Copiapoa

Copiapoa en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Copiapoa

  • Nom(s) latin(s)

    Copiapoa

  • Famille

    Cactacées

  • Type(s) de plante

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0 à 1 m
  • Largeur à maturité

    0,03 à 0,15 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Difficile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Faible
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Lente
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol sableux Sol caillouteux
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé Sol sec

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
  • Utilisation intérieure

    Salon/Cuisine Véranda Serre chaude Serre tempérée
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Rocaille
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le genre Copiapoa réunit entre 25 et 45 espèces de Cactées selon les classifications, de nature très polymorphe et toutes endémiques du Chili. Il fait partie de la sous-tribu des Echinocactinées. On le trouve le long de la chaîne andine entre 0 et 1 500 m d'altitude depuis le sud de Coquimbo (Chili) jusqu'aux frontières du Pérou et de la Bolivie en passant par le désert d'Atacama.

Ces cactées sont adaptées à des conditions extrêmes, sèches et ventées où les températures passent de 50 °C le jour à moins de 0 °C la nuit, notamment pendant la période hivernale qui s'étend d'avril à septembre. Certaines zones ne reçoivent aucune pluie, mais bénéficient d'un brouillard côtier très épais. Les plantes et animaux de cet écosystème sont capables d'exploiter le brouillard pour en tirer quelques gouttes d'eau.

Les Copiapoa demeurent des plantes de collection du fait de leur forte sensibilité à l'excès d'humidité. Leurs tiges globuleuses ou colonnaires, atteignant parfois 1 m de haut, ont chez certaines espèces une grande partie enterrée dans le but de se protéger du rayonnement solaire. L'épiderme, dont la coloration peut varier au sein d'une même espèce, est généralement couvert d'aiguillons acérés qui jouent un rôle dans le captage de l'humidité de l'air et dans la protection de l'épiderme vis-à-vis du soleil et des animaux.

Pour réduire au maximum la transpiration, les feuilles sont réduites aux aiguillons émergeant de grandes aréoles laineuses enchâssées dans l'épiderme. La tige est creusée de sillons verticaux qui délimitent des côtes anguleuses ou arrondies, parfois ornées de tubercules où naissent les faisceaux d'aiguillons. Le nombre de côtes varie de 10 à 30 selon l'espèce et l'âge du sujet.

L'espèce Copiapoa cinerea compense l'absence de longs aiguillons par une épaisse pellicule cireuse blanchâtre qui réfléchit les rayons du soleil, limitant ainsi l'échauffement des tissus internes. Les autres espèces dites miniatures, ne dépassant pas 8 cm de haut, présentent une surface plutôt sombre et tuberculée portant de petits aiguillons fins et pectinés (en forme de peigne). Elles émettent de nombreux rejets serrés et présentent un système racinaire important en forme de navet (napiforme) qui leur permet de stocker des réserves et de s'ancrer solidement pour résister au vent.

Les espèces mesurant 1 m de haut forment aussi des colonies atteignant parfois 2 m de diamètre, d'autres poussent de façon isolée. Certaines espèces ont des racines fibreuses moins sensibles à l'excès d'humidité du sol et servent parfois de porte-greffe aux espèces napiformes.

La floraison assez spectaculaire intervient entre le printemps et l'automne, mais elle est assez rare en culture, car elle n’apparaît que sur des sujets âgés, parfois au bout de 20 ans. La croissance très lente de ces plantes est heureusement compensée par une grande longévité. Copiapoa humilis et Copiapoa hypogaea font cependant exception, fleurissant au bout de 3 ans.

Les corolles forment un entonnoir assez large d'au moins 1 cm de diamètre, pourvu d'un tube court divisé en pétales multiples, de teinte jaune parfois lavée de rouge. Elles naissent au sommet du cactus dans sa partie feutrée et s'ouvrent en milieu de journée pour se refermer le soir. De nombreuses étamines jaunes parfois plus longues que la corolle forment une couronne autour du pistil. Les espèces autofertiles comme Copiapoa humilis forment des baies sans autres partenaires tandis que d'autres sont autostériles.

Les baies obtenues après fécondation sont couronnées d'écailles vertes persistantes, vestiges des sépales. Elles s'ouvrent pour laisser échapper de grosses graines noires et brillantes. Les semences bénéficient d'un très grand pouvoir germinatif de l'ordre de 7 à 8 années qui leur permet d'attendre des conditions favorables pour germer.

Note : en dehors des adaptations physiques, des caractéristiques d'ordre physiologique permettent aux Copiapoa (et aux plantes crassulescentes en général) de supporter la sécheresse. Les stomates, ces pores microscopiques de l'épiderme responsables des échanges gazeux nécessaires à la respiration, photosynthèse et transpiration, sont plus fins et ne s'ouvrent que la nuit. Ce mécanisme biochimique complexe qualifie les plantes CAM (Crassulacean acid metabolism), capables ainsi de stocker le dioxyde de carbone nécessaire à la photosynthèse durant la nuit afin de le convertir en sucre durant le jour.

Espèces et variétés de Copiapoa

Copiapoa coquimbana

Espèce type

Copiapoa coquimbana Espèce type
  • Végétation : Espèce très variable. Tige globuleuse solitaire au départ puis cespiteuse, de 5 à 14 cm de diamètre et 60 cm de haut, pouvant s'étendre sur 1 m². Épiderme vert, parfois bleu vert de 10-20 côtes très tuberculées chez les jeunes sujets. Aiguilles en faisceaux denses avec 0-3 centrales, raides jusqu'à 6 cm et 4 à 9 incurvées, noires puis grises, de 1-5 cm. Racines généralement tubéreuses, parfois fibreuses.
  • Fleurs et fruits : Fleurs sommitales campanulées, de 3 cm de long, jaunes plus ou moins teintés de rose selon l'origine et les conditions de culture. Fleurs parfumées. Grosses graines de 2 à 2,5 cm.
  • Qualités : La plus facile à cultiver. Pousse sur une bande de 360 km de long entre Rio Choapa et Huasco plus au nord. Sous le climat méditerranéen au sud de Coquimbo, elle peuple les falaises côtières et sous environnement sec et accidenté, elle pénètre jusqu'à 65 km à l’intérieur des terres. Certains clones grandissent plus vite.

Copiapoa cinerea

Espèce type

Copiapoa cinerea Espèce type
  • Végétation : Cactus de forme globulaire de 20 cm de haut sur 10 de diamètre. Épiderme gris cendré à blanc (tendance à verdir en culture) avec des aiguillons simples noirs bien alignés le long de 12 à 30 côtes obtuses. Aiguilles généralement solitaires ou par 5-6 de 4 à 20 mm, parfois absentes. Racine napiforme.
  • Fleurs et fruits : Floraison rare en culture, seulement au bout de 20 ans. Fleurs naissant au sommet de la tige, couvert de poils laineux. Corolles jaunes de 1,5 à 2,5 cm de diamètre, à tube court. Baies lisses vertes de 1,5-2 cm.
  • Qualités : Natif de la région côtière très aride de Atafogasta au nord du Chili entre Taltal et Cobre. Très recherché pour son joli contraste de couleurs, mais difficile à cultiver. Greffage conseillé. À protéger des rayons directs en été Et à maintenir au-dessus de 8 °C en hiver. Ressemble à Copiapoa marginata qui n'a que 8-10 côtes et des aiguilles plus denses.

ssp. haseltoniana

Copiapoa ssp.  haseltoniana
  • Végétation : Forme des colonies de cierges jusqu'à 1 m de haut sur 2 m de diamètre. Tige blanche globuleuse à côtes bombées.
  • Qualités : Pousse en région côtière sablonneuse pauvre. Dessin sur les tiges très graphiques, noirs et blancs.

Copiapoa humilis

Espèce type

Copiapoa humilis Espèce type
  • Végétation : Forme un amas de tiges vert olive à noires de 4-6 cm de haut sur 3-9 cm de diamètre. 8-14 côtes à tubercules ornés de 1 à 4 épines droites grises (10-35 mm), absentes à l'état jeune, entourées de 7 à 13 épines rayonnantes appliquées sur la tige, de 2-25 mm de long.
  • Fleurs et fruits : Floraison au bout de 3-4 ans suivant le semis. Fleurs jaunes de 3 cm, autofertiles.
  • Qualités : Aire s'étirant sur 800 km le long de la côte entre Tocopilla au nord et Huasco. Populations parfois isolées présentant des différences. Facile à cultiver. Semis facile.

Copiapoa solaris

Espèce type

Copiapoa solaris Espèce type
  • Végétation : Tête gris vert de 8-12 cm de diamètre, jusqu'à 1 m de long longtemps solitaire avant de former des colonies de 2 m de large. 8 à 12 côtes de 3,5 cm de haut non tuberculées. Aréoles ovales jusqu'à 1,5 cm de large portant 2 à 5 épines centrales droites (2-6 cm) parfois tortueuses et 7-10 radiales incurvées (1,5 à 5).
  • Fleurs et fruits : Floraison au bout de 20 ans. Fleurs jaunes de 2,5 à 3 cm restant assez enfoncées dans la laine sommitale.
  • Qualités : Pousse sur la côte du désert d'Atacama à 70 km au sud d'Antofagasta. Croissance très lente. Exige un substrat séchant complètement en 2 jours, acide (pas d'eau calcaire et pas de tourbe). Très rare en culture.

Copiapoa hypogaea subsp laui (syn. Copiapoa laui, Copiapoa lauii)

Espèce type

Copiapoa hypogaea subsp laui (syn. Copiapoa laui, Copiapoa lauii) Espèce type
  • Végétation : Le plus petit du genre, formant de nombreuses petites têtes serrées, de 1 cm de diamètre (parfois 3) et 1-1,5 cm de haut. Épiderme gris à brun rouge, gris parfois vert, doux, couvert de petites épines blanches ou jaunâtres. Tige à 15 ou 20 côtes divisées en tubercules. Grande racine napiforme.
  • Fleurs et fruits : Floraison au bout de 3-4 ans. Sommet de la tête couvert de laine blanchâtre où naissent de grandes fleurs jaunes parfois lavées de rouge, dépassant largement de la tête. Longues étamines jaunes rappelant la fleur de millepertuis. Fruits brun verdâtre de 3-5 mm.
  • Qualités : Chaque rejet forme sa propre racine, fait rare chez les Copiapoa. Il existe une forme cristata souvent greffée.

Plantation du Copiapoa

Plantation du <em>Copiapoa</em>

Pato Novoa/CC BY 2.0/Flickr

Où le planter ?

Ces cactus tolèrent bien la sécheresse et les embruns puisqu'ils sont adaptés pour recueillir le brouillard venant du Pacifique. En revanche, un sol drainant de nature minérale et pauvre leur est indispensable pour éviter la pourriture.

Dans leur habitat, les Copiapoa poussent sur des sols caillouteux et parmi les rochers dans les zones les plus arides sur Terre. Les espèces napiformes comme Copiapoa cinereus sont plantées dans un substrat minéral de type pierre ponce ou pouzzolane.

Placez le Copiapoa sous une lumière intense en veillant à bien ventiler pour éviter des températures trop élevées.

En hiver, maintenez la plante au sec et si possible au-dessus de 0 °C.

Attention : ce type de Cactacées à caractère très résistant face aux éléments demeure cependant difficile à maintenir en culture, car un excès d'humidité associé à une baisse des températures (en dessous de 8 °C) lui est souvent fatal.

Quand planter le Copiapoa ?

Au printemps de préférence.

Comment le planter ?

Plantez dans un mélange de terre légèrement argileuse, de gros sable et de granite en décomposition, et ajoutez un peu de pouzzolane ou de billes d'argile expansée. Utilisez du sable grossier sans trace de tourbe pour les espèces délicates.

Les espèces à grosse racine sont particulièrement sensibles à la pourriture. Plantez-les dans de petits pots profonds (godets de 10 par exemple) en ajoutant une couche de petits gravillons de pouzzolane sous le collet afin de l'isoler du sol.

Culture et entretien du Copiapoa

Culture et entretien du <em>Copiapoa</em>

Pato Novoa/CC BY 2.0/Flickr

Arrosez toujours à l'eau de pluie sauf si votre eau n'est pas calcaire et, régulièrement durant tout l'été. Laissez sécher entièrement la motte entre deux arrosages.

Évitez tout arrosage durant l'hiver excepté en conditions particulières : si la situation est suffisamment chaude comme une serre située dans le Midi, il est possible de brumiser le Copiapoa en hiver afin de stimuler sa croissance.

Rempotez-le régulièrement pour assurer un environnement sain aux racines dans des godets profonds, mais pas trop larges.

Maintenez les Copiapoa au-dessus de 4-5 °C durant l'hiver.

Attention : il est déconseillé de vouloir pousser les Copiapoa avec de l'engrais pour qu'ils grandissent plus vite.

Maladies, nuisibles et parasites

La pourriture des racines est le principal ennemi des Copiapoa : cessez d'arroser et modifiez le substrat afin qu'il draine davantage.

Multiplication du Copiapoa

Multiplication du <em>Copiapoa</em>

Stickpen/CC0/Wikimedia

Quand semer ?

Au printemps.

Comment semer ?

Effectuez un mélange de terreau et de sable et placez le semis avec une légère chaleur de fond.

Veillez à appliquer une différence de température entre le jour et la nuit pour stimuler la levée.

Laissez les plantules serrées les unes contre les autres pendant une année.

Un peu d'histoire…

Le nom de genre Copiapoa vient de la province chilienne de Copiapo, où les premiers spécimens ont été trouvés.

Parmi les noms d'espèces, coquimbana se réfère à sa région d'origine autour de la ville de Coquimbo. Cinerea, du latin cinereus fait allusion à la couleur gris cendré de l'épiderme. Solaris signifie « qui aime le soleil », du latin sol, le soleil. Hypogaea, du grec hypo, « sous » et, « terre », souligne le caractère souterrain d'une partie de la tige.

Le terme laui, fréquent dans le nommage des cactus rend hommage au pasteur allemand Alfred Lau (1928-2007), découvreur de multiples cactacées au Mexique. Lothar Diers lui dédia une espèce en 1980, nommée aujourd'hui hypogaea subsp laui. Humilis signifiant « humble » en latin évoque la petite taille de la plante.

Le genre Copiapoa fut créé en 1922 par les botanistes américains Nathaliel Lord Britton et Joseph Nelson Rose dans leur publication The cactaceae (volume III p. 85).

Copiapoa solaris est une espèce menacée de disparition dans son habitat en raison d'une maladie cryptogamique qui décime les colonies. Les activités minières au sein du désert d'Atacama menacent aussi d'autres espèces en raison des poussières soulevées par le passage des camions qui asphyxient la plante. L'urbanisation galopante, l'agriculture, la construction de barrages, mais surtout le processus de désertification sont des facteurs de menace notamment pour l'espèce coquimbana.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides