Pseudosasa japonica

harum.koh-by/ Flickr

Cet article traite des caractéristiques spécifiques de la variété de bambou pseudosasa japonica. Si vous cherchez des informations sur le bambou en général (plantation, culture, entretien), consultez notre fiche bambou.

Très répandu en Europe, le pseudosasa japonica est un bambou très dense, de taille moyenne, au feuillage luisant. À la fois très résistant et décoratif, il s'adapte bien et présente beaucoup d'atouts. Il s'utilise aussi bien en pleine terre qu'en pot ou jardinière et apporte une touche d'exotisme aux jardins, terrasses, vérandas et balcons.

Pseudosasa japonica : origine et caractéristiques

Le pseudosasa japonica est une espèce du genre Pseudosasa, qui appartient à la famille des Poacées. Originaire de Corée, de Chine et du Japon, il se rencontre un peu partout en Europe. On le trouve aussi sous son ancien nom, Arundinaria japonica, ou ses surnoms de bambou Métaké ou bambou flèche, car les Japonais utilisaient ses tiges pour réaliser des flèches.

C'est un bambou vigoureux et rhizomateux, mais peu traçant, reconnu pour ses qualités décoratives. De taille moyenne, il mesure de 3 à 4,50 m de hauteur et 2 à 2,50 m de largeur adulte. Il possède de grandes feuilles persistantes pouvant atteindre 30 cm de longueur, oblongues, lancéolées et très pointues, d'un beau vert foncé brillant sur le dessus et vert bleuté sur le dessous. Ses chaumes d'environ 3 cm de diamètre jaunissent avec les années. Elles poussent en touffe serrée et bien droites. Ce bambou fleurit rarement.

Il s'utilise en haie ou rideau dense, en massif, en sujet isolé, mais aussi en pot et jardinière. Certains le plantent en bordure de pièce d'eau, afin de fixer les berges.

Plantation du pseudosasa japonica

Le pseudosasa japonica aime les sols humides, mais bien drainés. Il se plaît particulièrement dans les terrains neutres à tendance acide. Les terrains très calcaires ou inondés ne sont pas recommandés.

Il a besoin de soleil ou de mi-ombre. Il est très résistant au froid, jusqu'à - 20 à - 25 °C. Il supporte une sécheresse de courte durée ainsi que les embruns.

Plantation en pleine terre

Préférez les mois de septembre à novembre pour planter votre pseudosasa japonica et évitez les périodes de gel. Prévoyez 1,50 m de distance entre deux sujets.

Faites tremper le container dans une bassine d'eau pour humidifier la motte. Creusez un trou de plantation 2 fois plus gros que la motte. Décompactez le fond à l'aide d'une bêche. Ajoutez-du sable ou du terreau pour alléger la terre, si celle-ci est un peu trop lourde et argileuse. Mettez quelques poignées d'engrais pour gazon et recouvrez d'un peu de terre.

Sortez le bambou de son conteneur sans briser la motte. Si les racines adhèrent au conteneur, découpez-le pour ne pas les endommager. Placez votre bambou au milieu du trou. Le dessus de la motte doit se trouver quelques centimètres au-dessous du niveau du sol pour qu'elle soit juste recouverte. Faites glisser la terre extraite tout autour de la motte en tassant régulièrement pour ne pas laisser de poche d'air, néfaste à la reprise. Couvrez la motte et tassez bien avec le pied.

Arrosez abondamment, même s'il pleut. Renouvelez régulièrement l'arrosage. Il n'est pas nécessaire de tuteurer, car l'enracinement du bambou est rapide.

À savoir : même si ce bambou est assez peu traçant, il est recommandé d'installer une barrière anti-rhizomes pour limiter son étalement, notamment lors de la plantation d'une haie.

Plantation en pot ou jardinière

La culture en pot est très adaptée au pseudosasa japonica. Le drainage reste la règle d'or de ce type de culture pour le bambou. Arrosez régulièrement et paillez pendant l'été, afin de garder l'eau.
Prévoyez un contenant profond et de belle taille (60 cm de diamètre minimum), suffisamment stable et lourd. Drainez le fond du pot en mettant un lit de gravier.

Humidifiez la motte de terre en trempant votre bambou dans une bassine d'eau. Remplissez la moitié du pot avec un terreau de plantation ou un mélange de 50 % de tourbe blonde, 20 % de terre franche, 20 % d'écorce de pin compostée et 10 % de sable ou de pouzzolane. Placez le bambou dans le pot et comblez avec le reste de mélange en tassant bien.

Arrosez abondamment.

Entretien du pseudosasa japonica

Le pseudosasa japonica ne réclame quasiment aucun entretien lorsqu'il est bien installé.

Les soins recommandés

L'arrosage : arrosez régulièrement le bambou, même en hiver. L'été, même si les jeunes pousses ont terminé leur croissance, la plante a besoin d'eau pour assurer la croissance des rhizomes et constituer des réserves pour les pousses de l'année suivante.

Le bambou en pot nécessite des arrosages plus fréquents et abondants. En période de sécheresse, il est préférable de faire des apports d'eau copieux et peu fréquents plutôt que des apports faibles et répétés.

L'engrais :en pleine terre, l'apport d'engrais n'est pas utile. Pour la culture en pot, fertilisez au printemps, avec un engrais organique à forte concentration en azote ou un engrais chimique à libération lente riche en azote.

Le nettoyage de la touffe :agissez en fin d'hiver et seulement tous les 2 ans. Nettoyez les chaumes afin de favoriser la sortie des jeunes pousses en leur donnant plus d'air et de lumière, en utilisant un ébrancheur ou une scie à dents fines. Coupez au ras du sol les chaumes les plus âgés et les plus ternes, pas plus d'un tiers de l'ensemble.

La protection hivernale : pensez à protéger les racines des bambous en pot du grand froid en posant le pot sur une planchette de bois, en l'entourant de plastique à bulles et en protégeant sa surface par un paillage. Vous pouvez aussi enterrer le pot dans un coin de votre jardin et couvrir sa surface par un paillage.

À savoir :le pseudosasa japonica se multiplie par division des rhizomes en avril.

Un bambou très résistant

Le pseudosasa japonica est assez résistant aux maladies, en revanche, il peut être sensible aux attaques de certains ravageurs. À l'exception des mulots, ils ne mettent toutefois pas la plante en danger.

Les limaces peuvent manger les turions à leur sortie de terre lorsqu'ils sont bien tendres. Toutefois, le bambou étant bien touffu, les dégâts restent minimes et il n'est pas utile d'intervenir énergiquement.

Les cochenilles farineuses, les acariens comme l'araignée rouge, peuvent laisser des taches claires sur les feuilles et affaiblir un peu la plante en fin d'été. Traitez l'année suivante préventivement 2 fois au printemps, à 3 ou 4 semaines d'intervalle, avec un acaricide.

Les mulots peuvent manger les rhizomes et parfois les turions ou bien creuser leurs galeries sous une plante. La plante n'ayant plus assez d'humidité risque de tomber. Tapissez le trou de plantation avec du grillage à poule pour leur barrer l'accès.

Les pucerons noirs ou verts peuvent envahir le bambou et entraîner l'apparition de fumagine (champignon noir). Traitez en pulvérisant de la bouillie bordelaise ou, mieux, procédez à un lâcher de coccinelles.

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit


Produits


Pour aller plus loin


Quel est votre projet ?

Décrivez votre demande en quelques clics !

Des professionnels de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides