Vallea stipularis

Vallea stipularis en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Vallée

  • Nom(s) latin(s)

    Vallea stipularis

  • Famille

    Élaeocarpacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Arbre ▶ Arbre à fleurs

    Arbuste ▶ Arbuste à fleurs

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant Semi-persistant
  • Forme

    Buissonnant
    Palissable
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    2 à 10 m
  • Largeur à maturité

    3 -4 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Modéré
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Important , à vaporiser
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Normale
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Bouturage
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Moyenne
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol sableux Sol caillouteux Terre de bruyère Humus Terreau
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé Sol frais
  • Densité

    1 pied/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Mi-ombre
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Bosquet ou forêt Rocaille Talus
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le genre Vallea rassemble aujourd'hui 2 espèces grâce à la découverte en 1988 d'une seconde plante en Équateur. Il appartient à la famille des Élaeocarpacées qui comprend quelques espèces de régions tempérées du Chili comme le Crinodendron hookerianum, mais surtout des espèces tropicales.

L'espèce stipularis est celle que l'on cultive le plus souvent. Il s'agit d'un arbuste ou arbre susceptible d'atteindre 5-6 m de hauteur (maximum 15 m) alors que Vallea ecuadorensis est un arbuste grimpant. Cependant le premier se trouve souvent palissé contre un mur ce qui donne à penser qu'il possède aussi ce port.

Les feuilles pétiolées de Vallea stipularis sont simples, assez coriaces, à bords lisses parfois lobés et en forme de cœur ou de poire, mesurant jusqu'à 10 cm de long. Des stipules (petites pièces foliacées à la base des feuilles) embrassent la base du pétiole chez les 2 espèces surtout sur les rameaux non florifères. Le limbe persistant, glabre et vert foncé, est légèrement tomenteux au revers au niveau de ses nervures.

La floraison qui a lieu en avril-mai avec une remontée en automne est à la fois surprenante et spectaculaire, contrastant avec le feuillage vert sombre de l'arbuste et la discrétion des petits boutons ronds rose pâle qui la précèdent. Elle s'organise en inflorescences composées (grappes de cymes) de clochettes pendantes d'environ 1 cm, denses et vivement colorées, rouge rosâtre à cramoisies.

L'intérieur de la corolle est marqué par la couleur sombre des nombreuses étamines. La fleur possède 4-5 sépales roses et pointus, 4-5 pétales trifides (à 3  ents) de 1,3 cm, un peu plus grands que le calice ouvert et 15-60 étamines courtes noires que surplombe le style blanc, finement divisé en 4-5 parties. L'ovaire et le style de V. stipularis sont glabres contrairement à ceux de l'autre espèce.

Le fruit est une capsule granuleuse de 1-1,5 cm, jaune citron, à 2-5 loges, qui s'ouvre en quartiers pour laisser échapper des graines brun foncé dotées d'un arille blanc (partie charnue). Les sépales chutent lorsque le fruit grossit. Chaque loge est occupée au maximum par une graine de 4-5 mm de long.

Note : le bois parfumé de Vallea stipularis possède un grain fin, doux au toucher et se polit facilement. Il est riche en résine et brûle facilement. Les racines s'utilisent localement pour leur parfum.

Espèces de Vallea

Il existe une grande variabilité au sein de l’espèce Vallea stipularis qui distingue une dizaine de types, mais pour l’heure, le genre n’a pas fait l’objet d’une révision moderne basée sur la génétique (Coode, 1985).

Vallea stipularis Capuli, pera-caspi (hispani-quechua), sacha capulí, vallée stipulaire,  Vallea stipularis  (syn.  V. cernua, V. cordifolia, V. glabra, V. macrophylla, V. pyrifolia )
  • Type : Capuli, pera-caspi (hispani-quechua), sacha capulí, vallée stipulaire, Vallea stipularis (syn. V. cernua, V. cordifolia, V. glabra, V. macrophylla, V. pyrifolia)
  • Végétation : Arbuste très branchu, persistant ou semi-persistant, de 3-6 (15) m de haut sur 2 m de large, atteignant 0,30 m de diamètre de tronc. Écorce âgée fissurée. Rameaux café pourpre velus à l’état jeune. Feuilles simples ou lobées de 10 cm, alternes, avec des stipules effilées, réniformes ou spatulées, embrassant la base du pétiole.
  • Fleurs et fruits : Floraison entre avril et juin puis enfin d’été-automne. Fleurs en clochettes de (5) 8-11 (14) mm de long, rose foncé à rouge sang. 10-60 étamines sombres insérées sous l’ovaire supère. Capsules granuleuses jaunes, de 1-1,5 cm, à 4-5 angles.
  • Qualités : Pousse dans la forêt pluviale de Bolivie, Pérou, Équateur, Colombie et Venezuela entre 1 600 et 4 000 m d’altitude. Plante rare très ornementale, à palisser ou à cultiver en serre froide. Résiste à -7, -5 °C.
Vallea stipularis  Vallea ecuadorensis
  • Type : Vallea ecuadorensis
  • Végétation : Arbuste grimpant ou arbre. Feuilles cordiformes de 20 sur 10 cm.
  • Fleurs et fruits : Fleurs rose vif plus ouvertes que chez V. stipularis mais inflorescences moins denses. Ovaire et style pubescents.
  • Qualités : Natif d’Équateur, Bolivie et Pérou sous climat tropical et subtropical entre 2 500 et 3 500 m d’altitude.

Plantation de Vallea stipularis

Plantation de <em>Vallea stipularis</em>

Dick Culbert/CC BY 2.0/Wikimedia

Où le planter ?

Le Vallea stipularis accepte toutes sortes de sols au pH entre 5 et 7,5 même si généralement il pousse dans un sol humifère acide.

Il est habituellement cultivé contre un mur semi-ombragé (ou sous une ombre tachetée) ou bien dans une serre froide ombragée.

Quand planter le Vallea stipularis ?

Au printemps de préférence.

Comment le planter ?

Pour planter en pleine terre le Vallea stipularis, creusez une large fosse et placez une couche de graviers dans le fond. Amendez la terre avec du terreau ou compost, additionné de sable si la terre est lourde.

Positionnez l'arbuste sans enterrer le collet puis comblez le trou. Arrosez copieusement et paillez.

En pot, réalisez un mélange drainant de terreau et sable.

Culture et entretien de Vallea stipularis

La plante réclame un sol frais, aussi veillez au maintien de sa fraîcheur particulièrement au printemps et en été.

En pot, adaptez la quantité d'eau à la température de la pièce. Posez la main sur la terre pour tester son degré d'humidité.

Fertilisez dès que la croissance débute jusqu'en novembre avec un engrais complet de façon à favoriser la remontée de floraison automnale.

Taille de Vallea

Quand tailler ?

En fin de printemps après la floraison.

Comment tailler ?

Taillez légèrement les pousses ayant fleuri pour maintenir la plante contre le mur ou la garder compacte lorsqu'elle n'est pas palissée. Ôter les fruits permet aussi de favoriser la remontée si la douceur du climat se poursuit durant l'automne.

Maladies, nuisibles et parasites

Aucun nuisible connu.

Multiplication de Vallea stipularis

La multiplication de Vallea stipularis se fait soit par semis soit par bouturage.

Quand semer ?

La récolte des fruits doit se faire avant leur ouverture alors qu'ils sont encore charnus et commencent à brunir. En effet l'exposition des graines au soleil pendant plus de 1 demi-journée conduit à leur déshydratation complète qui retarde leur germination.

Comment semer ?

Les conditions d'une meilleure germination sont encore à l'étude.

Les semences, récoltées en mai dans l'étude, sont maintenues dans le bas du réfrigérateur avant leur semis qui peut s'effectue en février.

Le trempage des graines ou la scarification avec du papier à poncer sont susceptibles de faciliter leur levée car leur tégument (peau) est assez coriace.

Semez dans une caissette remplie d'un terreau de semis et maintenez la culture sous serre chauffée.

La germination débute au bout de 1,5 à 2 mois. Le taux de germination dans les conditions de l'expérimentation dépasse rarement 28 %.

Quand bouturer ?

En fin d'été.

Comment bouturer ?

Les boutures de bois de 2 ans, munis de 4 yeux (bourgeons) sont piquées dans le sable. Le taux d'enracinement est alors de 70 %.

La durée de culture est de 10-12 mois minimum avant de planter l'arbuste en pleine terre.

Conseils écologiques

Le Vallea stipularis est une des rares espèces à perdre ses feuilles à l’automne dans les forêts d’altitude (chute entre août et octobre en Équateur). La durée de la défoliation dépend de l’humidité du lieu. La période de floraison peut se situer de janvier à avril rien qu’à l’intérieur de la province de Chimborazo (Équateur) et la fructification d’avril à juillet.

Vallea stipularis fait partie des espèces ligneuses choisies pour la reforestation des plateaux andins du sub-paramo (nord de la province de Manabí et sud de la province d’Esmeraldas) dans le but de préserver les sols, fournir du bois énergie, des piquets et piéger le carbone au côté d’autres espèces comme le Buddleja incana (non local : quishuar), Polylepis incana (yagual), Alnus acuminata (aliso), Aegiphylla ferruginea (jiguerón) et des espèces non natives du lieu comme Pinus patula.

Un peu d'histoire…

Le nom Vallea fait référence au botaniste italien Felice Valle mort en 1747, auteur d’une flore sur la Corse. Le nom spécifique stipularis vient du latin et signifie « muni de stipules », ces 2 petites pièces qui ornent quelquefois la base du pétiole de la feuille. Ecuadorensis signifie « de l’Équateur » même si l’on découvrit plus tard que l’espèce s’étendait sur une aire plus vaste incluant la Bolivie au nord et le Pérou au sud. Cette espèce a été découverte et décrite par l’Équatorien, Jaime Jaramillo en 1988 dans le Nordic Journal of Botany.

La première espèce découverte qui fut décrite par Linné en 1781, a été cultivée en Europe seulement à partir de 1928. La plante moyennement rustique (-7 °C) est restée l’apanage de quelques collectionneurs. Elle est plantée dans la rocaille du jardin de Kew à Londres.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides