Gingembre

Gingembre en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Gingembre

  • Nom(s) latin(s)

    Zingiber

  • Famille

    Zingiberacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Plante comestible ▶ Légume exotique | Légume racine | Aromatiques et condiments | Plante à tisane

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,60 à 1,50 m
  • Largeur à maturité

    0,40 à 0,60 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Modéré
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Normale
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Moyenne Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Humus Terreau
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol neutre
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    3 au m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
  • Utilisation intérieure

    Salon/Cuisine Serre chaude
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Massif ou bordure Potager
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Utilisé d’une façon ancestrale comme épice, le gingembre – Zingiber officinale, de la famille des Zingiberacées –, l’est tout autant comme plante médicinale. Quant à sa réputation d’aphrodisiaque, peut-être est-elle un peu surfaite ?

C’est une grande plante herbacée, proche du curcuma, aux fleurs blanches et jaunes, maquillées de rouge, au milieu de bractées vertes et jaunes ponctuées de rose fluo. Du rhizome horizontal, inégal et charnu, partent de grandes feuilles persistantes, lancéolées et parfumées, dépassant 1 m de haut.

Ce rhizome, tant apprécié, se caractérise par une senteur de camphre et une saveur piquante, poivrée, brûlante. Il s’utilise frais, ou séché, et broyé.

S’il est originaire d’Asie -Inde, Chine, Malaisie et île de Java certainement-, on ne le rencontre plus à l’état sauvage. Il est actuellement cultivé dans tous les pays tropicaux chauds et humides, sur un sol riche et bien drainé. Le gingembre représente environ 5 à 6 % de la consommation mondiale d’épices. Le rendement à l’hectare est fonction des conditions climatiques et des cultures, et varie de 7 à 40 tonnes. Il en est produit plus d’un million de tonnes chaque année. L’Inde arrive loin en tête des producteurs, puis viennent la Chine, l’Indonésie, le Nigéria, la Jamaïque, le Népal, le Bangladesh, la Thaïlande, les Philippines…

Sa composition :

  • Le gingembre est essentiellement riche en minéraux comme le manganèse, le phosphore et le magnésium, mais il contient aussi du calcium, du sodium et du fer.
  • Il contient de la vitamine B3, et plus petites quantités des vitamines B1, B2.
  • Le gingembre frais contient de la vitamine C, mais une fois séché, on ne trouve plus trace de cette vitamine.
  • Le rhizome contient beaucoup d’amidon et est riche en huile essentielle, en lipides, en protéines et en glucides.

Si cultiver le gingembre officinal sous nos climats ne peut se faire qu’en pot, une autre espèce de gingembre, connue seulement des passionnés de plantes, est adoptable dans nos jardins : c’est Zingiber mioga. Pratiquement rustique, il supporte jusqu’à -15 °C. Particulièrement apprécié au Japon – on le trouve sur tous les marchés –, ce gingembre produit une racine jaune assez fine, aux notes de bergamote. Très douce, elle s’emploie, toujours fraîche, dans les salades, ou cuite, coupée en gros tronçons. Le goût rappelle le gingembre, sans la saveur piquante. On déguste aussi ses jeunes pousses et ses boutons floraux.

Espèces et variétés de gingembre

Gingembre non rustique

Gingembre officinal (Zingiber officinale)

Gingembre non rustique Gingembre officinal (Zingiber officinale)
  • Emplacement : Plante rhizomateuse à cultiver au chaud.
  • Consommation : C’est le gingembre que l’on consomme couramment.
  • Qualités : Innombrables propriétés gustatives et médicinales.

Gingembre rustique

Gingembre mioga (Zingiber mioga)

Gingembre rustique Gingembre mioga (Zingiber mioga)
  • Emplacement : Plante rhizomateuse à cultiver au jardin.
  • Consommation : Peu connu chez nous, incontournable de la cuisine japonaise, où l’on consomme rhizome, jeunes pousses, et fleurs de cette espèce.
  • Qualités : On le cultive pour sa rusticité et ses qualités gustatives.

Plantation du gingembre mioga

Plantation du gingembre mioga

Où planter le gingembre officinal

Cette plante tropicale, en principe, ne se cultive pas sous nos climats, mais les amateurs ne se laissent pas arrêter pour si peu : il est possible d'en faire pousser en pot !

Prenez un contenant profond de 30 ou 35 cm de diamètre ou de côté, et installez-le dans un endroit très lumineux où la température oscille entre 20 et 25 °C en permanence.

Quand planter le gingembre officinal

La meilleure époque de plantation est en fin d'hiver, en février mars, mais vous pouvez tenter la culture à n'importe quel moment.

Comment planter le gingembre officinal

  • Dans le pot drainé avec des graviers ou des billes d'argile, mettez un substrat composé à parts égales de sable et de terreau de feuilles enrichi de deux poignées de compost.
  • Enfoncez le rhizome – sain, ferme, dodu, choisi en magasin bio – superficiellement, à 2 ou 3 cm sous terre.
  • Tassez bien.

Une autre technique consiste à placer le rhizome trempant dans l'eau de moitié, afin qu'il fasse ses racines dans le liquide. Il est bon à mettre en terre quand les racines sont bien formées et les pousses sorties.

Où planter le gingembre mioga ?

Dans les régions où le thermomètre ne descend pas en dessous de -15 °C en hiver, choisissez un endroit ensoleillé et à l'abri des vents, en sol riche et drainé.

Quand planter le gingembre mioga ?

Installez le gingembre mioga en pleine terre entre mars et mai.

Comment planter le gingembre mioga

  • Ameublissez bien la terre en l'enrichissant d'une poignée de compost.
  • Drainez le fond si le sol reste humide en hiver.
  • Dépotez la plante : le gingembre mioga s'achète en godet chez les pépiniéristes spécialisés.
  • Placez la motte en terre, tassez, arrosez, paillez.

Culture et entretien du gingembre mioga

Culture et entretien du gingembre mioga

  • Arrosez seulement quand la terre est sèche pendant les semaines qui suivent la plantation. L’arrosage sera plus fréquent quand les feuilles auront 10 ou 20 cm, mais la terre ne doit jamais être détrempée.
  • Comme le gingembre a besoin d’humidité ambiante, posez des coupelles d’eau tout autour du pot.
  • Maintenez le mieux possible une chaleur constante, entre 20 et 25 °C.
  • Dès que les températures s’élèvent et que les nuits se réchauffent, en fin de printemps, sortez le pot, placez-le au soleil doux, jusqu’en septembre.
  • La terre doit rester fraîche mais non détrempée.
  • Si la couverture de paillis ne suffit pas à conserver la fraîcheur, arrosez lorsqu’il fait chaud et sec.
  • Fin octobre, paillez la souche sur 20 cm, avec des feuilles mortes ou de la paille.

Maladies, nuisibles et parasites

Le gingembre officinal, cultivé en intérieur, peut être attaqué par les cochenilles, à cause du confinement.

  • Aérez le plus souvent possible, lorsqu’il ne fait pas froid, et faites-lui prendre l’air au jardin ou sur la terrasse en été le plus longtemps possible, lorsque les nuits ne sont pas trop fraîches.
  • S’il y attaque de cochenilles, tamponnez les feuilles avec un coton-tige imbibé d’alcool. Il faut être patient, mais l’effet est garanti !

Le gingembre mioga, rustique, vit au jardin sans problème. À part un sol mal drainé qui pourrait favoriser le pourrissement du rhizome en hiver, cette plante ne risque aucune attaque.

Récolte du gingembre mioga

Quand et comment récolter le gingembre officinal ?

Dans le pot, lorsque la tige jaunit, en fin d'automne, récoltez les rhizomes, tout en en laissant en terre pour la culture de l'année suivante.

Comptez environ 8 à 10 mois après la plantation.

Vous pouvez récolter les racines au bout de six mois, lorsqu'elles sont plus jeunes, légèrement citronnées, tendres, moins piquantes.

La conservation du gingembre officinal

Pour profiter des vertus du gingembre officinal, il est conseillé de le consommer le plus frais possible. Il se conserve assez longtemps mais sa saveur diminue avec le temps pour gagner en piquant.

  • Non pelée et bien enveloppée, la racine peut se conserver au réfrigérateur pendant 3 semaines ou au congélateur jusqu'à 6 mois. Pour utiliser le gingembre congelé, tranchez-en un morceau, râpez-le aussitôt, et remettez le reste au congélateur. Ne le laissez pas décongeler avant l'emploi, car, trop mou, vous ne pourrez plus l'émincer.
  • Au réfrigérateur, laissez-le sur une tablette, et non dans le bac à légumes, trop humide.
  • Vous pouvez aussi le stocker avec les oignons, pommes et pommes de terre pendant une dizaine de jours.
  • Si vous souhaitez le réduire en poudre à l'aide d'un moulin à poivre, faites-le sécher au four à 60 °C pendant quelques heures, porte légèrement entre ouverte, après avoir ébouillanté le rhizome pendant 10 min.

Quand et comment récolter le gingembre mioga ?

Cueillez les jeunes pousses et les fleurs du gingembre mioga planté au jardin dès leur apparition, et les rhizomes à l'automne, lorsque le feuillage sèche.

La conservation du gingembre mioga

Les rhizomes, jeunes pousses et fleurs du gingembre mioga se dégustent frais, se conservant au maximum 3 ou 4 jours au réfrigérateur.

Multiplication du gingembre

Multiplication du gingembre

Damien Boilley/CC BY 2.0/Flickr

Quand diviser le gingembre ?

En automne, lors de la récolte.

Comment diviser le gingembre ?

Entreposez le pot, avec les tubercules du gingembre officinal restants après la récolte, en local frais et sombre, pour qu’ils rentrent en dormance. Ils seront remis en végétation en février mars, avec un apport de compost et des arrosages réguliers. Vous pouvez aussi tout récolter, et repartir en fin d’hiver avec un nouveau rhizome acheté dans un magasin bio

Si vous souhaitez fragmenter ces rhizomes pour planter plusieurs pieds, veillez à ce qu’au moins un bourgeon soit présent sur le fragment en question.

Pour diviser le gingembre mioga, sortez la souche à la fourche bêche, et replantez chaque tubercule en terre, ou en pot en attendant de leur trouver la place définitive au jardin.

Conseils écologiques

Contrairement à la majorité des végétaux, le gingembre a perdu la faculté de se reproduire par graines, signe que la plante est domestiquée depuis fort longtemps et ne se multiplie que par le rhizome.

Le gingembre du commerce est donc constitué de clones nés d’une poignée de cultivars très anciens, datant peut-être des débuts de l’agriculture, il y a plus de 10 000 ans… Ces cultivars sont résistants aux maladies et insectes, puisqu’ils ont pu traverser les millénaires.

Écologiquement, c’est une plante idéale, puisque sa production exige peu de fongicide ou de pesticide, sauf lorsque les conditions de culture sont inadéquates. Pour le particulier, en cultiver quelques pieds est donc sans souci.

Un peu d’histoire…

Il y a long à raconter, puisqu'on a retrouvé trace du gingembre dans des manuscrits et écrits chinois et indiens datant de plus de 3 500 ans, tout en estimant que son usage remonte à plus de 5 000 ans. C'est l'une des bases de la médecine traditionnelle indienne, la médecine ayurvédique, et de la médecine chinoise.

De nombreuses civilisations l'adoptèrent : les Grecs, les Romains… Comme beaucoup d'autres épices, le gingembre était employé dans le processus de momification en Égypte Ancienne.

Il fut l'une des toutes premières épices à être importée le long du bassin méditerranéen, lors de transactions commerciales florissantes. Le gingembre officinal était appelé « zenj » par les marchands arabes, mot par lequel ils désignaient aussi les habitants de la côte est de l'Afrique, d'où le nom de « Zanzibar », où les Arabes allaient chercher le gingembre.

Au XVIe siècle, les Espagnols implantèrent le gingembre dans les Caraïbes et le cultivèrent intensivement, particulièrement en Jamaïque, afin d'alimenter les marchés européens. Ce sont d'ailleurs les Jamaïcains qui ont inventé et popularisé la fameuse bière de gingembre. Encore de nos jours, la Jamaïque compte parmi les principaux producteurs mondiaux.

En Occident, dès le Moyen Âge, on commence à évoquer, en plus de ses qualités gustatives, les vertus aphrodisiaques et médicinales du gingembre. Il coûtait alors très cher, servait de monnaie d'échange et était soumis à un impôt. Réservé aux classes sociales aisées, il était de tous les plats, sans oublier les boissons : le fameux hypocras ! Le vin, une vraie piquette, sucré et aromatisé d'épices, dont le gingembre, devenait buvable. Il servait aussi à masquer les odeurs fortes de la nourriture, comme dans le pain d'épices, gâteau créé aux XVI et XVIIe siècle car la farine était rance.

Au XVIIIe siècle, il tomba dans l'oubli, pour revenir en force sur nos tables au XXe siècle !

De nos jours, aux Philippines, au même titre que le ginseng, il est censé éloigner les mauvais esprits.

Un peu d'étymologie : le mot « gingembre » est dérivé du sanskrit shringavera, qui signifie « en forme du bois du cerf ». De là sont apparus le grec ziggiberis et le latin zingiber, puis « gingibre » en français, et finalement « gingembre », qui apparaît pour la première fois en 1256 dans un ouvrage écrit. Il est appelé Shen Fiang en Chine.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides