Lutter contre le ver de la grappe

Lutter contre le ver de la grappe
© Michael Möller / EyeEm / Getty

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf :

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Dans les régions viticoles de France et d'Europe, les raisins sont soumis à diverses attaques. Celles des vers de la grappe, particulièrement redoutables, font les plus gros ravages dans les vignes. Il importe de reconnaître ces chenilles pour les combattre et limiter les dégâts.

Voici des conseils pour lutter contre le ver de la grappe.

Zoom sur le ver de la grappe

L'appellation courante de « ver de la grappe » ou « tordeuse de la grappe » correspond aux chenilles de 4 espèces principales de papillons, que l'on rencontre dans les vignobles. Il s’agit de l'eudémis et de la cochylis – les plus fréquentes – ainsi que de la pyrale de la vigne et de l'eulia, la petite tordeuse de la grappe. Ces chenilles sont des ravageurs majeurs en viticulture.

Bon à savoir : la pyrale n’a qu’un cycle annuel à l'inverse des autres qui en ont 2 à 3.

Description rapide des 2 principales espèces

Les 2 principales espèces sont l'eudémis et la cochylis, qui présentent chacune des caractéristiques particulières. Schématiquement :

  • L'eudémis aime les climats plutôt chauds et secs, comme le pourtour méditerranéen ; il s'agit d'un papillon jaune ocre sale, de 5 à 8 mm, que l'on trouve parfois en grand nombre dans les vignobles méridionaux, volant au crépuscule ; sa larve est une petite chenille jaune-vert foncé, avec une tête couleur miel très mobile.
  • La cochylis préfère les climats frais et humides ; ce papillon est légèrement plus grand que le précédent (6 à 7 mm), de couleur jaune pâle, avec un trait foncé barrant les ailes antérieures ; il ne vole que la nuit. La larve, couleur lie-de-vin, possède une tête noire qui se meut très lentement.

Cycles biologiques de l’eudémis et de la cochylis

Le vol des papillons adultes n’a lieu que lorsque la température environnante est égale ou supérieure à 14 °C. Dès la première semaine de vol, il y a accouplement et ponte, notamment sur les boutons floraux.

Bon à savoir : les femelles pondent entre 50 et 80 œufs.

  • Au bout de 20 à 28 jours, les chenilles ont achevé leur croissance et se nymphosent au bord des feuilles (sur la face inférieure), sur les grappes ou dans des fissures de l’écorce, voire dans le sol.
  • 7 jours plus tard, soit à partir de la mi-juin au plus tôt, ont lieu les vols de cette première génération de papillons, durant 3 à 5 semaines selon les climats. Les nouvelles chenilles creusent alors des galeries dans les jeunes grains de raisin. En fin de croissance, elles se nymphosent, principalement au bord des feuilles.
  • 7 jours après, les papillons adultes de la deuxième génération prennent leur envol.
  • Lorsqu’elle se produit, la troisième génération d'eudémis se déroule à l’identique, entre la mi-juillet et la mi-août, au moment de la véraison (lorsque le grain gonfle).
  • Dans tous les cas, les chenilles se transforment en nymphes en septembre dans les anfractuosités des écorces de ceps ou de piquets de vigne. Le cycle recommence au printemps suivant.

Dégâts

En consommant les boutons floraux, les chenilles de la première génération diminuent le poids de la future récolte.

En pénétrant dans les grains de raisin, les chenilles de la (ou des) génération(s) suivante(s) :

  • accentuent les pertes de récolte ;
  • favorisent l’installation de la pourriture grise (Botrytis cinerea) ;
  • sont cause parfois de l’apparition d’autres pourritures apportées par les drosophiles (petites mouches).

1 Prévenez les attaques de ver de la grappe

Pour prévenir une attaque de ver de la grappe sur vos vignes, sans nuire à l'environnement, il est essentiel d'intervenir sur les pontes des femelles et les jeunes larves de la première génération au bon moment, c'est-à-dire tôt dans la nouvelle année.

Il existe 2 méthodes de traitement et 1 méthode culturale :

  • Vous pouvez mettre en place de diffuseurs de phéromones qui entraînent une confusion sexuelle, empêchant les accouplements et donc la ponte.

Conseil : en pratique, cette méthode est efficace pour des vignes de plus de 5 ha ; pour des superficies plus petites, utilisez des pièges à phéromones permettant de déterminer précisément l'époque à laquelle il faut intervenir et ce faisant d'éliminer un certain nombre de mâles.

  • Vous pouvez aussi, dès que vous constatez la présence de papillons adultes, pratiquer des pulvérisations de suspensions de Bacillus thurengiensis.

Important : il faut rappeler que divers auxiliaires sont susceptibles de diminuer fortement la population de papillons et de chenilles : les chauve-souris, d'autres lépidoptères prédateurs nocturnes ou encore certains oiseaux (mésanges…) ; favorisez autant que possible leur présence en installant à proximité des abris et nichoirs.

  • Enfin, un effeuillage des vignes à cette période favorise l'ensoleillement des grappes de raisin et entraîne, de fait, une diminution des pontes.

2 Diagnostiquez une attaque de ver de la grappe

Vous pouvez diagnostiquer une attaque de ver de la grappe dès que vous observez l’apparition de « glomérules ». Ceux-ci sont formés par l’agrégation de débris de boutons floraux et de fils de soie tissés par les chenilles.

Pour un diagnostic plus précis, prenez une loupe afin de voir l’aspect des petites chenilles.

Bon à savoir : ce diagnostic plus fin n’est cependant pas indispensable, car la prévention et le traitement seront identiques qu'il s'agisse de chenilles d'eudémis ou de cochylis.

3 Luttez contre le ver de la grappe

En cas d'attaque par les vers de la grappe, plusieurs traitements sont possibles, certains respectant l’environnement, d'autres plus agressifs.

Traitements respectueux de l'environnement

Il n’est en général pas nécessaire d’intervenir par un traitement curatif sur la première génération de chenilles d’eudémis et de cochylis. En revanche, vous devez traiter en cas d’attaque massive juste avant les premières éclosions des chenilles de deuxième génération, au stade de la tête noire.

  • Les préparations de Bacillus thuringiensis que l'on trouve dans le commerce permettent un traitement biologique : cette bactérie, spécifique des lépidoptères, tue en 48 h les larves qui l'ingèrent grâce à ses toxines.

Bon à savoir : Bacillus thuringiensis n’est pas toxique pour les humains, ni pour les animaux, ni pour les auxiliaires.

  • En pratique, effectuez 2 traitements à 10 jours d’intervalle, le premier juste avant l'éclosion des œufs, de façon à toucher les toutes jeunes chenilles des générations 2 et 3. Chez la cochylis, l’efficacité, bien que plus modeste, est également suffisante.

Important : en cas de pluie incessante pendant plus de 20 min, vous devez renouveler le traitement.

  • L’autre traitement biologique efficace est la création de confusion sexuelle par saturation de phéromones (hormones sexuelles) en installant un grand nombre de diffuseurs à l’hectare. Mais il est réservé aux professionnels car pour être efficace il doit être mis en œuvre sur plusieurs hectares de vignes regroupés.

Bon à savoir : des expérimentations sont en cours pour étudier l’efficacité de lâchers de trichogrammes, des micro-hyménoptères (sortes de petites guêpes) qui tuent les chenilles du ver de la grappe en les parasitant.

Autres traitements

D'autres traitements sont disponibles dans le commerce, mais ils ne sont pas sans impact sur l'environnement.

  • C'est le cas du spinosad, obtenu par fermentation d’une culture de champignons actinomycètes. Ce produit phytosanitaire est homologué, entre autres, pour combattre toutes les espèces de ver de la grappe : eudémis, cochylis, eulia et pyrale.

Important : en raison de son impact environnemental, le nombre maximum d’applications est limité à 3 par an (2 au plus pour un même ravageur).

  • Le spinosad a un certain effet ovicide, mais il agit principalement après ingestion par les larves, comme Bacillus thuringiensis. Il doit donc être pulvérisé aux mêmes stades du cycle des ravageurs, soit 24 h environ avant l’éclosion des œufs qui donnent les chenilles de deuxième ou troisième génération.

À noter : pour les viticulteurs professionnels, il existe dans le commerce des produits chimiques ovicides (actifs également sur les larves), à appliquer en début de vol mis en évidence par les pièges à phéromones.

Matériel nécessaire pour lutter contre le ver de la grappe

Imprimer
Pulvérisateur à pression

Pulvérisateur à pression

4 €

Cette fiche est maintenant terminée,
mais entre nous ce n'est pas fini...
Vous pouvez aussi :



Produits


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Quel est votre projet ?

Décrivez votre demande en quelques clics !

Des professionnels de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides