Cypripedium

Cypripedium en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Cypripède, Sabot de Vénus

  • Nom(s) latin(s)

    Cypripedium

  • Famille

    Orchidacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,15 à 1 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Modéré
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Important , à vaporiser
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol sableux Sol caillouteux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé Sol frais
  • Densité

    1,6 pieds/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Mi-ombre
  • Utilisation extérieure

    Massif ou bordure
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le genre Cypripedium constitue un groupe de près de 60 espèces proches des autres sabots de Vénus : Paphiopedilum, Phragmipedium, et les moins représentés Mexipedium et Selenipedium… Les Cypripedium ne proviennent pas forcément de milieux tropicaux et certaines espèces ou variétés sont tout à fait adaptées à la culture directement en extérieur dans nos jardins. Ces plantes sont des vivaces rustiques originaires de l'hémisphère nord : Amérique du Nord, Asie tempérée, et le célèbre Cypripedium calceolus européen, seule espèce de Cypripedium présente en Europe.

Les Cypripedium sont des orchidées très résistantes au froid et la plupart tolèrent des gelées intenses à -30 °C ! Si le feuillage est caduc, le rhizome souterrain de ces sabots de Vénus ne demande aucune protection hivernale et aucun entretien quand le substrat est adapté.

Les Cypripedium se reconnaissent grâce à leur gros et grand labelle, creux, en forme de pantoufle. Le cycle de vie est commun, à quelques jours près, à la plupart des espèces : début de croissance végétative (feuillaison) en mars-avril, floraison en mai-juin, défeuillaison en août-septembre, création de la croissance de l'année suivante en octobre-décembre, dormance avec mort de l'ancienne croissance en janvier-mars. Ce cycle doit être affiné en fonction de chaque espèce, mais il est proche à chaque fois. La reprise végétative est rapide, le feuillage est développé totalement en 3 à 5 semaines.

Les premières années, chaque plant va former une seule et unique nouvelle croissance, le nombre de plants stagne. Mais avec l'âge, chaque plant se fortifiant, les Cypripedium peuvent donner 2 (ou plus, mais c'est rare) nouvelles croissances. Le nombre de plants va croître et la plantation se densifier.

La floraison printanière donne 1 à 2 fleurs sur une même tige florale. Certains plants âgés peuvent donner 3 fleurs, mais l'événement est rare en culture.

Le Cypripedium calceolus, seule espèce de Cypripedium poussant naturellement en France (et en Europe), est malheureusement impensable à cultiver. Absolument fantastique avec son énorme fleur qui peut atteindre 0,36 m d'envergure grâce à 2 très longs sépales latéraux vrillés. Les modifications climatiques font remonter cette orchidée vers le Nord ou vers les étages montagnards plus en altitude pour conserver de la fraîcheur toute l'année.

Espèces de Cypripedium

Il existe des centaines de cultivars, leur nom étant plus exotique les uns que les autres. Les conditions de culture restent identiques aux botaniques, les variations intervenant sur la floribondité, les coloris des fleurs et des feuilles. Si les feuilles sont claires, le cultivar demande un peu plus d'ombre, tandis qu'un feuillage relativement foncé accepte un bon ensoleillement.

Attention : certaines espèces de Cypripedium et Paphiopedilum portent la même épithète spécifique (exemple : Cypripedium micranthum et Paphiopedilum micranthum), mais il ne faut évidemment pas les confondre !

Cypripedium acaule

Cypripedium acaule
  • Nom commun : Sabot de la Vierge, cypripède acaule
  • Fleurs : Grand labelle tombant rosâtre clair, sépales verts.
  • Feuillage : Vert. Hauteur jusque 0,60 m.
  • Origine : Amérique du Nord.

Cypripedium arietinum

Cypripedium arietinum
  • Nom commun : Cypripède tête-de-bélier
  • Fleurs : Labelle échancré rose intense à l'extérieur, blanc à l'intérieur, sépales tombants rouge rouille. Floraison souvent seulement 1 année sur 2.
  • Feuillage : Vert assez clair. Hauteur de 0,20 à 0,50 m. Rhizome très odorant.
  • Origine : Amérique du Nord.

Cypripedium japonicum

Cypripedium japonicum
  • Nom commun : --
  • Fleurs : Labelle renflé et replié sur lui-même, blanc légèrement rosé. Sépales vert clair, presque jaunes.
  • Feuillage : Très clair. Hauteur d'environ 0,25 m. Tolère bien l'ombre.
  • Origine : Chine, Japon.

Cypripedium parviflorum

Cypripedium parviflorum
  • Nom commun : Cypripède pubescent
  • Fleurs : Gros labelle jaune, sépales verdâtre moutarde, veinés de brun.
  • Feuillage : Plutôt assez clair. Hauteur d'environ 0,50 m, jusque 0,70 m. Tolère assez bien le plein soleil. Plusieurs variétés existent, la couleur des sépales variant légèrement. Espèce à l'origine de nombreux cultivars.
  • Origine : États-Unis.

Cypripedium reginae

Cypripedium reginae
  • Nom commun : Cypripède royal
  • Fleurs : Labelle remarquablement rosé, et sépales blancs. La variété 'Alba' a un labelle tout aussi blanc que les sépales.
  • Feuillage : Vert assez foncé pour le genre. Hauteur de 0,45 m, jusque 1 m ! Très largement utilisé en hybridation.
  • Origine : États-Unis.

Plantation de Cypripedium

Plantation de <em>Cypripedium</em>

Jason Sturner/CC BY 2.0/Wikimedia

Où le planter ?

Le substrat est le point primordial de la culture des Cypripedium commercialisés ! En premier lieu, le substrat doit être pauvre en matière organique, le moins fertile possible, et bien drainant.

Par exemple :

  • un mélange à parts égales de tourbe blonde, de terreau de feuilles et de terre argileuse du jardin constitue un bon sol ;
  • un mélange, à parts égales, de sable (ou pierre de lave concassée) avec un compost à base de feuilles (ou écorce de pin broyée) et de tourbe, reste une bonne alternative.

Dans tous les cas, le sol doit rester acide, frais et humide, même en été ! En été, le substrat ne doit pas s'assécher. En hiver, il ne doit surtout pas retenir l'eau en laissant le rhizome inondé.

Les abords d'un petit plan d'eau sont souvent un bon emplacement pour conserver fraîcheur et humidité, surtout si le sol est argileux et acide. Le calcaire leur est létal !

L'exposition solaire est principalement de mi-ombre, en orientant les pieds vers le sud-est ou ouest/sud-ouest. Le soleil chaud de plein sud, surtout en été, ne laissera guère de chance au feuillage qui sera irrémédiablement brûlé ! N'orientez pas non plus totalement vers le Nord, les Cypripedium ont quand même besoin d'une bonne dose de soleil.

Quand planter le Cypripedium ?

Ces orchidées ne sont pas faciles à trouver, mais certaines jardineries spécialisées en proposent à partir du printemps. Plantez au printemps (surtout au début), l'important est que la plante ait le temps de former la prochaine pousse annuelle avant l'hiver.

Conseil : pour une première expérience avec ces beautés, commencez par l'espèce Cypripedium reginae, c'est peut-être la plus « facile ».

Comment le planter ?

Un travail de préparation du sol est indispensable pour aménager une zone de culture étendue. Pour rappel, les orchidées terrestres à rhizome s'étendent surtout latéralement, via une nouvelle croissance annuelle.

Même pour un seul plant, la préparation du sol demande au moins 1 m²… Mais il est recommandé de planter plusieurs plants, de constituer des groupes, espacés d'environ 0,20 à 0,30 m les uns des autres. Pour un groupe de 10 orchidées, prévoyez une surface de 6 m² au moins.

Creusez cette surface sur une profondeur de 0,40 à 0,50 m et « tapissez le fond » avec de la pouzzolane, pierre de lave concassée, ou de petits cailloux (gros gravier). Il s'agit de former une couche drainante primaire séparant le substrat des Cypripedium du reste du sol.

Remplissez totalement ce trou d'un mélange de tourbe blonde, de terreau (compost) de feuilles (hêtre ou chêne par exemple) et de terre argileuse du jardin (ou de sable grossier).

Une fois l'aire de culture préparée, plantez simplement chaque pied (avec son substrat, ne l'enlevez pas) en laissant le collet dépasser de la surface. Si le sol semble un peu sec, arrosez immédiatement.

Idées d'association

Rheum alexandrae

Si le sol paraît un peu nu, associez les Cypripedium à une curiosité botanique, la rhubarbe Rheum alexandrae. Les conditions de culture correspondent, elles n'entreront pas en concurrence, au

Culture et entretien du Cypripedium

Culture et entretien du <em>Cypripedium</em>

Rosalee de la Forêt/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Si les conditions de plantation sont respectées, l'entretien n'est pas compliqué : arrosez, uniquement avec de l'eau de pluie ou de l'eau osmosée, surtout pas d'eau calcaire, en cas de sécheresse. Ceci est notablement à surveiller en été pour éviter tout coup de chaud : une bonne humidité ambiante permet d'amoindrir les dommages de rayons du soleil trop brûlants.

N'apportez pas d'engrais, jamais !

Supprimez la tige florale dès son déclin, et les feuilles quand elles commencent à dépérir.

Au fil des années, si l'aire de culture préparée est colonisée, une extension de cette aire de croissance sera à prévoir.

Taille du Cypripedium

Supprimez la tige florale en la coupant à 5 cm lorsque la fleur se fane. N'hésitez pas à le faire dès les premiers signes de défleuraison, cela laissera des forces au plant, inutile de perdre de l'énergie pour une fleur fanée…

Les feuilles peuvent aussi être coupées quand la défeuillaison débute, mais vous pouvez aussi les récolter en fin de vie, quand elles ont bruni.

Maladies, nuisibles et parasites

Les orchidées, d'une manière générale, ne connaissent pas de véritables nuisibles ou parasites, mais leur pire ennemi est un non-respect des conditions de culture idéales pour chacune des espèces.

La nécrose des feuilles, qui se manifeste par des taches allongées de couleur brune et des feuilles molles, peut être due à une mauvaise hygrométrie ou des erreurs de luminosité.

Multiplication du Cypripedium

Multiplication du <em>Cypripedium</em>

Bill Bouton/CC BY-SA 2.0/Wikimedia

Le semis n'est pas envisageable, simplement parce que les insectes pollinisateurs spécifiques à chaque espèce sont absents de notre territoire.

La multiplication des Cypripedium ne se provoque pas, elle se fait naturellement avec une ou deux nouvelles croissances annuelles.

Si la plantation devient trop dense, coupez le rhizome au printemps pour transplanter la nouvelle croissance plus loin.

Conseils écologiques

Toutes les orchidées ont d'importants besoins en eau. Une eau légèrement acide et sans grande minéralisation : l'exploitation d'un récupérateur d'eau de pluie, filtrée, permet des économies sur l'eau d'arrosage et de brumisation.

Utilisez des feuilles de chêne ou de hêtre pour préparer un compost valable pour les Cypripedium.

Attention : ne mettez pas les feuilles mortes de Cypripedium dans un compost, car elles contiennent de l'oxalate de calcium nocif.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides