Cephalanthera

Écrit par les experts Ooreka
Télécharger en .pdf

Cephalanthera en résumé

Dénomination

  • Nom(s) commun(s)

    Céphalanthère, Helléborine

  • Nom(s) latin(s)

    Cephalanthera

  • Famille

    Orchidacées

  • Type(s) de plante

    Fleur ▶ Plante à fleurs

Esthétique

  • Couleur des fleurs

  • Couleur des feuilles

  • Végétation Vivace : Plante qui vit plus de deux ans.
    Annuelle : Plante qui vit moins d'un an.
    Bisannuelle : Plante dont le cycle de vie dure deux années. La première année, la plante se développe ; la seconde année, elle donne fleurs et fruits, puis elle meurt.
    Pour en savoir plus

    Vivace
  • Feuillage Persistant : Le feuillage dure toute l'année.
    Semi-persistant ou semi-caduc : La plante conserve une partie de son feuillage toute l'année.
    Caduc : La plante perd ses feuilles à l'automne.
    Pour en savoir plus

    Caduc
  • Hauteur à maturité La hauteur à maturité est la hauteur à laquelle la plante s'élève naturellement quand elle bénéficie des conditions les plus favorables.
    La plante pourra prendre du temps pour atteindre cette hauteur, en fonction de la vitesse de sa croissance.
    La plante pourra aussi ne jamais atteindre sa hauteur à maturité, si elle est taillée régulièrement, ou si elle n'est pas cultivée dans les conditions optimales pour sa croissance.
    Pour en savoir plus

    0,30 à 0,60 m
  • Largeur à maturité

    0,10 à 0,20 m

Jardinage

  • Entretien Facile : La plante ne nécessite pas de soin particulier, ou des soins très simples.
    Modéré : La plante nécessite des soins réguliers ou un peu de pratique en jardinage.
    Difficile : La plante nécessite des soins importants et un savoir-faire en jardinage.
    Pour en savoir plus

    Difficile
  • Besoin en eau Le besoin en eau de la plante peut être assuré par la pluie, l'humidité naturelle du sol ou l'arrosage. Pour évaluer l'arrosage nécessaire, il faut aussi prendre en compte la température ambiante, à cause de l'évaporation, et de la capacité du sol à retenir l'eau.
    Faible : Pour une plante d'intérieur, arroser tous les mois. Pour une plante d'extérieur, elle supporte bien la sécheresse.
    Moyen : Pour une plante d'intérieur, arroser toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Pour une plante d'extérieur, elle aura besoin d'apports d'eau avant que le sol sèche.
    Important : Pour une plante d'intérieur, arroser plusieurs fois par semaine. Pour une plante d'extérieur, il lui faut des apports d'eau abondants et réguliers.
    Pour en savoir plus

    Faible
  • Croissance Lente : La plante atteint sa maturité en plusieurs décennies.
    Normale : La plante atteint sa maturité en quelques années.
    Rapide : La plante atteint sa maturité en quelques mois.
    Pour en savoir plus

    Lente
  • Multiplication La multiplication consiste à créer une nouvelle plante soi-même.
    Semis : La plante se reproduit par la plantation de graines.
    Pour en savoir plus
    Division : Une partie de la racine (rhizome, tubercule) sert à créer de nouvelles pousses.
    Pour en savoir plus
    Bouturage : Une branche est plantée en terre, où elle produit de nouvelles racines.
    Pour en savoir plus
    Marcottage : La branche n'est pas coupée de la plante mais elle est en partie enfouie dans la terre, où elle développe ses propres racines.
    Pour en savoir plus
    Greffe : Un fragment de plante est implanté sur une autre plante.
    Pour en savoir plus
    Impossible : Il n'est pas possible, pour un particulier, de multiplier sa plante. S'il en veut une autre, il lui faut l'acheter auprès d'un professionnel.

    Semis Division
  • Résistance au froid Résistante (rustique) : Plante résistante au gel.
    À protéger (semi-rustique) : Plante qui supporte la fraîcheur mais qui nécessite une protection contre le gel.
    À rentrer (fragile) : Plante qui craint le froid et qui doit être abritée pendant la saison froide.
    Pour en savoir plus

    Résistante
  • Type de sol Sol argileux : Terre lourde et collante quand elle est humide, qui durcit et craquelle en séchant.
    Sol calcaire : Terre claire et crayeuse, sèche l'été et boueuse l'hiver.
    Sol sableux : Terre légère, facile à travailler et qui retient mal l'eau.
    Sol caillouteux : Sol chargé de cailloux et pauvre en matières organiques.
    Humifère : Noire et facile à travailler, elle ressemble à la terre en forêt.
    Terre de bruyère : Sol acide (pH 4 à 5), sableux et riche en humus.
    Terreau : C'est facile, cette terre s'achète en magasin !
    Pour en savoir plus

    Sol calcaire Sol sableux
  • PH du sol Le pH mesure l'acidité du sol.
    Sol alcalin : Le pH est supérieur à 7. Il s'agit principalement des sols calcaires.
    Sol neutre : Le pH est compris entre 6,5 et 7,2. La plupart des plantes y poussent correctement.
    Sol acide : Le pH est inférieur à 7. Il s'agit principalement des terres de bruyère.
    Pour en savoir plus

    Sol alcalin Sol neutre
  • Humidité du sol L'humidité du sol ne dépend pas de la pluie, mais de la manière dont le sol conserve l'eau ou non.
    Sol drainé : Sol frais mais où l'eau ne stagne pas.
    Sol humide : Sol où de l'eau stagne.
    Sol sec : Sol qui ne retient pas l'eau.
    Sol frais : Sol qui reste constamment humide (mais pas trempé). Pour en savoir plus

    Sol drainé Sol sec

Emplacement

  • Exposition Soleil : La plante doit avoir du soleil direct toute la journée. En intérieur, c’est directement (moins d’1 m) devant une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Mi-ombre : La plante doit avoir du soleil une partie de la journée seulement. En intérieur, c’est devant une fenêtre à l’est ou plus éloignée d’une fenêtre orientée sud ou ouest.
    Ombre : La plante doit être à l'ombre d'autres plantes. En intérieur, c’est le cas des pièces en hiver, des fenêtres au nord ou en partie occultées et quand la plante est loin de la fenêtre (+ de 2 m).
    Pour en savoir plus

    Mi-ombre
  • Utilisation extérieure

    Bosquet ou forêt
  • Plantation Pleine terre : La plante peut être plantée directement dans la terre.
    Bac, pot ou jardinière : La plante peut être plantée dans un bac. (Le volume du bac doit être adapté à la taille de la plante.)
    Pour en savoir plus

    Pleine terre
  • Climat

Floraison

JANVIER FÉVRIER MARS
AVRIL MAI JUIN
JUILLET AOÛT SEPT.
OCT. NOV. DÉC.

Le genre Cephalanthera comporte une quinzaine d'espèces originaires principalement des zones tempérées d'Europe, d'Asie Mineure, d'Amérique du Nord et d'Asie du Sud-Est. Il fait partie de la famille des Orchidacées, ce qui signifie que les fleurs ne comportent qu'une seule étamine. Trois espèces se rencontrent en France.

La céphalanthère blanche (Cephalanthera damasonium) est assez commune dans tout l'est de la France, tandis que celle à longues feuilles (Cephalanthera longifolia) abonde plutôt le long du littoral atlantique de l'Aquitaine à la Vendée. La céphalanthère rouge (Cephalanthera rubra) n'apparaît que dans le sud-est de la France.

Ces vivaces prennent naissance à partir d'un rhizome et développent une touffe plus ou moins importante de tiges dressées de 20 à 60 cm de long, garnies de feuilles allongées alternes. La largeur des feuilles diffère selon l'espèce. Les nervures sont parallèles comme chez toutes les monocotylédones. La partie aérienne disparaît en hiver car il s'agit d'une plante géophyte qui renaît au printemps à partir du rhizome souterrain.

Les fleurs de 2-3 cm de long sont formées de 3 sépales pétaloïdes et de 3 pétales, dont le labelle qui généralement est conçu pour l'atterrissage des insectes. L'éperon est absent de la fleur. Chez les Cephalanthera, la corolle ne s'ouvre pas beaucoup si bien que des espèces comme Cephalanthera damasonium sont contraintes de s'autopolliniser. Le pistil est constitué de 3 stigmates sans rostellum (sorte de bec formé par un des stigmates chez la plupart des Orchidacées). L'unique étamine fertile est soudée aux 2 staminodes (étamines stériles) et aux styles du pistil pour former la colonne ou « gymnostème » de la fleur. À l'extrémité de celle-ci se situent des masses de pollen pulvérulent. Les 3 carpelles sont réunis en un seul ovaire. La partie inférieure du labelle (hypochile) ne contient pas de nectar.

Les fruits sont des capsules contenant des milliers de graines minuscules disséminées par le vent.

Note : l'espèce Cephalanthera longifolia est presque exclusivement pollinisée par les insectes dans son aire méridionale, attirant les pollinisateurs du ciste à feuilles de sauge (Cistus salviifolius). Le labelle mime le pollen du ciste par ses crêtes jaune orangé.

Espèces et variétés de Cephalanthera

Céphalanthère à feuilles étroites, céphalanthère à longues feuilles (Cephalanthera longifolia, syn. Cephalanthera ensifolia, Serapias ensifolia, Serapias helleborine var. longifolia, Serapias longifolia)

Céphalanthère à feuilles étroites, céphalanthère à longues feuilles (Cephalanthera longifolia, syn. Cephalanthera ensifolia, Serapias ensifolia, Serapias helleborine var. longifolia, Serapias longifolia)
  • Végétation : Plante élancée de 20 à 60 cm de haut. Feuilles dressées, étroites de 1-3 cm de large, engainant la tige florale, 3 à 5 fois plus longues que les entre-nœuds, jusqu'à 18 cm pour celles du bas.
  • Fleurs et fruits : Épis lâche de 8 à 20 fleurs d'un blanc pur, sans éperon, odorantes. Sépales pointus de 12-18 mm de long, 4-6 mm de large enserrant le labelle. Fleurs ne s'ouvrant que faiblement laissant voir le labelle long de 7-10 mm, muni de crêtes jaune vif. Bractées plus courtes que l'ovaire. Fleurit de la mi-avril à la mi-juin selon les zones.
  • Qualités : Confusion possible avec damasonium. Abonde sur l'arrière-dune du littoral atlantique. Pousse entre 0 et 1 400 m d'altitude dans les forêts de chênes pubescents, de charmes-bouleaux et hêtraies-chênaies sèches, hêtraies-sapinières et pinèdes sur sol calcaire ou sableux, peu acide.

Céphalanthère de Damas, helléborine blanche (Cephalanthera damasonium, syn. Cephalanthera pallens)

Céphalanthère de Damas, helléborine blanche (Cephalanthera damasonium, syn. Cephalanthera pallens)
  • Végétation : Tige glabre de 20-60 cm à feuilles écartées alternes, ovales ou ovales-lancéolées, bien plus larges que chez longifolia, vert bleuté ou jade. Gaines foliaires généralement marron. Limbes au plus deux fois plus longs que les entre-nœuds.
  • Fleurs et fruits : Grandes fleurs parfumées moins nombreuses que chez longifolia. Épi très lâche de 3-12 fleurs. Pétales rarement ouverts d'un blanc jaunâtre. Bractées foliacées, dépassant l'ovaire et les inférieures dépassant la fleur. Labelle d'un jaune orangé en dedans, à languette plus large que longue, ovale en cœur et obtuse, marquée en dessus de 3-5 crêtes parallèles. Fleurit en mai-juin. Capsules de 2 cm mûres en été.
  • Qualités : Confusion possible avec longifolia. Pousse dans les forêts de feuillus ou de conifères sur sol calcaire ou neutre, dans presque toute la France sauf le long de l'Atlantique, en Europe centrale et méridionale, en Asie Mineure, dans le Caucase et en Algérie. À mi-ombre ou sous une ombre lumineuse.

Céphalanthère rouge (Cephalanthera rubra, syn. Serapias rubra)

Céphalanthère rouge (Cephalanthera rubra, syn. Serapias rubra)
  • Végétation : Plante grêle de 20-60 cm, aux tiges rougeâtres, velues et glanduleuses vers le sommet. Feuilles étroites, lancéolées, presque distiques, 2 à 4 fois plus longues que les entre-nœuds. Rhizome fibreux.
  • Fleurs et fruits : Épis lâche de 5 à 15 fleurs rose vif ou pourprées, bien ouvertes, de 2 cm. Floraison entre avril et juillet. Pétales en pointe à peine plus longs que le labelle. Sépales latéraux souvent écartés faisant penser à un oiseau prenant son envol. Labelle à languette pointue blanche, marquée de crêtes sinueuses jaunâtres. Bractées égalant ou dépassant l'ovaire.
  • Qualités : Vit en sous-bois secs et sur les coteaux pierreux calcaires orientés au sud mais à l'ombre des chênes pubescents, jusqu'à 1 800 m d'altitude. Répartition eurasiatique, dans le sud-est de la France, essentiellement et en Corse.

Cephalanthera x schulzei

Cephalanthera x schulzei
  • Végétation : Vivace de 15 à 60 cm de haut. Feuilles allongées assez larges.
  • Fleurs et fruits : Corolle jaune pâle mi-ouverte avec labelle jaune vif, de 12-20 mm. Fleurit en mai-juin.
  • Qualités : Hybride entre Cephalanthera damasonium et Cephalenthera longifolia. Pousse entre 0 et 1 800 m d'altitude (dans une station des Hautes-Alpes à 1 450 m).

Plantation de Cephalanthera

Plantation de <em>Cephalanthera</em>

BerndH/CC BY 2.5/Wikimedia

La céphalanthère s'implante difficilement hors de ses stations naturelles.

Elle pousse dans les sols calcaires à neutres, liée à un champignon du sol qui permet la germination et la formation du rhizome. Il est donc rare de l'observer en culture.

Attention : il est bien entendu strictement défendu de la cueillir ou de la déterrer dans la nature.

Culture et entretien de Cephalanthera

Culture et entretien de <em>Cephalanthera</em>

Sramey-commonswiki/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

La seule action à mener pour la voir prospérer est de préserver les stations où elle pousse.

Maladies, nuisibles et parasites

Pas de nuisible connu.

La sécheresse ou le froid tardif entraînent parfois le dessèchement des boutons qui chutent au moindre choc laissant un épi nu.

Multiplication de Cephalanthera

Multiplication de <em>Cephalanthera</em>

Sphl-commonswiki/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

La céphalanthère dans l'absolu peut être semée, voire divisée en séparant le rhizome bien que la plante apprécie peu.

Il est important d'attendre que les fruits soient mûrs pour faucher afin d'assurer sa reproduction.

Conseils écologiques

L'espèce Cephalanthera longifolia présente quasiment partout en France est cependant rare et protégée dans certaines régions comme la Bretagne, la Champagne-Ardenne, le Centre-Val-de-Loire, la Picardie et le Pays de la Loire. Elle paraît en nette régression dans certaines régions comme la Lorraine et demanderait une protection plus générale sur l'ensemble du territoire. Elle est classée « LC » (faiblement menacée).

On la trouve également dans les pays suivants : Arménie, Azerbaïdjan, Bosnie-Herzégovine, Géorgie, Kirghizistan, Liechtenstein, Norvège, Suisse et Ukraine. Elle apparaît souvent liée aux vieilles hêtraies mais aussi dans des sites perturbés des zones méditerranéennes comme les friches ou les garrigues récemment incendiées.

La céphalanthère de Damas (Cephalanthera damasonium) s'étend en Europe depuis le sud de la Suède jusqu'en Espagne et Turquie et gagne l'Europe centrale (Caucase, Ukraine, Azerbaïdjan).

L'espèce rubra est surtout présente en Eurasie et dans le sud-est de la France où elle est classée « LC » (faiblement menacée). Elle se trouve protégée en Aquitaine, Auvergne-Centre, Champagne-Ardenne, Haute-Normandie, Île-de-France, Pays de la Loire au niveau européen.

Un peu d'histoire…

Le terme Cephalanthera vient de l'association des deux mots grecs képhalé, tête, et anthêra, anthère, pour souligner la rondeur des anthères.

La première observation de l'hybride Cephalanthera x schulzei date de 2010. Il pousse dans une zone très localisée dans la commune de Haut-Buëch dans les Hautes-Alpes.

Ces pros peuvent vous aider


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Produits


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides