Phragmipedium

Phragmipedium en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Sabot-de-Vénus américain

  • Nom(s) latin(s)

    Phragmipedium

  • Famille

    Orchidacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Plante ornementale ▶ Plante à feuillage décoratif

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,45 à 2 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Modéré
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Important
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Lente
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Impossible
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé Sol humide Sol frais
  • Toxicité

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
    Mi-ombre
  • Utilisation intérieure

    Serre chaude
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Les Phragmipedium, orchidées à croissance monopodiale, s'observent en Amérique centrale et du Sud. Certaines des plus belles variétés ont été obtenues à partir d'espèces natives de la cordillère des Andes. Ces orchidées sud-américaines vivent en forêts humides et on peut les trouver fixées aux arêtes rocheuses qui surplombent les rivières.

Ces orchidées appelées « sabots de Vénus américains » et qui appartiennent au même groupe de sabots de Vénus que les Paphiopedilum, Cypripedium et Selenipedium, produisent un rhizome rampant et des feuilles épaisses et charnues. La tige florale émerge toujours au centre de la plus jeune pousse et porte une ou plusieurs fleurs à l'aspect unique. Le labelle a pris la forme d'une poche qui piège les insectes afin de faciliter la pollinisation. En effet, le caractère principal distinctif de ces espèces est constitué par un très fort développement de leurs labelles retroussés formant une « poche » plus ou moins fermée.

Remarque : si ce genre est facile à cultiver, son prix peut cependant être prohibitif. Il comprend à peine plus d'une vingtaine d'espèces, dont certaines très rares, et il est particulièrement recherché par les collectionneurs et les horticulteurs pour les superbes hybrides qu'il permet d'obtenir.

Proche du genre Paphiopedilum, le Phragmipedium est cependant originaire d'Amérique alors que le premier vit en Asie. La plupart des Phragmipedium sont terrestres. Sur un court rhizome, la tige dressée est dotée d'une couronne de feuilles basales vert pâle à vert foncé de forme allongée. Les tiges florifères qui partent de la hampe principale se terminent par une inflorescence en racème ou en panicule. Les fleurs, dont les dimensions varient d'une espèce à l'autre, sont toutes munies de grandes bractées. Certaines espèces possèdent des pétales et des sépales semblables, de petite taille et très colorés ; d'autres ont des sépales plus longs que les pétales ; les couleurs vont du jaune au brun et du rouge au rose. Elles fleurissent surtout entre la fin de l'hiver et le début du printemps, mais aussi pendant toute l'année. Les nuances de couleur de ces orchidées vont du blanc au marron foncé en passant par toutes les nuances de jaune et de rouge.

Espèces et variétés de Phragmipedium

Espèces botaniques

Phragmipedium besseae

Espèces botaniques Phragmipedium besseae
  • Origine : Pérou et Colombie, à proximité de cascades entre 1 000 et 1 500 m d'altitude.
  • Fleurs : Inflorescence jusque 60 cm de haut, fleurs rouges extraordinaires, à ouverture successive de 6 cm environ.
  • Caractéristiques : Apprécie des températures fraîches et de l'eau en abondance. Très exploitée en hybridation pour la couleur de ses fleurs.

Phragmipedium caudatum

Espèces botaniques Phragmipedium caudatum
  • Origine : Colombie et Bolivie, entre 1 500 et 2 500 m d'altitude.
  • Fleurs : Tiges florifères de 50 cm portant jusque 6 fleurs (divers tons de vert avec des touches roses et rouges). Très longs pétales latéraux.
  • Caractéristiques : Apprécie une forte humidité et un bref temps de repos en hiver. Bonne exposition à la lumière.

Phragmipedium longifolium

Espèces botaniques Phragmipedium longifolium
  • Origine : Amérique centrale, entre 1 000 et 1 800 m d'altitude.
  • Fleurs : Tiges florifères jusque 1,50 m ! Fleurs solitaires qui s'ouvrent les unes après les autres pendant plusieurs mois (voire années !)
  • Caractéristiques : Dimensions exceptionnelles, prévoyez de la place. Très exploitée en hybridation.

Hybrides

Phragmipedium Grande

Hybrides Phragmipedium Grande
  • Origine : Hybride P. caudatum x P. longifolium
  • Fleurs : Longues tiges florifères (jusque 1 m) héritées de P. longifolium. Fleurs vertes à labelle presque marron.
  • Caractéristiques : Hybride facile, mais qui demande de l'espace.

Phragmipedium Scroederae

 Phragmipedium Scroederae
  • Origine : Hybride P. caudatum x (P. longifolium x P. shlimii)
  • Fleurs : Longues tiges florifères héritées de P. longifolium. Fleurs roses à labelle plus foncé. Très longue durée de floraison.
  • Caractéristiques : Hybride facile de culture, très tolérant, et populaire.

Plantation de Phragmipedium

Plantation de <em>Phragmipedium</em>

Orchi/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Où la planter ?

Leurs aires de distribution étant très étendues, les conditions climatiques subies par les espèces botaniques de Phragmipedium sont très variables, mais contrairement à beaucoup d'espèces cultivées, elles sont souvent marquées par un caractère plus tempéré. Notamment, les Phragmipedium se contentent de températures comprises entre 12 et 22 °C.

En revanche, ne possédant pas de pseudo-bulbes qui permettraient un stockage de l'eau, ces espèces supportent très difficilement une longue période de sécheresse. Cependant, elles ne nécessitent qu'une humidité ambiante modérée.

Les genres Paphiopedilum et Phragmipedium se cultivent de la même façon, avec une température minimum de 15 °C les plus froides nuits d'hiver. Ces plantes doivent toujours être protégées du soleil direct et humidifiées en permanence pendant toute l'année.

Quand planter Phragmipedium ?

Bon à savoir : le choix, à l'achat, d'un plant en fleurs permet de connaître assez précisément les diverses périodes de culture (si le plant est en fleurs au moment de l'achat, il y a de fortes chances qu'il refleurisse l'année suivante au même moment : cela détermine les autres périodes à respecter pour ces orchidées).

Ces périodes sont variables en fonction de l'espèce.

Comment la planter ?

Les Phragmipedium semblent beaucoup apprécier la laine de roche. Utilisez aussi un mélange de tourbe en granulés, de morceaux d'écorce de sapin et de billes de polystyrène, mais il est possible d'ajouter de la perlite, de la pouzzolane, de la fibre de coco ou du charbon organique. Le substrat doit avoir de préférence un pH neutre à acide.

En raison des dimensions atteintes par certaines espèces, prévoyez de très grands pots (20 cm de diamètre au moins).

Culture et entretien de Phragmipedium

Culture et entretien de <em>Phragmipedium</em>

Orchi/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Températures et exposition

Phragmipedium vit généralement en montagne, où la différence thermique est forte : dans la journée, la température peut aller jusqu'à 38 °C ; la nuit, elle descend à 7 °C avec des chutes à -1 °C. Des variations difficiles à obtenir en serre, mais tous les spécialistes s'accordent à conseiller des températures estivales de 16 à 29 °C et hivernales de 13 à 26 °C (les plus basses correspondent à la nuit).

En ce qui concerne l'exposition à la lumière, placez les Phragmipedium à feuilles longues à une lumière plus intense que les Phragmipedium à feuilles courtes, sans oublier que les orchidées ne supportent pas la lumière directe du soleil.

Humidité et air

L'humidité est primordiale : elle doit être constante (dans la nature, de l'ordre de 95 % ; en appartement, 50 % suffisent) et les racines du Phragmipedium bien aérées. Afin de faciliter l'apport d'humidité en permanence, placez des coupelles remplies de billes d'argile et d'eau sans submerger les billes. Les apports d'eau doivent être constants, une fois par semaine en hiver, deux au printemps et en été, avec de préférence de l'eau de pluie ou de l'eau du robinet décantée au moins 48 h. En cas de doute sur la quantité, contrairement aux autres genres, exagérez l'apport en eau.

Le Phragmipedium a besoin d'une excellente circulation d'air, par exemple avec un ventilateur (indispensable pour protéger les plantes des bactéries, notamment) dans le cas des espèces à feuilles longues, plus sensibles que les Phragmipedium à feuilles courtes.

Rempotage et fertilisation

Dans la mesure où la croissance des espèces du genre est rapide, rempotez le Phragmipedium tous les deux ou trois ans.

Pour assurer le succès de la culture, il est conseillé de fertiliser les plants par cycles de quinze jours ainsi divisés : 1 g/L d'engrais équilibré de mars à septembre ; engrais favorisant la floraison d'octobre à décembre ; interruption de la fertilisation de janvier à février.

Taille du Phragmipedium

Quand tailler ?

Taillez le Phragmipedium dès les premiers signes de défleuraison, cela laissera des forces au plant, inutile de perdre de l'énergie pour une fleur fanée…

Comment tailler ?

Supprimez la tige florale en la coupant à ras des feuilles lorsque la fleur se fane pour les espèces monoflorales.

Pour les espèces multiflorales, laissez la tige florale en place aussi longtemps que des fleurs sont produites.

Maladies, nuisibles et parasites

Les orchidées, d'une manière générale, ne connaissent pas de véritables nuisibles ou parasites, mais leur pire ennemi est un non-respect des conditions de culture idéales pour chacune des espèces.

La nécrose des feuilles, qui se manifeste par des taches allongées de couleur brune et des feuilles molles, peut être due à une mauvaise hygrométrie ou des erreurs de luminosité.

Parmi les parasites qui menacent le plus souvent les espèces de Phragmipedium, il est possible d'éliminer les cochenilles, qui apparaissent souvent sur des plantes insuffisamment saines, avec des produits adaptés (par exemple à base d'huile de paraffine, qui les asphyxie).

Pour lutter contre les pourritures nobles (Botrytis) qui menacent les fleurs, la meilleure solution consiste à améliorer la circulation d'air, y compris par l'emploi d'un ventilateur.

Multiplication de Phragmipedium

Multiplication de <em>Phragmipedium</em>

Arn and Bent Larsen/CC BY-SA 2.5 dk/Wikimedia

La multiplication est quasiment impossible pour l'amateur, sauf si le plant donne naturellement une plantule par extension. Le semis est à réserver aux professionnels !

Conseils écologiques

Toutes les orchidées ont de gros besoins en eau, une eau légèrement acide et sans grande minéralisation : l'exploitation d'un récupérateur d'eau de pluie, filtrée, permet des économies sur l'eau d'arrosage et de brumisation.

Ne mettez pas les feuilles mortes dans un compost, car elles contiennent de l'oxalate de calcium nocif.

Un peu d'histoire…

En Angleterre, les horticulteurs de l'époque victorienne ont été les premiers à faire des essais d'hybridation avec Phragmipedium. Ils ont obtenu des plantes très intéressantes avec des fleurs magnifiques, dans les tons kaki de la forêt équatoriale, à l'exception d'une espèce à labelle rosâtre. La partie la plus attrayante de la fleur est constituée de deux pétales rubanés s'en écartant comme de très longues moustaches. C'est chez P. caudatum qu'ils sont le plus développés.

Les premières expériences d'hybridation s'étaient déroulées dans la plus complète ignorance des lois de la génétique. Les obtenteurs avaient dû constater à regret que les hybrides de Phragmipedium étaient stériles. Mais dans les deux dernières décennies du XXe siècle, ces plantes ont éveillé un nouvel intérêt pour deux raisons : d'abord à cause de la découverte dans la cordillère des Andes d'une nouvelle espèce, Phragmipedium besseae, qui produit de superbes fleurs d'un rouge clinquant inattendu dans ce groupe d'orchidées pastel ; ensuite parce qu'une meilleure compréhension de la génétique a permis d'adapter ces plantes qui ne pouvaient avoir de descendance. Le résultat se mesure aujourd'hui aux nombreuses créations d'hybrides, de formes, de tailles et de coloris inédits, obtenus grâce au croisement de P. besseae avec les autres espèces de Phragmipedium connues.

Deux espèces remarquables

Phragmipedium besseae : cette espèce récemment découverte (1981) a ouvert la voie à la création d'une série d'hybrides nouveaux aux couleurs jusqu'alors inconnues chez Phragmipedium. Endémique des contreforts des Andes (Pérou, Équateur), cette orchidée plutôt lithophyte produit une fleur unique rouge vif stupéfiante. Les différentes nuances de rouge et d'orange apparues ensuite chez les hybrides ont encore accru l'intérêt que les amateurs du monde entier portent à ce Phragmipedium. L'espèce souche est très difficile à cultiver, mais ses descendants issus de croisements interspécifiques réussissent très bien en atmosphère chaude et humide, parmi d'autres genres tels que Paphiopedilum ou Phalaenopsis. Comme tous leurs semblables, ils fleuriront plusieurs semaines d'affilée.

Phragmipedum longifolium, la plus grande espèce, a des tiges qui atteignent 1,50 m. Ces orchidées terrestres ne sont pas limitées du point de vue de leur taille puisqu'elles ne risquent pas de tomber d'un arbre. Cette espèce a donc besoin de place pour s'épanouir. Comme son nom l'indique, elle possède de très longues feuilles épaisses qui poussent vers le haut jusqu'à ce que leur poids les recourbe. La tige florale atteint aisément les deux mètres de haut. Elle croît sans cesse, produisant constamment de nouveaux boutons à son extrémité. Il lui arrive même de se diviser. Les fleurs, elles, vivent moins longtemps, mais leur succession assure une floraison continue aux spécimens matures pendant plus de 18 mois, parfois 2 ans. Ainsi, elle donne des fleurs continuellement, mais jamais plus de deux ou trois sur le même rameau. Dès qu'une fleur tombe, elle est remplacée par une autre et la floraison s'enchaîne ainsi sans interruption, parfois pendant deux ans. Les gros spécimens donnent de nouvelles pousses et des fleurs en permanence. Si vous pouvez leur garantir toute la place et la chaleur dont elles ont besoin, n'hésitez pas à cultiver ces orchidées.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides