Traiter la cloque du pêcher

Traiter la cloque du pêcher

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf :

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

La cloque du pécher est la maladie la plus fréquente sur les pêchers et nectariniers. Elle est due à un champignon, qui apparaît au printemps et peut entraîner des dommages importants. Il n’est pas rare qu’elle atteigne également les amandiers.

Elle est appelée ainsi à cause des déformations et cloques rouges qui apparaissent sur les feuilles des arbres atteints. Voici des solutions pour prévenir et traiter la cloque du pêcher.

Zoom sur la cloque du pêcher

Les spores d'un champignon (Taphrina deformans) produites par les feuilles d'un arbre déjà infecté (même très éloigné) et transportées par le vent se déposent sur certains rameaux du pêcher et y demeurent de l'été au printemps suivant.

Au printemps, elles contaminent les bourgeons, surtout pendant la courte période où ils gonflent et s'ouvrent. Les feuilles qui se développent et arrivent à maturité sont moins vulnérables au champignon.

Cette contamination est d'autant plus importante que le temps est froid et humide (entre 10 et 15 °C). Par contre à partir de 21 °C, les feuilles se développent plus rapidement et cela peut entraîner spontanément la mort du champignon.

À l'inverse, les pluies légères comme les rosées importantes ainsi que des températures précoces printanières (10 à 15 °C dans la journée) favorisent son développement.

Les conséquences de cette maladie sont :

  • une perte importante de feuilles au printemps ce qui affaiblit l'arbre atteint ;
  • des rameaux terminaux entiers pouvant dépérir et se sécher, avec souvent des écoulements de gomme ;
  • des inflorescences qui dégénèrent avant d'atteindre le stade de fructification, ou, si elles l'atteignent, des fruits qui tombent avant maturité ;
  • une mise à fruit réduite ou absente l'année suivante ;
  • et la mort de l'arbre au bout de 3 à 5 ans en cas de non-traitement, du fait de la perte importante et répétée de feuilles.

1 Diagnostiquez la cloque du pêcher

Le diagnostic est facile à établir, car les feuilles attaquées se déforment fortement en poussant, générant de grosses cloques qui, avec le temps, virent le plus souvent au rouge.

Ensuite, elles sèchent et tombent de l’arbre, car les bourgeons dormants génèrent souvent de nouvelles feuilles de remplacement.

2 Prévenez l’apparition de la cloque du pêcher

Plantez des variétés résistantes à la cloque

Toutes les pêches de vigne en général y sont peu sensibles :

  • La pêche 'Rouge du Languedoc' est très précoce fin-mai. C'est une vieille variété languedocienne extrêmement résistante à la cloque, très productive, avec une mise à fruit rapide. Son fruit a une chair légèrement rosée et un magnifique feuillage rougissant à l'automne.
  • La pêche 'Précoce de Hale' est un gros fruit rouge à chair blanche et à saveur sucrée. Il est productif, rustique, très résistant à la cloque et arrive à maturité fin juillet. Son arbre a une hauteur de 4 m pour une largeur de 4 m.

Prenez soin de vos fruitiers

Outre le traitement préventif systématique en automne ou la plantation d'espèces de pêchers ou nectariniers résistants à la cloque du pêcher, vous avez tout intérêt à prendre soin régulièrement de ces arbres fruitiers pour renforcer leur résistance aux maladies et améliorer la fructification :

  • Supprimez les fruits momifiés encore sur l'arbre en automne et ramassez au sol ceux qui sont tombés ainsi que les feuilles malades et brûlez-les.
  • Faites un apport de compost, chaque printemps, au pied de vos arbres de façon à les fortifier.
  • Effectuez chaque hiver une taille de fructification sans trop tailler pour ne pas affaiblir l'arbre.
  • Soyez très soigneux lors des tailles de vos pêchers : désinfectez vos outils et badigeonnez de mastic à cicatriser les plaies de taille de plus de ½ cm de diamètre.
  • Paillez le pied de vos arbres pour en protéger les racines aussi bien en été qu'en hiver.
  • Enfin, les adeptes d'agriculture biologique ont coutume de planter des capucines ou de l'ail au pied des pêchers pour un effet protecteur.

3 Appliquez un traitement préventif

Contre la cloque du pêcher, seuls les traitements préventifs sont efficaces à condition de les appliquer en temps voulu. En effet, deux traitements annuels sont nécessaires :

  • L’un en fin d’automne dès que toutes les feuilles sont tombées.
  • L’autre à la fin du printemps avant l’ouverture des bourgeons.

Les spores hibernent dans les bourgeons et les anfractuosités des rameaux. Le champignon se développe dès que la température atteint et dépasse les 10 °C et que l’atmosphère est suffisamment humide. Cela se produit en début de printemps et à l’automne après la chute des feuilles.

Pour éviter cette prolifération :

  • Traitez après la chute des feuilles (et après les avoir ramassées et brûlées). N’hésitez pas à retraiter si la température dépasse les 10 °C en février.
  • Faites un dernier traitement à l’éclosion des premiers bourgeons pour débarrasser l’arbre des spores restantes et des risques de développement de la maladie pour l’année.
  • Pulvérisez l’ensemble du feuillage et les rameaux jusqu’à ruissellement.

Conseil : ne pulvérisez pas par temps de pluie ou de temps couvert, car une averse après traitement limiterait son effet.

Pour cette pulvérisation, utilisez au choix :

  • De la bouillie bordelaise : en France, l’usage de la bouillie bordelaise est autorisé comme antifongique sous réserve de limites quantitatives. En effet, contrairement à ce que beaucoup croient, c’est un produit toxique et il ne faut pas l’appliquer sans prendre de précautions.
  • D’autres antifongiques : vous pouvez trouver dans les rayons spécialisés d’autres antifongiques que vous pouvez utiliser en pulvérisation pour traiter la cloque du pêcher, par exemple à base de doguadine. Ils s’utilisent tous aux mêmes périodes.

Attention : rincez bien vos pulvérisateurs après usage et si vous le pouvez réservez-en un uniquement à cet emploi. Si vous devez pulvériser des solutions à base de produits chimiques, consultez d’abord les précautions d’emploi indiquées sur l’emballage : port éventuel de masque et/ou de gants.

Conseils : les solutions utilisées, une fois préparées ne se conservent pas. Ne préparez que la quantité nécessaire et renouvelez-les à chaque application. S’il en reste un peu, ne les jetez pas à l’égout, versez-les par terre dans un coin du jardin réservé à cet usage, puis mettez un peu de terre par dessus. S’il s’agissait de quantités importantes, préparées par erreur, d’un produit signalé comme dangereux, apportez-le dans une déchetterie.

4 Que faire si la cloque a déjà fait son apparition ?

Si la cloque a déjà fait son apparition, vous pouvez seulement éviter sa trop grande propagation :

  • Supprimez et brûlez les rameaux ou branches trop atteintes, ainsi que les autres feuilles touchées dispersées dans l’arbre.
  • Ensuite, surveillez et supprimez régulièrement l’apparition de nouvelles feuilles atteintes jusqu’à ce que la température soit suffisante pour que le champignon ne puisse plus se développer (en juillet et août).
  • Les arbres atteints doivent être bien soignés pour pouvoir surmonter les effets de la maladie.

Si votre traitement préventif n’a pas suffi à enrayer la maladie, cela peut avoir pour cause :

  • une application trop tardive du traitement ;
  • une application incomplète du traitement sur l’arbre ;
  • l’emploi d’un fongicide inadapté ;
  • la survenue d’une pluie pendant ou peu de temps après le traitement.

Matériel pour le traitement de la cloque du pêcher

Imprimer
Bouillie bordelaise

Bouillie bordelaise

Environ 10 € les 500 g

Pulvérisateur

Pulvérisateur

À partir de 2 €

Pulvérisateur à pression

Pulvérisateur à pression

4 €

Cette fiche est maintenant terminée,
mais entre nous ce n'est pas fini...
Vous pouvez aussi :



Produits


Trouver une plante

Vous recherchez une plante précise

Rechercher

ou

Pas d'idée de plante ? Besoin d'inspiration ?

Couleur des fleurs

Exposition

Pour cultiver où ?

Plantation

Uniquement les plantes...


Pour aller plus loin


Quel est votre projet ?

Décrivez votre demande en quelques clics !

Des professionnels de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides