Ambroisie

Père Igor/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Si l'invasion de mauvaises herbes constitue déjà un fléau au jardin, voilà que certaines plantes, résistantes et toxiques, possèdent en plus la caractéristique d'être particulièrement allergène. Tel est le cas de la redoutable et redoutée ambroisie, qu'il convient d'éradiquer sitôt son apparition.

Éternuements, quintes de toux, yeux larmoyants et gêne respiratoire… les symptômes sont ceux d'une maladie bronchique ordinaire. Mais en cette fin d'été, pas de courants d'air ou de coups de froids à l'origine du trouble. L'ambroisie fait chaque année de plus en plus de ravages dans les jardins et chez les personnes sensibles.

Qu'est-ce que l'ambroisie ?

L'ambroisie est une plante originaire d'Amérique du Nord. Elle serait entrée illégalement en Europe au milieu du XIXe siècle, à la faveur d'un mélange de semences fourragères destinées au bétail.

Il n'en fallait pas davantage pour que ses graines très fécondes se répandent de pays en pays avant d'arriver, en France, où elle sévit avec plus de virulence chaque année.

L'ambroisie pourrait être esthétique si elle n'était pas si nocive. Des tiges ligneuses rougeâtres et velues au port droit, pouvant rapidement dépasser le mètre présentent de nombreuses ramifications dès la base :

  • Sa pousse rapide, sa densité et le nombre important de ramifications le rendent très tôt buissonnant et très couvrant.
  • Les feuilles, de grande taille, sont très découpées et d'un vert intense.
  • Les fleurs mâles, petites, sont de couleurs vertes. Les fleurs femelles, quant à elles, sont disposées en épis, d'où s'envolera le pollen si néfaste courant août / début septembre.

Effets de l'ambroisie

Ambroisie : répercussions sur la santé humaine

Les allergies au pollen sont connues, de même que les rhumes des foins. Les allergies à l‘ambroisie gagnent du terrain à mesure que s'intensifie sa prolifération.

Aujourd'hui, autour de 10 % de la population y seraient allergique. Dans certains cas, des manifestations cutanées ont pu être observées (crises d'urticaire, eczéma, allergies de contact…).

L'ambroisie a été décrétée en 2017 « espèce dont la prolifération constitue une menace pour la santé humaine » (article D. 1338-1 du Code de la santé publique).

Bon à savoir : des mesures peuvent être prises par arrêté, d'une part à l'échelle nationale, et d'autre part à l'échelle locale (département, commune) afin de prévenir son apparition ou de lutter contre sa prolifération, comme la destruction des pieds d'ambroisie ou la gestion des espaces visant à limiter fortement leur capacité d'installation. 

Écosystème perturbé par l'ambroisie

La nature du sol, déjà pauvre pour permettre le développement de l'ambroisie, sera encore affaiblie après l'arrachage de l'indésirable.

Un amendement organique, des engrais et tout autre fertilisant destiné à améliorer la nature du sol sera le bienvenu pour restaurer l'écosystème.

Ambroisie : propagation

L'ambroisie se propage par la dispersion de son pollen mais ses graines colonisent surtout l'espace par l'eau et l'humidité.

Des bottes humides dans un jardin, des roues de camion ou de tracteur sur un chantier infesté concourent largement à la propagation de la plante indésirable.

À noter : en France, l'ambroisie gagne du terrain chaque année. La région Rhône-Alpes est la plus concernée par cette prolifération sauvage. 

Les mélanges de graines pour oiseaux, dans le commerce, sont susceptibles de contenir parfois des graines d'ambroisie. La présence de ces graines est involontaire et ne relève pas de la responsabilité du fabricant.

Les graines en mélange, vendues à des fins d'alimentation pour animaux (bétail, oiseaux…) et contenant des graines de tournesol sont les plus sujettes à cette exposition.

Bon à savoir : un seul pied d'ambroisie produit près de 80 000 graines, dont le pouvoir de germination peut perdurer… un demi-siècle !

À l'origine, l'ambroisie était la plante des terrains pauvres voire désertiques, des terrains en friches ou laissés à l'abandon :

  • L'ambroisie est courante sur les chantiers. Elle apparaît une fois que la terre, retournée profondément, fait remonter en surface les graines les moins désirables.
  • Hélas, elle apparaît désormais de plus en plus fréquemment dans les jardins.
  • Les sols laissés au repos, sans autre végétation plantée de la main de l'homme ou dans une terre nue, non fertilisée, non amendée, est un excellent terreau pour l'ambroisie.
  • Elle pousse avec peu d'humidité, peu d'ensoleillement, peu de place. Tout le contraire des plantes que l'on s'évertue à faire pousser dans les parterres avec de nombreux enrichissements !

Bon à savoir : l'ambroisie est un « bon » indicateur de santé des sols. Se plaisant sur les sols pauvres et secs, sa prolifération dans un jardin est un indicateur fiable pour estimer (et donc corriger) la nature du sol.

Lutte contre l'ambroisie

Si l'ambroisie gâche la vie et la santé de nombreuses personnes, il y a heureusement plusieurs solutions pour l'éradiquer :

  • Le fauchage : cette méthode consiste en l'étêtage des pieds d'ambroisie avant la maturation des fleurs et donc la propagation des pollens.
  • L'arrachage : il s'agît de la méthode la plus efficace, bien qu'elle ne garantisse pas la suppression définitive de la plante.
  • Le désherbage manuel : minutieux et régulier, il peut suffire à venir à bout de l'ambroisie.

À noter : lors du fauchage, de l'arrachage ou du désherbage manuel, protégez votre nez et votre bouche avec un masque. Les fines particules de pollen pourraient provoquer irritations et gênes respiratoires. Il est également recommandé de porter des gants et des lunettes, afin d'éviter le contact du pollen avec l'ensemble des muqueuses.

Le système racinaire de l'ambroisie, contrairement à sa partie aérienne est très restreint et peu ramifié;

  • L'ambroisie n'est pas une plante rhizomateuse, elle ne se propage pas sous terre.
  • En tant que plante annuelle, sa frêle racine s'extrait facilement du sol sans résistance.

Bon à savoir : il est préférable de brûler les pieds arrachés plutôt que de les mettre au compost. Les graines, très coriaces, seraient mélangées au futur terreau et contamineraient les prochaines cultures agrémentées de ce compost maison.

L'ambroisie ne souffre pas de la concurrence. Tant qu'elle ne rencontre pas d'autre végétal autour de son pied, elle colonise l'espace et étend ses tiges aussi loin qu'elle le peut.

Or, un sol travaillé, enrichi, soigné, nettoyé et agrémenté de diverses plantes empêchera l'ambroisie de proliférer et même de réapparaître.

À noter : préférez la culture alternative au sol nu. Sur une terre laissée sans entretien faute de temps et d'envie, semez à la volée des graines de lin, de colza ou de moutarde. Celles-ci, en fleurissant, égaieront la parcelle avant que leurs longues tiges de soient enfouies en fin de floraison, enrichissant, aérant et nettoyant la terre dans laquelle elles auront été semées.

Pour aller plus loin :

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit


Produits


Pour aller plus loin


Quel est votre projet ?

Décrivez votre demande en quelques clics !

Des professionnels de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides