Margose

Margose en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Margose, Margose à piquants, Concombre amer, Pandipane, Karela, Concombre africain, Assorossie

  • Nom(s) latin(s)

    Momordica charantia

  • Famille

    Cucurbitacées

  • Type(s) de plante

    Plante comestible ▶ Légume exotique

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Annuelle
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Forme

    Grimpant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    1,50 à 5 m
  • Largeur à maturité

    1,50 à 2 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol argileux Sol calcaire Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    1 à 2 pieds/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
  • Utilisation intérieure

    Salon/Cuisine Véranda Serre chaude
  • Utilisation extérieure

    Potager
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

« Momordique à feuilles de vigne », « pandipane », « caïqua du Pérou », « melon de San Gaetano », « karela », « assorossie », « pomme coolie », « concombre africain », « concombre amer »…, la margose à piquants porte de nombreux surnoms selon les différents pays tropicaux dans lesquels elle est cultivée.

Cette plante annuelle grimpante développe des lianes qui peuvent s'étendre sur 2 à 5 m de longueur (voire plus). Elles s'accrochent à leurs supports grâce aux vrilles qui se développent à l'aisselle des larges feuilles découpées, typiques de la famille des Cucurbitacées.

La margose (Momordica charantia) porte durant tout l'été des fleurs mâles et femelles sur un même pied. Petites et jaunes, celles-ci pendent au bout d'un long et fin pétiole. Elles diffusent le matin une subtile fragrance vanillée. Elles laissent assez vite place à de curieux fruits allongés, oblongs ou cylindriques, marqués de sillons longitudinaux plus ou moins marqués. Leur épiderme vert ou blanc devient jaune à maturité. Les margoses s'ouvrent alors naturellement en 3 lambeaux pour dévoiler d'étonnantes graines enveloppées d'une pulpe rouge cerise. Ces semences épaisses, trapues, recouvertes de dessins en relief, semblent rongées, mordues à leurs extrémités. Certains affirment que cette apparence explique leur nom latin de Momordica.

La croissance rapide de la margose, l'opulence de son large et beau feuillage vert foncé la transforment en plante capable de recouvrir efficacement les grillages et les bâtiments disgracieux. Sa fructification étonnante attirera les regards tandis que sa saveur amère, originale, mettra à l'épreuve les papilles des gourmets aventuriers.

Espèces et variétés de margose

Seules les semences de l'espèce type de margose à piquants sont proposées à la vente en France. Il est toutefois possible de découvrir différents cultivars ainsi que d'autres espèces de margoses dans de nombreux pays d'Afrique et d'Asie (ainsi que dans diverses régions tropicales) où cette plante est cultivée.

Margose à piquants (Momordica charantia)

Margose à piquants (Momordica charantia)
  • Description : Espèce type.

Pomme de merveille (Momordica balsamina)

Pomme de merveille (Momordica balsamina)
  • Description : Il s'agit de la « balsam apple » des Anglais. Originaire des tropiques, cette plante très cultivée au Soudan est parfois encore tout simplement appelée « margose ». Son feuillage, profondément lobé, laisse apparaître de petits fruits ronds (de la taille d'un œuf de pigeon), en forme de pomme, d'un superbe rouge orangé. Très esthétiques, ils sont toutefois à peine comestibles.

Petite margose à piquants (Momordica charantia var. abbreviata)

Margose
  • Description : Cette variété botanique de la margose à piquants lui ressemble en tout point. Ses fruits sont toutefois bien plus petits et ne se consomment que verts.

Momordica cochinchinensis

Momordica cochinchinensis
  • Description : Originaire d'Asie tropicale, cette plante grimpante est cultivée en Inde, en Malaisie, en Thaïlande, aux Philippines et au Japon. Très vigoureuse (elle peut s'étendre sur 15 m de longueur), elle présente de grandes feuilles trilobées et de longs fruits aux vives couleurs orangées ou rouges. Ces graines sont utilisées en médecine chinoise (elle est alors nommée « Mou Pie Tse ») où elles sont, notamment, recommandées pour soigner les hémorroïdes, les ulcères et les furoncles.

Golkandra (Momordica dioica)

Golkandra (Momordica dioica)
  • Description : Cette margose, originaire de l'Inde, est une plante vivace à souche tubéreuse. Aussi bien ses fruits que ses tubercules sont consommés.

Momordica subangulata

Margose
  • Description : Cette margose originaire d'Indonésie est appréciée pour ses fruits bien sûr, mais également pour ses jeunes pousses consommées à la façon des épinards.

Semis et plantation de la margose

Semis et plantation de la margose

Shihchuan/CC BY-SA 2.0/Flickr

Où la planter ?

La margose est une plante tropicale qui poussera sans difficulté en pleine terre dans le Midi de la France. Ailleurs, elle appréciera la culture sous abris (gélive, la plante est détruite à l'arrivée des grands froids). Du moins, si vous souhaitez pouvoir récolter ses fruits.

Elle apprécie les sols riches, restants frais en été.

La margose à piquants nécessite surtout de la chaleur (installez-la donc à l'abri du vent froid et n'hésitez pas à l'abriter en cas de printemps frais), du soleil… et de l'espace pour s'étendre : palissez-la sur du treillage, du grillage…

Quand et comment semer la margose ?

Le semis de la margose est le point le plus délicat de sa culture. La germination des graines peut en effet être très capricieuse ! Les semences, pour pouvoir germer, nécessitent des températures de 25 à 30 °C. Elles lèveront alors en 1 à 2 semaines.

En conséquence, de mars à mai, semez 3 graines dans des godets remplis de terreau que vous placerez dans la maison, dans une mini-serre et près d'une source de chaleur (le radiateur par exemple). Veillez à maintenir le terreau des semis humide.

Quand et comment la planter ?

Les plants de margose (Momordica charantia) peuvent être repiqués en pleine terre dès qu'ils sont dotés de 3 feuilles. Attendez toutefois que tout risque de gelée soit passé et que les températures extérieures deviennent douces : de la mi-mai jusqu'à la mi-juin, selon les régions.

Installez les plants au pied d'un tuteur en veillant à les espacer de 70 cm.

Culture et entretien de la margose

Culture et entretien de la margose

Forest and Kim Starr/CC BY 2.0/Flickr

Cette plante se cultive de la même façon que le melon ou le concombre.

À la fertilisation ,qui pourrait favoriser le développement du feuillage au détriment de celui des fruits, préférez, en amont de la culture, l'enrichissement en humus du terrain, grâce à des apports réguliers de matière organique.

Veillez à ce qu'elle jouisse de températures chaudes (hors des régions méridionales, elle appréciera la culture sous serre) et d'arrosages suffisamment réguliers et copieux afin que le sol, à ses pieds, reste toujours frais.

Maladies, nuisibles et parasites

Exotique, ce végétal n’est la proie d'aucun ravageur et ne souffre pas de maladies.

Récolte

Les margoses sont récoltées de juillet à octobre, lorsque les fruits sont encore verts. Stockées dans le réfrigérateur, elles peuvent se conserver environ 2 semaines. Placées à température ambiante, les margoses mûrissent : elles se colorent alors en jaune.

Multiplication de la margose à piquants

Multiplication de la margose à piquants

Katja Schulz/CC BY 2.0/Flickr

Cette plante se multiplie par semis. Attendez que les fruits mûrs s'entrouvrent d'eux-mêmes et laissent apparaître les graines. Laissez-les tremper dans un verre d'eau durant une journée afin d'éliminer la pulpe rouge qui enveloppe les graines. Faites-les ensuite sécher sur un tamis dans un endroit sec et ventilé. Lorsque les semences sont bien sèches, enfermez-les dans des sachets en papier.

Conseils écologiques

Paillez les pieds des margoses avec des tontes de gazon, du foin (de l'herbe fauchée), des copeaux de coques de cacao et autre matière organique. Non seulement cette couverture conservera au sol sa fraîcheur (en captant l'eau et en limitant son évapotranspiration) mais elle réduira la croissance des mauvaises herbes.

Origine et propriétés médicinales

Les margoses sont originaires d'Asie et d'Afrique et se sont naturalisées dans toutes les régions tropicales du monde.

Elles y trouvent partout une place importante dans les pharmacopées traditionnelles où on leur attribue des pouvoirs puissants. Il est vrai que les fruits de cette plante possèdent d'indiscutables propriétés hypoglycémiantes grâce à leur teneur en charantine, une substance similaire à l'insuline. La margose à piquants aurait ainsi un véritable impact dans le traitement du diabète de type 2. Les graines contiennent des protéines momorcharines ; outre leurs propriétés abortives, elles auraient un effet inhibiteur sur les virus responsables d'immunodéficience. Et fruits et semences renfermeraient une substance anthelmintique (la margose a plus particulièrement cet usage en Guadeloupe) et anti-infectieuse.

Comment cuisiner la margose ?

En Inde, en Afrique, en Chine…, les fruits se récoltent généralement immatures, encore verts, pour être consommés confits au vinaigre ou bien sautés à la poêle. Ils peuvent toutefois être présentés au dessert lorsqu'ils sont bien mûrs. On suce alors les graines qui ont une saveur sucrée.

Les margoses se préparent en un tour de main : sans les peler, fendez-les en 2 ou 3 dans le sens de la longueur puis émincez-les finement. Comme la plupart des recettes le conseillent, faites-les dessaler (soit en les saupoudrant de gros sel soit en les faisant cuire dans de l'eau salée) afin de diminuer leur amertume. Vous pouvez également tenter d'apprécier cette saveur très particulière, notamment en poêlant les lanières de margose et en les mêlant de miel, de nuoc-mâm et de piment.

Dans leur célèbre livre publié au XIXe siècle, Le Potager d'un curieux, Pailleux et Bois rapportent leurs expériences d'acclimatation de nombreux végétaux exotiques sous le climat de Paris. Au chapitre consacré aux margoses, ils relatent l'usage que l'on fait de leurs fruits à la Réunion, sous la plume d'Édouard Wilmann, membre de la Société des botanistes français :

« Pour la table on le prépare :
En achards : il suffit de retirer les graines et de mettre le fruit fendu en deux sur la longueur, dans la sauce préparée à cet effet : vinaigre, huile d'olive, gingembre, ail, piment, sel, etc. On y ajoute ordinairement : concombre, choux, carottes, mangues... En rougaille : on coupe par rouelles, toujours après avoir éliminé les graines, et l'on assaisonne avec jus de citron, piment, gingembre, etc. En cari : on fait cuire le fruit, partagé en deux, avec du lard frais ou salé ; avec ou sans la poudre de cari, mais avec les condiments ordinaires de la cuisine créole. »

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides