Comment multiplier les plantes par division

© Finemedia

Comment multiplier les plantes par division

Écrit par les experts Ooreka
Comment multiplier les plantes par division

© Finemedia

La multiplication par division s'applique à de nombreuses plantes :

  • Les plantes herbacées vivaces qui poussent en souches composées de plusieurs pieds issus de la même souche : phlox, asters, pâquerettes sauvages, primevères sauvages, anémones
  • Celles qui poussent à partir de bulbes (tulipes, narcisses), de tubercules (dahlias) ou de rhizomes (iris).
  • Les plantes qui émettent des stolons, tiges rampantes aux extrémités desquelles s'implante un nouveau plan identique au plan mère (fraisiers).
  • Certains arbustes naturellement drageonnant (cornouillers) ou se marcottant spontanément (symphorines).

Attention : veillez à choisir une plante saine pour la diviser. Dans le cas contraire, vous risquez de transmettre ses maladies aux nouvelles pousses.

Voici comment multiplier les plantes par division.

1 Attendez la bonne saison pour multiplier par division

Vous pouvez théoriquement multiplier des plantes vivaces en toutes saisons. Cependant, pour la plupart, la reprise sera d'autant plus rapide si vous les prélevez et repiquez en période de croissance au printemps. C'est en particulier le cas des bambous et autres graminées, des fougères ou des agapanthes

En revanche, dans les régions sèches, comme dans le Midi, mieux vaut que vous attendiez le début de l'automne et des premières pluies. Même chose pour les plantes à bulbes fleurissant en été, tel le dahlia.

Par exemple, vous diviserez une anémone du Japon au printemps ou en octobre, tandis qu'un iris sera multiplié fin août. Quant à la ciboulette ou la rhubarbe au potager, c'est au printemps qu'il vaut mieux les diviser.

Pour les plantes à fleurs bisannuelles, cette opération se réalise en automne.

2 Préparez la division

  • Soulevez la souche avec une fourche-bêche, par exemple, de façon à conserver un maximum de racines. Pour cela, n’hésitez pas à fouiller profondément sous la souche.
  • Pour une souche importante, vous pouvez la conserver en place et n’en prélever qu’une partie sur sa périphérie.
  • Si les racines ne sont pas trop touffues et trop intriquées, débarrassez-les de la terre en tapant la motte ou en les trempant dans un récipient d’eau. Cela rendra le partage de la touffe plus facile.

3 Procédez à la division

  • Selon les espèces, effectuez la séparation de parties situées vers l'extérieur de la souche par simple traction modérée à la main des portions à récupérer, en prenant soin de conserver au maximum les racines (cas de plantes de petite taille, à racines fines telles que primevères sauvages, campanule, œillet mignardise, etc.).
  • Pour d'autres, plus fortement liées ou en touffes étendues (delphinium, lupin, myosotis), pour les tubercules (dahlia) ou rhizomes (iris), aidez-vous d'un outil tranchant : couteau, transplantoir, pelle-bêche...
  • Pour une touffe trop importante et fortement accrochée, plantez en son milieu deux bêches dos à dos et soulevez l'une en faisant levier sur l'autre.

4 Sélectionnez les souches pour la multiplication

  • Récupérez plusieurs portions de souche.
  • Sélectionnez celles provenant de la périphérie qui seront les plus vigoureuses.
  • Éliminez, au contraire, les plus anciennes provenant du centre, vous éviterez ainsi tout risque de dégénérescence.
  • Mettez assez rapidement en place ces nouveaux plants sélectionnés dans un sol que vous aurez préparé à l’avance.
  • Arrosez-les copieusement de façon à tasser la terre et la faire adhérer aux racines.

Note : chaque portion à replanter doit comporter au moins deux ou trois pousses en bon état.

5 Cas particuliers : les bulbes (ou oignons)

La multiplication spontanée des plantes à bulbe s'effectue sous diverses formes :

  • formation de petits bulbes à la base de l'oignon principal (cas de la tulipe, des narcisses…) ;
  • partage du bulbe principal en caïeux (cas de l'échalote) ;
  • ou enfin, division en cormes superposés (cas du glaïeul, du crocus).

Les bulbes des plantes fleurissant au printemps arrivent à maturité en été. Vous séparerez et repiquerez les plus gros en automne (cas des tulipes, jacinthes...).

Ceux des plantes qui fleurissent en été sont à maturité à l'automne. Vous les diviserez et replanterez dès les premières gelées de novembre (cas des glaïeuls...).

Pour diviser les bulbes :

  • Déterrez les bulbes à l'aide d'une fourche-bêche.
  • Séparez les bulbilles, caïeux ou cormes du bulbe-mère.
  • Ne conservez que les plus gros.
  • Creusez un trou de plantation de 2 ou 3 fois la hauteur du bulbe.
  • Plantez les bulbes pointes vers le haut.
  • Tassez bien la terre.

6 Cas particuliers : les plantes à stolons

Les stolons sont des tiges rampantes qui finissent par développer des racines. Il est possible de les séparer de la plante mère afin de produire une nouvelle plante. L’exemple type est le fraisier.

  • Lorsque vous constatez que le plant-fille est bien enraciné en terre et qu’il commence à croître, coupez le stolon qui le relie au plant-mère à l’aide d’un couteau propre ou d'une bêche par exemple.
  • Ensuite, vous avez le choix entre :
    • le laisser pousser sur place ;
    • le transplanter dans un autre emplacement avant qu’il ne se développe trop.
  • Lorsque la plantule commence à se développer à l’extrémité du stolon, placez-la dans un gobelet rempli de terreau humide pour qu’elle s’y enracine.
  • Une fois chose faite et le stolon coupé, vous disposez d’un nouveau plan prêt à être repiqué à l’emplacement choisi. Si la période n’est pas propice pour la plantation du nouveau plant à son emplacement définitif, plantez-le en pépinière.

Note : lorsque le processus se renouvelle, les plants obtenus finissent par dégénérer. Sélectionnez les stolons issus des plus beaux plants et éliminez les autres qui affaiblissent inutilement le plant-mère.

7 Cas particuliers : les plantes émettant des drageons

Les drageons sont des pousses nouvelles émises à partir des racines de certains arbustes, arbres et plantes. On peut citer comme exemples bien connus, le pommier, le cerisier, le cornouiller, le framboisier, le rosier…

  • Lorsque vous constaterez que ces pousses ont assez de racines (un an pour un arbre ou un arbuste), sevrez-les en coupant au plus près la racine les reliant au plant mère à l'aide d'une bêche.
  • Vous avez ensuite le choix entre :
    • les laisser à leur place, pour remplacer un arbre trop vieux par exemple ;
    • les transplanter en période de dormance (après la chute des feuilles).

Profitez de la division pour repiquer vos nouveaux plants dans un terrain propre et bien composté.

Vous pouvez essayer de récupérer des plants qui ont été abîmés pendant l'opération en les repiquant et en les soignant d'abord en pépinière.

Attention : le plant obtenu sera identique au pied franc (plan direct ou porte-greffe). Si votre arbre ou arbuste mère est greffé, vous devrez également greffer votre drageon pour obtenir un plant totalement semblable.



Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
MC
marc conseiller

conseiller

Expert

EB
eric bigot

expert bâtiment

Expert

jean marius d'alexandris

epuration biologique des eaux usées | lyseconcept

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Quel est votre projet ?

Décrivez votre demande en quelques clics !

Des professionnels de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !


Produits



Autres sujets sur Ooreka


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !