le pourrissement des fleurs et surtout des nèfles, en climat humide. Effectuez une pulvérisation de bouillie bordelaise à l'automne et en hiver en renouvelant l'opération 2 à 3 fois à 15 jours d'intervalle.

L'oïdium crée un dépôt blanchâtre sur les feuilles en fin d'été sec. Pulvérisez de la bouillie bordelaise.

Les cochenilles et les pucerons peuvent aussi sucer la sève et affaiblir l'arbre. Douchez le feuillage afin de vous en débarrasser.

Récolte des nèfles

Quand et comment récolter ?

Les nèfles peuvent se récolter en octobre encore dures pour être conservées. Le plus facile est d’atteindre le passage des premières gelées pour cueillir les nèfles. Placez-les si nécessaire durant deux semaines sur la paille afin que la chair ramollisse.

La conservation des nèfles

Les nèfles cueillies encore dures peuvent se conserver un à deux mois dans un local frais.

Bon à savoir : la chair assez acide et âpre rappelle la compote de pommes. On peut consommer les nèfles nature simplement en aspirant la chair, en marmelade parfumée à la cannelle, en gelée, en sirop ou sous forme de boisson légèrement alcoolisée.

Multiplication du néflier commun

Multiplication du néflier commun

Le semis peut se faire en octobre car beaucoup de variétés sont fidèles de semis. Mais on peut aussi séparer des drageons ou encore greffer le néflier sur l'aubépine par exemple.

Greffez sur aubépine assez près du sol pour éviter les départs du porte-greffe. Pratiquez la greffe en fente simple ou double, la greffe anglaise ou la greffe anglaise compliquée en mars, la greffe en couronne en avril, la greffe en écusson en été.

Pour les hautes-tiges, utilisez le néflier de Smith (Crataegus lobata syn. Mespilus smithii) comme porte-greffe intermédiaire.

Conseils écologiques

Le néflier produit en général suffisamment de fruits pour ne pas avoir besoin de traitement en cas d’attaque parasitaire. D’autre part, l’absence de taille est une qualité que beaucoup de jardiniers en herbe apprécieront.

Un peu d’histoire…

Le néflier commun provient d’une vaste région centrée sur la Mer Noire. Cultivé par les Assyriens et Babyloniens, il est introduit en Grèce 700 ans avant J.C d’après les poèmes d’Archilochos de Paros.

Il parvient à Rome suite aux guerres macédoniennes vers 200 ans av. J.-C. Il est évoqué tour à tour par Théophraste et Pline. Ce dernier évoque trois sortes de néfliers : Setania, Athedon et Gallicum. Le néflier figure sur des mosaïques de Pompéi. Sa culture se diffuse dans le monde occidental et figure même dans le Capitulaire De Villis de Charlemagne comme plante à introduire dans les jardins impériaux. Les moines de l’abbaye de Westminster le cultivaient dès 1270.

Le néflier est introduit en Afrique du Sud au XVIIe siècle et aux États-Unis vers 1800 par les Jésuites. Les nèfles figurent sur les étals français jusqu’au XVIIe siècle. On le trouvait encore il y a peu dans les haies d’aubépines du bocage normand.

Les fruits du néflier commun sont aujourd’hui rarement commercialisés. L’expression argotique « des nèfles », née au XVIIe siècle montre déjà le peu d’estime que ce fruit inspirait. Pourtant, il existe un certain nombre de variétés appréciées pour leur valeur gustative. Les fruits riches en tanins et astringents étaient utilisés au Moyen-Age pour lutter contre la fièvre et la diarrhée. Ils régularisent les fonctions intestinales et sont tolérés par les estomacs les plus délicats.

Le bois à grains fins est très dur mais flexible. Il sert à la fabrication de manches à outils, de fouets et notamment à confectionner les fameux bâtons de marche et de défense chez les Basques, les makilas.

Les feuilles très astringentes servent à faire des gargarismes pour nettoyer les ulcères de la bouche et répercuter les inflammations des amygdales d’après François Rozier dans son Dictionnaire universel de l’agriculture-tome 7 de 1793.

Le mot Mespilus dérive du mot grec Mespilos qui désignait cet arbre chez les Grecs, mesos signifiants « demi » et pillos désignant la balle. Cette étymologie faisait certainement allusion à la forme des fruits, aplatie sur le sommet. Dans certaines régions, il porte aussi le nom de meslier.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides