Cotonnier

Écrit par les experts Ooreka
Télécharger en .pdf

Cotonnier en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Cotonnier

  • Nom(s) latin(s)

    Gossypium

  • Famille

    Malvacées

  • Type(s) de plante

    Arbuste ▶ Arbuste à fleurs

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant Semi-persistant
  • Forme

    Buissonnant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,60 à 1,50 m
  • Largeur à maturité

    0,80 à 1 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Modéré
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Important
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Bouturage
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol calcaire Sol sableux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Bosquet ou forêt Plantation isolée
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Taille

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Les vrais cotonniers appartiennent au genre Gossypium qui compte une cinquantaine d'espèces de la famille des Malvacées. Seules 4 espèces sont cultivées dans le monde pour produire du coton. Gossypium hirsutum et Gossypium barbadense originaire d'Amérique ainsi que Gossypium herbaceum de la partie de l'Afrique située dans l'hémisphère sud et Gossypium arboreum originaire d'Inde.

C'est un arbuste touffu qui, en culture, ne dépasse que rarement 1 à 1,50 m (contre 6 à 7 m à l'état sauvage selon les espèces et dans leurs pays d'origine) sur 1 m de large maximum. Sa ramure est très ramifiée et son feuillage assez dense. Vivace, il est pour l'agriculture cultivé comme une plante annuelle.

Sa croissance particulière explique sa grande ramification : à l'aisselle d'une feuille située en extrémité d'un rameau fructifère se développent 2 bourgeons, l'un donnant une fleur et l'autre un nouveau rameau prolongeant le précédent. À l'extrémité de ce dernier, à l'aisselle d'une nouvelle feuille, apparaîtront 2 nouveaux bourgeons donnant une nouvelle fleur et un nouveau rameau et ainsi de suite…

Ses grandes feuilles vertes (4 à 6 cm) sont arrondies et entières pour les premières, puis palmées avec 5 lobes plus ou moins échancrés et pileux selon les cultivars avec des nervures apparentes, ressemblant à des feuilles d'althéa ou d'hibiscus.

De grandes et jolies fleurs aux pétales jaunes ou blanc-crémeux selon les variétés deviennent rapidement rouge vineux ou rose pâle en s'épanouissant. Leur centre proéminent, plus ou moins long, blanchâtre ou jaune, peut être tacheté de pourpre. Ressemblant à des fleurs d'althéa, elles apparaissent tout au long de l'été et une partie de l'automne, mais ne vivent chacune que quelques jours (24 h si elles ne sont pas fécondées). Les premières apparaissent 3 à 5 mois après la germination.

À noter que le cotonnier fleurit tout en continuant à croître. Il portera donc à la fois des boutons, des fleurs épanouies et des fruits.

Les fruits d'abord verts puis marrons et secs issus des fleurs sont des capsules de 4 à 6 cm de long sur 3 à 4 de large qui, une fois mûres, s'ouvrent en libérant plusieurs dizaines de graines noires munies de longues fibres blanches qui récoltées deviendront du coton.

En Europe, ce n'est une culture agricole qu'au sud de l'Espagne et dans les régions chaudes de Grèce où cette plante vivace est cultivée par irrigation comme une espèce annuelle. Sensible au froid, la partie aérienne des jeunes plants de Gossypium ne supporte pas des températures inférieures à 10 °C et leurs racines meurent à partir de 2 °C.

Pour un usage décoratif, le cotonnier peut être cultivé soit en annuelle au jardin dans les régions au climat particulièrement doux et ne subissant pas de gelées comme certains départements d'outre-mer, soit en vivace, en potée, à rentrer en hiver dans les autres régions.

Espèces et variétés de cotonnier

Vous trouverez en vente en e-commerce, soit des graines, soit des jeunes plants en motte hauts de 30 à 50 cm, principalement de variétés de G. hirsutum ou de G. herbaceum.

Gossypium hirsutum

 Gossypium hirsutum
  • Feuillage : Feuilles velues à très velues.
  • Floraison : Fleurs blanches à crème de novembre à mai.
  • Fruits : Capsules rondes et lisses, étamines et stigmate assez courts.

Gossypium herbaceum

 Gossypium herbaceum
  • Feuillage : Feuilles à lobes arrondis avec bractées épineuses.
  • Floraison : Fleurs jaune pâle en juillet-août.
  • Fruits : Petites capsules rondes.

Cotonnier en arbre (Gossypium arboreum)

 Cotonnier en arbre (Gossypium arboreum)
  • Feuillage : Feuilles aux lobes très marqués.
  • Floraison : Fleurs jaune pâle.
  • Fruits : Capsules allongées.

Gossypium barbadense

 Gossypium barbadense
  • Feuillage : Feuilles lisses.
  • Floraison : Fleurs avec longs stigmates dépassant les étamines. Taches rouges à la base des pétales jaunes.
  • Fruits : Capsules allongées

Semis et plantation d'un cotonnier

Semis et plantation d'un cotonnier

BotBln/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Où le planter ?

Dans nos régions aux climats les plus doux, vous pouvez cultiver un cotonnier dans votre jardin comme une plante annuelle, cela nécessitant de recommencer chaque année. Il s'adapte alors à tous les sols un peu profonds pourvu qu'ils soient bien drainés.

Mais il est plus intéressant de le cultiver en vivace dans une serre ou en potée dans une véranda ou en intérieur ou son feuillage persistant sera très décoratif même en hiver. Vous pourrez le sortir pendant l'été.

Quand planter le cotonnier ?

Pratiquez vos semis au chaud dans une mini-serre toute l'année pour une culture en intérieur.

Pour une culture en extérieur, pratiquez-les en avril pour une levée en mai et un repiquage fin mai, début juin. La floraison apparaissant en juillet-août.

Comment le planter en pleine terre ?

Le cotonnier ayant une racine pivotante a besoin pour le repiquage d'un trou de plantation assez profond (environ 0,50 m) décompacté et avec un gravier drainant au fond.

Faites un apport d'engrais complet (fumier décomposé par exemple) lors de cette plantation, et un bon arrosage.

Comment le semer ?

Semez vos graines en godets remplis de tourbe par poquets de 3 dans une mini-serre (ou dans un environnement équivalent en chaleur humide, à 20 à 25 °C). Positionnez les graines juste sous la surface du substrat. Maintenez le substrat humide jusqu'à la levée qui aura lieu environ 10 jours après.

1 mois après le semis, dès que les plantules auront 3 à 4 feuilles et atteignent environ 15 cm de haut, repiquez la plus vigoureuse dans un conteneur rempli d'un mélange de bon terreau et de sable. Placez-le en plein soleil à une température d'au moins 20 °C en intérieur ou à l'extérieur. Maintenez le substrat humide.

Ensuite, dès que la tige principale commencera à croître vous pourrez, soit l'installer en terre si la température extérieure est suffisante pour lui, soit continuer à le cultiver en potée en le rempotant régulièrement dans des conteneurs assez profonds et de taille supérieure pour suivre sa croissance qui est rapide.

Environ 1 mois après le premier rempotage, faites un apport d'engrais fertilisant (engrais pour tomates par exemple). Les premières fleurs apparaîtront 2 à 3 mois après la levée du semis.

Culture et entretien d'un cotonnier

Culture et entretien d'un cotonnier

Forest and Kim Starr/CC BY 3.0/Wikimedia

En pleine terre

Le cotonnier a besoin d'apports d'eau réguliers et abondants durant toute sa phase de croissance. Mais vous devez fortement diminuer ces apports à partir du moment où les capsules mûrissent. D'autre part, le sol ne doit pas demeurer saturé d'eau, car cela risquerait d’entraîner le pourrissement des racines.

Outre l'ajout d'engrais azoté lors du repiquage, faites un apport d'engrais potassique (type engrais fertilisant pour tomates) dès l'apparition de la première fleur.

Entretenez soigneusement le sol autour du pied de votre plant, le cotonnier réagissant mal à la proximité de plantes adventices ou d'autres mauvaises herbes.

La taille du cotonnier parfois pratiquée en agriculture, et bien que possible lors de sa croissance, n'est pas nécessaire pour une culture à but décoratif.

En potée

Après la première phase de croissance rapide qui suit le semis, vous pouvez n'effectuer qu'un rempotage annuel, au printemps. Lorsque ce ne sera plus possible du fait du volume atteint, pratiquez chaque année un surfaçage à la même époque.

En potée, les apports d'eau doivent être très réguliers du printemps à l'automne de façon à maintenir le substrat toujours humide. Par contre en hiver, laissez le substrat s'assécher en surface avant d'arroser à nouveau.

Pendant la croissance initiale, faites des apports d'engrais azoté liquide en début de printemps ou en granulés en automne. À l'apparition du premier bouton floral, ajoutez un peu d'engrais potassique (comme du fertilisant pour tomates ou pour rosiers).

Enfin, si votre climat est assez chaud, vous pouvez installer votre cotonnier en extérieur à l'abri du vent, dès la fin du printemps. Mais vous devrez le rentrer à l'abri du froid dès la fin de l'automne.

Taille d'un cotonnier

Il est possible de pratiquer une taille légère chaque année afin de limiter le volume de votre cotonnier.

Quand tailler ?

Vous pouvez tailler votre cotonnier pendant toute la période de floraison et de fructification.

Comment tailler ?

La technique est ancienne surtout pour les variétés de Gossypium hirsutum à la ramure très dense. Elle consiste à supprimer des rameaux végétatifs et à écimer la tige principale en supprimant ainsi son bourgeon terminal.

Pour une taille plus sévère, vous pouvez aussi écimer des branches fructifères ou supprimer des bourgeons axillaires.

Maladies, nuisibles et parasites du cotonnier

En agriculture, la culture des plants traditionnels de cotonnier (Gossypium) nécessite l'emploi de beaucoup de pesticides pour combattre de nombreux parasites, dont des chenilles, et maladies induites. Cultivé en isolé, le cotonnier est plutôt résistant et peu sujet aux maladies ou aux attaques de parasites.

Des pucerons peuvent s'attaquer à ses jeunes pousses et, par temps trop sec, il peut présenter des signes signalant la présence d'araignées rouges.

  • Dès l'apparition des pucerons, faites des pulvérisations d'eau savonneuse. Vous pouvez ensuite effectuer quelques actions préventives pour éviter leur retour.
  • Contre les araignées rouges, en période de chaleur sèche, en extérieur pulvérisez-le, préventivement ou de façon curative, le soir avec de l'eau froide sur les branches et sous les feuilles. En intérieur, brumisez-le régulièrement d'eau froide (non calcaire de préférence). Si ce n'est pas suffisant, vous pouvez essayer des vaporisations de soufre mouillable.

Attention : cultivé dans un sol mal drainé, saturé d'eau, il peut être atteint de pourrissement du pied et des racines.

Récolte d'un cotonnier

Pour récolter les fibres de coton, séparez les gaines des fibres avec des ciseaux ou un couteau bien tranchant.

Les fibres débarrassées des débris générés par la récolte se conservent au sec.

Multiplication d'un cotonnier

Multiplication d'un cotonnier

Forest and Kim Starr/CC BY 3.0/Wikimedia

Vous pourrez facilement multiplier un cotonnier en pratiquant un semis de graines récoltées. Ou bien vous pourrez essayer un bouturage.

Semis

Récoltez les graines dès qu'une capsule mûre et sèche s'ouvre, laissant apparaître une boule de fibres blanches. Séparez ensuite les gaines des fibres avec des ciseaux ou un couteau bien tranchant.

Conservez les graines au sec et à l'obscurité. Attention, elles ne gardent leur pouvoir germinatif que pendant un an.

Le semis peut se pratiquer toute l'année dans une mini serre ou au printemps. Semez vos graines comme décrit dans la partie Semis et Plantation.

Bouturage

Le bouturage se pratique également au printemps ou en automne.

Utilisez des portions de tiges herbacées qui apparaissent jusqu'à l'automne. Pratiquez un bouturage à l'étouffé à la lumière et à la chaleur humide.

Conseils écologiques

Plantez votre cotonnier dans des conditions favorables à sa pousse et entretenez-le régulièrement, vous éviterez ainsi qu'il soit attaqué par des ravageurs ou sujet à des maladies. Cela évitera que vous ayez à lui appliquer des traitements.

Si cependant vous étiez obligé de traiter, commencez le plutôt possible et en employant d'abord des traitements respectueux de l'environnement.

Un peu d'histoire…

On a trouvé des fragments de tissus en coton lors de fouilles archéologiques qui prouvent que l'usage de cette fibre était connu il y a plusieurs millénaires aussi bien dans la vallée de l'Indus située dans le sous-continent indien qu'en Amérique dans ce qui est actuellement le Mexique.

C'est à partir du sous-continent indien que les Européens ont très tôt découvert l'existence et l'usage textile du coton. En Grèce, Hérodote l'évoque dès 445 avant J-C.

Mais c'est l'expansion arabe du VIIe siècle qui entraîne la diffusion des premières cotonnades en Europe.

L'ouverture de la route des Indes au XVe siècle par Vasco de Gama, puis l'invention du métier à tisser au XVIIIe et son développement au siècle suivant, ont permis l'industrialisation et la banalisation des vêtements en coton dans nos pays d'Europe.

À la fin du XVIIIe siècle, l'invention de l’égreneuse à scies sera à l'origine du grand essor de la culture du coton aux États-Unis où elle est présente depuis le XVIIe siècle. C'est pour répondre au nouveau besoin de main-d’œuvre que l'esclavage se développa dans les États du Sud jusqu'à son abolition en 1865. La Guerre de Sécession paralysant provisoirement l'approvisionnement des pays industrialisés d'Europe, ceux-ci décidèrent d'implanter la culture du coton dans les territoires de leurs nouveaux empires coloniaux. Cependant dès 1866 la production américaine reprit.

Au début du XXe siècle, l'essentiel de l'approvisionnement du commerce mondial du coton provenait des États-Unis, d'Inde et d’Égypte.

De nos jours, le coton est cultivé dans une centaine de pays répartis sur 5 continents. La grande évolution actuelle de cette culture se fait par le remplacement progressif des variétés traditionnellement cultivées par des variétés génétiquement modifiées qui représentaient déjà environ 50 % de la production mondiale en 2010.

En effet, ces variétés transgéniques résistent entre autres aux chenilles dévoreuses de capsules ce qui réduit considérablement l'usage d'insecticides chimiques pour cette culture.

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides