Coelogyne

Coelogyne en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Coelogyne

  • Nom(s) latin(s)

    Coelogyne

  • Famille

    Orchidacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

    Plante ornementale ▶ Plante à feuillage décoratif

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Persistant
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,45 à 0,60 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Modéré
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Important , à vaporiser
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Lente
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Fragile
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Humus
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol acide
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol humide

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Mi-ombre
  • Utilisation intérieure

    Salon/Cuisine Véranda Serre chaude Serre tempérée
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Bac, pot ou jardinière
  • Climat

Plantation

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

L'aire de répartition des Coelogyne englobe l'Asie du Sud-Est et les îles indonésiennes, l'Inde, la Chine du Sud, le Vietnam, la Thaïlande, Java, Bornéo, la Nouvelle-Guinée et l'extrême Nord de l'Australie.

Composé de plus d'une centaine d'espèces réparties sur une très grande aire, le genre Coelogyne est, de fait, très variable en forme et en besoin. Plutôt épiphytes mais aussi parfois terrestres selon leurs régions d'origine, les Coelogyne réclament des conditions de températures qui vont de la serre chaude à la serre froide, ce qui conditionne les autres impératifs culturaux : l'arrosage, la période de repos absolu et/ou relatif, et la fertilisation. Une analyse spécifique du type doit donc être menée avant de les mettre en culture. Les principales espèces commercialisées sont le plus souvent originaires des régions montagneuses et demandent donc des températures plus tempérées mais toujours une humidité constante.

Les principaux caractères distinctifs du genre consistent en leur magnifique et odorante floraison retombante, en leurs pseudo-bulbes de grandes tailles et en leurs grandes feuilles nervurées.

Ces plantes sympodiales possèdent des pseudo-bulbes piriformes ou globuleux, de taille assez variable selon le genre et qui sont surmontés de deux feuilles coriaces et persistantes. L'inflorescence est portée par la nouvelle pousse qui prend naissance sur le rhizome, à la partie inférieure du pseudo-bulbe de l'année précédente. Cette pousse se différencie ultérieurement en un nouveau pseudo-bulbe. Les pseudo-bulbes peuvent être très rapprochés, presque jointifs, ou au contraire, très éloignés les uns des autres, tout au long d'un rhizome rampant qui ne tarde pas à sortir des limites du pot.

Malgré la beauté de leurs fleurs, les Coelogyne sont très peu utilisés dans les hybridations et vous trouverez plus facilement certaines espèces botaniques. La fleur printanière et odorante de Coelogyne ochracea est blanche, avec du jaune sur le labelle ; celle, hivernale, de Coelogyne cristata est de même coloration, mais elle est plus grande.

Bon à savoir : certaines variétés sont de culture extrêmement facile, et donc idéales pour le débutant.

Espèces et variétés de Coelogyne

Serre froide

Coelogyne cristata

Serre froide Coelogyne cristata
  • Origine : De l'Himalaya au Vietnam.
  • Floraison : Hampe florale avec jusqu'à 30 fleurs blanches individuelles à labelle traversé de jaune. 6 cm. Floraison longue et très parfumé, de l'hiver au printemps.
  • Feuillage : Plante très connue, mais délicate. Climat froid. Sensible aux changements brutaux de température pendant la floraison. La fleur a été utilisée dans les bouquets de mariée.

Serre tempérée

Coelogyne speciosa

Serre tempérée Coelogyne speciosa
  • Origine : Malaisie, Bornéo, Java (essentiellement) et Sumatra.
  • Floraison : Hampe florale avec une succession de fleurs solitaires à pétales et sépales vert (variable), labelle brun rouge avec une langue blanche. 7 cm. Parfumé. Floraison estivale ou printanière.
  • Feuillage : Climat tempéré. Il existe une variété, Coelogyne speciosa var. salmonicolor, assez séduisante avec des fleurs plus claires.

Serre chaude

Coelogyne graminifolia

 Coelogyne graminifolia
  • Origine : Chine, Birmanie, Malaisie, Thaïlande.
  • Floraison : Longue hampe florale, avec jusque 12 fleurs blanches à labelle strié de rouge-brique. 6 cm. Parfumé légèrement. Floraison hivernale ou printanière.
  • Feuillage : Plante assez facile pour le genre. Climat chaud à tempéré. À midi, la plante doit se trouver à l'ombre ! Les feuilles de cette espèce rappellent de hautes herbes, légèrement atypique du genre.

Coelogyne pandurata

Serre chaude Coelogyne pandurata
  • Origine : Malaisie, Java.
  • Floraison : Hampe florale avec peu de fleurs vertes foncées, à labelle renforcé de noir, lui valant parfois le nom d'orchidée noire. 5-6 cm. Floraison de janvier à mars.
  • Feuillage : Climat franchement chaud et très humide.

Plantation des Coelogyne

Plantation des <em>Coelogyne</em>

Rotatebot/CC BY-SA 2.5 dk/Wikimedia

Où les planter ?

Les Coelogyne apprécient une vive lumière, mais jamais l'ensoleillement direct qui brûlerait leurs feuilles. Il est important de leur procurer cette lumière, faute de quoi ils auraient tendance, par un mécanisme compensatoire, à développer de grandes feuilles, d'un vert très foncé, au détriment, bien sûr, de la floraison.

Les Coelogyne de serre chaude se cultivent sans période de repos, dans une humidité constante et avec un substrat parfaitement drainé. Il faut veiller à ce que l'eau ne pénètre pas à l'intérieur des nouvelles pousses, sous peine de les faire pourrir.

Les Coelogyne de serre froide ont besoin d'une période de repos absolu : de la fin de la maturation des pseudo-bulbes jusqu'à la reprise végétative, au printemps.

Dans tous les cas, l'humidité ambiante peut être maintenue au voisinage de 60 %, accompagnée d'une bonne ventilation.

Quand planter les Coelogyne ?

Optez pour une plante déjà fleurie, cela renseigne sur la période de floraison, et l'éventuelle période de repos.

Comment les planter ?

La culture en épiphytisme sur plaque de fanjan (ou liège) donne d'excellents résultats, de même que la culture en paniers suspendus (modèles allongés).

Des pots ajourés, spéciaux pour orchidées suspendues, sont le meilleur support pour accueillir un Coelogyne. Cette culture doit être réalisée dans un panier suspendu surdimensionné pour favoriser la pousse des tiges florales, mais aussi permettre de conserver la plante plusieurs années dans son substrat (les Coelogyne ayant horreur d'être transplantés).

Culture et entretien des Coelogyne

Culture et entretien des <em>Coelogyne</em>

Guérin Nicolas/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Le support de mousse-sphaigne des espèces de serre chaude doit rester humide (mais pas détrempé !) constamment, en laissant à peine sécher entre deux brumisations. L'idéal est de légèrement brumiser les plantes presque tous les jours avec un dispositif proposant de fines gouttelettes. Les espèces de serre tempérée et froide ne tolère guère la sécheresse, mais il faut diminuer les brumisations lors du repos végétatif, en laissant le temps au support de sécher (mais à peine, il faut du « doigté »).

La fertilisation est mensuelle durant l'activité végétative. Elle intervient toute l'année et au même rythme pour les Coelogyne de serre chaude, mais doit être stoppée pour les Coelogyne de serre froide. Utilisez un engrais équilibré en formule NPK (10/10/10 par exemple) donné à une demi-dose, à raison de 0,25 à 0,50 g/l.

Les Coelogyne supportent assez mal le rempotage ; le sphagnum tolère mal les engrais, de nombreux Coelogyne sortent rapidement de leur pot. Tout cela ne rend pas la situation très facile. Certains Coelogyne devront donc être rempotés tous les ans, d'autres tous les deux ou trois ans, le meilleur moment étant, bien sûr, celui de la reprise végétative.

Deux formules de substrat sont particulièrement appréciées pour le rempotage :

  • un mélange d'écorce de pin (1/3), de sphagnum (sphaigne, 1/3) et de charbon de bois (1/3) ;
  • un mélange de fragments de fougère arborescente (1/3), d'osmonde (1/3), de charbon de bois (1/3).

Maladies, nuisibles et parasites

Ces orchidées épiphytes ne craignent pas grand-chose dès lors que les conditions de culture, propres à chaque espèce, sont respectées.

Multiplication des Coelogyne

Multiplication des <em>Coelogyne</em>

Maja Dumat/CC BY 2.0/Flickr

Elle se fait par division des touffes au moment du rempotage. Il ne faut jamais isoler une touffe comportant moins de trois bulbes.

Conseils écologiques

Comme toutes les orchidées épiphytes, les besoins en humidité sont importants, et la diffusion de cette humidité ambiante demande beaucoup d'eau : récupérez l'eau de pluie !

Un peu d'histoire…

Lindley fut le premier à décrire et nommer le genre en 1825, d'après un exemplaire de Cœlogyne cristata récolté au Népal par le Dr Wallich en 1824.

Le terme Coelogyne, qui pourrait s'appliquer à de très nombreuses orchidées, vient du grec : koilos (cavité) et gunê (femme).

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides