Comment lutter contre les sciarides

Écrit par les experts Ooreka

Les sciarides, ou mouches du terreau, sont de petits moucherons (diptères) souvent présents dans les cultures d'intérieur en pot ou en serre. Les larves de ces moucherons agaçants par leur présence peuvent causer des dégâts aux cultures lorsqu'elles sont nombreuses.

Cette fiche pratique vous explique comment lutter contre les sciarides.

Zoom sur les sciarides

Caractéristiques

Les sciarides (famille des Sciaridées) sont des moucherons (petits diptères avec une seule paire d'ailes) qui pondent leurs œufs dans des substrats contenant des matières organiques plus ou moins décomposées comme des terreaux utilisés pour le jardinage. On désigne sous cette appellation plusieurs espèces de Sciaridées appartenant entre autres au genre Bradysia (B. paupera, la plus fréquente) ou à d'autres genres (Scatella, Sciara, Lycoriella...). Les premiers sont fins et bossus avec de longues pattes et des ailes aux reflets brillants, de forme triangulaire.

Ces moucherons sont de couleur noirâtre. Ils ressemblent vaguement à de petits moustiques, mais ne piquent pas. Ils volent rapidement de façon désordonnée et préfèrent les emplacements peu éclairés. Ils ont deux grandes ailes qui leur permettent de se déplacer rapidement. À la loupe, on peut observer qu'ils possèdent deux gros yeux composés et que leurs ailes sont nervurées.

Leurs œufs sont extrêmement petits (1 à 1,5 mm) et jaune clair, situés dans les parties humides du substrat près des débris végétaux en voie de décomposition.

Les larves sans pattes ou asticots ont la forme de tout petits vers blancs transparents et courts (5 à 8 mm) avec une tête noire. Elles sont munies de deux crochets mandibulaires à l'extrémité de la tête.

Les pupes, plus ventrues, sont de couleur gris-marron clair et mesurent 3 à 6 mm de long. Elles restent immobiles.

Biologie et cycle

La femelle ne vit que quelques jours (4 à 10 jours) après l'éclosion d'une pupe (aboutissement de la nymphose) pendant lesquels elle s'accouple. Elle se nourrit peu et ne fait donc pas de dégâts.

Trois jours après l'accouplement, elle pond entre 100 et 200 œufs dans les parties humides du substrat ou du sol, non loin des végétaux cultivés. Entre 4 à 12 jours plus tard, selon la température ambiante (entre 16 et 24 °C), ces œufs éclosent pour donner des asticots.

Ce sont les asticots qui vont provoquer les dégâts en se nourrissant sur les plantes voisines tout au long de leur vie (radicelles, racines d'abord puis tiges ou tubercules). Ils se développent en 14 jours à 24 °C (jusqu'à 24 jours à 16 °C) en passant par quatre stades larvaires pour finir par migrer vers le sol et s'y transformer en pupe dans laquelle va se produire la nymphose.

Les sciarides adultes en émergent 7 jours plus tard et le cycle recommence tant que la température et l'humidité sont suffisantes.

Un cycle complet de développement durera donc entre 21 jours à 24 °C (température la plus favorable) et 40 jours maximum si la température n'est que de 16 °C. En dessous de 16 °C, il n'y aura pas d'éclosion des pupes.

Le développement des sciarides est favorisé par la présence de terreau humide et chaud. Les larves s'attaquent de préférences aux plantules et jeunes plants et plus rarement aux plantes adultes et vigoureuses.

Dégâts et symptômes

Les sciarides jouent le plus souvent un rôle bénéfique pour l'environnement car leurs larves participent à l'élimination par décomposition des déchets organiques. Mais parfois, ils se comportent comme des ravageurs de cultures. Dans ces cas, on les rencontre surtout dans les cultures d'intérieur (en serre, véranda ou appartement) où ils s'attaquent d'abord aux plants jeunes ou déjà affaiblis. Ces insectes ravageurs dont la présence est agaçante sont doublements indésirables car, outre les dégâts provoqués par leurs larves, ils peuvent être vecteurs de maladies cryptogamiques ou virales telles que la pourriture racinaire, due à des champignons microscopiques.

Un début d'attaque ne fait qu'affaiblir le plant atteint. Mais lors de fortes attaques, les larves de sciarides, qui s'attaquent aux racines et passent parfois dans les tiges, entraînent la fanaison puis la mort des plants infestés.

De très nombreuses espèces végétales peuvent être touchées : cyclamens, orchidées, plantes vertes…

1 Prévenez les attaques de sciarides

Le développement des sciarides étant favorisé par la chaleur et l'humidité d'un substrat contenant du terreau, une première solution pour éviter leur prolifération consiste à laisser ce substrat sécher entre deux arrosages lorsque votre culture la supporte. Pour cela, pensez à vider l'eau qui peut demeurer dans les dessous de pots.

De même, une petite couche de sable ou de perlite répandue en surface des pots ou du sol présente un milieu inhospitalier pour la ponte et la survie des œufs. Elle empêche également les adultes de se nourrir.

Dans tous les cas, réduisez au maximum le nombre d'arrosages.

Enfin, si vous êtes régulièrement victime de ces ravageurs ou si vous n'avez pas la possibilité de pratiquer la rotation d'une culture, effectuez un traitement biologique préventif en utilisant une suspension d'Hypoaspis, acariens prédateurs des sciarides ainsi que de plusieurs autres insectes prédateurs proches tels que le puceron radicole ou la mouche du rivage. Répandus en une seule fois dans un substrat légèrement humide, ils protégeront votre culture durant toute la saison.

2 Diagnostiquez l'apparition d'une attaque de sciarides

Vous ferez le diagnostic d'une attaque de sciarides par l'observation concomitante de nombreux moucherons volants suivis très rapidement par celle de petits d'asticots dans et sur le sol à 1 cm de profondeur environ, puis de pupes. Ces petits asticots laissent un léger filament irisé comme trace de leur parcours.

Il n'est en pratique pas possible de savoir quelle espèce est en cause mais cela n'a pas d'importance car dégâts et traitements sont communs.

L'observation du flétrissement des plants attaqués n'a lieu que lorsque l'infestation est bien installée et qu'il y a de nombreux asticots.

À noter : les sciarides adultes peuvent être confondus avec d'autres moucherons tels que la mouche du rivage qui a un corps plus large ou la mouche papillon qui a des ailes décorées.

3 Traitez une attaque de sciarides

Traitements par action mécanique

Leur objectif est d'éliminer (ou tout au moins de diminuer fortement) la population de moucherons volants, ce qui supprimera la ponte d'œufs et interrompra ainsi le cycle de développement des ravageurs. Ils ne suppriment pas toujours totalement les sciarides, mais constituent un bon complément à d'autres traitements. Pour cela :

  • Confectionnez et installez des pièges artisanaux à sciarides à proximité de vos cultures exposées : coupez par exemple l'extrémité d'une bouteille en plastique et replacez-la en forme d'entonnoir en haut du récipient. Remplissez l'intérieur d'un peu d'eau vinaigrée, d'eau sucrée au miel, ou encore de quelques débris de fruits pourris (Vous pouvez utiliser toute autre solution dont vous aurez remarqué qu'elle attire les moucherons. Ceux-ci se noieront dans ces pièges et vous n'aurez plus qu'à les jeter ensuite).
  • Vous pouvez également suspendre au voisinage de vos cultures en pots ces inesthétiques mais efficaces rouleaux de papier attrape-mouches enduits de colle qui retiennent définitivement les moucherons qui se posent dessus.
  • Signalons de façon anecdotique que certains préconisent d'utiliser des plantes carnivores à côté de vos cultures d'intérieur.

Traitements biologiques

Ces traitements sont couramment utilisés pour des cultures en serre :

  • Dans un potager, arrosez vos plantes infestées de larves de sciarides avec une eau dans laquelle vous aurez dilué une solution concentrée de culture de Bacillus thuringiensis var. kurstaki ou var. israelensis. Vous pouvez utiliser un arrosoir ou un goutte-à-goutte. Appliquez cette solution tous les 10 jours (2,5 à 5 ml/litre d'eau) pendant la période d'attaque sans risque pour l'environnement, même en période de floraison. Ce traitement peut être utilisé avec succès pour de faibles attaques ou en prévention.
  • Pour des cultures d'intérieur et pour des attaques plus sévères, il existe dans le commerce des solutions à pulvériser ou à mettre dans l'eau d'arrosage, qui associent Bacillus thuringiensis et pyréthrines. Elles permettent de traiter à la fois larves et moucherons, mais ne doivent être utilisées qu'en intérieur à cause de la pyréthrine, insecticide naturel mais à large spectre. Traitez chaque jour pendant au moins 1 semaine, sans oublier les recoins où peuvent se trouver des larves ou des pupes.
  • Enfin, vous pouvez également lutter contre les sciarides en arrosant vos plantes avec une suspension de Steinernema, minuscules nématodes (vers)qui s'attaquent aux larves une fois dans le sol et les tuent. Leur action est rapide et dure environ 1 mois. On peut les conserver au réfrigérateur pendant quelques semaines avant leur emploi.En cas de fortes attaques, il est conseillé d'associer leur action à celle de Bacillus thuringiensis.

À noter : les insecticides chimiques classiques, notamment ceux à base de pyréthrinoïdes ou de néonicotinoïdes, utilisés en pulvérisation, éliminent les sciarides adultes. Toutefois, ils peuvent être toxiques pour l'homme (lisez bien les précautions d'emploi en intérieur) et sont néfastes pour l'environnement. Évitez surtout ceux qui sont systémiques et donc rémanents (à action prolongée dans le temps) et ne les utilisez qu'en intérieur. Enfin, certains recommandent l'usage de traitements maison plus ou moins actifs ou néfastes pour les micro-organismes du substrat ou du sol (par exemple des solutions d'eau oxygénée).

Matériel nécessaire pour lutter contre les sciarides

Imprimer
Arrosoir avec pomme

Arrosoir avec pomme

5 € environ

Bouteille d’eau

Bouteille d’eau

0,80 €

Sable

Sable

Environ 6 €/kg

Vinaigre blanc

Vinaigre blanc

Environ 1 €



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Quel est votre projet ?

Décrivez votre demande en quelques clics !

Des professionnels de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !


Produits



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !