Dacrydium

Dacrydium en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Pin rimu, pin Huon

  • Nom(s) latin(s)

    Dacrydium

  • Famille

    Podocarpacées

  • Type(s) de plante

    Arbre ▶ Conifère ou résineux

    Plante ornementale ▶ Plante à feuillage décoratif | Plante à fruits décoratifs

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Forme

    Conique ou pyramidal
    Pleureur ou tombant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    > 10 m
  • Largeur à maturité

    8-10 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Difficile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Important , à vaporiser
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Lente
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Bouturage
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Moyenne
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol calcaire Sol sableux Terre de bruyère Humus Terreau
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé Sol frais
  • Densité

    0,25 pied/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
    Mi-ombre
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Bosquet ou forêt Plantation isolée
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Les Dacrydium sont des conifères (Gymnospermes) appartenant à la famille des Podocarpacées. Le genre comporte une vingtaine d'espèces d'arbres, d'arbustes ou arbrisseaux, natifs de Nouvelle-Guinée, de Nouvelle-Calédonie jusqu'au sud-est du continent asiatique. Nous traiterons aussi du Lagarostrobos franklinii, le pin Huon, qui a fait couler beaucoup d'encre et figurait dans le genre encore récemment (note 1).

Dacrydium cupressinum ou pin rimu, natif de Nouvelle-Zélande, est l'espèce que l'on rencontre le plus souvent en Europe bien que très rare, comme dans les jardins botaniques de Roscoff, de Sintra (Portugal) ou Dublin. Il réclame en effet un climat doux et humide. Cet arbre de croissance lente et de longévité exceptionnelle est capable d'atteindre 50 m de haut même si les plus grands spécimens actuels ne dépassent guère 20 à 35 m. Il fait partie des plus grands arbres néo-zélandais et possède la plus grande aire de répartition parmi les conifères de l'archipel. Les rameaux pendants lui confèrent une silhouette gracieuse formant des draperies jusqu'au sol. L'écorce beige se délite en grandes écailles plates.

Chez les Dacrydium, les feuilles sont des aiguilles assez variables selon l'âge : les juvéniles sont fines tandis que les adultes sont plus larges et courtes, incurvées et glauques, à bord souvent coupant.

Les cônes mâles et femelles sont sur des sujets distincts. Les cônes à pollen, cylindriques et jaunes paraissent en position terminale ou axillaire, de manière isolée. Les cônes femelles produisent des graines solitaires enveloppées dans une écaille (bractée) parfois charnue et colorée à maturité appelée arille, les autres ovules étant souvent infertiles. Ces arbres ne fleurissent pas tous les ans et fructifient de manière aléatoire ce qui a parfois des conséquences graves pour la faune avicole qui se nourrit du fruit. Sensibles aux facteurs climatiques, un hiver trop froid ou un été trop sec peuvent entraîner la chute des fruits. Le perroquet kakapo menace ainsi de disparaître, car le fruit du rimu renferme le calcium et la vitamine D (régulant le calcium de l'organisme) indispensables à cet oiseau nocturne pour former la coquille de l’œuf et le squelette des oisillons (note 2).

Les Dacrydium au sens large ont tous un bois résineux, coloré rougeâtre ou jaune, parfois joliment veiné, et imputrescible qui s'utilise dans la construction de bâtiments, de meubles… Cependant, le pin rimu comme le pin Huon sont désormais protégés si bien qu'il est aujourd'hui interdit de les abattre et d'exporter le bois.

Note 1 : http://www.conifers.org/po/Lagarostrobos.php

Note 2 : http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/oiseaux/la-recette-secrete-pour-sauver-les-kakapos-de-l-extinction_102934

Espèces de Dacrydium et genre proche

Pin rimu, pin rouge des Anglais, New Zealand rimu (Dacrydium cupressinum, syn. Thalamia cupressina)

Espèce type

Pin rimu, pin rouge des Anglais, New Zealand rimu (Dacrydium cupressinum, syn. Thalamia cupressina) Espèce type
  • Végétation : Conifère persistant dont les sujets actuels ne dépassant pas 20 à 35 m de haut pour 1,50 m de diamètre de tronc (possibilité jusqu'à 60 m). Chez le jeune sujet, aiguilles vert clair de 4-7 mm de long sur 0,5-1 mm de large, virant au brun rougeâtre vif à l'automne. Chez l'arbre adulte, écailles de 1 à 3 mm.
  • Fleurs et fruits : Floraison en mai. Chatons jaunes pour le mâle. Graines bleutées entourées d'une enveloppe en coupe charnue rouge vif de 2 mm. Fructification tous les 3-4 ans seulement dans la nature. Maturation en 15 mois.
  • Qualités : Vit en Nouvelle-Zélande sur les îles du Nord, du Sud et Stewart. Appartient à la zone climatique 8 (-12 à -7 °C). Longévité de plus de 1 000 ans. Bois parfumé, ébénisterie et construction navale.

'Charisma'

Dacrydium 'Charisma'
  • Végétation : Forme compacte à feuilles dorées.
  • Fleurs et fruits : Comme l'espèce type.
  • Qualités : Comme l'espèce type.

Pin d'Huon (Lagarostrobos franklinii, syn. Dacrydium f., Lepidothamnus f.)

Espèce type (genre proche)

Pin d'Huon (Lagarostrobos franklinii, syn. Dacrydium f., Lepidothamnus f.) Espèce type (genre proche)
  • Végétation : Conifère pyramidal persistant de 15-30 m de haut sur10 m de large. 70-100 cm de diamètre du tronc à 1,30 m. Écorce lisse, argentée à brun gris. Longues et minces branches arquées portant des ramilles denses et courtes rappelant celles d'un cyprès à l'âge adulte, mais avec des stomates blancs dispersés au revers. Écailles de 1-3 mm, vert sombre couvrant la totalité du rameau.
  • Fleurs et fruits : Espèce dioïque. Fleurissant en mai. Fleurs femelles rouges presque en extrémité des branches, mâles jaunes de 1-8 mm de long sur 1,5 de large. Cônes femelles ressemblant à de petites baies de 6 x 2 mm, formés de 5-10 écailles lâches non charnues, mûres au bout de 6-8 mois à l'automne. 1 graine de 2 mm paraît entre chaque écaille, dispersée par l'eau et les oiseaux.
  • Qualités : Originaire du sud-ouest humide de la Tasmanie. Résiste entre -12 et -7 °C. Craint les gels brusques. Croissance lente. Vivrait jusqu'à 3 000 ans. À planter en plein soleil ou mi-ombre dans un sol humifère.

Plantation de Dacrydium

Plantation de <em>Dacrydium</em>

Eva Deuffic

Où planter le Dacrydium ?

Cette espèce est fréquemment plantée comme arbre d'ornement en Nouvelle-Zélande. L'emplacement doit bénéficier d'un climat modérément frais avec suffisamment d'humidité atmosphérique et de pluie. Le Dacrydium déteste en effet les excès de chaleur et les gels importants (zone 8 : -7 à -12 °C).

Choisissez une situation abritée des vents violents et froids, au soleil ou à mi-ombre. Plantez-le dans un sol léger, riche, acide à alcalin et frais. Il accepte les sols sableux, limoneux, temporairement immergés, mais préfère les sols bien drainés. L'arbre est parfois déraciné par des vents violents.

Le pin Huon (Lagarostrobos franklinii) exige un climat humide toute l'année, avec un été frais et un hiver doux. Plantez-le dans un sol riche, profond, frais, mais bien drainé. Il tolère bien l'ombre et la culture dans un grand contenant.

Quand planter ?

Au printemps de préférence.

Comment planter le Dacrydium ?

Plantez le Dacrynium en sujet isolé de façon à bien mettre en valeur sa silhouette, cependant il faut savoir que sa croissance est très lente. Les sujets en culture atteindront rarement plus de 10 m.

Mélangez du compost et du fumier à la terre pour alléger et enrichir le sol afin d'accélérer la croissance. Paillez copieusement le pied pour maintenir la fraîcheur du sol.

Pour réaliser la culture en pot du pin Huon, mélangez 1/3 de terre acide, 1/3 de terreau de feuilles et 1/3 de sable de rivière dans un grand conteneur profond. Évitez de rempoter le plant trop souvent. Le pin rimu peut se cultiver dans le sol d'une serre comme au Jardin botanique d'Helsinki, mais semble peu apprécier la culture en pot.

Idées d'association

Magnolia

lvmkjv

Crocus

uudtid

Culture et entretien du Dacrynium

Culture et entretien du <em>Dacrynium</em>

Eva Deuffic

Le Dacrydium est lent à s'installer. Il conserve longtemps une forme juvénile étroite avant de s'élargir et produire de longs rameaux pleureurs. La silhouette de l'arbre adulte devient plus droite.

Arrosez régulièrement et en profondeur le sol pendant au moins les 3 premières années qui suivent la plantation. Contrôlez les mauvaises herbes et apportez du compost au pied à l'automne.

Protégez les jeunes sujets avec un voile d'hivernage ou rentrez le pot dans une serre froide.

Taille du Dacrynium

Inutile de tailler la plante si ce n'est pour ôter le bois mort ou abîmé et les branches basses si besoin en septembre.

Maladies, nuisibles et parasites

Pas de nuisibles connus.

Multiplication du pin de rimu

L'arbre se multiplie par semis, mais le plus souvent par rejet ou marcottage.

Semis

Les graines sont mûres à l'automne et tombent au sol. Malheureusement une grosse partie d'entre elles ne sont pas fertiles.

Semez-les au printemps dans une terrine remplie d'un substrat léger, drainant, maintenu constamment humide. Placée à 20 °C, à mi-ombre, la germination requiert 1 à 3 mois.

Une autre méthode consiste à semer sous châssis dès la récolte des graines.

Repiquez les plantules dans des godets à placer sous serre au moins au cours du premier hiver. Plantez le Dacrydium en pleine terre en fin de printemps-début d'été suivant.

Bouturage

En Nouvelle-Zélande, le bouturage est réalisé en juin pour un enracinement au cours du mois d'août et des plants bien racinés entre novembre et janvier. Cependant, le bouturage en novembre montre encore de meilleurs résultats soit vers les mois de mai-juin dans l'hémisphère nord.

Réalisez des boutures d'extrémité de branches, semi-ligneuses, de 15-20 cm.

  • Coupez des rameaux auxquels vous ôtez les aiguilles de la base.
  • Trempez la base des boutures dans de l'hormone de croissance avant de les piquer dans un substrat léger composé par exemple de 1 part de sable (∅ 3 mm), 3 parts de scories (∅ 0,5-6 mm) et ½ part de tourbe tamisée à 6 mm.
  • Couvrez le pot avec un sac plastique transparent pour le placer à l'étouffée.
  • Repiquez les boutures en godets individuels lorsque les nouvelles pousses sont bien développées.

Le succès n'est pas garanti.

Un peu d'histoire…

Nomenclature

Le nom Dacrydium vient du grecdakrudium, qui signifie « petite larme » en raison des exsudations de résine sur le tronc. Daniel Carl Johann Georg Adam Forster (1754-1794), naturaliste allemand participant au deuxième voyage de Cook, valida le nom Dacrydium cupressinumpar une publication en 1786 alors que le suédois Daniel Carlsson Solander (1733-1782) l'avait déjà décrit au cours du premier voyage de Cook.

Lagarostrobos vient du grec lagaros, lâche et de strobos, le cône, en référence aux écailles lâches du strobile qui portent la graine. Le nom d'espèce honore John Franklin (1786-1847), qui a exploré l'Arctique et gouverné la Tasmanie de 1836 à 1843. Le terme « Huon » vient du nom du fleuve qui se jette dans le canal d'Entrecasteaux, à l'est de la Tasmanie où les premiers troncs de cet arbre ont été trouvés, enregistrés de la sorte par Alan Cunningham en 1818.

Classification des Podocarpacées

Christopher J. Quinn a opéré la dernière révision du genre Dacrydium en 1982, en concluant sur une très proche parenté entre les Dacrydium et le genre Falcatifolium. L'espèce tasmanienne Dacrydium franklinii est devenue Lagarostrobos franklinii tandis que son unique espèce Lagarostrobos colensoi a été déplacée dans le genre Manoao. Les écailles du cône des Manoao sont charnues et attirent les oiseaux contrairement à celles du genre Lagarostrobos. D'autres espèces sont passées dans le genre Halocarpus. Les 9 espèces de Dacrycarpus autrefois placées chez les Podocarpus présentent aussi une très proche parenté avec les Dacrydium.

Des espèces en danger

Ces pins qui n'ont rien à voir avec le genre Pinus sont tous plus ou moins menacés de disparition aussi l'abattage d'arbres vivants est actuellement interdit.

Le pin rimu néo-zélandais (Dacrydium cupressinum) pousse souvent mélangé à des espèces feuillues moins hautes, dans les forêts pluviales tempérées mixtes à Podocarpacées, mais il existe des peuplements presque purs notamment sur la côte ouest de l'île du Sud. Les plus grands spécimens se situent dans les forêts mixtes de l'île du Nord près de Taupo. Le district écologique d'Hamilton plus au nord, permet d'observer un habitat typique où le pin rimu s'associe au Fuscospora truncata (sorte de Nothofagus) avec un sous-étage de fougères (Blechnum discolor, Blechnum filiforme, Asplenium flaccidum, Hymenophyllum demissum).

Le pin rimu occupe les sols les plus riches de l'île jusqu'à 800 m d'altitude, avec le miro (Prumnopitys ferruginea) qui ressemble à un if. Au fur et à mesure que le sol s'appauvrit, ils cèdent la place à d'autres Podocarpacées que sont le matai (Prumnopitys taxifolia) puis le totara (Podocarpus totara) sur sable côtier. Le kahikatea (Dacrycarpus dacrydioides) occupe quant à lui les terrains plus humides.

Quant au pin d'Huon de Tasmanie, on estime la perte de son habitat à 15 % au cours de ce dernier siècle, due à la construction d'un barrage et aux incendies. La Tasmanie disposait en 2007 d'un stock de 500 mde bois abattu lors de la construction du barrage hydroélectrique. L'abattage intensif passé des grands arbres a cependant provoqué des repousses presque partout aussi un bosquet est mis à la disposition des artisans locaux pour récupérer les bois tombés ou les bois morts de cette précieuse essence.

Spécimens remarquables et usages

Parmi les spécimens remarquables de pin rimu figurent :

  • celui du Palacio da Pena à Sintra (Portugal), haut de 25 m et introduit par Fernando II (1816-1885),
  • un autre au Mount Usher Gardens près de Dublin (Irlande), planté en 1920,
  • un troisième au Jardin botanique de San Francisco planté en 1915, offert par la Nouvelle-Zélande à l'occasion de la Panama–Pacific International Exposition.

Les plus grands sujets de pin rimu, âgés de 800 à 900 ans occupaient une forêt dense située à proximité du parc national du centre de l'île du Nord, culminant à 61 m. Ils ont aujourd'hui disparu suite à une exploitation intense lors de l'arrivée des colons européens puis après la seconde guerre mondiale pour la construction de maisons.

On raconte que le capitaine Cook, qui longeait la côte néo-zélandaise en 1789, fournissait à ses hommes de la bière préparée à l'aide de la résine contenue dans les jeunes rameaux de pin rimu. Ses fruits crus ou cuits sont comestibles même s'ils peuvent engendrer une constipation. Le bois de cœur très résineux peut servir de torche (note 4).

Son homologue tasmanien le pin huon Dacrydium franklinii, renommé Lagarostrobos, est encore plus rare en Europe et peut s'admirer à Bantry House près de Cork (Irlande). Il fut introduit pour la première fois en Europe à Kew Garden en 1840. Son bois tendre doré à grain fin est très apprécié pour fabriquer des meubles ou des bateaux en Tasmanie. Il contient dans son huile essentielle du méthyl eugenol qui lui confère une odeur particulière et le préserve des attaques d'insectes. Cette substance s'utilise pour traiter les plaies et les maux de dents ou comme insecticide. Elle est aujourd'hui synthétisée et employée comme pesticide aux États-Unis.

Plus vieux spécimen de conifère au monde

On a découvert un bosquet d'arbres dans les Mount Read à l'ouest de la Tasmanie qui semble dater de plus de 10 500 ans (datation du pollen trouvé dans les sédiments). Chaque tronc présente les mêmes gênes mâles ce qui signifie que l'arbre s'est multiplié végétativement. Ce conifère, avec probablement le Sequoia sempervirens et le Taxus baccata (if), fait partie des espèces de gymnospermes qui montrent la plus longue persistance d'un individu génétique unique. Chez les feuillus (angiospermes), Lomatia tasmanica qui vit d'ailleurs en compagnie du pin huon dans les montagnes du Bathurst, détient le record de longévité de 43 600 ans ! Le pollen du pin Huon a été retrouvé dans les sédiments du lac victorien datant de 150 000 ans, ce qui indique que cette espèce existait alors que l'Australie faisait encore partie du super continent Gondwana.

Grâce à l'excellente conservation de son bois, les cernes continus d'un tronc de pin Huon fossilisé ont permis de reconstituer 12 000 ans de données climatiques et d'étalonner les temps au carbone 14.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides