Chénopode

Chénopode en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Chénopode

  • Nom(s) latin(s)

    Chenopodium

  • Famille

    Amaranthacées

  • Type(s) de plante

    Plante comestible ▶ Autres légumes | Légume ancien

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace Annuelle
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,45 à 2 m
  • Largeur à maturité

    0,40 à 0,60 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol neutre
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    5 à 7 au m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
    Mi-ombre
  • Utilisation extérieure

    Massif ou bordure Potager
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le chénopode Bon-Henri, Chenopodium bonus henricus, de la famille des Amaranthacées, est une plante vivace de 40 à 80 cm de haut, à tiges striées, rameuses, robustes et dressées. Les nombreuses feuilles sont pétiolées, alternées, entières, en forme de fer de hallebarde, vert foncé. Le dessous est recouvert d’une légère poudre farineuse.

Les fleurs vertes, teintées de pourpre, groupées en épis terminaux se trouvent à l’aisselle des feuilles et s’épanouissent de juin à septembre. Les fruits en forme de cœur renversé ne s’ouvrent pas et ne contiennent qu’une seule petite graine noire et arrondie.

Plante annuelle, le chénopode blanc (Chenopodium album), avec ses tiges dressées, souvent ramifiées, mesure de 20 cm à plus de 1,5 m de hauteur, suivant le terrain où il pousse. Les feuilles mates, farineuses, sont triangulaires, entières jeunes, irrégulièrement dentées lorsqu’elles sont adultes, en forme de patte d’oie. La face inférieure des feuilles est parfois teintée de rose.

De minuscules fleurs vert pâle, avec un soupçon de rouge, réunies en glomérules compacts, se forment une panicule, de juin à octobre. Les épis de fleurs denses donnent naissance à de petits fruits, des akènes noirs et luisants.

L’ensemble de la plante est pruineux, laissant ses traces farineuses sur les doigts Très prolifique, chaque pied peut produire jusqu’à 100 000 graines de très petite taille. Très présente dans les lieux cultivés, elle est originaire d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, et naturalisée dans d’autres pays. C’est souvent une des premières plantes à apparaître sur les sols fraîchement travaillés. Elle pousse en abondance dans les sols gorgés d’azote des terres en grandes cultures, ou sur les tas de fumier ou de compost.

Le chénopode géant, ou chénopode couleur d’amarante (Chenopodium giganteum ou Chenopodium amaranthicolor), appelé parfois ansérine amarante ou bien épinard-en-arbre, est une impressionnante plante utilisée au jardin autant pour ses qualités ornementales que culinaires. Cette annuelle originaire du nord de l’Inde, du Népal et du Sichuan (Centre Ouest de la Chine) produit un buisson de plus de 2 m de hauteur, en 2 ou 3 mois. Plantée dans de bonnes conditions, elle forme une belle plante aux jeunes pousses d’un étonnant rose magenta.

Espèces de chénopodes

Chenopodium bonus-henricus

Chenopodium bonus-henricus
  • Nom commun : Chénopode Bon-Henri
  • Couleur feuillage : Vert foncé.
  • Qualités : Vivace, s’installe pour plusieurs années.

Chenopodium album

Chenopodium album
  • Nom commun : Chénopode blanc
  • Couleur feuillage : Vert pâle, saupoudré de blanc.
  • Qualités : Plante annuelle qui pousse rapidement.

Chenopodium giganteum

Chenopodium giganteum
  • Nom commun : Chénopode géant
  • Couleur feuillage : Vert et rose.
  • Qualités : Plante annuelle qui pousse rapidement.

Semis et plantation du chénopode

Semis et plantation du chénopode

Où le semer et le planter ?

  • Plantez le chénopode Bon-Henri, au soleil ou à mi-ombre, en sol frais et riche en humus.
  • Semez le chénopode géant et le chénopode blanc au soleil ou à mi-ombre, en sol frais et riche en humus.

Quand semer et planter les chénopodes ?

  • Plantez le chénopode Bon-Henri au printemps ou à l'automne.
  • Semez le chénopode géant et le chénopode blanc en avril ou mai.

Comment semer et planter les chénopodes

Chénopode Bon-Henri :

  • Plantez-le dans un trou égal à 3 fois le volume de la motte.
  • Espacez les plants de 40 à 50 cm en tout sens.
  • Tassez, arrosez, paillez.

Chénopode blanc : il suffit d'oublier un pied de chénopode blanc, adventice de nos cultures, pour que celui-ci produise une énorme quantité de graines qui germeront à tous les coins de votre jardin durant les années suivantes. À vous de les domestiquer !

Chénopode géant :

  • Semez les graines en ligne, espacées de 50 cm, sur un substrat humide, tassé.
  • Ces semences étant fines, mélangez-les à du sable, pour une meilleure répartition.
  • Ajoutez, à la main, une légère couche de terreau, tassez, arrosez à la pomme fine.

Bon à savoir : sans les fêtes des plantes, il est possible de trouver des plants, à côté de ceux du chénopode Bon-Henri.

Culture et entretien des chénopodes

Culture et entretien des chénopodes

Pour les trois espèces, maintenez le sol humide, grâce à des arrosages et aux paillages.

Les espèces annuelles se ressèment facilement, parfois trop, surtout le chénopode blanc : ne vous laissez pas envahir.

Maladies, nuisibles et parasites

Aucun

Récolte

Quand et comment récolter les chénopodes ?

La récolte se fait de juin à octobre, au fil des besoins. L’année du semis, pour les annuels ; 6 à 8 mois après la plantation, pour le chénopode vivace.

La conservation des chénopodes

Les feuilles ne se conservent pas : consommez-les le jour même. Si elles commencent à faner, plongez-les dans de l’eau fraîche pendant 10 min.

Vous pouvez aussi les congeler, après les avoir ébouillantées.

Multiplication des chénopodes

Multiplication des chénopodes

Les chénopodes se multiplient par semis (pour le chénopode blanc et le chénopode géant) ou division (pour le chénopode Bon-Henri).

Semis

Les graines des deux chénopodes annuels se récoltent en septembre.

Pour les récolter :

  • Laissez un pied ou deux monter à fleurs.
  • Lorsque les épis sèchent (ils deviennent bruns), coupez-les, étalez-les sur une toile, à l'ombre, pour les faire sécher, égrenez-les et mettez-les en sachet au frais et au sec.

Même dans une région où il ne fait pas chaud, si vous laissez un pied monter à gaines et l'oubliez, les semis naturels ne manqueront pas l'année suivante. Il est même très étonnant de voir la vigueur d'un chénopode géant par rapport à celui issu d'un semis, réalisé par les soins d'un jardinier attentif.

Division

Le chénopode Bon-Henri, vivace, se divise au printemps ou à l'automne.

Pour diviser le chénopode vivace :

  • Sortez la touffe à l'aide d'une fourche bêche.
  • Séparez les éclats, en faisant attention à ce qu'il y ait au moins un départ de tige sur chacun.
  • Replantez-les, en les espaçant de 40 à 50 cm.

Conseils écologiques

La plante est présente dans les sols riches en magnésium et en azote. Si elle pousse en abondance, c’est un excellent bio-indicateur de ces éléments.

Un peu d’histoire…

Le chénopode Bon-Henri répond à de nombreux autres noms français ou régionaux : épinard du roi Henri, bon Henri, épinard sauvage, patte d'oie triangulaire, oseille de Tours, sarron, épinard bâtard, herbe à marcou, toute bonne, ansérine, herbe aux oies, sangarrigous, sarrous, varcouagne.

Ce chénopode, qui pousse partout en France, a été récolté et consommé pendant des siècles, avant de tomber dans l'oubli dans la seconde moitié du 19e siècle, considéré alors comme l'épinard du pauvre. Aujourd'hui, il refait son apparition sur les tables, avec la cohorte des légumes oubliés. Même si on peut toujours le glaner dans nos campagnes, il est possible d'en acheter des pieds chez les pépiniéristes spécialisés. Sur le plan de la diversité et du goût, ce n'est qu'un juste et heureux retour.

Dans certaines régions, comme les Pyrénées, sa consommation n'a jamais été abandonnée, certainement à cause de cette anecdote : le « Béarnais » Henri III de Navarre, le futur roi de France Henri IV, qui allait réconcilier son peuple après les guerres de religion, l'appréciait énormément comme légume, à ce point qu'on associa son nom à celui de la plante : le Chénopode Bon-Henri.

Chenopodium album, appelé chénopode blanc, mais aussi ansérine blanche, poule grasse, drageline, senousse, blé-blanc, herbe aux vendangeurs, chou gras (au Québec), est une herbe sauvage, annuelle, considérée souvent comme une mauvaise herbe. On la retrouve aussi bien en sol pauvre qu'en terre riche, au soleil comme à mi-ombre, dans les jardins ou dans les friches, jusque dans le compost. Très prisée au Moyen Âge, cette sauvageonne fait toujours le bonheur des glaneurs, et des jardiniers qui cultivent leur jardin au naturel, sans produits de traitements, et qui la désherbent pour la cuisiner !

Le chénopode géant, Chenopodium giganteum, annuelle originaire du nord de l'Inde, du Népal et du Sichuan (Centre Ouest de la Chine), produit un buisson de plus de 2 m de hauteur en 2 ou 3 mois. Planté dans de bonnes conditions, il forme une belle plante avec de jeunes pousses d'un étonnant rose magenta. La variété généralement proposée est 'Magentaspreen'. Si les grainetiers français n'ont pas cette semence à leur catalogue, il faudra la commander outre-Atlantique, aux Pays-Bas ou alors trouver un jardinier qui cultive ce chénopode. Dans les fêtes de plantes spécialisées en légumes, vous pouvez faire connaissance de jardiniers collectionneurs, prêts à partager leur passion. Notez que cette plante s'est naturalisée dans certains endroits du sud de la France.

Note : le quinoa, plante originaire des Hauts-Plateaux d'Amérique du Sud, est un chénopode : Chenopodium quinoa. Les graines de quinoa, très appréciées chez les Indiens depuis toujours, le deviennent en Europe. Riches en protéines, elles font le bonheur des végétariens et des végétaliens.

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides