/ / /
/

Chenille processionnaire du pin

Chenille processionnaire du pin

Alexandre Delbos/CC BY/Flickr

La chenille processionnaire du pin peut être responsable de l'affaiblissement considérable de ce résineux. Il est nécessaire de détecter les symptômes qu'elle entraîne afin de réagir vite en utilisant les traitements et autres solutions les plus adéquats. On fait le point sur les caractéristiques de la chenille processionnaire, les moyens de la détecter et de s'en débarrasser !

Chenille processionnaire du pin : ses caractéristiques

Appelé chenille défoliatrice du pin ou chenille processionnaire (Thaumetopoea pityocampa), ce lépidoptère extrêmement urticant est un parasite dont on ne peut prévoir les assauts.

La chenille processionnaire attaque les aiguilles des résineux comme le pin et bien d'autres conifères, et ses caractéristiques physiques permettent de l'identifier facilement : elle possède un corps noir à taches rouges.

Les chenilles processionnaires pondent en été puis se regroupent par centaines dans des cocons qu'elles tissent au sommet des branches de pins. Ces nids tissés y restent accrochés bien solidement. Ils abritent toutes les chenilles issues d'une même ponte. Elles y restent groupées pendant leur développement larvaire, puis n'en sortent que la nuit pour se nourrir, uniquement en dehors des périodes de mue.

Dès que les premiers frimas se font sentir, les chenilles processionnaires du pin élaborent un nouveau nid à deux parois, capable de les protéger du froid afin d'assurer leur survie. Le nid d'hiver des chenilles processionnaires est très élaboré puisqu'en captant les rayons du soleil, la température intérieure s'élève considérablement, de la même façon qu'un radiateur thermique.

Entre le mois de février et le mois de mai, les chenilles sortent de leur nid par colonies afin de trouver un autre lieu où leur transformation (la nymphose) pourra s'effectuer. C'est ainsi le début de leur procession au cours de laquelle les chenilles se déplacent en file indienne toujours menée par une femelle.

Elles partent à la recherche d'un terrain au sol meuble et suffisamment exposé à l'ensoleillement. Elles fouissent le sol jusqu'à 20 cm afin de tester leurs futures conditions d'existence. Si celles-ci ne sont pas satisfaisantes, la procession repart à la quête d'un autre lieu plus adapté.

Bon à savoir : une fois sous terre, les chenilles processionnaires tissent un cocon au sein duquel elles vont peu à peu se métamorphoser en papillons nocturnes (hétérocères), mâles ou femelles, de la famille des notodontidés.

Dégâts causés par la chenille processionnaire du pin

Dévastatrice pour tous les arbres à aiguilles qu'elle envahit, la chenille processionnaire n'est appréciée par aucun jardinier. Sa présence est facilement décelable en observant la cime des arbres ou les branches hautes puisqu'on peut y voir les nids tissés.

D'autre part, la chenille défoliatrice détruit la quasi totalité des aiguilles de pin. Si vous constatez ce symptôme, il ne vous faudra pas longtemps pour poser un diagnostic. Sachez que l'arbre est alors hautement fragilisé et plus vulnérable à l'attaque des nuisibles tels que les parasites mais aussi les maladies.

Remarque : sans aucune intervention de l'homme, la colonisation d'un pin par les chenilles processionnaires peut engendrer la mort de l'arbre.

Traitement du pin après ouvrage de la chenille processionnaire

Il est impératif de traiter vite car la chenille processionnaire est dangereuse pour les arbres, mais aussi pour l'homme et certains animaux. En cas de danger, elle libère des milliers de poils urticants créant ainsi chez l'homme des réactions allergiques dont la plus grave est le choc anaphylactique. Quant à l'animal domestique touché par ces poils urticants, il peut développer une nécrose de la langue.

Les poils urticants de la chenille processionnaire étant actifs pendant plusieurs mois, il n'y a d'autre solution que d'utiliser le feu pour éradiquer au plus vite ce parasite. Pour ce faire, il suffit de procéder à l'enlèvement des nids en hiver avec un échenilloir puis de les brûler.

En dehors de cette méthode radicale, on peut toujours avoir recours à d'autres solutions :

  • C'est le cas de l'insecticide à base de toxine Bacillus thuringiensis qu'il suffit de pulvériser en automne sur les pins contaminés. Les chenilles seront détruites après ingestion de la toxine.
  • Mettre tout en œuvre pour attirer les différentes espèces de mésanges, de la famille des paridés. Chaque oiseau est capable de manger chaque jour une bonne quarantaine de chenilles processionnaires. La mésange n'hésite pas à fouiller les nids de chenilles puisqu'elle est insensible aux poils urticants. Mais pour venir à bout d'une colonie entière, il faut inviter dans son jardin de très nombreuses mésanges !
  • La pose de pièges est une solution intéressante, même si elle est moins radicale que la destruction des nids par le feu. L'écopiège à chenille défoliatrice est à mettre en place dès février et le piège à phéromones peut être installé dès juillet. Le premier détruit les chenilles après les avoir capturées, le second capture les chenilles mâles ce qui limite la reproduction.

À noter : ne mettez pas votre santé en péril. Brûler les nids de chenilles processionnaires est une tâche qu'il est préférable de confier à un professionnel. N'hésitez pas à prendre contact avec un spécialiste de votre région.

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Ces pros peuvent vous aider


Produits


Pour aller plus loin


Quel est votre projet ?

Décrivez votre demande en quelques clics !

Des professionnels de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides