Sisymbre

Sisymbre en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Sisymbre

  • Nom(s) latin(s)

    Sisymbrium officinale

  • Famille

    Brassicacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Plante ornementale ▶ Herbes et graminées

    Plante comestible ▶ Plante à tisane

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Annuelle
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Forme

    Étalé ou tapissant
    Buissonnant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,15 à 1 m
  • Largeur à maturité

    0,30 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Facile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Moyen
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Rapide
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol calcaire Humus Terreau
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé
  • Densité

    10 pieds/m²

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Soleil
    Mi-ombre
  • Utilisation intérieure

    Véranda Serre froide Serre tempérée
  • Utilisation extérieure

    Balcon ou terrasse Prairie Couvre-sol Massif ou bordure Rocaille Potager
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Récolte

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le sisymbre est une plante aux feuilles plus ou moins divisées et aux fleurs jaunes, qui pousse dans la plupart des zones tempérées. Il est reconnaissable à son allure fluette, du fait de ses maigres rameaux qui sont plus ou moins perpendiculaires à la tige principale, haute de 30 à 90 cm. Ses feuilles sont divisées et présentent un lobe terminal allongé plus grand que les autres. Ses fleurs jaunes sont petites, en grappes sans bractées et s'épanouissent de mai à septembre. Originaire d'Asie, le sisymbre est, de nos jours, considéré comme une mauvaise herbe. En France, on le trouve sur le bord des chemins et dans les prairies.

Les graines sont enfermées dans un fruit de 1 à 2 cm de longueur, dont le pédoncule est presque aussi épais que le fruit. Elles sont attachées entre elles sur un seul rang et mesurent 0,5 × 0,5 mm.

Le sisymbre est utilisé pour ses propriétés médicinales, mais il a aussi de puissants effets stimulants et antiscorbutiques. Les feuilles et les graines sont utilisées en phytothérapie ; les racines sont utilisées également, mais en herboristerie.

Bon à savoir : le sisymbre contient des glucosinolates (glucide soufré abondant dans les crucifères), des protéines, des glucides, des lipides, du calcium et des vitamines A et C. Son goût relevé, un peu piquant, est très intéressant, il rappelle celui du chou, dont il est d'ailleurs un cousin botanique puisqu'il appartient au groupe des crucifères (groupe dont les fleurs ont leurs pétales disposés en forme de croix, telles que le cresson par exemple.)

Espèces et variétés de sisymbre

Le genre Sisymbrium contient entre 47 et 157 espèces encore mal répertoriées. En voici les principales, mais la seule présentant un réel intérêt est le Sisymbrium officinale.

Sisymbre annuel

Sisymbrium officinale

Sisymbre annuel Sisymbrium officinale
  • Fleurs : Fleurs jaunes de 30 à 90 cm de haut.
  • Feuillage : Vert, hampe florale duveteuse.
  • Qualités : Forte utilisation en phytothérapie.

Sisymbrium irio

Sisymbre annuel Sisymbrium irio
  • Fleurs : Fleurs jaunâtres de 20 à 80 cm de haut.
  • Feuillage : Feuillage vert tirant fortement sur le gris.
  • Qualités : Pas d'utilisation médicinale.

Sisymbrium austriacum

Sisymbre annuel Sisymbrium austriacum
  • Fleurs : Fleurs jaunes en grappes denses, de 20 à 60 cm de haut.
  • Feuillage : Feuillage vert très dentelé.
  • Qualités : Pas d'utilisation médicinale.

Sisymbrium leiocarpum

Sisymbre  Sisymbrium leiocarpum
  • Fleurs : Minuscules fleurs jaune orangé à la couleur assez fade.
  • Feuillage : Feuillage vert plutôt dressé et dentelé.
  • Qualités : Pousse en buissons denses.

Sisymbrium polyceratium

Sisymbre  Sisymbrium polyceratium
  • Fleurs : Petites fleurs blanches ou jaunes à quatre pétales. Les fleurs s'organisent en grappe.
  • Feuillage : Feuilles vertes simples et alternes, pétiolées.
  • Qualités : Pousse en touffes.

Semis du sisymbre

Semis du sisymbre

File Upload Bot/CC BY SA 2.0/Wikimedia

Où le semer ?

Le sisymbre n'est pas difficile sur la nature du terrain, pourvu qu'il soit bien préparé. Il préfère quand même les sols alcalins et les zones qui présentent un niveau d'azote élevé.

Il sera à son aise en plein soleil, en plein champ, dans une rocaille, le long d'une bordure en alignement léger estival.

Le sisymbre tolère bien la vie en pot, où il sera peu demandeur si ce n'est d'arrosages légers mais réguliers.

Quand semer le sisymbre ?

Les semis devront être faits en début de printemps pour une floraison estivale. Étant donné qu'ils sont des plantes annuelles, ils disparaîtront naturellement au cours de l'hiver, bien qu'ils tolèrent des températures comprises entre -10 et -15 °C.

Comment le semer ?

Le semis se fait à la volée ou de préférence en lignes peu espacées. Le recouvrement des graines doit être fin en épaisseur, de l'ordre du demi-centimètre.

Concernant la culture en pot, il faut semer en « poquets » (plusieurs graines dans le même pot) :

  • Un terreau universel mélangé à de la terre franche (50/50) sera parfait.
  • Recouvrez finement avec du sable ou de la terre tamisée.
  • Le diamètre du pot déterminera le nombre de graines à semer. Il vaut mieux trop en semer et éclaircir ensuite pour avoir un résultat à densité correcte.

Culture et entretien du sisymbre

Culture et entretien du sisymbre

Kulac/CC BY SA 3.0/Wikimedia

L'entretien se limite à des arrosages plus ou moins fréquents en fonction du temps et de la saison. Ne laissez pas la terre se dessécher complètement.

Aucun fertilisant n'est à prévoir dans les deux types de culture, pot ou pleine terre.

Pas de paillage ni de désherbage chimique, très mal toléré par cette plante. Si le besoin s'en fait sentir, procédez à un désherbage manuel autour des plants.

Taille du sisymbre

Le sisymbre ne se taille pas, tout au plus il vous est possible de supprimer les fleurs fanées.

La récupération des fruits contenant les graines est fortement conseillée, pour renouveler vos plants le printemps suivant (conservez les graines en boîte semi-hermétique à température sèche ambiante).

Maladies, nuisibles et parasites

Les escargots et limaces sont de potentiels prédateurs. Pour une culture au jardin ou en pots, la méthode d'éradication manuelle est la plus simple. Pour une culture à grande échelle, les granulés d'hélicide sont indispensables.

Quelques petits coléoptères peuvent venir perturber la culture. Pour lutter contre leur présence, utilisez un insecticide bio, ou du purin d'orties, qu'ils ont en horreur.

Récolte

Quand et comment récolter ?

La récolte des feuilles et des sommités fleuries a lieu pendant tout l’été, c’est-à-dire de fin juin à septembre.

Il faut effectuer la récolte autant que possible après la tombée de la rosée : on cueille les feuilles lorsque la récolte des fleurs est terminée, et on arrache ensuite les racines (dans le cas où elles sont acceptées par l’herboristerie de la région).

Le rendement en fleurs est estimé à 500 kg par hectare.

La conservation des graines, feuilles et fleurs de sisymbre

Le séchage des fleurs est effectué sur des claies à l’ombre ou dans un endroit aéré. Il importe que la conservation soit faite à l’abri de la lumière, de l’air et de l’humidité.

Les fleurs doivent être desséchées rapidement pour éviter qu’elles ne noircissent, ce qui leur enlève une partie de leur valeur. Dans ce but, on les étale en couches très minces, dans un local aéré et chaud (ou encore dans un four à peine chauffé), en prenant soin de ne pas les remuer.

Les feuilles, à cause de leur épaisseur, sont soumises au même traitement, mais leur dessiccation est assez lente. Il en est de même pour les racines qu’il faut d’abord couper en rondelles, puis sécher à l’ombre.

10 kg de fleurs fraîches laissent 1,750 kg de fleurs sèches, et 10 kg de feuilles fraîches laissent 1,800 kg de feuilles sèches.

Bon à savoir : bien que le sisymbre soit une des crucifères qui perd le moins de ses propriétés au cours de la dessiccation, il y a intérêt à l’employer de préférence à l’état frais.

Multiplication du sisymbre

Multiplication du sisymbre

Rudolf Schäfer/CC BY SA 2.0/Flickr

Le sisymbre se multiplie par semis.

Conseils écologiques

Le sisymbre est utilisé pour ses propriétés toniques, expectorantes, il est préconisé contre l'enrouement.

Grâce à ses propriétés antirides, il entre aussi dans la composition de nombreuses huiles et crèmes de beauté.

Le sisymbre officinal peut se consommer frais, quelques feuilles dans une salade sauront relever le goût de l'ensemble (veillez à ne pas utiliser de produits chimiques toxiques, pour les plantes et la santé).

Un peu d'histoire…

Sisymbrium officinale fut décrit et dénommé par Carl von Linné en 1753.

Les Romains et les Grecs utilisaient cette plante pour faciliter la cicatrisation des plaies.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides