Salicaire commune

Salicaire commune en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Salicaire commune, Salicaire officinale, Herbe aux coliques

  • Nom(s) latin(s)

    Lythrum salicaria

  • Famille

    Lythracées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Plante comestible ▶ Plante à tisane

    Plante de bassin ▶ Hélophytes (pieds dans l'eau) | Amphiphytes (plante de berges)

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,45 à 2 m
  • Largeur à maturité

    0,30 à 0,40 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Important
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol calcaire Sol sableux Sol caillouteux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol humide
  • Profondeur (aquatique)

    Moins de 30 cm

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
    Mi-ombre
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Massif ou bordure Bassin
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Plante aquatique
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

La salicaire commune, Lythrum salicaria, appartient à la famille des Lythracées et au genre Lythrum. C’est une plante vivace de milieu humide. C’est ainsi qu’elle pousse spontanément en bordure de ruisseau, de fossés et dans les zones marécageuses.

Originaire de l’hémisphère nord, elle est rustique et affronte sans problème les hivers les plus rigoureux. Elle n’est pas difficile quant à la nature du sol, mais supporte difficilement les sols trop acides.

C’est une belle plante en touffe érigée pouvant atteindre 1 à 1,50 m de hauteur. Ses feuilles opposées et lancéolées sont fixées directement sur la tige. Vert soutenu dessus, elles sont plus pâles dessous.

Les fleurs, groupées en verticilles forment un épi terminal d’un rose soutenu et lumineux. Le fruit est une capsule ovoïde contenant de nombreuses graines qui sont le plus souvent dispersées par l’eau ou les oiseaux.

Outre son intérêt décoratif dans les coins humides et ensoleillés du jardin et la cueillette de ses fleurs pour constituer des bouquets aux couleurs vives, on trouve la trace de son usage médicinal depuis le XIIIe siècle.

On l’emploie encore de nos jours en phytothérapie pour ses propriétés toniques, astringentes et hémostatiques. Son autre usage concerne le traitement de divers troubles digestifs (diarrhées, ulcères), mais aussi les pertes blanches gynécologiques.

Enfin, elle peut avoir un intérêt alimentaire : ses feuilles ont été consommées autrefois, crues ou cuites comme légume, en période de famine. Ses tiges pulpeuses sont comestibles après cuisson. Enfin, sa fleur peut être utilisée pour colorer des confiseries en rouge.

Note : sous certains climats, en Amérique du Nord, en Australie et sur l’île de la Réunion (entre autres), la salicaire se montre invasive. Ce problème ne se pose pas en Europe, d’où elle est originaire et où elle est naturellement contenue. Mais il est strictement interdit d’importer de la salicaire dans l’île de la Réunion.

Espèces et variétés de salicaire

On connaît une trentaine d’espèces de salicaires. Vous pouvez surtout trouver dans le commerce des cultivars de Lythrum salicaria. Ils se distinguent principalement par leur taille et leur couleur.

Salicaires de taille moyenne

Lythrum virgatum 'Rose Queen'

Salicaires de taille moyenne Lythrum virgatum 'Rose Queen'
  • Caractères de la fleur : Longs épis de fleurs rose foncé brillant. Boutons pourpres. En juillet-août.
  • Caractères de la plante : Touffe ramifiée dressée, jusqu’à 0,70 m. Feuillage lancéolé.
  • Qualités : Soleil, mi-ombre. Rustique au moins jusqu’à -15 °C. En massif, mélangées à d’autres fleurs.

Lythrum salicaria 'Robert'

Salicaires de taille moyenne Lythrum salicaria 'Robert'
  • Caractères de la fleur : Épis compacts, rose carmin. En juillet-août.
  • Caractères de la plante : Hauteur : 0,80 m. Au soleil, le feuillage vert devient rouge écarlate en automne.
  • Qualités : Soleil, mi-ombre. En massif, mélangées à d’autres fleurs. Rustique au moins jusqu’à -15 °C.

Salicaires de grandes tailles

'Augenweide'

Salicaires de grandes tailles 'Augenweide'
  • Caractères de la fleur : Épis rouge-rose.
  • Caractères de la plante : Jusqu’à 1,20 m.
  • Qualités : Soleil, mi-ombre. Rustique jusqu’à -15 °C. En massif mélangées à d’autres fleurs.

'Rosy Gem'

Salicaires de grandes tailles 'Rosy Gem'
  • Caractères de la fleur : Floraison très abondante rose-lilas intense.
  • Caractères de la plante : Hauteur : 1,20 à 1,50 m selon le lieu de culture. Feuillage vert.
  • Qualités : Soleil, mi-ombre. Rustique jusqu’à -15 °C. En massif mélangées à d’autres fleurs.

Semis et plantation de la salicaire

Semis et plantation de la salicaire

Où planter la salicaire ?

Plantez-la dans un sol humide (ou inondé) de préférence humifère, en plein soleil ou à la mi-ombre. Elle ne craint pas un emplacement sujet aux gelées.

Elle se développe bien au bord d'une mare, d'un ruisseau, d'un canal d'arrosage et tout emplacement humide ou inondable.

Elle accepte tout type de sol sauf ceux qui sont très acides.

Quand et comment semer et planter la salicaire ?

Semis :

  • Semez les graines directement en place au printemps dès que les températures sont supérieures à 15 °C.
  • En terrine ou godets, la germination a lieu en quelques semaines, la croissance est rapide et le jeune plant porte des fleurs dès la première année.
  • En pleine terre, bêchez et nettoyez le sol avant de semer en recouvrant les graines de terreau. Si vous voulez la cultiver en jardinière, emplissez-la de terreau universel.

Plantation :

  • Plantez les godets au printemps ou en automne en vous souvenant que sa végétation est caduque.
  • Installez vos plants en godets en quinconce, en les espaçant de 0,50 m environ en tous sens, pour densifier votre parterre. Vous pouvez aussi l'associer à d'autres vivaces à feuillage décoratif.

Note : l'ajout éventuel d'un engrais à libération lente lors de la plantation vous évitera d'autres apports nutritifs en cours d'année.

Culture et entretien de la salicaire

Culture et entretien de la salicaire

En jardinière ou en terre pas suffisamment humide, il faut veiller à l’arroser régulièrement. Le substrat ne doit jamais sécher complètement. En hiver, ralentissez la cadence des arrosages.

Si la terre s’appauvrit avec les années, apportez un engrais complet au printemps.

Taille de la salicaire

La taille n’est pas indispensable, mais vous pouvez rabattre les touffes en automne au ras du pied. Vous évitez ainsi les semis spontanés.

Maladies, nuisibles et parasites

Les escargots et limaces, qui prospèrent dans les lieux humides, apprécient les jeunes plants de salicaires. Pour limiter leur progression, disposez des pièges à bière autour des plants à protéger, ils en raffolent.

Récolte de la salicaire

Quand et comment récolter la salicaire ?

Recueillez les graines après les premières gelées et récoltez les sommités fleuries pendant la floraison en été.

La conservation de la salicaire

Après avoir coupé au sécateur les sommités fleuries, vous pouvez les réunir en petits bouquets que vous faites sécher complètement en les suspendant dans un lieu sec et aéré à l’abri du soleil.

Conservez-les ensuite, à l’abri de la lumière et de la chaleur, dans des boîtes cartonnées. À renouveler chaque année.

Multiplication de la salicaire

Multiplication de la salicaire

La salicaire se multiplie spontanément par ses graines. Vous pourrez récupérer les jeunes plants et les installer où bon vous semble.

Vous pouvez aussi récolter les graines de salicaire dès les premières gelées et les semer au printemps. Si vous récoltez les graines en automne, semez-les au début du printemps après leur avoir fait subir une stratification aux températures hivernales.

Bon à savoir : les cultivars ne seront pas reproduits à l'identique par semis, contrairement à une division de touffes.

Procédez à la division de touffe au printemps ou en mai pour les touffes aux racines imposantes. La division des touffes se pratique avec une bêche, après le démarrage de la végétation.

Conseils écologiques

Plutôt que de se lamenter sur les coins humides de votre jardin, où tout pourrit, plantez-y de la salicaire. Rustique et résistante, elle s’y développera toute seule, sans réclamer aucun soin, et apportera une agréable touche de couleur. Contrairement à ce qui est souvent dit ici et là, la salicaire n’est pas invasive sous nos climats.

Un peu d’histoire…

L’Antiquité ne connaissait pas les vertus médicinales de la salicaire. C’est seulement vers le XVIIIe siècle que l’on trouve des traces écrites de son usage pour soigner les dysenteries, des pertes blanches gynécologiques ou la présence de sang dans les urines. D’autre part, son usage comme légume n’était pas rare en périodes de disette.

On lui prêtait aussi le pouvoir d’éloigner les démons et on en répandait autour des maisons à cet effet. Enfin, elle était réputée pour provoquer les réconciliations si l’on offrait un brin de tige fleurie.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides