Chardon béni

Chardon béni en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Chardon béni

  • Nom(s) latin(s)

    Cnicus benedictus

  • Famille

    Asteracées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Plante comestible ▶ Autres plantes médicinales

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Annuelle
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,15 à 0,60 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Faible
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Normale
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol sableux Sol caillouteux Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol sec

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
  • Utilisation extérieure

    Prairie Rocaille
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le chardon béni (Cnicus benedictus), appartenant à la famille des Asteracées, pousse autour de la Méditerranée et sur les terrains sablonneux. On la connaît au Portugal, en Espagne, en France, en Italie, en Turquie, dans les pays des Balkans et en Israël. Elle est encore présente en Égypte.

La plante, de taille modeste avec une hauteur de 20 à 60 cm, possède une tige velue, avec une pilosité douce et soyeuse. Ses longues feuilles vert pâle ont des veines blanches, très lobées et épineuses. Ses fleurs jaunes, en capitules velus, laineux avec des bractées brunes bordées de petites feuilles, donnent naissance, en automne, à des akènes bruns (fauve) à côtes fines et plumeux. Sa racine, blanche, est pivotante. Comparé à bien des chardons, le chardon béni n'est pas envahissant et son contrôle est assez facile.

Plante annuelle, Cnicus benedictus ne tolère guère le gel hivernal, et se montre peu rustique : elle ne supportera que de faibles gelées sur un laps de temps court. Son origine strictement méditerranéenne le confirme.

Très décoratif en terrain peu cultivé, le chardon béni offre un joli contraste sur une terre sèche avec ses feuilles découpées et épineuses, voûtées vers l'intérieur, d'un vert légèrement grisé. La fleur jaune-orangé n'est pas en reste, affichant une délicate touche colorée nettement visible au cœur de la plante. Si le chardon béni est facilement employé en bordure de chemin pour animer des lieux rocailleux ou sablonneux, son usage principal se destine à une culture pour la phytothérapie, en potager dans ce cas.

Effectivement, quasiment toutes les parties de la plante peuvent être récoltées pour diverses utilisations : les jeunes feuilles, les capitules (avant floraison) et les racines. Seule la tige n'est pas employée.

Le chardon béni est constitué de principe amer, d'huile essentielle, de mucilage, de sels minéraux, de tanin et de vitamine B1. Il offre de nombreuses utilisations médicinales et culinaires.

Attention : le chardon béni ne doit pas être confondu avec d'autres membres de la famille des chardons, tous n'ont pas ses propriétés.

Espèces de chardon béni

Chardon béni, cnicaut béni (Cnicus benedictus, syn. Centaurea benedictus)

Chardon béni, cnicaut béni (Cnicus benedictus, syn. Centaurea benedictus)
  • Fleurs et floraison : Floraison précoce, habituellement de mai à septembre, mais avec des hivers doux, la floraison est parfois initiée dès mars (voire exceptionnellement en février). Inflorescence jaune solitaire avec des capitules de 2 à 3 cm environ. Plante hermaphrodite, autofertile.
  • Caractéristiques : Assez petit chardon, de 20 à 60 cm de hauteur. Les graines mûrissent de juillet à octobre.
  • Qualités : Décoratif en bordure de chemin, peu exigeant. Nombreuses utilisations médicinales et culinaires, très employé en phytothérapie pour de nombreuses parties de la plante. Plante très ornementale, souvent cultivée en Europe comme plante médicinale et pour son huile extraite des graines.

Semis du chardon béni

Semis du chardon béni

H. Zell/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Où le semer ?

Dans un sol meuble, arable ou pierreux, et toujours exposé au soleil, dans un endroit sec, un sol de jardin ordinaire. Mais le chardon béni pousse mieux dans un sol bien fumé.

N'hésitez pas à enrichir le sol en oligo-éléments et minéraux, en particulier avec du soufre S, mais aussi en Calcium C et magnésium Mg. La plupart des fumiers naturels en contiennent, il suffit alors de fumer le sol pour éviter une trop grande pauvreté minérale.

L'espèce demande de la chaleur et ne croît qu'autour de la région méditerranéenne.

Quand semer le chardon béni ?

Au printemps ou au début de l'automne.

Comment le semer ?

Sa culture se pratique en semant ses graines à la volée, directement dans le lieu définitif.

Ne densifiez pas trop le semis pour laisser de la place entre chaque plant, les chardons bénis n'aiment pas trop la promiscuité d'autres plantes.

Un sol vierge est idéal, surtout que la concurrence de plantes plus hautes pouvant lui faire de l'ombre n'est pas souhaitée.

Culture et entretien du chardon béni

Culture et entretien du chardon béni

Llez/CC BY SA 3.0/Wikimedia

Si le sol reste très pauvre, enrichissez avec du simple fumier au début du printemps.

La fleur d'un plant de chardon béni étant autofertile, elle peut se ressemer toute seule. Même si le chardon béni n'est pas une plante devenant envahissante en général, il peut quand même gêner des plantations alentour. Dans ce cas, pour réduire une propagation non contrôlée, étêtez les fleurs juste en fin de floraison, avant que les graines ne puissent se disséminer.

Maladies, nuisibles et parasites

Les petites épines du chardon béni le protègent de tout broutage, et aucune maladie notable ne vient toucher la plante. Seules des terres trop humides amènent des soucis de culture. Veillez bien à conserver un sol plutôt sec.

Récolte

Les feuilles sont récoltées avant la floraison et mises à sécher lentement à l'ombre.

Les racines sont arrachées et séchées juste après la floraison.

Les fleurs sont cueillies entières et les fruits récoltés à maturité. Sa saveur est amère, mais apéritive.

Les graines permettent d'en extraire une huile. Une huile de bonne qualité est obtenue à partir de la graine et peut être utilisée lorsque d'autres huiles de cuisine ne sont pas disponibles.

Multiplication du chardon béni

Les graines se sèment in situ au printemps ou début de l'automne.

La durée de germination est courte, de 2 à 6 semaines à 10 °C. Elle se ressème habituellement seule, sans intervention.

Pour un semis maîtrisé, récoltez les graines de plantes en culture ou directement dans la nature, en début d'automne (attention aux épines des feuilles lors de la cueillette) en coupant les têtes florales entières. Égrainez en massant la fleur, les graines vont tomber. Semez immédiatement, ou attendez le printemps suivant : dans ce dernier cas, stockez les graines au sec (dans un bocal fermant hermétiquement par exemple), à l'abri de la lumière à une température de 5 à 10 °C.

Attention, la plante est réglementée en France, ne déplantez pas les pieds poussant dans la nature, il faut se contenter d'un prélèvement léger de graines matures.

Propriétés médicinales et usages culinaires

Le chardon béni est inclus dans certaines marques comme plante médicinale anti-cancer, mais ses effets réels ne sont pas prouvés.

En application, ses feuilles soignent les brûlures, les engelures et les plaies. Elle est également utilisée en interne dans le traitement de l'anorexie, le manque d'appétit associé à la dépression, la dyspepsie (indigestion) et les flatulences coliques.

Ses racines servent à fabriquer des liqueurs apéritives et, cuites, deviennent un légume. Bouillies, les racines s'emploient comme une herbe potagère. La plante est utilisée également comme aromatisant (condiment). Ses capitules, récoltés avant l'ouverture des fleurs, se dégustent comme des artichauts Cynara cardunculus et peuvent s'y substituer dans des préparations culinaires.

Attention : le chardon béni peut provoquer une réaction allergique si l'individu est sensible à la famille des Asteracées, avec, par exemple, une irritation des yeux. Un excès de 5 g par tasse de thé peut provoquer une irritation de l'estomac et des vomissements. Une réactivité croisée est possible avec l'armoise et l'échinacée (aussi des mauvaises herbes amères, comme le chrysanthème, le pissenlit et les soucis), association qui augmente la sécrétion acide de l'estomac et qui mérite une certaine prudence en cas d'ulcères gastriques et de brûlures d'estomac. Il peut y avoir une augmentation des saignements, amenant des soins avec des anticoagulants !

Un peu d'histoire…

Au niveau taxonomique, certains botanistes classent le chardon béni dans le genre Centaurea, avec le taxon Centaurea benedicta. L'origine étymologique du genre, Cnicus, est dérivée d'un nom donné à un chardon à fleurs orangées (le carthame) par le naturaliste grec Théophraste environ 300 ans avant J.-C.

Le chardon béni a été largement cultivé au Moyen-Âge, considéré comme une panacée pour toutes sortes de maladies, y compris la peste.

Ce chardon fut importé au XVe siècle pour lutter contre les migraines d'un empereur. Il fut longtemps le refuge des malades ou le trésor des pauvres. Pour Olivier de Serres, sa graine confortait la mémoire, et pour Shakespeare, c'était un calmant des cœurs nerveux.

En France, l'espèce est inscrite sur la Liste rouge européenne de l'UICN comme espèce réglementée.

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides